Pop-Rock.com



W.A.S.P. : "Kill, Fuck, Die"
Au menu ce soir...

lundi 25 octobre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ozzy Osbourne : "No more tears"
Gamma Ray : "Land of the free"
Body Count : "Violent demise - Last days"
Nightwish : "Oceanborn"
Iron Maiden : "Virtual XI"
Tool : "Aenima"
Blind Guardian : "Nightfall in Middle Earth"
Dream Theater : "Metropolis Pt. 2 : Scenes from a memory"
Metallica : "Metallica"
Moonspell : "SIN/Pecado"


Vous excuserez j’en suis certain ma monomanie concernant W.A.S.P. et Blackie Lawless. A chaque parution d’un nouvel album, il me prend de relancer une cure de la discographie passée, histoire aussi de juger la nouveauté face à ses grands frères. Et je n’ai pu passer sous silence le choc sonore que me provoque toujours cet album de 1997. A contre-courant du style habituel du groupe, mais totalement en phase avec le mouvement indus en pleine bourre, K.F.D. sera un incroyable concentré de haine et de pourriture comme jamais W.A.S.P. n’en avait fait paraître.

Et j’irai jusqu’à trouver de la beauté dans les poubelles me direz-vous, possible ma foi. Car cet album totalement à part n’a rien pour aguicher l’oreille, il rebuterait même de prime abord, le son est si synthétique, morbide, Lawless joue si bien l’étripeur aviné que les ambiances vous viennent d’elles-même, ambiances d’éther, de caves humides qui sentent la mort, de bestialité crue. Rien n’invite à la comédie, si ce n’est à la comédie macabre. Le genre adopté se prête évidemment à ces nouvelles théories perverses, mais W.A.S.P. a ajouté sa touche théâtrale, a surjoué la violence, désinhibé ses vices.

Tout au long de ce parcours, au long de ces plages malsaines, Lawless s’amuse de sa nouvelle condition de maître es horreurs. Les thématiques importent peu pourvu qu’elles mêlent sexes et meurtres. Point facile l’accession aux nouvelles folies de W.A.S.P., trop dures, trop peu correctes. Mais si vous parvenez à franchir la porte de cet aguichant frigo, vous devrez admettre que le groupe a su apporter à l’indus le plus froid une atmosphère que de simples machines ne pouvaient retranscrire. Grâce notamment à Chris Holmes, fraichement revenu au bercail, qui va donner l’impulsion nécessaire. Point ultime de la course au stupre et au sang lancée par W.A.S.P., K.F.D. est un détestable monument sonore qui ne fut jamais reconnu comme une œuvre majeure.

A tort.

Tout est majestueusement sale, et je râle de désespoir lorsque me vient la lente montée de Tortured my eyes, seule power-ballade de l’album qui tient du miracle tant elle colle aux doigts, tant elle puise dans une mare de tourments abominables, et tant elle est belle finalement. La tournée qui suivra sera la plus douteuse de leur carrière, le Kill Fuck Die Tour et sa sur-provocation sera en outre fidèlement retranscrite dans le Double live assassins dont je vous parlais ici. Elle démontrera aisément combien les titres de cet album ne dénotent en rien en concert, mieux, ils prennent alors une aura supplémentaire, amenant en vous autant de dégout que d’attraction.

Un album qui tue, baise et meurt, primitif et ultime, à tenter pendant les longues soirées d’hiver.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 66 contribution(s) au forum.

W.A.S.P. : "Kill, Fuck, Die"
(1/1) 25 octobre 2010, par kozmik




W.A.S.P. : "Kill, Fuck, Die"

25 octobre 2010, par kozmik [retour au début des forums]

Ce qui m’a toujous fasciné avec les chroniqueurs Metal c’est cette "capacité d’émerveillement" que vous arrivez à maintenir devant une musique aussi rabachée, ressassée à longueur de disques. Pouvoir encore pondre un nombre de lignes réglementaires sur une musique aussi éculée m’a toujours fasciné. Franchement ça force le respect. Sans déconner, comment faites vous pour différencier un bon album d’un mauvais ? Vous tracez une ligne par-terre et selon que ca tombe d’un coté ou de l’autre c’est soit bon, soit mauvais. C’est ça ? J’ai bon ? Et encore je ne parle même pas de l’art-work de chiotte qu’on retrouve sur chaque disque du genre. Vous faites des chateaux de sable avec un étron.

[Répondre à ce message]