Pop-Rock.com






Ian Curtis, 30 ans déjà
mardi 18 mai 2010

Cela fait aujourd’hui trente ans jour pour jour que Ian Curtis, le chanteur de Joy Division, s’est donné la mort, devenant ainsi d’un seul coup dans l’inconscient collectif le martyr du post-punk et la figure iconique du mouvement rock gothique naissant. Il n’avait que vingt-trois ans.

Profondément dépressif, comme sa musique le révélait, et miné par des problèmes de santé et de couple, il a mis fin à son calvaire par pendaison, le 18 mai 1980, laissant derrière lui une femme, une maîtresse, et surtout Nathalie, une petite fille âgée d’à peine un an.

Sans récapituler une énième fois toute les étapes de sa courte existence et de sa trop brève carrière d’artiste, il nous semblait utile d’avoir une pensée pour lui en ce jour anniversaire ; les interprètes et paroliers de sa trempe - aussi authentiques, aussi sincères, aussi habités - étant devenus plus que rares.

NME, le magazine pop/rock de référence au Royaume-Uni, lui consacre cette semaine une édition spéciale trentième anniversaire (ci-contre). Avec en couverture une photo signée par le Bruxellois Philippe Carly, un des plus illustres photographes de l’époque new wave. Toujours actif, il expose fréquemment ses clichés les plus emblématiques lors de concerts et festivals de cette mouvance ; il nous a également fait l’honneur de collaborer régulièrement avec Pop-Rock. Son travail a aussi servi à documenter plusieurs livres consacrés à ce genre, ainsi que le sublime coffret Heart & Soul de Joy Division.

La photo en cover du NME a été prise lors d’un des deux concerts historiques de Joy Division à Bruxelles, au Plan K. Des concerts dont on rappellera qu’ils n’étaient même pas sold-out à l’époque ; le succès international et la très large reconnaissance de l’œuvre du groupe ayant véritablement commencé après (ou grâce à) la mort de Curtis.

Après son décès, les trois survivants ont continué sous le nom de New Order.

Ci-dessous, la vidéo de No love lost de Joy Division, avec un montage d’images tirées du film Control qu’Anton Corbijn a consacré au destin de Ian Curtis.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Ian Curtis, 30 ans déjà
26 mai 2010
Ian Curtis, 30 ans déjà
18 mai 2010, par croute45
Ian Curtis, 30 ans déjà
18 mai 2010
Ian Curtis, 30 ans déjà
18 mai 2010, par Jé
Ian Curtis, 30 ans déjà
18 mai 2010, par croute45
Ian Curtis, 30 ans déjà
18 mai 2010, par Sébastien




Ian Curtis, 30 ans déjà

26 mai 2010 [retour au début des forums]

Il y avait quand même bien mieux que Joy Division dans le courant post-punk au début des années 80 !
plutôt que rendre hommage à Ian Curtis et Joy Division à longueur d’années, les médias et le public feraient mieux de redécouvrir l’oeuvre de The Sound et de son fantastique chanteur Adrian Borland (lui aussi suicidé !).

[Répondre à ce message]

Ian Curtis, 30 ans déjà

18 mai 2010, par croute45 [retour au début des forums]

ha,ha,ha

ha,ha,ha

connard

[Répondre à ce message]

Ian Curtis, 30 ans déjà

18 mai 2010 [retour au début des forums]

Ca trolle sévère par ici ! :o

[Répondre à ce message]

Ian Curtis, 30 ans déjà

18 mai 2010, par  [retour au début des forums]

Icône ou mythe, Ian Curtis était tout simplement un immense artiste. RIP.

[Répondre à ce message]

Ian Curtis, 30 ans déjà

18 mai 2010, par croute45 [retour au début des forums]

........... ;
...........C
...........A
...........
...........P
...........U
...........E
...........
...........L
...........A
............
...........M
...........E
............R
...........D
...........E
...........
HA,HA,HA

[Répondre à ce message]

Ian Curtis, 30 ans déjà

18 mai 2010, par Sébastien [retour au début des forums]

En même temps, Joy Division, c’est chiant comme la mort.

Encore moins entraînant que U2 tiens.

[Répondre à ce message]

    Ian Curtis, 30 ans déjà

    18 mai 2010 [retour au début des forums]


    Etant un groupe fondateur du mouvement cold-wave au même titre que The Cure, Joy Division n’a jamais eu vocation à faire de la musique foncièrement gaie et entraînante.
    Le fait qu’on "célèbre" le 30eme anniversaire de la mort de leur chanteur montre que leur musique était moins chiante que ce que tu sembles penser.
    Après, les goûts et les couleurs...
    Quant à U2, je trouve "New year’s day", "I will follow" ou "Discotheque" assez entraînants.

    [Répondre à ce message]

    Ian Curtis, 30 ans déjà

    18 mai 2010 [retour au début des forums]


    Joy Division est un des plus grands groupes de l’histoire du rock.
    Mais c’est sûr, c’est moins entraînant que le Grand Jojo

    [Répondre à ce message]

    Ian Curtis, 30 ans déjà

    18 mai 2010, par Raph [retour au début des forums]


    Marre de ce statut d’icone intouchable, Joy Division c’est inécoutable tellement c’est monotone, répétitif et mal chanté.
    C’est pas parce que c’est un des premiers groupes coldwave que c’est bien. Le but de la musique c’est quand même d’être écouté ! Et qui écoute du JD avec nostalgie du bon temps ? Cure a mieux réussi son coup !

    Heureusement que New Order a relevé le niveau.

    [Répondre à ce message]

      Ian Curtis, 30 ans déjà

      18 mai 2010, par croute45 [retour au début des forums]


      c’est clair...
      à mon avis,c’est Jacques Mercier qui écrit les chansons...

      [Répondre à ce message]

        Ian Curtis, 30 ans déjà

        19 mai 2010 [retour au début des forums]


        Eh, les pseudos princes de la vanne, si vous n’aimez pas,
        personne vous force à écouter :-)
        On peut ne pas aimer un groupe ou un artiste tout en respectant son oeuvre, mais ça semble dépasser certains.

        [Répondre à ce message]

        Ian Curtis, 30 ans déjà

        19 mai 2010, par Toujours en vie [retour au début des forums]


        Tout ces commentaires sont bien tristes. Ils montrent bien à quelle point ces 30 années sont passées vite et ont tout broyé sur leur passage.

        La machine à lobotomiser que constituent les grandes majors qui ont récupéré le meilleur des années 80 pour en faire de la merde, font maintenant l’admiration de ceux qui n’ont pas connu cette époque.

        J’étais présent aux bains douches le 18 décembre 1979. Nous étions peu nombreux dans cette salle mais jusqu’à ma mort, je me rappellerai de cette prestation des JD, monstrueusement puissante et nouvelle.

        Depuis, j’attends toujours de revivre un concert aussi intense.

        Que ceux qui n’aiment pas ne se désolent pas : on ne leur en veut pas. Ils ne peuvent pas comprendre. c’est tout.

        [Répondre à ce message]

      Ian Curtis, 30 ans déjà

      19 mai 2010, par Erwann ar Gwir [retour au début des forums]


      Ce jugement (comme certains scatophiles qui le précèdent d’ailleurs)démontre combien vous ne comprenez rien à la musique : la rythmique à la batterie de Steve Morris était aussi révolutionnaire que celle de Police (avec d’étranges similitudes parfois !), qui changeait singulièrement du fameux charley-caisse claire-charley-grosse caisse ! Le son de guitare de Sumner est resté imreproduisible, tout comme le chant de Curtis d’ailleurs, dont la fausseté parfois, c’est vrai, se mariait néanmoins idéalement avec la musique (en clair : si tu écoutais les voix bulgares chacune en solo, cela écorcherait tes oreilles tellement cela sonne faux, la faute aux quarts de ton, mais l’ensemble est merveilleux). Et last but not least, l’invention de la basse marteau-piqueur par Hookey. Oui cette musique est sombre et répétitive, bien plus punk en concert (saluons Bernard Lenoir d’avoir rediffusé hier soir sur Inter le concert aux bains-douches par lequel j’ai découvert Joy Div le 18 décembre 1979 sur mon vieux poste de radio à écouteur jaune ivoire pour une seule oreille !).
      Le seul autre groupe aussi novateur est les Swans.
      Bon bien sûr si pour vouqs la musique consiste à se trémousser devant de jeunes créatures en sueur, sous les stroboscopes et à deux pas du boomer de la boîte de nuit... il n’y a plus rien à faire.

      [Répondre à ce message]