Pop-Rock.com



Apocalyptica : "Reflections"
Quand instruments classiques et metal se rencontrent...

jeudi 22 mai 2003, par Marc Lenglet, Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pain : "Dancing with the dead"
Eclipse Hunter : "One"
Opeth : "Damnation"
AqME : "La fin des temps"
Deftones : "Saturday night wrist"
Eths : "Tératologie"
Nightwish : "Dark passion play"
Grave Digger : "Ballads of a hangman"
Lacuna Coil : "Comalies"
Slayer : "God hates us all"


Apocalyptica est ce groupe finlandais qui a commencé sa carrière par de surprenantes reprises des classiques de Metallica au violoncelle. Après de nombreuses autres reprises, ils livrent ici leur premier album intégralement personnel.

Cult, sorti il y a deux ans, proposait encore quelques reprises de Metallica, et un style résolument "cello-heroes". Reflections ne renferme que des compositions originales et se veut beaucoup moins porté sur la technique et davantage sur les ambiances. Le groupe s’est adjoint les services du batteur Dave Lombardo de Slayer, mais loin de la brutalité du célèbre groupe trash, ce dernier adopte un style rigoureux et maîtrisé, plus en rapport avec l’optique atmosphérique de l’album. Reflections propose un juste équilibre entre thèmes très apaisés (Cohkka, Faraway) et titres plus musclés et rapides (Prologue, Somewhere around nothing). Les violoncelles apportent effectivement un plus indéniable à la musique du trio, et une mélancolie diffuse s’installe rapidement, y compris sur les titres les plus enlevés, dont ce n’est normalement pas la caractéristique principale.

Il faut cependant reconnaître que cet album d’Apocalyptica, s’il est audacieux et agréable à écouter en sourdine, n’en est pas pour autant un chef d’œuvre. Dépouillé de ses instruments classiques, l’album serait finalement assez quelconque, et Eicca Toppinen manque encore d’envergure en tant que compositeur. L’aspect purement metal de leur musique est plus que moyen, et sa nature uniquement instrumentale finit par lasser quelque peu. Il vaut donc mieux écouter ce Reflections, non dans l’optique d’une production metal, mais plutôt celle d’un disque de musique d’ambiance un peu plus rythmé qu’à l’ordinaire. Ceci dit, leurs premières productions ne suscitaient pas d’intérêt au delà des premiers moments de surprise, et on peut donc estimer que le groupe est sur la bonne voie. Avec des textes, un chanteur valable et un plus grand rodage dans la composition à l’avenir, il pourrait peut-être sortir quelque chose de très valable de ce concept.

M.L.


Après un remarquable Cult, j’attendais avec impatience la suite des aventures de nos furieux métalleux violoncelliques. et, ma foi, malgré quelques fautes de gout, ce nouvel opus ne mérite en aucun cas de finir sa vie transformée en cale pour table branlante. Je l’avoue de prime abord, écouter l’album d’une traite peut être vécu comme très chiant, c’est l’inconvénient du tout instrumental, il a tendance plus que d’autres à se répéter. Et pourtant, quel album ! Dans son entier, il est discutable, trop long peut-être, se voulant plus une suite d’ambiances diverses qu’album métal pur et dur, certains passages sont oubliables sans regrets.

C’est là où l’on sent des faiblesses de composition, Eicca Toppinen n’est pas une moule mais à trop vouloir en mettre, on laisse forcément passer quelques trucs ronflants (Faraway, larmoyant) ou peu inspirés (Pandemonium, se voulant épico-métal et n’étant ni l’un ni l’autre).C’est à mon sens les deux vraies tâches de l’album car Toreador II qui suit est une réussite absolue, de sombre, il oscille vers un refrain hispanisant original et envoûtant, une vraie pépite. Autre cadeau pour les fans de gros son, Heat et son riff d’entrée lourd comme un projet de Niemeyer, mais qui se poursuit par une envolée violoncellique de toute beauté, elle-même suivie par le retour du gros riff qui tâche, et ça mesdames et messieurs, c’est bluffant.

Passer du lourd au léger en un coup de cuillère à pot, voilà ce que semble permettre le violoncelle dans les mains de nos Finnois gratteux. Cortege, entrée mignonnette puis le mur du son est franchi, vous voyez alors votre Fuego turbo se faire écrabouiller sans pitié par d’énormes cordes. Globalement bon que ce Reflections, même si ce n’est pas vraiment le monument que j’attends encore d’Apocalyptica. De bonnes choses en somme, reste à faire le tri entre les pépites et les grosses breloques...

V.O.



Répondre à cet article

Marc Lenglet

Vincent Ouslati





Il y a 2 contribution(s) au forum.

> Apocalyptica : "Reflections"
(1/2) 6 août 2004, par flo
> Apocalyptica : "Reflections"
(2/2) 19 mai 2004, par Dworak_of_sky




> Apocalyptica : "Reflections"

6 août 2004, par flo [retour au début des forums]

Bonjour je cherche, pour raison professionnelle, à savoir si un songbook a été édité des "oeuvres" du groupe Apolyptica.
QQ peut-il me renseigner ???
Merci
F.

[Répondre à ce message]

> Apocalyptica : "Reflections"

19 mai 2004, par Dworak_of_sky [retour au début des forums]

Un chanteur ?
Nan, mauvaise idée... il suffirait qu’ils prennent un mec avec un pov’ voix ou pire un mec sans voix et le groupe serait miné...

C’est leur première composition à proprement parler, donc on peu espérer que la prochaine (en espérant que y’en ai une...) sera encore mieux...

Mais j’admet ne pas être totalemet impartial paske G adoré cet album...

Dworak_of_sky

[Répondre à ce message]