Pop-Rock.com



Nightwish : "Oceanborn"
Songe boréal

vendredi 24 janvier 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Body Count : "Violent demise - Last days"
Metallica : "Reload"
Metallica : "Metallica"
Deep Purple : "Slaves and masters"
Blind Guardian : "Nightfall in Middle Earth"
Dream Theater : "Images and words"
Judas Priest : "Meltdown ’98 live"
Megadeth : "Youthanasia"
KoRn : "KoRn"
Judas Priest : "Painkiller"


L’écoute d’un disque de Nightwish tient plus de l’expérience quasi-physique qu’auditive. On ne se contente plus seulement de ressentir les visions oniriques qu’inspire leur musique, on les vit littéralement. Et avec cet Oceanborn, on frôle à chaque instant l’orgasme sonore…

Parmi les innombrables groupes à voix féminines qui occupent la scène metal, Nightwish tient une place à part. Non pas que Lacuna Coil, After Forever ou même Synergy et sa chanteuse psychotique ne valent pas le détour, loin de là, mais le groupe finlandais s’est hissé en l’espace de deux albums au firmament du metal. A priori pourtant, peu de choses le prédestinaient à ce résultat. Au point de vue strictement instrumental, on retrouve la formule chère à la plupart des groupes de power metal mélodique : un jeu rapide et technique, un batteur évadé de la forge de Thor, des thèmes musicaux imparables et des claviers pour l’atmosphère. Mais là où les autres groupes n’utilisent ces derniers que comme agrément mélodique à la musique, Nightwish leur a donné une place majeure dans l’élaboration de leur son. Tour à tour majestueux, épiques ou mélancoliques, ils sont indéniablement un des deux éléments qui font de Nightwish un groupe unique au monde. Le lyrisme épique de la chanson, Stargazers, dont le thème central rappelle furieusement la bande originale du film The last of the Mohican, ou celui de l’instrumental Moondance feraient presque passer Rhapsody pour une bande de chasseurs de gobelins à la petite semaine. Et que dire de ce remarquable Passion & the opera, inspiré de la Flûte enchantée de Mozart ? Rien, il n’y a rien à en dire, ce serait de toute façon en dessous de la réalité.

Mais l’essentiel de la magie de Nightwish tient en deux mots : Tarja Turunen. Bien que la voix sépulcrale à la Moonspell d’un chanteur invité pour l’occasion lui donne parfois la réplique (sur The devil & deep dark ocean notamment), la divine chanteuse soprano vole la vedette à tout autre composant de la musique des Finnois. Jamais une telle gamme d’émotions humaines, de subtiles inflexions, de mouvements vocaux imperceptibles glissant de la joie à la tristesse, n’a transparu dans un groupe de metal. Comment peut on rester insensible à une telle beauté (chanteuse ET voix confondues…) ? Impossible ! Mettez en veilleuse votre cerveau reptilien et laissez vous emporter par les enchantements vocaux de l’ange du nord.

Si Nightwish est d’une valeur exceptionnelle dans les thèmes épiques, il parvient, en outre, à éviter le piège dans lequel s’écrasent généralement la majorité des groupes affiliés à la scène metal mélodique : la balade. Les deux balades d’Oceanborn Swanheart et Walking in the air ne recèlent pas la moindre trace de cette mièvrerie qu’on rencontre, hélas, trop souvent dans les tentatives de ce genre et cet exploit repose à nouveau entièrement sur Tarja. Même en dehors de toute considération sur le côté hivernal de la composition et la beauté glaciale de l’accompagnement au piano de Swanheart, sa voix pleine de nostalgie et de mélancolie vous transportera dans une immémoriale forêt elfique ensevelie sous les neiges, où chaque souffle semble se remémorer les temps heureux de jadis.

Je m’emballe, je m’emballe, je sais. C’est ça aussi, l’effet Nightwish.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

> Nightwish : "Oceanborn"
(1/3) 7 mai 2004
> Nightwish : "Oceanborn"
(2/3) 30 avril 2004, par bigmat
> Nightwish : "Oceanborn"
(3/3) 28 avril 2004, par RaZ




> Nightwish : "Oceanborn"

7 mai 2004 [retour au début des forums]

Jusqu’ici Nightwish fut le groupe d’un album, celui-ci ( en attendant Nemo, peut-être le renouveau ).

Tubesque ,excessif ,défoulant , un chouia trop homogène, n’eut été la présence d’albums de la trempe de symphony of enchanted lands lors de sa sortie ( 1998 ) qu’il eut été sacré sans problème album de l’année.

Peut-être l’album le plus fondateur de la tendance des chanteuses de métal , à défaut d’en être le réel précurseur .
En définitive, une pièce majeur à ne pas sous-estimer .

Propos rédigé par un amateur ayant acheté cet album par hasard parcequ’il trouvait la pochette jolie lors de sa sortie...et qui 6 ans plus tard n’a pas modifié son opinion sur sa valeur, au demeurant intrinsèque.
Ses successeurs "whishmaster" et "century child" m’ont beaucoup décu .

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Oceanborn"

30 avril 2004, par bigmat [retour au début des forums]

Attention chef d’oeuvre.
Un album vraiment terrible. Il contient quelques unes des plus meilleures chansons que j’ai pu entendre. Il paraît presque impossible de faire mieux dans le style. Tous les musiciens y sont excellents et l’équilibre entre eux est parfait. L’enregistrement de la voix de Tarja avait été très réussi, et les mélodies étaient particulièrement accrocheuses et enlevées. La suite sera souvent moins bonne, bien sûr, malgré encore quelques morceaux fameux (kingslayer, tenth man down...)dans les albums qui suivent.
Malgré quelques défauts mineurs il s’agit bel et bien d’un album de génie ;

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Oceanborn"

28 avril 2004, par RaZ [retour au début des forums]

Amen

Je suis un groupy de Tarja

[Répondre à ce message]