Pop-Rock.com



Iron Maiden : "Fear of the dark"
La fin d’une époque

samedi 20 décembre 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Marduk : "Panzer divizion Marduk"
Dream Theater : "Images and words"
Ozzy Osbourne : "No more tears"
Megadeth : "Rust in peace"
Metallica : "Load"
Deep Purple : "Purpendicular"
Kyuss : "Welcome to Sky Valley"
Tool : "Aenima"
Judas Priest : "Meltdown ’98 live"
Mayhem : "De mysteriis dom sathanas"


Tous les vieux hardos qui faisaient de la résistance durant les années 90 vous le confirmeront : Fear of the dark, c’est un chant du cygne, la fin d’une époque. Après cet album, Iron Maiden n’a plus jamais été le même, vous expliqueront-ils, et le metal dans son ensemble est entré dans une longue période de léthargie médiatique et commerciale. En effet, Bruce Dickinson quitta le groupe dès la fin de la tournée Fear of the dark pour se consacrer à ses nombreux projets solo. Cette défection fut le prélude à une décennie particulièrement pénible durant laquelle l’ancien porte-étendard du metal britannique fut rétrogradé au rang de has-been sans intérêt, et accumula les revers critiques et commerciaux.

Dans ces circonstances, il est compréhensible que que Fear of the dark bénéficie d’une aura particulière. Compréhensible mais éminemment discutable car la brillance de Fear of the dark au sein de la discographie de Maiden est toute relative. En fait, cette réputation provient en grande partie de la célébrité de la chanson-titre, sans doute le titre qu’on n’imagine pas absent du moindre concert d’Iron Maiden, à égalité avec Run to the hills. Un autre début d’explications tient à ce que la Vierge de Fer partait de très bas, après l’affreux No prayer for the dying sorti deux ans auparavant, sans hésitation le plus mauvais album d’Iron Maiden jamais enregistré. Assez logiquement, Fear of the dark ne pouvait signifier qu’une remontée qualitative par rapport à ce dernier. Malheureusement, cette hausse est plutôt minime quand on y regarde de plus près. Pour résumer l’affaire rapidement, Fear of the dark est un album d’une durée conséquente, qui voit ses quelques bons moments noyés sous une avalanche de morceaux, non pas mauvais à proprement parler, mais terriblement sans relief. Un constat d’autant plus décevant que pour un album de Maiden, Fear of the dark n’était pas avare de nouveautés. Au niveau du son, il amorce un volte-face de plus par rapport à l’utilisation des claviers, autrement dit davantage de sonorités synthétiques que sur No prayer mais beaucoup moins que sur Somewhere in time et Seventh son of a seventh son. Ces tergiversations continuelles renvoient cependant surtout l’image d’une formation qui ne sait plus si elle doit durcir ou édulcorer son propos pour rester en phase avec les attentes du public.

Second phénomène assez inhabituel : en terme de morceaux composés, Murray, Dickinson et Gers font pratiquement jeu égal avec Steve Harris. On se souvient pourtant que la totalité des grands succès de Maiden étaient issus de la plume de ce dernier. Sans surprises, les pistes que l’on doit à nos trois mousquetaires sont également celles qui ne parviennent pas générer la moindre émotion forte. Dans l’ensemble, quelques titres se hissent pourtant sans difficulté au dessus du lot. Le titre supersonique qui ouvre l’album, Be quick or be dead, est un spécimen unique dans la discographie de Maiden, une tentative relativement convaincante de concurrencer Metallica, Megadeth et les autres groupes en vogue sur le terrain de la vitesse pure. Afraid to shoot strangers est également l’une des rares ballades post période Di Anno à présenter le moindre intérêt. On notera également qu’il s’agit d’une des seules chansons « engagées » du groupe, qui avait toujours pris grand soin de se tenir à l’écart du militantisme et de l’actualité. Et puis, on découvre évidemment la monumentale chanson-titre en fin d’album, sur laquelle on ne s’attardera pas tant tout a déjà été dit à son sujet. Tout le problème de Fear of the dark est là : en faisant le compte, on obtient donc un grand hit, deux compositions plus que correctes... et les trois-quarts de l’album constitué de pistes qu’on qualifiera avec bonté d’anecdotiques. Pour ma part, c’est une description tout à fait recevable d’un album médiocre, et le fait que durant les années qui suivirent, Maiden parvint à tomber plus bas n’est qu’une bien piètre consolation.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Iron Maiden : "Fear of the dark"
(1/1) 29 novembre 2016




Iron Maiden : "Fear of the dark"

29 novembre 2016 [retour au début des forums]

Nice album. This is one of the most popular albums of the group. - Dr. Thomas Devlin

[Répondre à ce message]