Pop-Rock.com


Dour Festival, 15 juillet 2004
Terence Fixmer : "Plus jamais sans Douglas !"
Interview

lundi 19 juillet 2004, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Dominique A : "Plus que jamais, j’ai envie d’électricité"
Daniel Hélin : "Je ne sais pas qui je suis"
Bacon Caravan Creek : "On est encore très loin de Radiohead !"
Sergio Taronna : "J’ai rêvé qu’un avion transportant tous mes groupes explosait en plein vol"
Editors : "On n’a jamais écouté Joy Division en grandissant..."
Mashed Paper Klub : "On déteste le consensus mou !"
I Am X : "Mon modèle serait un mélange de Bowie et Prince"
Von Durden : "On ne se laisse pas marcher sur les pieds !"
Soldout : "Du Sonic Youth en électro ? Nous ?"
Flexa Lyndo : "Nous nous réclamons plus de Morrissey que d’Oscar Wilde !"


Between the Devil, le premier album du projet Fixmer/McCarthy, compte parmi les meilleurs disques electro de l’année. Les beats dévastateurs du DJ techno Terence Fixmer mariés avec la voix du chanteur de Nitzer Ebb forment un cocktail détonnant. J’ai rencontré Terence, quelques minutes avant que le duo mette véritablement le feu à Dour.

- Pop-Rock.com : Terence, tu es déjà venu à Dour tout seul…

- Terence Fixmer : Oui, j’ai eu l’occasion de venir à Dour il y a deux ans. Mais en temps que Terence Fixmer solo.

- Aujourd’hui tu reviens, mais en bonne compagnie…

- Voilà. Je reviens pour mon nouveau projet qui s’appelle Fixmer/McCarthy. C’est avec le chanteur de Nitzer Ebb qui, depuis 1995, avait un peu arrêté le monde de la musique. Maintenant, on forme un groupe. Je m’occupe de la musique et lui revient sur scène, en live, au chant.

- Vous fusionnez la nouvelle scène techno et l’EBM old school.

- Exactement. Mon style, c’est l’EBM de l’an 2000, améliorée pour les dancefloors, avec un petit côté techno. Avec la voix de Douglas, on apporte une nouvelle dimension à ma musique. Un côté mélodique, mais aussi hargneux.

- C’est donc le mariage des fans d’electro et de techno…

- C’est un pont entre deux mondes. Ma musique est énergique et Douglas a, je pense, la meilleure voix qui puisse correspondre avec ce que je fais.

- Douglas McCarthy, tu en étais fan ?

- Oui, je suis forcément très fan de Nitzer Ebb. Ils font partie de mes influences musicales. Alors pouvoir monter un nouveau projet électronique avec Douglas, c’est vraiment marrant et inattendu.

- Comment as-tu fait pour le rencontrer ?

- En fait, c’est Mute qui m’avait demandé de remixer Let your body learn de Nitzer Ebb. J’en ai profité pour demander ce que devenait le chanteur et ils m’ont dit qu’il ne faisait plus rien. Comme je pensais que la musique sur laquelle je travaillais à l’époque pourrait bien correspondre avec sa voix, j’ai demandé à le rencontrer. Il a bien aimé ce que je lui ai fait écouter et on s’est rapidement décidé à former un nouveau groupe.

- En 1996, il avait déjà collaboré avec l’ex-Depeche Mode Alan Wilder, pour Recoil. Tu te vois aussi un jour travailler avec quelqu’un comme Dave Gahan ?

- Non, pas du tout. Je suis très bien avec Douglas McCarthy et je ne me vois pas avec quelqu’un d’autre.

- Faut-il en déduire que l’album de Fixmer & McCarthy n’est pas un projet unique et qu’il est appelé à durer ?

- Oui, pour moi c’est vraiment un nouveau groupe. Je pense qu’il y aura beaucoup moins d’albums de Terence Fixmer en solo et que je vais beaucoup plus me consacrer à mon travail avec Douglas.

- Il semble qu’il y ait beaucoup de fans de Nitzer Ebb aux premiers rangs de vos concerts...

- Oui, c’est vrai, c’est marrant. Du coup, on rejoue de vieux titres de Nitzer Ebb, pour faire plaisir aux fans.

- Et ça te fait aussi plaisir à toi, je suppose.

- Oui, j’adore les titres de Nitzer Ebb alors les jouer, c’est un vrai plaisir, d’autant que je les ai un peu retravaillés et modernisés. Je m’amuse beaucoup.

- Un mot au sujet du morceau Destroy. Dave Clarke la joue dans ses sets et la cite même en première position de sa set-list préférée…

- Oui, on sait qu’il nous aime bien.

- Ca fait plaisir ?

- En tant que qu’artiste, c’est toujours un plaisir de savoir qu’il y a des gens qui apprécient notre musique. C’est aussi une question d’égo. Et puis venant de quelqu’un comme Dave Clarke, c’est très chouette.

- On peut lire régulièrement que Terence Fixmer est un des meilleurs DJ au monde…

- Oui…

- Comment tu te positionnes par rapport à des gens comme Garnier, etc ?

- Je ne sais pas. J’essaie de ne me pas me positionner. Je cherche juste à faire de la musique qui vienne du cœur. Après les gens apprécient et me positionnent. Moi pas.

- Comment te sens-tu à quelques minutes d’entrer en piste ici à Dour ?

- J’espère que ce sera aussi sympa qu’il y a deux ans. Le seul truc qui me fait peur, c’est qu’on a pas de sound check. On ne peut pas faire d’essais dans la salle avant et on doit tout faire au casque. Le mixage au niveau des sons, j’espère que ça ira…

- L’album est sorti le 13 juillet.Vous faites une petite tournée pour cette sortie ?

- Oui, on prépare une tournée pour la rentrée.

- Merci !

- Lisez aussi mes impressions sur le concert dans le compte-rendu du 15 juillet.

- Photos : (c) Jérôme Delvaux





Jérôme Delvaux