Pop-Rock.com



Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
Une piqûre de rappel ?

samedi 22 octobre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Iron Maiden : "Somewhere in time"
Slayer : "Reign in blood"
Ozzy Osbourne : "Blizzard of Ozz"
Trust : "Répression"
Iron Maiden : "The number of the beast"
Led Zeppelin : "Coda"
Metallica : "Ride the lightning"
Metallica : "Kill’em all"
Venom : "Black metal"
Europe : "The final countdown"


Une simple écoute de Dr. Feelgood, et c’est le Mötley Crüe de la grande époque qui resurgit, celui des overdoses à répétition, des tournées des stades, des mariages à court terme avec des actrices de soap-opera ou des playmates de la double page centrale du magazine au petit lapin. Mötley Crüe, sa vie, son œuvre, synthétisées ici, rien que pour vous, en une quarantaine de minutes.

J’ai toujours eu des difficultés à comprendre l’immense succès récolté par Mötley Crüe durant les années 80. Non qu’ils étaient plus mauvais que la moyenne des groupes à succès de l’époque, mais ils ne leur étaient pas non plus particulièrement supérieurs. Et, avec plus de soixante millions d’albums vendus, Mötley Crüe se classe pourtant parmi les plus gros vendeurs de toute l’histoire du hard rock, seulement surpassé par des formations comme AC/DC ou Metallica. Mais trêve de considérations financières (la marge bénéficiaire leur étant de toute façon passée par les narines depuis belle lurette), partons du principe que nous sommes en 1989, qu’on est là pour s’éclater, dragouiller pathétiquement des blondasses peroxydées tout de cuir vêtues, et tracer sur les boulevards en Harley.

Dans cet esprit, il y a en effet de très bonnes prescriptions sur l’ordonnance du docteur Feelgood : Dr. Feelgood, Kickstart my heart, Rattlesnake shake,... On peut même dire sans trop se mouiller qu’il s’agit selon toute vraisemblance d’un des sommets du Hair-metal de Los Angeles, tel qu’il se devait d’être à l’époque. Pas de technique éblouissante, pas de réflexions profondes sur l’humanité, juste du rock incisif, canaille et décadent pour un public qui n’en demandait de toute façon pas davantage. Question contenu, il est clair qu’il n’y a pas grand chose : tout l’album semble fonctionner sur deux neurones. De toute manière, l’idée d’un Mötley Crüe empreint de gravité paraît presque aussi incongrue que celle d’un Joy Division festif.

Mötley Crüe sortirait encore un best-of à succès, avant d’être impitoyablement balayé par la vague grunge, et réduit à devoir hanter les clubs au lieu des stades. Eux qui avaient compris à la perfection quel était le profond désir de fun et de débauche de la majeure partie du public rock des années 80, se retrouvèrent finalement démunis face à une vague de jeunes formations qui venaient triturer le mal-être de leur génération et refusaient avec la dernière énergie ce mode de vie rock’n roll sur lequel Mötley Crüe ne cessait de badiner. La fin d’une belle histoire ? On n’ira tout de même pas jusqu’à dire ça...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
(1/5) 26 novembre 2016
Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
(2/5) 12 mai 2006
Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
(3/5) 10 mars 2006, par bad bönes
Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
(4/5) 23 février 2006
Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"
(5/5) 22 octobre 2005, par Omok




Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

26 novembre 2016 [retour au début des forums]

Nice review of the album. This gives me the idea about the kind of songs that this band had created. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

12 mai 2006 [retour au début des forums]

La supériorité du crüe par rapport aux autres groupes hair metal des 80’s tiens justement dans le fait qu’ils n’en sont pas un ! Leurs influences vont des stones aux dolls en passant par bowie et black sabbath, aerosmith ou sweet. Leurs albums sont loins d’être des chef d’oeuvres, mais la vision du nouveau dvd carnival of sins est révélatrice : pas un seul morceau a jeter en live, comparé au remplissage sur les albums ! Et puis cette attitude ! De vrais personnages de bd, comme les stones a l’époque, bigger than life. Les voir attaquer shout at the devil en ouverture de concert remet les pendules a l’heure, placebo ne fait pas du rock, radiohead est chiant, vive le crüe !

[Répondre à ce message]

Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

10 mars 2006, par bad bönes [retour au début des forums]

Par ailleur un nouvel album devrait sortir courant 2006 (mai,juin,juillet,aout je sais c’est trés aproximatif) et d’aprés les dires de nikki sixx et de tout les autre membre du groupes (que tout rockeur digne de ce nom connait bien sur) l’album devrait faire revenir le groupe a sa folie furieuse des 80’s (genial !!) et aussi leur film "the dirt" est toujours d’actualités alor comme ils le disent trés eux mème
"SEX, DRUGS, AND ROCK’N ROLL !!!"

[Répondre à ce message]

Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

23 février 2006 [retour au début des forums]

Motley crue represente parfaitement le model de Rock’n’roll rechercher durant les année 80’s

si on avait plus de groupen comme eux aujourd’hui le Rock pourrais renaitre de ses cendre

[Répondre à ce message]

Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

22 octobre 2005, par Omok [retour au début des forums]
http://www.l-dopa.net

Et ils sont de retour en 2005 ! Et ça le fait toujours grave ! Merci pour l’article, mais leur véritable bijoux est sorti en 1984 et s’intitule "Shout at the devil "Shout ! Shout !

[Répondre à ce message]

    Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

    6 janvier 2006, par Badbones_forever [retour au début des forums]


    Tu as fais une erreur....Shout est sortie en 1983....et une nouvelle version encore plus "métal" en 1997

    [Répondre à ce message]

      Mötley Crüe : "Dr. Feelgood"

      26 septembre 2006 [retour au début des forums]


      parlez de cet albums comme un album sur deux neurones me semble un peu (beaucoup) reducteur...
      La grande difference de motley par rapport aux autres de l’epoque, c’est qu’ils avaient toujours une longueur d’avance, dr feelgood à cet production funky qui laissait entrevoir le mouvement de fusion (extreme, king of the hill, living color, red hot) qui se profilait à l’horizon, alors que tout les autres band etaient encor au hard fait de cuire et de grosse moto (comme motley en 1987 avec girls girls girls ; ou tout le monde etaient encor en plein haire metal à paillette ultra maquillé façon theater (1985 etc....)
      Et puis motley crue n’est pas si primaire et stupide, pas mal de chanson sont une part de leur vie, les album pris dans l’ordre chronologique sont l’illustration de ce qu’ils ont vecu autant le reve que le pathétique... c’est tres loin de n’etre que du sex, fun, et encor sex... c’est bien plus, nikki sixx est beaucoup plus subtil qu’il n’y parait.

      [Répondre à ce message]