Pop-Rock.com






Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
jeudi 30 septembre 2010

Si l’on en croit les dires du patron de Barclay, Olivier Caillard, Bertrand Cantat est bien en passe de faire son retour sur une scène, ce devrait être fait ce samedi 02 octobre 2010 à Bègles, lors du concert d’Eiffel [1] :

"Il est prévu qu’il vienne en rappel avec Eiffel. Il doit être là pour deux ou trois chansons. C’est une étape importante pour lui. Noir Désir planche sur un nouvel album depuis plusieurs mois. Les musiciens se voient chaque semaine dans leur studio à Bègles. Ils ont beaucoup de musique, mais pas énormément de textes, qui sont compliqués à écrire pour Bertrand Cantat. J’espère qu’on pourra prévoir un nouveau disque à l’automne 2011"

Cantat avait obtenu sa libération conditionnelle le 15 octobre 2007 mais n’est officiellement libre que depuis ce mois de juillet 2010. L’évocation d’un nouvel album amène pas mal de questions quant aux textes. Il en parlera, il en parlera pas, du genre confession publique gravée sur plastique, la gerbe monte aux lèvres rien que d’y penser.

On imagine donc aisément que le père Cantat, désormais catalogué comme ex-taulard, a fort à faire pour éluder dans ses écrits un certain acte con commis dans la belle cité de Vilnius, et plus récemment le suicide de son ex-femme Krisztina Rády.

Ça promet en tout cas de ne pas être très gai...

V.O.


[1] Cantat assurait les choeurs sur le titre A tout moment la rue de leur dernier album, ici chroniqué.



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

samedi 7 mai
Iggy Pop, Lou Reed, The Cramps, Siouxsie, U2… La Sonuma met en ligne les archives de la RTBF.
jeudi 5 mai
Vogue la galère...
mardi 3 mai
Le député des hardos est mort
lundi 2 mai
Daan en acoustique : c’est encore mieux en live !
vendredi 29 avril
Un single solo et un livre pour Steven Tyler
mardi 26 avril
Décès de Poly Styrene
lundi 25 avril
Le nouveau Beastie Boys en écoute gratuite
mercredi 20 avril
Name-dropping sous influence (updaté)
lundi 18 avril
Envers et contre Thot
vendredi 15 avril
The Young Gods : plus vraiment Young et encore moins Gods.





Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
15 octobre 2012, par dendde
Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
3 octobre 2010, par Nicolas Albin
Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
1er octobre 2010, par Ben45
Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
1er octobre 2010
Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
30 septembre 2010, par Radar
Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.
30 septembre 2010




Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

15 octobre 2012, par dendde [retour au début des forums]

viditque rerum agendarum ordinem et ut ita dicam, cialis kaufen ohne rezept in einigem Abstand eine Iris mit . apprestò per arto magica un fulgido carro, viagra senza ricetta medica questo medesimo tengono non che i filosafì.

[Répondre à ce message]

Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

3 octobre 2010, par Nicolas Albin [retour au début des forums]

Je lis ici que certains comparent Noir Désir et Saez, et remettent en cause l’oeuvre du groupe qu’ils ont, pour la plupart certainement, respecté un jour où l’autre. Je pense que c’est assez grotesque. Saez a bien évidemment tenté de se faire comparer à Noir Désir, mais cette question n’a aucune importance, mis à part pour Saez lui-même, ce qui n’intéresse personne. La chose importante, c’est que le "Noir Désir" d’avant Vilnius reste ce qu’il est. Un très bon groupe de rock. Il ne s’agit pas de remettre ça en cause. Ca reviendrait à brûler "Voyage au bout de la nuit" écrit en 1932 parce que Céline se révéla collaborateur pendant la Seconde Guerre Mondiale. Cependant, comme j’aurais aimé voir Céline rester silencieux après les années sombres (si j’avais été né), je ne souhaite pas voir Cantat remonter sur une scène et jouer au branleur rock’n’roll après l’acte qu’il a perpétré. C’est aussi simple que ça. Je ne souhaite pas qu’il se terre dans un trou et qu’il se flingue (ça sent suffisemment la mort autour de lui pour ne pas avoir envie d’en rajouter), mais enfin, un peu de discrétion serait de mise. Il a, malgré tout le mépris que je lui porte depuis le meurtre de Marie Trintignant, un certain talent avec la plume. Il pourrait écrire, s’exprimer sur papier, si vraiment il a besoin de s’exprimer. Mais monter sur une scène, c’est tout autre chose. Quiconque a déjà pris un jour une guitare sait parfaitement qu’une des motivations est de faire le branleur (il y a même des prières pour ça, comprenne qui pourra). Ce n’est évidemment pas la seule, mais c’en est une pour 90% des musiciens rock, et seuls les hypocrites me contrediront. De facto, voir Cantat remonter sur scène en chantant "Oh Yeah" me dérange au plus haut point... Il est des moments où il est bon de faire profil bas... Encore une fois, je ne cloue pas au pilori l’oeuvre de Noir Désir des débuts à "Des visages, des figures" (j’étais même très séduit par le groupe), mais la décence demande que le groupe appartienne au passé. Que Cantat écrive, peigne, que sais-je, soit... Ceux qui s’intéressent à sa personne et à son oeuvre pourraient s’extasier différemment. Mais après ces événements, la décence impose le silence. Pas la fureur des guitares électriques.

[Répondre à ce message]

    Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

    4 octobre 2010 [retour au début des forums]


    Commentaire intéressant, même si c’est moi qui ai comparé Noir Désir à Saez.

    Avant l’affaire de Vilnius, Noir Désir me sortait déjà par tous les pores : leurs poses alter-mondialistes (oh ! le beau texte contre le camarade Messier aux Victoires de la musique), leurs textes indigents (voir leur discographie), leurs combats à la petite semaine (la sortie contre l’élu CDH et organisateur du Dour Festival), les concerts bluesy with the french accent (voir youtube ou souvenirs de festivals), la liste est longue.

    La mort violente de Marie Trintignant, je ne la commente pas sauf pour dire que si Cantat s’était appelé Dupont, s’il avait été médecin et pas chanteur rock, on en aurait très peu parlé. Qu’il chante "Search and destroy" ou reprenne "Aucun express" (lire les paroles !), allons allons, un peu de décence.

    [Répondre à ce message]

    Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

    4 octobre 2010, par HB [retour au début des forums]


    Cantat a reconnu ces coups et blessures volontaires qui ont entraîné la mort de sa Sweet Mary (sans intention de la donner ; autrement dit un homicide volontaire non qualifié, ce qui demeure un crime, ok). Et, puisque justice a été rendue, il a réparé et la famille de la victime et la société. Maintenant, sacraliser la scène rock en invoquant Mère Décence et autres déesses de la Bonne Morale sur la base d’un réquisitoire (avec peine de mort, euh, silence à la clé) aussi injuste que fumiste, en déifiant au passage l’auguste fureur des guitares électriques, humm, y’a comme qui dirait un hiatus là !

    Cantat a évidemment le droit de se produire sur scène, où il excellera peut-être à nous faire connaître dans quelles proportions le tourmente encore (forcément encore) cette histoire. Un bouquin, une croûte du musicien ? Non merci sans façons.

    [Répondre à ce message]

      Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

      1er décembre 2010, par Nicolas Albin [retour au début des forums]


      @ HB :

      C’est extraordinaire comme on lit bien ce qu’on veut lire !!

      Primo : Je n’ai jamais dit que Cantat n’avait PAS LE DROIT de se produire sur scène. Rassurez-vous, il a le droit. Oui, mille fois oui, il a le droit de le faire.

      Secondo : Votre concept de la justice est erroné : Que Cantat (ou quiconque) reconnaisse ses crimes, franchement on s’en tamponne un peu et ça ne le dédouane pas. Un semblant de lucidité vous amène à reconnaitre en bout de course (la seule chose qui compte) que justice pénale a été rendue. Ouf !!

      Tercio : Où ai-je donc prôné la peine de mort ? Relisez honnêtement ce que j’ai écrit, si ça vous est possible. C’est précisément tout le contraire.

      Quarto : C’est amusant, c’est précisément en invoquant "Mère Décence" (un mot qui vous dérange, on dirait) que Serge Teyssot-Gay a pris sa décision de quitter Noir Désir...

      Quinto : De ce qu’on a vu de Cantat sur scène (Search & Destroy) et en studio (LE "fameux inédit"), on a pas beaucoup senti ses tourments ni son excellence à nous les exprimer...

      Sexto : Seul un fan pouvait nous faire le coup de la "Sweet Mary" (ah, un peu de poésie aussi, ça adoucit les moeurs, et franchement, ça a de la gueule). Quand vous irez donc acheter son bouquin à la FNAC, pensez à moi !!

      [Répondre à ce message]

Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

1er octobre 2010, par Ben45 [retour au début des forums]

Je ne suis ni pro ni anti Noir Désir, mais certains d’entre vous arrivent à critiquer leur futur album avant même que celui-ci sorti. Alors soyez patient, au lieu de nous gaver avec vos "et si...", "ça se trouve...", "peut-être que...".
Bien à vous

[Répondre à ce message]

Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

1er octobre 2010 [retour au début des forums]

Venir nous rechanter ses grands textes altermondialistes-moralisateurs après avoir trintigné sa copine, ça va quand même me faire sourire...

[Répondre à ce message]

Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

30 septembre 2010, par Radar [retour au début des forums]

Une des conditions de sa libération est de ne pas parler de l’affaire Vilnius ni dans les médias, ni dans ses paroles.

[Répondre à ce message]

Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

30 septembre 2010 [retour au début des forums]

Noir Désir n’a de toutes façons jamais rien eu à dire : je les range aux côtés de Saez, sous-division rébellion adolescente et texte niais.

Les fans de "Noir Dez" peuvent se déchaîner sur mon com.

[Répondre à ce message]

    Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

    1er octobre 2010 [retour au début des forums]


    arggh c’est bon !!
    nous sommes une espece impitoyablement chassée cher ami. je suis toujours etonné ,voir horrifié, par la haine et la voilence que peut provoquer le simple fait de critiquer "noir dez" devant un fan.

    [Répondre à ce message]

    Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

    1er octobre 2010 [retour au début des forums]


    Pas que je me déchaîne...
    Mais je me surprends à sourire en lisant ton commentaire !

    Comparer Noir Désir à Saez, c’est rapide, et gratuit !

    Les paroles de Bertrand Cantat sont tout de même bien plus imagées et intelligentes que celles de Saez me semble-t-il...

    Rien que de citer mon cher Damien me réconforte dans mon avis :
    "Faut du gasoil dans la bagnole
    La carte bleue dans la chatte
    Oh non l’homme descend pas du singe
    Il descend plutôt du mouton "

    Là où Cantat dira plutôt :

    "Y’a t’il un incendie prévu ce soir dans l’hémicycle
    On dirait qu’il est temps pour nous d’envisager un autre cycle
    On peut caresser des idéaux sans s’éloigner d’en bas
    On peut toujours rêver de s’en aller mais sans bouger de là"

    [Répondre à ce message]

      Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

      1er octobre 2010 [retour au début des forums]


      C’est une défense classique et un peu molle, cher fan. Les combats de Cantat et de Saez sont les mêmes.

      [Répondre à ce message]

      Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

      1er octobre 2010 [retour au début des forums]


      voila : démonstration éclatante ! noir dez / saez c’est aussi pauvre l’un que l’autre. pas de chance pour cantat tu as pris un des examples les plus frappant de la médiocrité de ses propos. attention je dit pas que c’est mauvais, juste que c’est médiocre ; ce qui est a mon sens encore pire.

      [Répondre à ce message]

      Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

      1er octobre 2010, par Domino [retour au début des forums]


      Ca me fait sourire aussi ça, isoler deux bouts de texte opposés, pour leur faire dire ce qu’on veut... Noir Désir n’est pas intraitable, Saez non plus... Personnellement, je choisis Saez, Noir Désir ayant tendance à un peu trop "intellectualiser pour intellectualiser"... Et a ceux qui diront que tout ca se ressemble et reste bien vain, je dirais... Rien, en fait, qu’ils disent ce qu’ils veulent :)

      [Répondre à ce message]

      Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

      1er octobre 2010 [retour au début des forums]


      Rions un peu avec Noir Dez :

      Tous ces beaux jeux inventés
      Pour passer devant les premiers
      Pour que chacun soit écrasé
      S’il refuse encore de plier
      Les dégâts, les excès
      Ils vont vous les faire payer
      Les cendres qui resteront
      C’est pas eux qui les ramasseront
      Mais les esclaves et les cons
      Qui n’auront pas pas su dire non
      Nous on n’veut pas être des gagnants
      Mais on acceptera jamais d’être des perdants
      Pimprenelle et Nicolas
      Vous nous endormez comme ça
      Le marchand de sable est passé
      Nous on garde un oeil éveillé
      O la peur, ô le vide
      O la victoire des avides
      Faut pas bouger une oreille
      Toutes sortes de chiens nous surveillent
      Pas un geste, une esquisse
      Sinon on tourne la vis
      Nous on n’a rien à gagner
      Mais on ne peut plus perdre puisque c’est déjà fait.
      Toi qui viens de loin d’ici
      Avec Ta peau et Tes os
      On t’a parlé du paradis
      On t’a menti, tout est faux
      O mon ami o mon frère tout ce nerf
      Perdu pour la guerre
      Tu vas voir tout l’amour
      Qui traîne au fond du discours
      Dis t’en veux des papiers ?
      Dis tu l’as vu mon palais ?
      T’auras rien, c’est ainsi
      C’est pas fait pour les perdants, le paradis
      Il y a la chair à canon
      Il y a la chair à spéculation
      Il y a la chair à publicité
      Enfin y’a tout ce que vous aimez
      Vous et moi on le sait
      Le spectacle est terminé
      Pourtant c’était presque idéal
      C’était loin du féodal
      Oh maint’nant c’est foutu
      Ça fait joli dans ton…
      Fort intérieur c’est gênant
      De rejoindre comme ça la cohorte des perdants
      Il faut pas se faire d’illusions
      Mais c’est mieux debout pour l’action
      Et pour nos âmes, c’est égal
      Dieu n’est pas dans la bataille
      O messieurs les décideurs
      De toutes parts, de tous côtés
      Sachez que profond dans nos coeurs
      On n’arrête pas le progrès
      Sous l’Iris, sous la peau
      Sous les ongles et dans l’étau
      On pourra toujours refuser
      De devenir les premiers ou les derniers
      Pas de leaders triomphants
      On s’ra jamais des gagnants ni des perdants

      [Répondre à ce message]

        Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

        4 octobre 2010 [retour au début des forums]


        la par contre je dis que c’est mauvais !! purée !! je m’était pas rendu compte jusqu’ a quel point ca pouvais aller.
        la vraiment je comprend plus ....

        [Répondre à ce message]

          Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

          6 octobre 2010 [retour au début des forums]


          Oui mais faut pas rêver non plus, c’est du rock, pas de la haute poésie. A se lire, ça paraît crétin, mais chanté et soutenu par la musique, ça passe déjà moins mal. Vous avez déjà lu des paroles des grands classiques genre Rolling Stones ou des Beatles ? C’est d’une insondable niaiserie, quasi toujours.

          [Répondre à ce message]

            Bertrand Cantat, de la tôle aux planches.

            8 octobre 2010 [retour au début des forums]


            toi va falloir que tu reprenne la disco des beatless avec un bon dico francais/anglais ! c’est toujours le meme lieu commun qui reviens basé sur les premiers tubes ; traduis les albums a partir de rubber soul et on reparleras de one day in a life par exemple.
            et non ce n est pas parceque c’est du rock que les paroles doivent etre nulles sans la musique . la liste d’exemple serais bien trop longue a énumérer ici mais en vrac bowie ;lou reed, neil young, bob dylan etc...

            [Répondre à ce message]