Pop-Rock.com






Une bière avec The Dallas Explosion
jeudi 24 février 2011

Bruxelles, mercredi soir. Une rumeur tenace prétend qu’il n’y a strictement rien à faire en soirée dans la capitale de l’Europe entre le dimanche et le mercredi inclus. Le toujours très hype Café Central [1] peut-il faire mentir l’adage en programmant The Dallas Explosion ? J’avoue que je n’en sais trop rien au moment de quitter mes pénates woluwéennes pour rallier le quartier Saint-Géry. Je n’ai jamais vu le groupe sur scène mais j’avais apprécié quelques titres du premier album, en 2007. Ce showcase présentant son successeur, Off to war, tombe donc à point nommé ; il est temps de me faire un avis définitif.
A mon arrivée, je suis agréablement surpris de constater que le Central est plein à craquer en ce pluvieux et tristounet mercredi soir. A la clientèle habituelle – essentiellement composée d’artistes bobos et de jeune expats, style étudiants Erasmus – se sont ajoutés les fidèles de Dallas Explosion, mais aussi de nombreux musiciens et insiders de la scène rock belge. Même le ténébreux manager de Ghinzu et le calamar qu’il porte en permanence sur la tête ont fait le déplacement…

M’ayant reconnu – bien que ne m’ayant jamais rencontré –, le chanteur-guitariste, Geoffrey Dallas, fend la foule pour venir me saluer. Il me remet un exemplaire du nouveau CD (dont la pochette me fait immédiatement penser à celle de Crocodiles d’Echo & The Bunnymen) et entame un sympathique blabla commerçant typique de la scène belge entrecoupé de vannes à deux sous. « Il n’y a pas de coq wallon sur ce disque-ci », me dit-il, faisant référence à notre chronique de Girlfriends and excess [2], dont je n’ai, sur le moment, plus aucun souvenir. Il poursuit : « Nous n’avons pas reçu d’argent de la Communauté française et n’en avons d’ailleurs pas demandé ». Tant mieux, les subsides transformant les groupes en "artistes officiels subventionnés" comme à la grande époque de Ceausescu, ça me fout la gerbe. Plus tard, parlant de Pop-Rock, il ajoute : « Quand quelqu’un cite plein de noms propres comme références pour décrire de la musique, je lui dis d’arrêter de faire son Jérôme Delvaux ». A côté de nous, le guitariste de Von Durden part dans un éclat de rire gras. Ma foi, ça va encore ; dans la bouche d’autres personnes, « faire son Jérôme Delvaux » a une connotation bien plus péjorative. Soit, me dis-je, on verra si ce jovial musicien a autant de verve sur scène… Et la réponse ne tardera plus à tomber : même dans les conditions difficiles du Central (ce son, mon dieu !), et malgré un côté "bourgeois rockeurs", Dallas Explosion assure grave.

Geoffrey, le songwriter, est épaulé par une section rythmique bien en place, mais aussi par sa propre compagne danoise qui tient un peu le même rôle que Linda McCartney dans les Wings (clavier, tambourin, secondes voix, sautillements). Positionnée au centre de la scène, avec ses jambes interminables et son joli brin de voix, elle n’est pas loin de voler la vedette à son chérubin. L’ensemble est en tout cas cohérent et c’est un set énergique et bien rock’n’roll que nous propose le quatuor. Sa liste d’influences semble aller des Beatles aux Libertines en passant par les Kinks, soit le meilleur du rock anglais, mais Dallas ne sonne jamais comme un cover-band, pas même quand les quatre chantent en chœur des Ooouh-ooouh quasi identiques à ceux de Sympathy for the Devil : le groupe a sa propre identité, et beaucoup de personnalité. Dans de meilleures conditions, ce line-up peut vraiment faire mal.

Je ne sais pas encore si j’aime Off to war – que je n’ai écouté sur CD qu’une seule fois –, mais je suis déjà persuadé que Dallas Explosion est actuellement, sur scène, mon groupe préféré de la longue liste des combos belges portant un nom en référence à une ville ou un Etat américain (Hollywood Porn Stars, Malibu Stacy, Austin Lace, Vegas, Brooklyn, Texas Trauma, Girls in Hawaii,…). Ma foi, ce n’est déjà pas si mal.

J.D.


[1] Etablissement ayant dû remplacer sa sono depuis que Serge Coosemans y a "mixé", souvenez-vous, ici.

[2] L’auteur de l’article s’est depuis retiré dans un monastère.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Une bière avec The Dallas Explosion
6 avril 2011, par Alamar
Une bière avec The Dallas Explosion
26 février 2011
Une bière avec The Dallas Explosion
25 février 2011, par Snoopy
Une bière avec The Dallas Explosion
25 février 2011, par Fabrice V
Une bière avec The Dallas Explosion
25 février 2011, par rigolo




Une bière avec The Dallas Explosion

6 avril 2011, par Alamar  [retour au début des forums]

Pourquoi jouent-ils aussi rarement en concert ? Pourtant ils ont vraiment la classe ? On ne les voit jamais dans les festivals. C’est toujours Eté 67, Lucy Lucy et Von Durden. Ce ne sont pas des mauvais groupes mais les voir une fois par an me suffirait amplement. Les Dallas Explosion par contre ça ne me lasse pas.

[Répondre à ce message]

Une bière avec The Dallas Explosion

26 février 2011 [retour au début des forums]

"et malgré un côté "bourgeois rockeurs""

Le rock n’est pas une histoire de bourgeois ?

[Répondre à ce message]

Une bière avec The Dallas Explosion

25 février 2011, par Snoopy [retour au début des forums]

Il n’est pas flamand à la base le chanteur (même s’il parle 1000 langues) ?
Enfin soit, j’irai écouter cet album car j’ai découvert ce groupe par hasard il y a quelques années déjà (on peut dire ça...(sic)) en janvier 2006 dans une brasserie, un lieu improbable à Falmignoul... fallait le trouver ce village. En haut de l’escalier, l’entrée d’une brasserie (celle où on brasse, pas celle où on mange un spaget’ à 8€ au retour d’une soirée). A l’arrière, une salle très typée avec voutes en briques.
On m’y a emmené voir les Dallas Explosion. Découverte pour moi ! Coup de coeur ! A voir en live, ce fut terrible, une bonne claque !
Set super puissant, grosses guitares, rock vintage, guitare hero, improvisations, solo derrière la tête, batteur de feu, pogo, bagares... bref, un vrai show Rock’n Roll.
Il étaient vainqueurs du concours Verdur Rock 2003.

Je les ai recroisé depuis mais dans un set up différent, le personnel du groupe a changé, ça m’avait moins marqué, beaucoup plus sage. Fini le batteur qui montait sur sa batterie et les solo guitare double manche !

Mais les gens changent, évoluent donc ces quelques années auront peut-être apportée leur lot de surprises. Je vais aller découvrir.
A+

[Répondre à ce message]

    Une bière avec The Dallas Explosion

    26 février 2011, par HoulAstatichekekerel [retour au début des forums]


    idêmes impressions dudit ensemble wok’n’woll.

    Je bande dès qu’un solo est entrepris derrière la tête, alors quand on attaque la double manche, je t’explique même pas l’effet placebo viagresque provoqué intra muros.

    Bonne clique bien tight, certes qui sent la sueur polie (bien élevée ET surtout finement affinée), mais y’a rien à faire, c’est du solide.

    J’étais au central, je suis vaguement pote avec ’les Dallas’, ce qui ne change rien à mon cynisme spontané habituel dans lequel tu masturberas ton indifférence, mais c’était un bon gig. C’est p-ê de la miouze pour mélomane, mais avec qques champis dans leurs verres de vin blanc on tient des QueensOfTheStoneAge potentiels, le glamour en plus.

    Certes ils sont de fins stratèges (souligner sa position indé avec insistance, blablabla), ils ont pigé le bourbier de l’échiquier localo-merdique. Pas mon problème de vouloir se justifier une conduite, forcément tout à leur honneur mais c’est pas la question.

    La question c’est que ça tape bien en live, ils sont forts, j’ai pas écouté l’album et le son était p-ê un peu violent pour les oreilles sensibles, mais putain ça fait du bien de prendre une petite claque perverse de temps en temps. Ca recadre le zieverage !

    [Répondre à ce message]

      Une bière avec The Dallas Explosion

      7 août 2012, par hEBekvVzJILCCCPSH [retour au début des forums]


      Really great offer. I took a look. The form will ask for some survey qoutsiens and thats it. But the mac and cheese are not only available in three flavors they come in different marvelous packaging too.There is the regular box style and a cup size design.

      [Répondre à ce message]

Une bière avec The Dallas Explosion

25 février 2011, par Fabrice V [retour au début des forums]

Ayant partagé il y a peu une scène avec eux, je ne peux qu’abonder en ton sens.
Perso, c’est mon groupe belge "francophone" préféré du moment (j’attends de revoir Nestor !, la dernière fois datant d’il y a 3 ans). De gros riffs rock/blues et des arrangements sucrés ont toujours fait bon ménage. Côté flamand, écoutez Arquette.

[Répondre à ce message]

Une bière avec The Dallas Explosion

25 février 2011, par rigolo [retour au début des forums]

comme tu te donnes toujours de l’importance !

[Répondre à ce message]