Pop-Rock.com



Nirvana : "Unplugged in New York"
Le disque sur lequel se sont entraînés des milliers de guitaristes débutants

dimanche 14 janvier 2007, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kiss : "Symphony : Alive IV"
The Clash : "Essential"
Björk : "Livebox"
Front 242 : "Re-Boot (Live ’98)"
Porcupine Tree : "Coma Divine"
John Foxx : "The Omnidelic Exotour with Louis Gordon"
Pixies : "Minotaur"
Le Nouveau Rock’n’Roll français
New Order : "In session"
Primal Scream : "Dirty Hits"


Il faut dire qu’il avait tout pour devenir culte, ce live. Il a été commercialisé quelques mois après le suicide de Kurt Cobain, il présente au public du groupe quelque chose d’inédit, il sonna la fin du mouvement grunge, il est absolument magnifique. Mais surtout, il est hanté par la voix écorchée du leader trop tôt disparu de Nirvana...

Il faut quand même le reconnaître, MTV a fourni quelques grands moments musicaux avec l’émission Unplugged (tout le monde pensera évidemment à la démonstration de maître Clapton) et la prestation de Nirvana n’est pas des moindres. La démarche du groupe est déjà doublement audacieuse : non seulement on ne les attendait pas vraiment sur le terrain de l’acoustique, mais la set-list, constituée essentiellement de morceaux moins connus et de reprises, n’était pas des plus évidentes à défendre.

On est toutefois rassuré dès les premiers accords de About a girl. Simple mise en jambes tirée du premier album du groupe, le titre n’est pourtant pas sacrifié, expédié comme peuvent l’être bon nombre d’ouvertures de concert par des groupes qui doivent se rôder. S’ensuit le tubesque Come as you are qui passe avec brio l’examen de l’acoustique. On ne va pas détailler ainsi l’ensemble du disque car les commentaires seront toujours les mêmes et ne feront que vanter le jeu sobre, inquiétant (Something in the way), surprenant (de l’accordéon sur Jesus doesn’t want me for a sunbeam) et le chant habité de vous-savez-qui.

Il est par contre plus intéressant de se pencher sur l’impact qu’a eu ce disque, qui n’a par ailleurs pas pris une ride (normal pour un acoustique, me direz-vous à raison). Outre le fait d’avoir donné l’envie à toute une génération de mômes d’attraper une guitare, il a permis de rétablir le rock (et surtout le grunge) au rang de musique populaire, de celle que tant les parents que les gosses écoutent, qui rassemblent les amis autour d’un feu de camp et d’un casier de bières. Pendant une heure, Kurt Cobain se fait fédérateur (curieux paradoxe pour ce paumé en chef qui n’a eu de cesse de cultiver sa haine vis-à-vis de lui-même, de la société et ses pulsions d’autodestruction). Tout cela serait magnifique et on verserait volontiers une petite larme s’il ne fallait noter les malheureux effets pervers qu’ont constitué son accession au rang d’icône romantique et l’exploitation commerciale démentielle qui en aura suivie, à un point tel qu’il y a quelques mois, Kurt Cobain a détrôné Elvis Presley au classement des célébrités mortes qui génèrent le plus d’argent.

Mais oublions ces vilaines histoires de gros sous et replongeons-nous dans ces versions, qui sont désormais devenues des classiques, de The man who sold the world (qui a, l’ont cru certains, été repris par David Bowie dans ses concerts ultérieurs...) et de Where did you sleep last night ?, reprise de Leadbelly, bluesman de la première moitié du vingtième siècle, et qui a fait couler des torrents de larmes. C’est ce genre de performance, ce sont des disques comme celui-là, qui permettent au rock de subsister et qui créent des légendes.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 14 contribution(s) au forum.

Nirvana : "Unplugged in New York"
(1/4) 26 janvier 2007, par Tanguy
Nirvana : "Unplugged in New York"
(2/4) 14 janvier 2007
Nirvana : "Unplugged in New York"
(3/4) 14 janvier 2007
Nirvana : "Unplugged in New York"
(4/4) 14 janvier 2007




Nirvana : "Unplugged in New York"

26 janvier 2007, par Tanguy [retour au début des forums]

Where did you sleep last night n’est pas une chanson de Leadbelly mais un classique folk américain.
Oui qui ? Oui, Wiki !!

http://en.wikipedia.org/wiki/Where_...

[Répondre à ce message]

Nirvana : "Unplugged in New York"

14 janvier 2007 [retour au début des forums]

Aaaaah, si Elvis avait pu mourir en 1956...

soupir...

[Répondre à ce message]

Nirvana : "Unplugged in New York"

14 janvier 2007 [retour au début des forums]

Un de mes albums préférés, tous genres musicaux confondus.

Les albums studio de Nirvana, je peux difficilement les écouter en entier. Que ce soit Nevermind, In Utero, ou autre, au bout d’un moment je sature. La disto rend parfois la chanson inaudible. Par exemple, l’impressionant contraste entre la version studio de All apologies, qui est presque inécoutable, et la sublime interprétation lors de l’unplugged.
Puis cette fin du mouvement grunge on la ressent surtout au niveau du public. Pas de pogo ni de hurlements. Des gens qui applaudissent après chaque chanson, laissant émerveillé Kurt Cobain, faire son chef d’oeuvre Posthume.
Et qu’est ce que ça fait du bien franchement. Le groupe s’éteint vraiment à son apogée.

[Répondre à ce message]

    Nirvana : "Unplugged in New York"

    14 janvier 2007 [retour au début des forums]


    Il a bien fait de mourir pour ne pas déconner par après, c’est ça que tu veux dire ?

    [Répondre à ce message]

      Nirvana : "Unplugged in New York"

      14 janvier 2007, par Phil [retour au début des forums]


      Ce n’est pas ce qu’il dit, c’est ce que tu dis toi et voudrais lui faire dire pour qu’on croit que c’est lui qui le dit, mais en fait pas du tout. Clair comme de l’eau de roche. ;)

      [Répondre à ce message]

        Nirvana : "Unplugged in New York"

        14 janvier 2007 [retour au début des forums]


        Remarque, la meilleure chose possible pour assurer la pérennité d’un groupe, et lui offrir une place dans le clan très fermé des groupes Mythiques, c’est finalement que son chanteur meurt lorsque le groupe est à son apogée. C’est malheureux à dire, mais c’est comme ça. Les Doors, The jimi hendrix experience, Janis joplin, puis maintenant Nirvana, deviennent de jour en jour + mythiques, que les Beatles, ( encore que, l’assassinat du chanteur, même après la fin du groupe, est tout de même un gage d’adoration ), les Rolling stones, ou encore U2, Led Zeppelin voire Ac/dc.
        Imaginez un Jim Morrison croulant sous la drogue et l’alcool à 63 balais, après avoir fait avec son groupe, quelques albums passés inaperçus durant les années 80. Le mythe du démon à la gueule d’ange au passé douloureux, faisant de lui un artiste maudit, serait totalement écroulé..

        [Répondre à ce message]

    Nirvana : "Unplugged in New York"

    24 janvier 2007, par Kak [retour au début des forums]


    « Que ce soit Nevermind, In Utero, ou autre, au bout d’un moment je sature. La disto rend parfois la chanson inaudible. »

    ... Désolé mais ce n’est vraiment rien comprendre à Nirvana !

    [Répondre à ce message]

      Nirvana : "Unplugged in New York"

      4 février 2007 [retour au début des forums]


      Comprendre un groupe ça veut dire quoi pour toi ? Avoir les mêmes délires rebello-suicidaires que Kurt cobain ? Je n’ai jamais eu la prétention d’avoir dit comprendre Nirvana, d’ailleurs je m’en fous un peu. Si nervemind, bien qu’étant un très grand album, et In utero, me plaisent moins que L’unplugged, parcqu’il ya des chansons ,comme All apologies en studio, qui sont inaudibles, ça voudrait dire que je ne comprends rien à Nirvana ?

      Je ne me revendique pas fan de nirvana, je dis simplement que ce concert est un chef d’oeuvre, alors peut être que je me fourvoie et que je ne comprends absolument rien à nirvana, mais laisse moi rêver en écoutant ce fabuleux Unplugged..

      [Répondre à ce message]

    Nirvana : "Unplugged in New York"

    2 avril 2007, par jul [retour au début des forums]


    y a vraiment trop de tocards qui écrivent trop de conneries. les broadcastors dans votre genre, y’ faut leur mettre un coup de pelle. le rock n’ roll meurt tous les jours un peu plus à cause des connards brushing-polo de votre espèce. allez vous faire foutre.
    jul

    [Répondre à ce message]

Nirvana : "Unplugged in New York"

14 janvier 2007 [retour au début des forums]

Ton analyse est très sommaire et pour tout dire creuse. C’était bien la peine de tenter de faire tout ce bruit autour de l’album pour en arriver à ça.

[Répondre à ce message]