Pop-Rock.com






Les leçons du professeur Satriani
mardi 17 juin 2008

Les guitar heroes, ça fait toujours sourire ceux qui se rêvent amateur de rock éclairé, inutile de se leurrer. Ces étranges créatures, qui passent leur existence à se livrer à des morceaux de bravoure incompréhensibles, enchantent des hordes de boutonneux en quête d’une leçon d’humilité et qui s’obstinent, la langue laborieusement tirée et les doigts lacérés par les cordes, à reproduire leurs accords les plus simples. Le genre est, il est vrai, limitatif en soi, et souvent intrinsèquement lié à la personnalité du musicien. Du coup, des branleurs comme Yngwie Malmsteen, persuadés que la dextérité se suffit à elle-même et se passe aisément des idées, ont figé le metal instrumental dans le rôle de la bête à abattre. Joe Satriani, tout orfèvre qu’il soit, n’a heureusement jamais été dans le même trip que le Suédois aux lunettes fumées. L’homme s’est toujours efforcé de proposer des compositions non conventionnelles aux multiples influences, au détriment de la démonstration technique pure et dure.

On retrouve sur son nouvel album, Professor Satchafunkilus and the Musterion of Rock, les schémas classiques auxquels nous ont déjà habitués les onze précédents albums de monsieur Satch : tendances bluesy (Diddle ya doo that), incursions popisantes (Out of the sunrise), compos metal flamboyantes (Overdrive) ou teintées d’électro et de science-fiction (I just wanna rock) ou encore, hommage au flamenco (Andalusia) ou à un musicien turc de Saz (Asik Veysel), il ressort parfois une appréciable atmosphère lounge de ce sympathique aperçu des talents de Satriani. Oui, vous avez bien lu : j’ai bien écrit lounge pour parler d’un type dont la moindre petite improvisation blasée bousillerait les espoirs de n’importe quel apprenti guitariste en moins d’une minute. Mais grâce à l’usage modeste et inventif de ses capacités, Satriani réussi à proposer un album aussi agréable que relaxant.

M.L.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Les leçons du professeur Satriani
19 juin 2008, par Lapin




Les leçons du professeur Satriani

19 juin 2008, par Lapin [retour au début des forums]

Dans le genre je préfère de loin steve vai qui a su mettre dans chaque album beaucoup d’originalité. Personnelement j’ai souvent trouvé satriani trop "conventionnel"

[Répondre à ce message]