Pop-Rock.com






Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo
dimanche 16 décembre 2007

Ils sont arrivés sur la scène rock sans prévenir, comme une tornade. « Les successeurs des Arctic Monkeys », « La nouvelle hype britannique », « The next big thing », « Les nouveaux Prodigy ». Il faut relire les titres de la presse de ce début d’année pour réaliser l’ampleur du succès des Klaxons dans le milieu. Dès la sortie de son premier single, Magick, en octobre 2006, le trio formé par Jamie Reynolds, James Righton et Simon Taylor-Davis a tapé dans l’œil des professionnels du lancement de buzz outre-Manche. Une petite boutade lâchée au NME et le terme « new rave » était officiellement retenu pour désigner leur style musical quasi inclassable. D’autres parleront de acid-rave sci-fi punk-funk (il faut oser !), ou plus simplement de dance-punk ou d’electro-rock psyché… Quant à l’association avec le mouvement fluo kids naissant, elle semblait tout simplement inévitable.

La sortie de l’album Myths of the near future, en mars de cette année, a fait enfler le buzz de manière exponentielle. Et il y avait de quoi, car avec des morceaux comme Golden skans, Atlantis to Interzone ou encore la reprise de Grace It’s not over yet, les Klaxons ont apporté un vrai vent de fraîcheur sur la scène alternative.

Sur Pop-Rock, Clarisse de Saint-Ange en disait « Rock, punk, pop anthémique britannique à la Supergrass, électro musclée et guitaristique à la Primal Scream, en bref ; un agrégat souvent surprenant et expérimental d’une somme impressionnante et imperturbable de références transformées dans un magma musical souvent déstabilisant ». On aurait aussi très bien pu parler de rock pour nightclubbers défoncés à l’ecsta.

La suite fut malheureusement moins réjouissante, avec des concerts bâclés (celui à l’Ancienne Belgique, en mars, fut particulièrement décevant – voir ici) et un essoufflement très rapide de la hype. Le test du deuxième album nous dira si les Klaxons n’auront été, comme tant d’autres avant eux, que le groupe d’un seul semestre...

La vidéo ci-dessous permet de mesurer l’ampleur du désastre en live. On en viendrait presque à se dire que le play-back, ça a parfois du bon.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo
19 décembre 2007, par Triskelion
Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo
17 décembre 2007
Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo
16 décembre 2007, par Jimbo




Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo

19 décembre 2007, par Triskelion [retour au début des forums]

Le problème avec les Klaxons, c’est que leur album a une trop bonne prod. Suffit d’écouter les démos de certaines chansons pour voir que sans toutes les fioritures, ça perd de sa splendeur. Et en live, sans play back, ça sonne tout de suite plus creux. Un peu comme Interpol, obligés de prendre un 5e membre aux claviers pour compenser..

[Répondre à ce message]

Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo

17 décembre 2007 [retour au début des forums]

Des désastres comme ça j’en veux bien tous les soirs.

[Répondre à ce message]

Rétrospective 2007 (IV) : les Klaxons repeignent le monde en fluo

16 décembre 2007, par Jimbo [retour au début des forums]

Quoi c’est que ce truc ? C’est encore plus pourri que...ben je sais pas tiens !

[Répondre à ce message]