Pop-Rock.com



Andreas Kisser : "Hubris I & II"
Du chaos et des idées

samedi 17 octobre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Iron Maiden : "Brave new world"
Slayer : "World painted blood"
Iced Earth : "The glorious burden"
System Of A Down : "Mesmerize"
Gronibard : "Satanic Tuning Club"
In Flames : "Soundtrack to your escape"
Cradle Of Filth : "Damnation and a day"
Strapping Young Lad : "Alien"
Warrel Dane : "Praises to the war machine"
Finntroll : "Jäktens tid"


Andreas Kisser détient presque à lui seul les rennes de Sepultura depuis les départs successifs des frangins Cavalera. Il aura largement permis au groupe de passer du statut de gros lourds aphones à celui nettement plus avantageux de plus célèbre groupe extrême d’Amérique Latine. Kisser y est resté fidèle, malgré une lourde chute dans les faveurs du public. Après avoir laissé nombre d’auditeurs perplexes à l’écoute d’A-Lex, indéfinissable ultime album du groupe brésilien, Kisser s’est lancé dans un projet bien plus personnel, voire nettement plus passionnant.

N’allez pas attendre un disque de hardcore, ou de thrash, ou de tout autre pendant de la musique lourde. Le guitariste nous offre ici un travail bien singulier, nourri de ses propres idées, et il faut admettre que le sieur aime les développer. Tout ou presque y passe, mais le ton général est bien moins féroce que chez le navire sépulturien. Nous sommes plutôt dans du rock nerveux, à vocation métallique et gentiment progressif. Kisser laisse toute liberté à ses recherches, tantôt proches de Pain Of Salvation, parfois plus accroché à des influences alternatives que ne renierait pas Tool ou ethniques dans le ton d’ Orphaned Land. Il parvient toujours à donner à ses vingt-et-une pistes sa propre patte, et rend Hubris I&II attirant, tres attirant même. La guitare sèche, le chant offert à divers invités, variant entre anglais et portugais, avec ces structures qui ne cachent en aucune façon les origines de son auteur sont autant de particules curieuses et attractives.

Deux disques, l’un assez nerveux, le second plus posé, il ya fatalement un peu de rebus, et certaines expérimentations auraient mieux fait d’en rester là. Pourtant une grosse partie d’Hubris donne non seulement la banane mais surtout semble ouvrir de nouvelles voies au vaisseau-mère. Non pas que Sepultura se soit vraiment perdu ces dernières années (avis personnel qui n’engage que son auteur donc moi...), ses relectures ambitieuses de Dante ou de Burgess, l’arrivée de Derrick Green au front, voire la fuite des frangins cogneur/hurleur a sans doute donné à Kisser plus de latitudes. De compositeur masqué, il se donne désormais plus de lumière, à juste titre d’ailleurs.

Cet album solo a donc quelque chose des dernières productions du groupe brésilien, les rythmiques latines, l’aspect tribal, Andreas a réellement un univers propre nourri auprès de moult poitrines. Le temps et l’espace nécessaire ont été intelligemment mesurés afin qu’il puisse inclure tout ce dont il raffole, sans jamais rendre la chose bouffie.

N’allons pas jusqu’à tenter de définir chaque titre (j’ai pas toute la semaine non plus), aussi me limiterai-je à conseiller tout spécialement la triplette qui débute l’œuvre (soit Protest !, Euphoria/Desperation, Eu Humano) , vraiment bandante, d’autres moments pouvant passer pour plus hermétiques aux jeunes oreilles. Alors, disque majeur ou gentil joujou perso ? Un peu de l’un, un poil de l’autre. Il faudra quelques semaines ou mois complets pour bien appréhender tout ce que recèle ce Hubris I&II. Mais des albums qui interpellent à ce point ne sont plus aussi nombreux. Kisser a donc tout loisir de poursuivre ses recherches et d’en faire profiter Sepultura à l’occasion.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Andreas Kisser : "Hubris I & II"
(1/2) 23 novembre 2015
Andreas Kisser : "Hubris I & II"
(2/2) 16 novembre 2009, par U.P.




Andreas Kisser : "Hubris I & II"

23 novembre 2015 [retour au début des forums]

He is very talented. He can sing and he plays guitar atthe same time. - Green Water Technologies

[Répondre à ce message]

Andreas Kisser : "Hubris I & II"

16 novembre 2009, par U.P. [retour au début des forums]

Excellente surprise que de voir cet album chroniqué sur votre site, bravo M. Ouslati !

Je considère Hubris I & II comme une des plus belles curiosités de 2009. Un bel aperçu de la palette musicale d’Andreas Kisser, plus variée que ce qu’il livre dans Sepultura (logique me direz-vous). La grande qualité de cet album est de jouer sur les émotions et d’’élargir les horizons plutôt que d’essayer d’épater la galerie ou de faire la même chose qu’en groupe en moins bien. Pas de soli démonstratifs, d’hyper-agressivité mais des thèmes variés, des ambiances, des notes précises qui font mouche. Il est parvenu à définir et à résumer son univers sans en faire des tonnes. Andreas Kisser a défini son travail comme un "voyage musical" et c’est tout à fait ça. Espérons qu’il ait l’occasion de faire profiter Sepultura de ce genre de développement musical (dans une certaine mesure histoire de ne pas trop choquer les esprits obtus, bien que ceux-ci aient sans doute déserté le navire depuis longtemps), cela ne pourra être que bénéfique au groupe.

Bref très bel objet plus que recommandable (en plus l’artwork est très soigné).

[Répondre à ce message]