Pop-Rock.com






S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
vendredi 29 janvier 2010

Une série à suivre, par Jérôme Delvaux.

2. Station to station

« It’s not the side effect of the cocaine, I’m thinking that it must be love. »

L’année : 1976.

Le lieu : Hollywood.

Le concept : En permanence sous les effets de la coke, reclus dans sa tour d’ivoire de Los Angeles, Bowie s’invente un nouveau personnage : il sera le Thin White Duke, une sorte de classieux prince blanc du funk. Dans le même temps, il commence à s’intéresser à la scène alternative allemande : Kraftwerk et le krautrock, annonçant là sa prochaine mutation. Cela s’entend déjà sur au moins un titre (Station to station, en l’occurrence).

Le casting : Earl Slick, en parfait guitar hero, éclabousse l’album de sa classe. Sur un titre comme Stay, il en volerait presque la vedette à Bowie… Derrière lui, quatre musiciens tiennent la baraque : Roy Bittan (emprunté au E-Street Band de Springsteen) au piano, George Murray à la quatre-cordes, Dennis Davis derrière les fûts et Carlos Alomar à la seconde guitare. Bowie s’occupe cette fois lui-même des parties de saxos et tripote aussi quelques synthés.

Le verdict : En à peine six chansons (dont une de plus de dix minutes, tout de même), Station to station capture Bowie au sommet de sa grâce et de son élégance. Des expérimentations stylistiques de la majestueuse plage-titulaire à sa reprise façon crooner romantique de Wild is the wind, un vieux tube de Nina Simone, il bluffe l’auditeur par son audace et sa maîtrise. Et quelle voix, mes amis, quelle voix !



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
12 février 2010, par Jack
S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
10 février 2010
S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
31 janvier 2010, par Niko
S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
30 janvier 2010, par R.T.
S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)
29 janvier 2010




S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)

12 février 2010, par Jack [retour au début des forums]

Station to Station est surtout important de par sa position dans la carrière de Bowie : il représente le moment pivot où il s’éloigne de toutes les tendances pour faire de la pop "à la Bowie", un mélange mutant de pop, de funk, de blues et d’expérimentations constructives.

Etant peu sensible aux débuts du monsieur, qui s’inscrivaient trop dans la mouvance glam et folk-rock de l’époque, c’est pour moi le vrai début du Bowie que j’aime : un artiste vrai, qui se met en danger, qui avance en traçant sa propre route.

C’est en cela qu’il est unique. Combien de groupes ou d’artistes peuvent prétendre s’être réinventés audacieusement, à l’heure où la plupart préfère capitaliser sur un succès déjà acquis, de peur de perdre leurs fans ?

On en fait plus des comme ça...

[Répondre à ce message]

S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)

10 février 2010 [retour au début des forums]

Ah ! là oui, je suis d’accord ! "StationToStation" est l’un des must absolu de BOWIE. c’est presque un best of du maître, tant les styles abordés sont un condensé de ce qu’il a pu faire jusqu’à présent, et de ce qu’il fera par la suite ("Low"/"Heroes"). tout ça résumé en 6 morceaux ! certainement son album le plus conçis.

[Répondre à ce message]

S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)

31 janvier 2010, par Niko [retour au début des forums]

Super ! C’est mon préféré de Bowie.

[Répondre à ce message]

S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)

30 janvier 2010, par R.T. [retour au début des forums]

Fabuleux album. Digne de ses "grands classiques", et qui se bonifie avec le temps j’ai l’impression. Station to station est une des chansons les plus grandioses de Bowie. Une chanson que j’écoute très souvent dans le train, le matin, et qui me donne une pêche d’enfer.A noter qu’il n’y a rien a jeter sur cet album. Sur les 7 chansons, 6 sont magnifiques, il n’y a que word on a wing, qui est un bonus de la version CD, que je mettrais un cran en dessous.
Un album parfait de plus pour le monsieur.

P.S. : je ne sais pourquoi, avec le choix des deux premiers albums, je sens venir un coup de Trafalgar pour l’album number ouane : Tin Machine ?

[Répondre à ce message]

S’il ne fallait garder que 5 albums de David Bowie (II)

29 janvier 2010 [retour au début des forums]

Moi j’aurais plutôt dit le Thin White Duke... ThinK White Duke ça ferait plutôt penser à un membre honoraire du Klu Klux Klan.

[Répondre à ce message]