Pop-Rock.com



Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
L’art de s’assagir

mercredi 1er février 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Scorpions : "Face the heat"
Body Count : "Violent demise - Last days"
Fu Manchu : "In search of..."
Artillery : "By inheritance"
KoRn : "KoRn"
Marduk : "Panzer divizion Marduk"
Megadeth : "Rust in peace"
Dream Theater : "Images and words"
Judas Priest : "Meltdown ’98 live"
Black Sabbath : "Reunion"


Légèrement tombé dans l’oubli aujourd’hui, Suicidal Tendencies demeure l’un des groupes les plus déstabilisants du rock des vingt dernières années. Personne n’a jamais su très bien situer ce gang imprévisible que son originalité a peut-être privé de la reconnaissance qu’il aurait mérité.

Suicidal Tendencies, c’est d’abord et avant tout un tempérament hors du commun en la personne de Mike Muir, frontman d’exception à la tête perpétuellement enturbannée d’un bandana rose. Un électron libre du rock, qui pratiqua très tôt la fusion des genres avec une folie communicative et un sens de la subversion jamais pris en défaut. Et puis, le temps passant, Suicidal Tendencies prit la décision de passer à l’échelon supérieur en sautant dans le convoi metal alors lancé à plein régime. On reprocha à Art of rebellion - comme à beaucoup d’autres albums dans les années 90 - d’avoir sacrifié son intégrité au profit de la rentabilité. Il est vrai que l’esprit punk et hardcore des débuts a lentement faibli pour atteindre cet esprit « dinosaure metallique » qu’on ressent ici. La production luxueuse a également choqué, tant elle semblait nier les origines brutes et la « Street credibility » du groupe pour tenter de concurrencer les multi-millionaires du hard-rock contemporain.

En matière de rentrer dans le rang, Suicidal Tendencies ne fait pourtant guère d’efforts. Atypique, cette formation culte l’a toujours été, et le moindre de ses morceaux est aisément identifiable, y compris sur cet album un peu trop classique. A commencer par ce groove impressionnant qu’on ne retrouve guère dans aucune autre formation dure de l’époque. Un groove que l’on doit notamment au bassiste Robert Trujillo, aujourd’hui quatrième horseman de Metallica pour le meilleur et - malheureusement pour lui - surtout pour le pire.

En contrepartie aux idées sombres, désespérées et négatives véhiculées par les textes, la voix fébrile et suraiguë de ce fêlé de Mike Muir fait montre d’une ironie presque indécente. Alternant chant hystérique et flow fiévreux, Muir s’adapte à toutes les atmosphères. Une introspection glauque comme Nobody hears, ou une folle course poursuite détraquée à la Can’t stop recèlent un réel grain de folie qui produit toujours son petit effet.

Qu’on connaisse ou non le reste de la discographie du groupe, on ne s’adapte pas très rapidement à Art of rebellion, qui semble de prime abord n’être qu’un banal condensé de gros son supplémentaire. Il est vrai que Suicidal Tendencies, en se risquant à changer radicalement de philosophie, donne l’impression de s’être quelque peu assagi. A l’époque, les excellents groupes de metal ne manquaient certes pas, et le groupe était sans doute moins versé dans le domaine du rock dur porté sur les sentiments personnels que dans celui de la révolte sociale chauffée à blanc. Au fil des écoutes, on finit tout de même par lui trouver un côté décalé et décapant plein de charme. Ecouter Art of rebellion ne permettra certainement pas de cerner toutes les facettes de Suicidal Tendencies, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de leur oeuvre la plus explosive, mais, en tout cas, le plaisir d’écouter un honnête album de hard rock secoué du bulbe est, lui, bien présent.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 12 contribution(s) au forum.

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(1/7) 13 mars 2015, par jason
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(2/7) 13 mars 2015, par jason
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(3/7) 13 mars 2015, par chris
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(4/7) 13 mars 2015, par mike
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(5/7) 13 mars 2015, par jhon
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(6/7) 12 septembre 2006, par raging bull
Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"
(7/7) 2 février 2006




Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

13 mars 2015, par jason [retour au début des forums]

Awesome style of posting, article of this post is truly great. I have really refreshing examining your online journal entrances.
gym flooring

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

13 mars 2015, par jason [retour au début des forums]

It is a decent post ,I like so much .I additionally trust you can tell me all the more about your news.
gym flooring

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

13 mars 2015, par chris [retour au début des forums]

Such an extremely valuable article. Exceptionally fascinating to peruse this article.I might want to thank you for the endeavors.
grass mats

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

13 mars 2015, par mike [retour au début des forums]

I like your composition style and the way you have exhibited the entire circumstance.I will share the post with my friends.
imperial yellow bricks

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

13 mars 2015, par jhon [retour au début des forums]

What an awesome post imparted here, This site have extremely instructive. you have done decent work.
rubber matting

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

12 septembre 2006, par raging bull [retour au début des forums]

Suicidal, groupe corect, mais... bonjour l’hypocrisie !
"On est pas thrash....On est un groupe de harcore".... Tout ca pour se démarquer des bands de chevelus style Metallica-Megadeth, à l’époque des "clashs of the titans", entre autres.
Alors que leur zique, à partir de leur troisième album : du trash, ni plus ni moins, avec soli mélodiques piqués sur Kirk de ’tallica... Bref, un groupe très commercial, très suiveur, mais de la pire espèce : les honteux !!! Du coup,Pour moi, plus commercial encore qu’Europe ou Bon Jovi, qui, eux ASSUMAIENT au moins !
Morale de l’histoire : le cul entre deux chaises, Suicidal n’a jamais rencontré son public, d’où un Mike Muir très aigri par la suite, du style : " Green Day ou Offspring, c’est pas du vrai punk, na na na..."
PATHETIQUE !!!!!!!!! Mais, au moins, il y a une justice !

[Répondre à ce message]

Suicidal Tendencies : "Art of rebellion"

2 février 2006 [retour au début des forums]

Light, Camera, Revolution Rules !
Bon, je sais, c’est assez léger, mais quel disque !!!!

[Répondre à ce message]