Pop-Rock.com






Rétrospective 2007 (VIII) : Pete Doherty survit une année de plus
jeudi 20 décembre 2007

Pete Doherty est sans conteste la personnalité rock dont il a été le plus souvent question dans les médias cette année. Ses problèmes de drogues, sa tentative de suicide, ses démêlées avec la justice, ses concerts des Babyshambles catastrophiques ou annulés en dernière minute, mais aussi les bagarres, l’agression violente d’un photographe, les ruptures et retrouvailles à répétitions avec Kate Moss, etc., les tabloïdes du monde entier n’ont pas manqué une miette de toutes ses frasques. C’est ainsi depuis l’éclosion des Libertines : les excès de Doherty fascinent les foules qui voient en lui le dernier martyr du rock, le nouveau Sid Vicious ; ou pire : la dernière vraie rockstar, la seule pour qui l’adage sex, drugs and rock’n’roll voudrait encore dire quelque chose. Cette année, seuls les scandales entourant la diva trash Amy Winehouse (qui s’est par ailleurs liée d’amitié avec lui – qui se ressemble s’assemble) et le très mouvementé divorce de Sir Paul McCartney ont pu, par moments, détourner de lui l’attention des photographes et reporters en manque de scoops croustillants.

Au vu de la dégradation tant physique que mentale du turbulent chanteur, la question qu’on est en droit de se poser est "pour combien de temps en a-t-il encore ?". Certaines sources affirment d’ailleurs que toutes les rédactions britanniques auraient pris la précaution, depuis 2003, de rédiger son éloge funèbre « au cas où ». Les articles seraient déjà prêts, il n’y aurait plus qu’à préciser la cause exacte du décès (suicide, overdose) et mettre un peu à jour sa biographie.

Tout cela n’a pas empêché Pete Doherty de sortir cette année avec les Babyshambles Shotter’s nation, un deuxième album tout ce qu’il y a de plus correct. Marc Lenglet l’affirmait sans détours : « Le gaillard sait écrire des chansons ». Et de poursuivre : « Certains esprits chagrins continueront d’estimer que le talent artistique de Pete Doherty mériterait mieux que l’équivalent rock d’un asile de nuit pour s’épanouir ; les autres savoureront avec un intérêt renouvelé la progression artistique de ce talentueux désaxé, en espérant qu’il ne se brûle pas les ailes avant d’avoir donné la pleine mesure de ses capacités ».

En attendant, un single comme ce Delivery (ci-dessous) fait incontestablement partie du haut du panier de la production pop/rock de 2007.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Rétrospective 2007 (VIII) : Pete Doherty survit une année de plus
20 décembre 2007, par Djéb




Rétrospective 2007 (VIII) : Pete Doherty survit une année de plus

20 décembre 2007, par Djéb [retour au début des forums]

Ce garçon est bourré de "défauts" (mauvais caractère, cyclotimique, inspiration parfois douteuse...) mais je le trouve tellement touchant, authentique et fascinant.

Cette allure de dandy dégingandé qu’il arbore dans le clip de Delivery tient tout autant de l’élégance naturelle du gentleman british que du junky défoncé et désenchanté.

Et cette voix à la fois chargée d’émotion et cassée pour cause d’excés en tout genre, cette fragilité à fleur de peau...

Pete Doherty a vraiment l’ame d’un artiste dans le sens le plus noble du terme : ne se réclame-t-il pas du célèbre Oscar Wilde lorsqu’il affirme que la façon dont on mène sa vie est à considérer comme une expression artistique à part entière ? (il s’agit peut être d’une fausse excuse pour justifier sa conduite souvent limite, mais j’ai envie d’y croire !)

En espérant que cet oisillon tombé du nid ne se brulera pas trop vite les ailes et nous résérvera encore une flopée d’albums aussi fascinants que Shooter’s Nation ou même Down In Albion (album fourre-tout, véritable reflet de l’esprit bordélique mais néanmoins génial de son créateur).

[Répondre à ce message]

    Rétrospective 2007 (VIII) : Pete Doherty survit une année de plus

    1er janvier 2008 [retour au début des forums]


    Touchant ce...portrait. Pauvre Oscar quand même ; j’imagine la chetron d’icelle (pardon hein), condamné dans sa taule à écouter fuck forever jusqu’à ce que mort s’ensuive...

    [Répondre à ce message]

      Rétrospective 2007 (VIII) : Pete Doherty survit une année de plus

      4 janvier 2008 [retour au début des forums]


      Il parait que Babyshambles a des nouveaux chouchous : the Big Hat Band. Du moins leur guitariste Mick Withnall devrait produire le premier single des écossais de belgique. Bonne nouvelle pour leur rock belge, surtout quand on voit la tournée de Girls In Hawaii, Puggy avec Incubus ou encore The Tellers, y a de l’avenir dans le rock belge !

      [Répondre à ce message]