Pop-Rock.com


L’album du mois
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
Aussi beau qu’inespéré

mercredi 7 octobre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Marduk : "World funeral"
In Flames : "Come clarity"
Blind Guardian : "A Night at the Opera"
Sepultura : "A-lex"
Dream Theater : "Train of thought"
Theatre of Tragedy : "Storm"
Therion : "Gothic Kabbalah"
Apocalyptica : "Reflections"
White Lion : "Return of the pride"
Rhapsody : "Power of the Dragonflame"


Alice in Chains avait disparu cordes et âmes depuis 2002, la perte de Layne Staley donnait au cercueil du grunge des allures d’open bar pour lombrics. Des mentalités torturées se soulageant par la mort, on connaissait déjà, suivez mes pixels du côté du blondinet cracra et de sa poule vulgaire. Crève le grunge, on clôt le chapitre muzak pour dépressifs, le son qui poissait dur à cette époque de chiottes.

De Nirvana, on n’en verra plus que du unplugged et du best of de temps à autres, largement suffisants pour s’interroger encore sur le succès du trio aux fripes sales. Pearl Jam s’en ira voguer dans des contrées folk parfois bien trop chiantes, même pour eux. Soundgarden... chute du rideau, pas plus à dire, ou allez voir Cornell fricoter avec Timbaland en 2009... Le cas qui nous intéresse ici semblait fermé lui aussi. Jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à ce que Cantrell décide de renflouer la barque.

Alice in Chains avait su donner au grunge un univers nettement plus complexe que d’autres en leur temps, cela s’expliquait par la guitare si particulière de Cantrell, la base rythmique au poil, et bien entendu les vocaux de Layne, ras le bavoir de souffrance, loin du théâtralisme, proche de sa chair qui semblait hurler à travers ses amygdales. C’était un carré de piques, un assemblage non pas parfait mais solide, un ensemble que seule cette pute de mort aura pu faire chavirer. Cantrell sans Staley, impossible, Cantrell certifié cerveau du bouzin mais Layne en était la conscience défoncée à la dépression, ou comment communiquer des sentiments puissants avec du feeling. Belle paire de jadis, il fallait craindre à ce retour des allures de canard trop boiteux pour passionner la masse.

Et là vient le... miracle ! Alice in Chains, bien que lourdement amputé n’a semble t’il pas vu les années passer. Les mélodies sombres et magnifiques, les sonorités touchantes sans être mièvres. Cantrell n’a pas fait murir sa création, il l’a fait progresser, mais jamais en y vendant son âme. Black gives way to blue a le son d’Alice, reconnaissable entre mille, il en a les références, les compositions. Rien n’est plus renversant que cette impression du début à la conclusion d’écouter un simple nouvel album alors qu’il s’agit d’une vraie résurrection. Le groupe semble être parvenu à maitriser le temps, à opérer un raccourci dans l’espace de près de quatorze ans.

N’allons pas jusqu’à comparer le neuf et l’antique, la trop courte carrière discographique du groupe a su éviter les écueils, et cet opus inespéré ne pose aucun arrêt. A peine pourrait-on juger l’ensemble moins sombre qu’avant, mais rien d’extraordinaire à cela. A quoi bon revenir si les mêmes tourments vous habitent, ou le mal-être passé ne serait que du fade marketing ? Staley s’en est allé avec sa douleur. Et AIC, qui posa son baluchon au même calvaire durant tant d’années a repris la route. Chose qui aurait pu choquer, faire douter, faire fuir et qui ne provoque somme toute qu’une infinie bonne surprise.

William Duvall qui se doit de porter désormais la lourde charge jamais ne cherche à faire oublier, de photocopier encore moins. Duvall n’est pas Staley, et ne veut pas l’être, à quoi bon d’ailleurs ? Sans forcer une tristesse qui pourrait sentir le marketing morbide, ce nouvel opus provoque une mélancolie reconnaissable, mais plus apaisante et douce qu’auparavant.

En onze morceaux, il n’est à noter aucun faux pas, aucun manque de goût ou de sincérité. Rien de complexe, tout est dans l’ambiance, dans les guitares, dans le rythme, dans le chant plus que convaincant de Duvall. Cantrell l’accompagnant parfois, l’impression est encore plus forte d’avoir retrouvé toute la noire majesté d’Alice in Chains. Le duo se reforme, et offre merveilles sur merveilles, impérial sur les titres les plus lancinants (Your decision, Black gives way to blue), tout aussi parfait lorsqu’il s’agit de ressortir la boite à rythmes (Check my brain, Take her out).

Même un Elton John qui se fend d’un petit air de piano sur le bel hommage à Staley en fin de parcours n’a pas l’heur d’affadir la sauce. Cette voie nouvelle qu’emprunte Alice in Chains, celle qui va de l’obscurité aux cieux ne pouvait être mieux tracée par Cantrell. Mieux, il est de ces albums qui vous donnent envie de gueuler "merci !" à ses auteurs, le poitrail perlé des larmes vous jaillissant des orbites, ce disque est de ceux-la, exceptionnel.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(1/6) 15 octobre 2009
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(2/6) 15 octobre 2009, par ELSA
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(3/6) 13 octobre 2009, par sharky40
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(4/6) 12 octobre 2009, par Plunk
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(5/6) 9 octobre 2009, par Humphrey
Alice in Chains : "Black gives way to blue"
(6/6) 9 octobre 2009, par Ced




Alice in Chains : "Black gives way to blue"

15 octobre 2009 [retour au début des forums]

ça ne vaut rien a coté de Pearl Jam et leur nouvel opus !

[Répondre à ce message]

Alice in Chains : "Black gives way to blue"

15 octobre 2009, par ELSA [retour au début des forums]

Alice In Chains...je ne connaissais que 2-3 morceaux !
J’ai écouté ce album, je l’ai acheté, et je suis comblé !
De quoi donner envie de plonger dans les albums précédents, sans hésiter !

[Répondre à ce message]

Alice in Chains : "Black gives way to blue"

13 octobre 2009, par sharky40 [retour au début des forums]

suite à la perte de leur chanteur d’origine (à l’instar d’ ACDC), le groupe nous sort enfin son "back in black" à lui.
j’y croyais plus mais ca valait le coup d’attendre et d’ espérer toutes ces années ...
chapeau bas mister Cantrell !

[Répondre à ce message]

Alice in Chains : "Black gives way to blue"

12 octobre 2009, par Plunk [retour au début des forums]

Décidément, il va falloir que je l’achète, celui-là. Ce que j’en ai écouté m’a agréablement surpris et cette chronique donne très envie.

[Répondre à ce message]

Alice in Chains : "Black gives way to blue"

9 octobre 2009, par Humphrey [retour au début des forums]

Deux bijoux (la chronique plus l’objet de la chronique) qui nous font une bonne paire assez sensible pour être honnête.

[Répondre à ce message]

Alice in Chains : "Black gives way to blue"

9 octobre 2009, par Ced [retour au début des forums]

Effectivement, du vrai bonheur...

[Répondre à ce message]