Pop-Rock.com






Joe Strummer : cinq ans déjà
dimanche 23 décembre 2007

Le 22 décembre 2002, Joe Strummer, de son vrai nom John Graham Mellor, sortit promener son chien dans le jardin de sa maison. Le chanteur y décéda d’une crise cardiaque. Partout dans le monde, on pleura celui qui fut l’un des songwriters les plus engagés de son époque.

Enormément d’encre a coulé ces quatre dernières années à propos des Clash et de leur influence sur la musique. De l’introduction du groupe au Rock’n’Roll Hall of Fame en 2003 à la réédition de London calling en 2004 à l’occasion des vingt-cinq ans de la sortie de l’album, une nouvelle génération a eu l’occasion de redécouvrir ce que signifiait le punk à une époque où l’engagement politique était synonyme du rock.

Les Clash n’étaient pas une fumée sans feu comme ont pu l’être les Sex Pistols. Et ils n’étaient pas non plus un groupe formé pour servir un frontman plus que charistmatique. Joe Strummer, mais aussi Mick Jones, le guitariste (qui deviendra plus tard le producteur des Libertines), Paul Simonon, le bassiste autodidacte (maintenant partie prenante de The Good, The Bad & The Queen avec Damon Albarn) et le batteur Topper Headon n’ont jamais cessé de repousser les barrières de la créativité, imposant un style qui leur était propre, refusant les diktats commerciaux de leur maison de disques, jusqu’à la fameuse implosion du groupe en 1982. En huit ans, les Clash ont réussi à imprimer leur marque sur toute la scène rock, mais aussi reggae et ska mondiale. Joe Strummer est mort à 50 ans, bien trop jeune, mais avec derrière lui un accomplissement que beaucoup peuvent lui envier.

Lors de la sortie de leur premier E.P. en 1976, un critique avait écrit des Clash qu’ils n’étaient que de piètres musiciens qui feraient mieux de s’enfermer dans le garage qui leur servait de lieu de répétition, et de laisser le moteur de la voiture tourner. Quelle erreur. Leur single Janie Jones a marqué les mémoires. Jamais les Clash n’ont renié leurs valeurs ni leurs principes : les paroles de I’m so bored with the USA ou la critique du capitalisme rampant dans Clampdown ont toujours trouvé écho dans la pratique. Il est étrange de voir aujourd’hui des adolescents dansant sur Rock the Casbah, oubliant totalement de prêter attention aux paroles. Pourtant, ce qui était vrai en 1981 l’est toujours. La différence en 2007 est que l’on cherche le porte-parole qui sera capable de remplacer Joe.

Cet homme humble, qui n’avait jamais fini de faire le tour des festivals du monde entier et de gratter sa guitare avec son groupe, les Mescaleros, dont le dernier album, Streetcore, est sorti peu de temps après sa mort, restera l’emblème de la rebellion intelligente, du refus constant de la soumission et de la lutte contre l’oppression. L’intégrité dont faisait preuve Joe Strummer était remarquable, et nous manque terriblement aujourd’hui. Son dernier titre, une reprise de la sublime Redemption song de Bob Marley, en duo avec un autre inoubliable géant, Johnny Cash, restera un message pour les futures générations.

Le cinéaste Julian Temple lui a consacré cette année un documentaire absolument excellent, The future is unwritten, avec la participation de Bono, Paul Simonon, Topper Headon et Mick Jones.

La mémoire de Joe perdure dans différentes associations dont Strummerville (www.strummerville.com) : une fondation créée par les amis et la famille de l’artiste pour la promotion de nouvelle musique et l’aide aux groupes indépendants.

Sarah El Jabri



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Joe Strummer : cinq ans déjà
14 février 2014
Joe Strummer : cinq ans déjà
20 janvier 2008, par Adélaïde
Joe Strummer : cinq ans déjà
16 janvier 2008, par Mister F.
Joe Strummer : cinq ans déjà
27 décembre 2007, par MMA
Joe Strummer : cinq ans déjà
24 décembre 2007
Joe Strummer : cinq ans déjà
23 décembre 2007, par Jimbo




Joe Strummer : cinq ans déjà

14 février 2014 [retour au début des forums]

Its a great pleasure reading your post.Its full of information I am looking for and I love to post a comment that "The content of your post is awesome" Great work Agen Bola Sbobet

[Répondre à ce message]

Joe Strummer : cinq ans déjà

20 janvier 2008, par Adélaïde [retour au début des forums]

J’ai 14 ans, je ne connaissais pas Joe Strummer de son vivant.
J’ai découvert le Clash cet été, ils sont devenus mes idoles, Joe Strummer particulierement. Je regrette de en pas m’y etre intéressée plus tôt, mais ça ne m’empeche pas d’etre triste quand je pense qu’il est mort...
C’était plus qu’un homme, personne ne pourra le remplacer, le rock à perdu le plus grand de ses représentants, et même 5 ans après sa mort, j’en pleure...
Mes hommages Joe.

[Répondre à ce message]

    Joe Strummer : cinq ans déjà

    24 janvier 2008 [retour au début des forums]


    J’ai 44 ans. Il y a juste 30 ans moi aussi j’avais aussi 14 ans et le premier album des Clash est sorti comme une bombe.

    Comme une vraie bouffée d’adrénaline qui a par la suite rythmé toute mon adolescence célébrée à coup de "white riot", "london’s burning" et autre "Janie Jones" !

    De la bouche édentée de Joe Strummer ne sortait pas toujours le bon tempo et la mélodie la plus juste, mais, franchement, peu importe, la musique des Clash était la révolte d’une génération et elle s’exprimait avec une efficacité absolue par rapport à l’objectif visé.

    Dans ma grande ville ouvrière, c’était une porte qui s’ouvrait en faisant vasciller les murs gris et les regards indifférents.

    Un véritable plaisir.

    Le reste (Combat Rock/Sandinista) ensuite a suivi une pente léthargique et plus arrondie ("commerciale" était le mot que j’employais à l’époque) mais qui me convient mieux aujourd’hui...

    [Répondre à ce message]

Joe Strummer : cinq ans déjà

16 janvier 2008, par Mister F. [retour au début des forums]

Quelques petites remarques :
1-La légende veut (et si elle dépasse l’histoire, c’est elle qu’on imprime) qu’il soit mort après avoir promené son chien, et après s’être assoupi dans son fauteuil. Crisee cardiaque certes, mais due à une malformation cardiaque indétectable.
2-Joe Strummer a bel et bien repris "Redemption song" sur Streetcore...mais en solo. En revanche il a écrit et interprété "Long Shadow" en hommage à Johnny Cash.
3-Paul Simonon a catégoriquement refusé de participer à "The future is unwritten".

[Répondre à ce message]

Joe Strummer : cinq ans déjà

27 décembre 2007, par MMA [retour au début des forums]

Merci pour l’article, vraiment intéressant à mon sens, n’en déplaise aux critiques permanents ci-dessous (et j’aime bien les buzzcocks aussi, pourquoi faire dans le sectaire !).
Par ailleurs, je ne partage pas les critiques sur le premier album du groupe dont les compositions ne sont pas aussi anodines que le prétendent certains, et dont l’énergie m’a toujours saisi (oui, oui, on va me traiter de saisi :-). Un vachement bon disque de rock n’roll.

[Répondre à ce message]

    Joe Strummer : cinq ans déjà

    27 décembre 2007, par Tommy [retour au début des forums]


    En plus d’XTC (voir plus bas), je veux bien aussi une chronique d’un des trois premiers Buzzcocks ou de la compile de singles, c’est clair ! Les Buzzcocks, pour moi, ont durant 4 ans été les Beatles de l’époque, pas moins ;o)

    [Répondre à ce message]

      Joe Strummer : cinq ans déjà

      28 décembre 2007, par MMA [retour au début des forums]


      Ouaip, les buzzcocks, c’est un peu les beatles en version "trash" !!!
      Un autre groupe de l’époque injustement passé sous silence et tout aussi intéressant que les buzzcocks (quel nom génial !) et clash, c’est wire. Et musicalement, dans leur cas, difficile de critiquer !

      [Répondre à ce message]

        Joe Strummer : cinq ans déjà

        6 janvier 2008 [retour au début des forums]


        Trés intéressants échanges. Pour ma part je considère qu’on pouvait virer post-punk définitivement et sans regret dès 1978 avec les albums de Tuxedomoon, Talking Heads, Devo, Japan et... Magazine. Et partir en définitive pour une bien plus longue aventure.

        [Répondre à ce message]

Joe Strummer : cinq ans déjà

24 décembre 2007 [retour au début des forums]

Désolé de t’annoncer que, comme bien d’autres, ton nom a déjà été récupéré par la cause militante.

Bientôt, tes paroles vont être déformées, interprétées, on va même surement faire de ta vie un blockbuster. Et qui sait ? Dans quelques années, tu deviendras peut-être la nouvelle coqueluche du merchandising. Ta gueule sera plus connue que tes paroles, la jeunesse dorée achètera des sacs avec ta gueule dessus, achetés chez H&M...

Désolé

[Répondre à ce message]

Joe Strummer : cinq ans déjà

23 décembre 2007, par Jimbo [retour au début des forums]

Marrant de voir comme les commentaires pullulent à propos de groupes insignifiants, alors qu’ici, il est possible de rendre hommage à un véritable monument du rock. A ta mémoire Joe et à tous ceux qui t’ont précédés.

[Répondre à ce message]

    Joe Strummer : cinq ans déjà

    25 décembre 2007, par Youki Smayas [retour au début des forums]


    Sous pretexte que Strummer aurait été "un mec bien" aux normes iso 9001 du contexte rock, dénonçant "les injustices dans le monde", et se positionnant sans ambiguïté contre la mort, la maladie, les inégalités sociales, et les ongles incarnés, on voudrait presque en faire un musicien d’exception.

    Alors que, sans vouloir froisser les groupies, l’oeuvre des clash c’est en tout et pour tout :
    - Deux premiers albums anodins, qui supportent à peine la comparaison avec les productions équivalentes et obscures de l’époque (De Slaughter & The Dogs aux Dickies en passant par 999 ou les Adverts)
    - Un bon double (London Calling)
    - Un mauvais triple au remplissage laborieux,
    - Et un final digne du debut (Un "combat rock" médiocre et un "cut the crap" pitoyable).

    On passera avec pudeur sur l’oeuvre musicale solo du bonhomme qui se resume à une semi retraite de 17 ans.

    Bref, avoir crée une légende à partir de si peu, il fallait oser.

    D’un point de vue MUSICAL, (Mais je ne suis pas certain que ce soit le sujet) n’importe quelle personne interessée par ce type de musique n’aurait aucun mal à trouver des albums autrement mieux foutus que ceux des Clash. Encore faut-il avoir la volonté de chercher avant de se faire une opinion.

    [Répondre à ce message]

      Joe Strummer : cinq ans déjà

      25 décembre 2007, par Tommy [retour au début des forums]


      > en passant par 999 ou les Adverts

      Faut pas déconner non plus !- ;o)

      D’un point de vue musical et à période d’activité égale, je placerais il est vrai quasi tous les XTC et Stranglers (voire Buzzcocks) devant Clash, mais ce n’est pas pour leur talent harmonique que ce groupe est une légende (ne t’en déplaise), c’est plutôt pour leur engagement et les excellentes prestations live (Du moins il parait, snif ...) et sans douteégalement pour avoir été entouré par les bonnes personnes, y a pas de secret.

      [Répondre à ce message]

        Joe Strummer : cinq ans déjà

        25 décembre 2007, par Tommy [retour au début des forums]


        D’ailleurs à quand une chronique d’un XTC, semble t’il absents de ce site ? Drums and Wires ou Skylarking, voir Apple Venus ou le très punk et génial premier album White Music ...

        [Répondre à ce message]

        Joe Strummer : cinq ans déjà

        25 décembre 2007 [retour au début des forums]


        (je cite) "ce n’est pas pour leur talent harmonique que ce groupe est une légende, c’est plutôt pour leur engagement .../..."

        Ben voila... Il aurait suffi mettre les Clash à l’honneur sur le site "engagement.com" plutot que sur un site à vocation (a priori) musicale pour que mes objections précédentes n’aient pas lieu d’être.

        Aux cotés de Sham 69, Bob Geldof, Rage against the machine, Theatre of Hate, Gang of Four, Marc Lavoine et même Mireille Mathieu (Qui, comme chacun sait, s’est resolument engagée en politique lors des élections présidentielles de 2007).

        Sur ces bases plus ciblées on aurait pu causer de l’interet, désormais systématisé, des musiciens de rock pour le message social "de haut niveau". Et surtout de la valeur ajoutée du contenu.

        Mais si l’on s’en tient purement à la musique des Clash (Leur fonction premiere, si je ne m’abuse) on peut trouver des dizaines de milliers d’obscurs tacherons du rock qui jouaient ou composaient de manière plus notable.

        Apres, je te l’accorde, je ne les ai jamais vu sur scene, mais je parie que c’est aussi le cas de 90% de leurs inconditionnels du moment.

        PS : Ok avec toi pour XTC et les Stranglers.

        [Répondre à ce message]

          Joe Strummer : cinq ans déjà

          25 décembre 2007, par Tommy [retour au début des forums]


          J’ai récemment eu l’occasion de voir quelques live en divx sans malheureusement trouver ça inoubliable, voix à côté, pauvres jeux de guitare, bouillie sonore. Pourtant, je continue à adorer ce groupe pour la personnalité des membres, leur attitude et incroyable énergie sur scène (je ne retiens presque que ça de positif de ces concerts) ... London Calling est un formidable disque à écouter en voyage à travers le désert, par exemple ! Mick et Joe y sonnent alors plus sincères que jamais (du moins pour moi) et ont au moins eu le mérite et le courage de faire évoluer le punk avant tous les autres en y incorporant de nouveaux éléments (tout comme Blondie, du moins si on les compte parmi les groupes punk) ...

          Par ailleurs, j’apprécie beaucoup le jeu de Simonon, qui sans être bien complexe, parvient tout de même à balancer pas mal de groove dans les compos. Et enfin c’est le premier "vrai" groupe rock que j’ai écouté étant jeune, donc je les défends bec (et ongles si au lieu de 999, tu avais osé établir la comparaison avec Exploited ;o)

          Mais bon, les gouts et les couleurs ...

          (Merci de m’avoir remis Sham69 à l’esprit, toujours aimé ce groupe-là aussi, sans bien savoir pourquoi)

          [Répondre à ce message]

            Joe Strummer : cinq ans déjà

            26 décembre 2007 [retour au début des forums]


            The Exploited, que je connais moins, font partie d’une vague legerement posterieure (Crête power), c’est pour cela que je ne les avais pas mentionnés. Mais tu as raison, on ne va pas chipoter pour 3-4 ans avec presque 30 ans de recul.

            J’aurais plutot comparé les Clash aux Ruts, pour l’attitude, le look (bien que ce soient à mon avis des criteres assez mineurs) l’energie (mais qui n’en avait pas dans ce style de musique ???) et l’emploi courant des rythmes reggae.

            Sans parler des Members, des Voidoids ou même des Heartbreakers de LAMF... Il y avait pas vraiment de quoi ne retenir quasiment que les Clash de cette periode, meme en se limitant à l’etiquette (floue) du Punk.

            Quand à la valeur des engagements de cette époque, à part quelques puristes comme les "flux of pink indians", j’y vois surtout une manière plus ou moins consciente de caresser le public dans le sens du poil, à la limite de l’opportunisme.

            Il suffit de voir 30 ans apres le dernier Ramones vivant faire campagne pour Bush, ou les membres de Gang of four etre tres flou sur leur etiquette rouge-sang d’alors, pour se poser serieusement la question.

            [Répondre à ce message]

          Joe Strummer : cinq ans déjà

          25 décembre 2007, par Tommy [retour au début des forums]


          J’oubliais : Ce que j’aime avec Combat Rock (à part Rock The Casbah, qui m’énerve), c’est toutes ces plages funky ou planantes, bref un album qui est de mon point de vue loin d’être médiocre !

          [Répondre à ce message]

      Joe Strummer : cinq ans déjà

      28 décembre 2007, par eric [retour au début des forums]


      Mouais, mouais Strummer n’était pas un musicien virtuose certes mais au même titre que la plupart des rockers de cette période. Les surdoués de la gratte c’était la décennie précédente.

      Après c’est un question de style et le style putain il l’avait comme ses compagnons du Clash.
      Ce groupe a su rendre sa musique populaire sans rien céder aux diktats du commerce. Ils ont su se faire reconnaître tout en restant intègres. C’est là qu’ils ont fait fort. Pas de reformation, pas un album qui ressemble à un autre.

      Le Clash, comme Eastwood dans un autre domaine, ont trouvé l’alchimie qui consiste à être des auteurs libres, qui ne prennent pas leur public pour des demeurés tout en atteignant une large audience qui va bien au delà de la marge.

      [Répondre à ce message]

        Joe Strummer : cinq ans déjà

        29 décembre 2007, par Jimbo [retour au début des forums]


        J’aurais pas mieux dit.

        [Répondre à ce message]

        Joe Strummer : cinq ans déjà

        30 décembre 2007 [retour au début des forums]


        Sans parler de virtuose (Perso les Steve Vai and C° ne me passionnent pas plus que ça) ce serait un minimum qu’un type qu’on veut plus ou moins ériger en légende ait marqué par l’originalité, si ce n’est la pertinence, de son jeu, de son chant, ou au moins de ses compositions.

        Je cherche toujours l’element musical, meme minime, qui ferait des Clash en general ou de Strummer en particulier, une entité qui se détache clairement des groupes de ces années là.

        [Répondre à ce message]

          Joe Strummer : cinq ans déjà

          24 février 2008, par Eric [retour au début des forums]


          Ecoute ta remarque précédente a l’avantage de l’originalité, je ne crois avoir lu quelque part une critique négative du Clash et faire l’unanimité n’a jamais été un signe de qualité. Pour autant Strummer et sa bande ont marqué l’histoire du rock "Enfin un groupe qu’on compare pas au Clash" dit un pub en 2008 pour je ne sais plus quel groupe.

          Pour les éléments musicaux même minimes, disons alors, le défaut de prononciation de Joe qui le faisait chanter comme Sylvestre le chat, le sens de la mélodie de Jones, l’élégance de la grosse caisse de Headon et surtout l’ouverture vers d’autres styles qui ont amené pas mal de gars de ma génération à écouter de la musique noire : reggae, funk et rap.

          [Répondre à ce message]