Pop-Rock.com



Noir Désir : "En public"
Ceci n’est pas un live. Ceci n’est pas un best-of.

vendredi 14 octobre 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
E.V. : "Mar Plij"
Orchestral Manoeuvres in The Dark : "The OMD Singles"
The Cure : "Entreat"
The Clash : "Essential"
Placebo : "Once more with feeling"
The Cure : "Join the Dots"
Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
Lou Reed, John Cale & Nico : "Le Bataclan ’72"
David Bowie : "Stage"
Duran Duran : "Decade"


Ceci est un chef-d’œuvre, l’accomplissement de toute une carrière, l’apogée du groupe, l’étoile inaccessible de la quasi-totalité des formations (et pas seulement les françaises) en activité. Un concentré de magie et de grâce. Un objet indispensable, tant pour les inconditionnels du groupe que pour les néophytes.

En général, quand une formation souhaite sortir un album live, elle enregistre deux ou trois concerts et sélectionne les meilleurs morceaux de chaque. Quand le groupe a une certaine éthique, il prend un concert dans son ensemble, et le live devient dès lors un objet de collection surtout pour tous ceux qui y étaient présents. Quand le groupe est moins regardant, il réenregistre en studio certaines parties qu’il va greffer sur le son live (chez Kiss, par exemple, à l’exception de la batterie et des applaudissements, on réenregistrait tout ; et quand je dis tout, c’est tout, même les interventions du chanteur entre les chansons). Noir Désir, quant à lui, a décidé de dynamiter les conventions en enregistrant la petite soixantaine de shows qu’il a donnés, en opérant une sélection drastique sur les titres joués pour n’en sortir que le meilleur, et ne réenregistrant absolument rien. Double conséquence paradoxale : on ne se trouve pas face à un témoignage d’un événement particulier, mais la spontanéité du live est intacte. Par ailleurs, les interventions de Bertrand Cantat entre les morceaux ont été coupées, et la présence du public a été minimisée. On ne subira donc jamais l’idiot du village qui hurle le nom du chanteur ou qui siffle comme un perdu pendant un solo ou un passage atmosphérique...

Mais en plus de ces conditions idéales qui permettent de profiter de tous les aspects des chansons (au casque, au calme, comme un disque de prog - l’antithèse du concept du live, en somme), ce qui distingue par-dessus tout ces deux galettes d’un best-of et les rend absolument indispensables, c’est que la plus grande part des chansons (tant anciennes que nouvelles) ont été retravaillées pour se détacher de l’ambiance des albums et former, ensemble une nouvelle atmosphère propre à ce En Public.

Avec les expérimentations et la mélancolie qui garnissaient Des visages, des figures, on pouvait se demander comment une telle ambiance et une telle variété d’instruments et de sons allaient pouvoir être rendus sur scène par un groupe aussi fiévreux que Noir Désir. Le pari a été relevé de main de maître par les Bordelais qui donnent une chaleur et une intensité aux nouveaux morceaux qui était moins immédiates sur l’album. Et alors qu’on aurait pu penser que la maturité du combo et sa respectabilité élargie allait les calmer sur scène, Noir Désir nous prend encore à revers en faisant cohabiter une rage vieille de plus de vingt ans mais toujours aussi vivace et vitale avec une intimité et une délicatesse sur scène qu’on ne leur connaissait pas forcément. Il faut entendre Pyromane ou Les écorchés pour se rendre compte que les brûlots du groupe n’ont pas pris une ride et sont toujours joués avec autant d’énergie sur scène. A l’inverse, on n’aurait jamais pu deviner il y a seulement cinq ans que ces coutumiers d’un rock assez sec et dur seraient capable de prouesses comme sur Bouquet de nerfs ou Des armes en live. Matures sans être assagis, les membres du groupe font défiler et s’enchaîner Ernestine avec Tostaky, La chaleur avec Des armes, sans que la rupture de ton ne nous paraisse trop brutale ou inappropriée.

Les musiciens se montrent au sommet de leur art, et l’entente sur scène est évidente (on les devine pliés de rire sur L’homme pressé). Chacun se montre aussi à l’aise lorsqu’il s’agit de laisser éclater sa rage que dans les passages les plus ambiants. Mais bien évidemment, l’attention est quasi-monopolisée par la voix abasourdissante de Bertrand Cantat, qui se risque plus d’une fois, avec brio, au piège du chant a capella. Complètement en transe sur certains morceaux, enragé quand il le faut, parfois détaché, il donne aux chansons tout leur relief et met avant sa voix au service de ses textes, soulignant d’une intonation particulière certains moments, se transformant dès lors en conteur plus qu’en chanteur, à l’instar d’un certain Jacques qu’il a par ailleurs repris.

Le choix des morceaux est évidemment parfait, même si les plus regardants déploreront la représentation moindre des albums Du ciment sous les plaines (une seule chanson) et Tostaky (trois titres). Abordant tout autant les classiques que sont A ton étoile, Le vent nous portera et Tostaky que les plus confidentiels Lolita nie en bloc ou Si rien ne bouge. Plusieurs moments s’avèrent d’ores et déjà inoubliables. Le fleuve, qui nous fait voir du pays si on accepte de se laisser bercer par ses radicaux changements d’ambiance. Débutant dans le psychédélisme le plus intrigant, la chanson se transforme en pièce épique avec le déchaînement des cordes pour se clôturer dans le minimalisme et la sobriété. Bluffant, mais ça ne semble rien à côte d’une reprise de Ces gens-là, de Brel, devant qui Bertrand Cantat n’aurait pas à rougir. S’appropriant le style du Belge sans pour autant l’imiter, Cantat nous livre une prestation de haute volée devant laquelle on n’a pas fini de se prosterner. Last but not least, l’interprétation que le groupe donne de A ton étoile fait tomber en pâmoison. Exit le crescendo électrique de la version album. Ici, la guitare est minimaliste et toute en douceur, et le crescendo s’opère par la seule voix absolument hypnotique de Bertrand Cantat, qui enchaînera directement en reprenant la chanson en espagnol. Bavoir recommandé.

Ce double album live est donc une énorme claque, à mille lieues de l’incandescence de Dies Irae, mais tout aussi puissant et percutant. Plus à considérer comme une compilation de versions alternatives (et souvent magnifiées) des titres de Noir Désir que comme le témoignage d’une tournée, ce très bel objet (la version digipack contient une collection de photos de la tournée) enfonce un clou supplémentaire dans le cercueil du rock français qui mettra très longtemps avant de trouver un équivalant à ce groupe hors du commun.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 26 contribution(s) au forum.

Noir Désir : "En public"
(1/5) 10 septembre 2012, par daisy
Noir Désir : "En public"
(2/5) 29 mars 2006, par Fran
Noir Désir : "En public"
(3/5) 20 octobre 2005, par MP
Noir Désir : "En public"
(4/5) 19 octobre 2005
Noir Désir : "En public"
(5/5) 15 octobre 2005, par Trintin Tignant




Noir Désir : "En public"

10 septembre 2012, par daisy [retour au début des forums]

After reading your post, i’ve decidedly subscribe you in my Google reader . Will tightly following your post hereafter.i date asia

[Répondre à ce message]

Noir Désir : "En public"

29 mars 2006, par Fran [retour au début des forums]

Est-ce que tout le monde apprecie franchement que tous les morceaux soit modifies, chantes sans rhytme ? on dirait que personne n’ose dire "en fait il est plutot chiant ce live..." d’accord, au moins c’est "original", pas de copier/coller du cd.

(p.s : je les ai a Forest National en 2002, les morceaux etaient egalement joues comme ca, mais en live il y a l’ambiance qui vous fait voir la chose differemment...)

Bref, j’adore Noir Desir, mais je prends aucun plaisir a ecouter ce cd (sauf 21st century schizoid man j’avoue)

[Répondre à ce message]

Noir Désir : "En public"

20 octobre 2005, par MP [retour au début des forums]

Tout à fait d’accord avec l’article...excellent album live.
Juste une petite interrogation sur la reprise de Brel (magnifique, soit dit en passant) : un couplet entier de la version originale est absent de la version live de Noir Désir...étonnant, surtout que cette même reprise est présente sur un album ’tribute to’ Brel...et que le couplet y est bien présent.
Cela n’enlève bien évidemment rien à la haute qualité de cet album...mais je ne comprends pas la raison de la disparition de ce couplet !

[Répondre à ce message]

Noir Désir : "En public"

19 octobre 2005 [retour au début des forums]

Je trouve les échanges si dessous à la hauteur de ce groupe donneur de lecons et qui au final vole pas bien haut...

[Répondre à ce message]

Noir Désir : "En public"

15 octobre 2005, par Trintin Tignant [retour au début des forums]

deux bouts de phrases pour le moins malheureuses !

ce double album live est donc une énorme claque...
ce très bel objet enfonce un clou supplémentaire dans le cercueil...

on ne peut pas mieux dire...
dramatique !

[Répondre à ce message]

    Noir Désir : "En public"

    15 octobre 2005 [retour au début des forums]


    ta gueule petit con, va boire un verre avec tes amis au café du coin, va jouer aux flèches et dis à ta copine que tu l’aimes... Je t’envie, ta vie est si belle et tu sais tellement de choses...

    La critique d enoir désir est très juste selon moi, j’adhère. Bien d’oser parler de ce groupe et de souligner à nouveau son talent alors que tout ce que des petis ignards comme celui ici plus haut nous rapellent est l’épisode "marie trintigant"... Une belle preuve que les enfoirés dans son genre ne font que regarder la télé et répeter ce que ses amis lui ont dit un soir où ils étaient saouls...

    Honte, sombre héro

    [Répondre à ce message]

      Noir Désir : "En public"

      15 octobre 2005 [retour au début des forums]


      Ecrire ignare avec "d" permet de traiter les autres de cons en sachant de quoi on parle.

      [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        15 octobre 2005 [retour au début des forums]


        une faute d’othographe, c’est très très faible comme argument. J’ai remarqué qu’en général les gens s’appuyent là-dessus quand il n’ont rien d’autre à dire. Dommage.

        You loooooooooooooooooooooooose... Game over

        [Répondre à ce message]

          Noir Désir : "En public"

          15 octobre 2005 [retour au début des forums]


          C’est sûr qu’insulter les gens est un argument d’une force rare.
          Et puis, je ne savais même pas qu’il y avait quelque chose à gagner. On a les combats qu’on peut.

          [Répondre à ce message]

            Noir Désir : "En public"

            15 octobre 2005 [retour au début des forums]


            c’est vrai que les insultes étaient inutiles, j’en conviens et m’en excuse...

            pour le reste c’est juste que j’en ai marre de lire des commentaires de personnes qui viennent critiquer pour le plaisir dès que pop-rock publie un article. J’aime bien ce site, je trouve que les avis sont souvent correctes, même si je ne suis pas toujours d’accord. Je comprends qu’on adhère pas, mais pas qu’on vienne faire une remarque de forme ou de fond juste pour le plaisir de casser et chercher la petite mouche d’incohérence qui y traîne. Si c’est pour réellement en débattre, là, c’est autre chose.

            mon impolitesse n’était pas la bonne arme, tout comme la remarque sur l’othographe ;-)... I learnt from my mistakes...

            sans rancunes et bien à vous

            [Répondre à ce message]

              Noir Désir : "En public"

              16 octobre 2005 [retour au début des forums]


              Là je dis "la classe !"
              Totalement d’accord avec vous. Sans racune aucune

              Je précise que je n’étais pas l’auteur du post (effectivement un peu nul ) qui a démarré

              [Répondre à ce message]

      Noir Désir : "En public"

      15 octobre 2005 [retour au début des forums]


      Il faut croire que la plupart des gens pensent plutôt comme toi, à voir le tintamarre qu’on nous fait pour un simple live. Contrairement à ce que tu dis, les médias ne m’ont pas donné l’impression de censurer la chose car son chanteur croule en prison mais bon...

      [Répondre à ce message]

      Noir Désir : "En public"

      15 octobre 2005, par trintin Tignant [retour au début des forums]


      oh oui encore, insulte-moi ! et continue à défendre ce groupe minable et son chanteur assassin !

      [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        20 janvier 2007, par Tostaky [retour au début des forums]


        Ok ... si tu veux qu’on t’insulte on t’insultera ... mais sache que s’appuyer sur un fait pour demolir le monument que represente ce groupe c’est un peu faible ... ils ont fait beaucoup pour le rock francais, se sont engagés politiquement et tu les traite de minables ?... je suis pas ta demarche la... ce groupe est le meilleur groupe francais de tous les temps alors retourne parler avec tes potes bourrés qui te raconterons que cantat est un assasin,mais s’il te plait, garde tes arguments a deux balles pour toi

        [Répondre à ce message]

      Noir Désir : "En public"

      15 octobre 2005 [retour au début des forums]


      Il n’est pas necessaire de brandir à tort et à travers "the Vilnius incident" pour avoir le droit de ne pas apprecier la musique de Noirdez. Surtout qu’il suffit d’ecouter leurs disques pour avoir quelques raisons moins personnelles de ne pas faire partie des membres de la Secte Cantat. On cause d’un groupe qui faisait peut etre du rock à l’epoque des premieres repetes, mais qui s’est plus ou moins reconverti dans la varieté au fur et à mesure que l’espoir de vendre plus de galettes augmentait. Et s’il n’est pas en soi honteux de vouloir faire du fric quitte à se compromettre artistiquement. Mais quand on se trouve dans ce cas de figure, on devrait avoir la decence de ne pas trop la ramener l’ethique et la morale. Et c’est là tout le probleme de Cantat, il aurait voulu etre juge moralisateur en restant à l’abri du jugement d’autrui. Faire du fric tout en critiquant la societé de consommation, denoncer la violence des autres sans avoir tué le primate qui vit en lui. Alors effectivement "casser" du Noirdez au nom de la grande claque n’est pas tres fair-play, mais il faut dire que le comportement "Grande gueule qui sait tout" de ce type l’exposait, plus qu’un autre, au retour de baton en cas de chute.

      [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        20 octobre 2005 [retour au début des forums]


        Je répond a ton message qui excuse moi me semble vraiment déplacé.Dire de noir désir que c’est une pompe a fric est vraiment d’un non sens total.Meme si il est vrai que 666.667 club était un peu plus remplit de ce qu’on peut appeller des "tubes", il n’en demeure pas moins un album exellent aux infulences rock diverses riches et très variées.Quand a des visages des figures,excusemoi mais cet album est carrément a l’opposé d’un concept commercial et ce a tout point de vues, je vois en cet album une sorte d’expérimentaion musicale très personnelle de musiciens qui, au sommet de leur art ont tenté et avec brio d’explorer de nouveaux horizons musicaux, ce qui en fait un des albums les plus riches de la musique francaise de ces dernières années.Ils ont du succès, et alors ils sont riches grace a ce succès, et alors.Il ne faut pas oublier qu’il y a 10 ou 15 ans le rock en france ne comptait pas tant de groupes que ca et c’est peut etre pour cela que les gens voulant écouter du rock dans leur langue materenelle ce sont tournés vers noir désir qui étaient un peu les seulsa tenir le flembeau a ce moment la, mais bon je comprendrais que ceci puisse passer pour un prétexte plus que pour une vraie justification et je le comprendrais très bien n’empèche que noirdez n’a jamais chercher a faire du pognon et toujours plus de pognon en vendant des disques ils ont réussit a bien vivre avec ce qu’ils ont créer et il n’y a rien de mal a ca.Concerant l’épisode Trintignant ou the Vilnuis incident appellez le comme vs voulez et bien il sagit d’un triste accident, que n’importe lequel d’entre nous dans un moment de colère incontrolable et impulsive peut etre capable de commetre meme si, j’espère que nous resterons a jamais assez concsient que pour commettre un tel acte.Bertrand Cantat n’est pas un monstre ou une brute épaisse il a juste dérappé un court instant et tout a basculé.Il est en prison pour ce qu’il a fait,il a mérité sa peine il mérite d’assumer pleinement les conséquences de son acte impardonnable mais pour l’amour du ciel arrétons de vouloir enfermer cet homme dans un cliché d’homme qui bat les femmes.Tout ce que j’ai a ajouté c’est que je remercie Noir Désir du fond du coeur pour m’avoir fait voyager dans l’espace et le temps par leur musique qui je le rappelle et c’est eux qui le disent passe souvent avant "le coté politique" que l’on peut il est vrai souvent retrouver dans leurs textes.

        [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        3 avril 2006 [retour au début des forums]


        le meurtre d’une femme à coups de poing ne peut être qualifié d’incident
        je trouve cela très grave

        [Répondre à ce message]

    Noir Désir : "En public"

    15 octobre 2005, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Tiens, vous n’êtes pas le même que celui qui avait hurlé contre l’expression "tsunami sonore" de la chronique d’un album de Frank Black publiée le 6 janvier ? Chronique écrite des mois auparavant, précisons-le...

    [Répondre à ce message]

    Noir Désir : "En public"

    15 octobre 2005 [retour au début des forums]


    Très con, très vicieux. On te l’a dit plus haut : honte à toi sombre zéro.

    [Répondre à ce message]

      Noir Désir : "En public"

      17 octobre 2005 [retour au début des forums]


       Il n’est pas necessaire de brandir à tort et à travers "the Vilnius incident" p 

      QUE SI !

      A te lire , on regrette que ce ne soit pas la bonne personne ayant pris les gifles.

      [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        18 octobre 2005 [retour au début des forums]


        Tu refais ton message en français, avec des phrase à peu pres comprehensibles, et on en discute...Eventuellement.

        [Répondre à ce message]

        Noir Désir : "En public"

        19 octobre 2005 [retour au début des forums]


        C’est mal écrit et en plus c’est immonde !

        [Répondre à ce message]

          Noir Désir : "En public"

          18 janvier 2006, par MAX [retour au début des forums]


          c’est bien domage qu’il y est autant de gamins ici : ceux qui apréci la music de noirdez ne font que répondre a ceux qui ne sont la que pour jugé les personne voir les acte de certain je trouve cette attitude puéril mais bon cela passe encore.et puis il y a tous les autre ki ont eu la bonne idée de répéter se qu’ils ont vu a la télé ou se kil ont put lire dans la presse(si ont peut appeler sa la presse) comme des moutons.

          C MINABLE.....

          [Répondre à ce message]

            Noir Désir : "En public"

            18 janvier 2006, par R.T. [retour au début des forums]


            "...il y a ceux qui ne font que juger les personnes voir les actes de certains...." et deux lignes plus bas : "C MINABLE".
            Formidable mise en abîme !

            [Répondre à ce message]

              Noir Désir : "En public"

              13 septembre 2007, par Nobuko [retour au début des forums]


              Ne pas juger la carrière musicale d’un groupe sur les actes d’un seul de ses membres !
              Noir Désir n’était pas QUE Bertrand Cantat, mais une formation de 4 personnes.
              Tous les quatre ont beaucoup donnés pour le rock en France. Après on aime ou on aime pas sa musique, mais on ne va pas aller dire qu’un groupe est nulle uniquement à cause des actes de son chanteur.
              Ce qu’a fait Cantat est horrible et tragique certes, mais la Justice française l’a jugée et condamnée pour ça. Marie Trintignant est morte et on ne pourra rien y changer désormais. Point !
              Il s’agit d’un faux débat, alors soyons tous plus intelligent que cela.

              [Répondre à ce message]