Pop-Rock.com



Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"
Annonciateur d’un gros four

mardi 13 juillet 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The League Unlimited Orchestra : "Love and dancing"
Pixies : "Minotaur"
Duran Duran : "Decade"
Keith Jarrett : "The Köln Concert"
"Monsieur Gainsbourg revisited" (Tribute)
Lou Reed, John Cale & Nico : "Le Bataclan ’72"
Rim’K : "Maghreb United"
Le Nouveau Rock’n’Roll français
Led Zeppelin : "Mothership"
24 Hour Party People


J’avais très vite chopé des nausées avec Karmacode, infâme bouillie honteuse que nous avait offert les Italiens en 2006. Foutre que c’était nul, les vigiles de la FNUCK m’avaient séparé de la borne d’écoute avec des forceps dans un état nerveux plus qu’alarmant. Même pas acheté, je me le suis fait prêter plus tard pour confirmer les premières impressions terribles, bien mauvaise chose que Karmacode.

Mais Lacuna Coil, même au niveau zéro, reste un groupe que je suis, l’un des rares que je supporte dans le registre du métal à meuf. Hormis le fait que Cristina Scabbia est... Nom de dieu, quelle femme ! Pardon, je reprends. Cette fusion de voix féminines et masculines (Andrea Ferro s’améliore grandement et un jour, il chantera bien) et des compositions souvent emballantes et immédiates a un petit quelque chose de jouissif fort plaisant. Pas de la grande littérature, mais c’est ma petite faiblesse, lorsque j’en ai plein le tugudu de décortiquer les plans de guitare de Rust in peace ou de battre la cadence au métronome de Portnoy, je me repose le cerveau en écoutant du Lacuna Coil.

Manifesto of Lacuna Coil me fait revenir quelques années en arrière, lorsque pas encore très épris de gros son, je découvris ces Italiens, avec leur gogoth’ metal costaud et chiadé, pas fabuleux mais sympa, j’étais pas incroyablement exigeant non plus. Et bien que peu adepte des compil’, celle-ci a au moins le mérite de me faire remonter à la surface des titres aussi bien calibrés que Swamped, Heaven’s a lie, Daylight dancer, To live is to hide et autres My wings.

Dispersé sur la petite discographie de la bande, ça n’a l’air de rien. Mais lorsque c’est correctement concentré sur un unique objet, ça vous pète aux oreilles que les Italiens ont un sens aigu de la composition qui marche, jamais incroyablement violente, toujours accessible, mais pas pupute, ou rarement... Il y a aussi du bon gros déchet comme tout best of en contient, mais étonnamment vraiment peu. la reprise du Enjoy the silence de Depeche Mode est pathétique, un odieux sacrilège dont ils devront se repentir le jour du jugement dernier. Il n’y a bien que les plus sourds des hardcoreux qui ont trouvé ça génial...

On compte aussi une cruelle mièvrerie, Within me, de la mauvaise "power balade" trop peu power et beaucoup trop balade, et une petite bouse, Closer, simplement nulle. Et devinez quoi, chers auditeurs lascifs gâtés, ces très mauvaises parts du gâteau proviennent toutes de la même pâtisserie, Karmacode, et toutes concentrées en début de ce Manifesto ! Il n’y a pas de hasard, je vous conseille de fait de passer directement de la plage 1 (Our truth, seul morceau sauvable du four) à la plage 5.

Inutile de dire que je craignais tout et son contraire pour la sortie de Shallow life. Car si le groupe avait, on l’espérait, un peu évolué, ses fans aussi, et il était probable que les plus anciens n’auraient pas l’heur de se faire prendre pour des sourds une seconde fois. Lacuna Coil n’aura visiblement pas entendu les avertissements vu la bouse phénoménale qu’il oseront pondre peu de temps après...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 13 contribution(s) au forum.

Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"
(1/3) 15 juillet 2010, par Malice
Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"
(2/3) 13 juillet 2010, par Rico
Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"
(3/3) 13 juillet 2010, par Eric Woerth




Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"

15 juillet 2010, par Malice [retour au début des forums]

Tout n’est pas à jeter chez Lacuna Coil, j’en ai la certitude( même si ces derniers temps Blanche-Neige et les cinq transalpins ont su faire preuve du plus mauvais... cette "chose" en est la preuve).

Ce qui m’intrigue et me plaît chez LC, c’est cette facilité à faire passer une rage et une souffrance à laquelle - du moins pour moi - il est difficile de rester indifférent. Je pense à des morceaux comme "Reverie", "When A Dead Man Walks" ou encore les très violents "Stately Lover", "1.19" et "Tight Rope" où le groupe parvient, à l’aide d’une instrumentation simple mais bien fichue et d’un duo de voix peu ordinaire, à insuffler une fougue étonnante. Pour moi, l’exemple le plus frappant reste celui de l’album Comalies.

Parallèlement, techniquement c’est simple. Très simple. Facile ? Pas à tous les coups. Les tournures que prennent "Swamped", "Humane" ou encore "To Myself I Turned" sont tout sauf faciles et m’ont surpris dès le début. La voix de Cristina est très bien maîtrisée et expressive, et quand Andrea ne chante pas, il a de l’énergie à revendre.

Pour les différentes raisons susmentionnées, LC n’est pas à jeter. Maintenant que dire de la rigidité de Karmacode, de la pauvreté de Shallow Life, du chant d’Andrea, de la mièvrerie de leurs compos actuelles ? Peu de choses, sinon que le groupe a chu. Sur Karmacode je ne garderai rien, sur Shallow Life rien d’autre ; à quoi ça sert de se proclamer metal en remixant du Linkin Park (beurk), du Superbus (beurk beurk) et dieu-sait-quoi encore ?

Pour toutes ces raisons, mon avis est mitigé. Lacuna Coil reste un groupe qui a su instaurer un univers particulier et de bons moments dans leur musique, mais cette ère est révolue. Je ne garde que le souvenir d’un groupe sympa-tout-au-plus : Lacuna Coil, c’était mieux avant.

[Répondre à ce message]

Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"

13 juillet 2010, par Rico [retour au début des forums]

Tout à fait d’accord. Lacuna Coil est un pétard humidissime, dont on s’éloigne rapidement dès lors que son pénible "pshitt" vient s’écraser mollement sur le tympan. Aucun effet de surprise, une originalité nanométrique, des plans à l’ennui redondant sans qu’une once d’excitation acoustique ne vienne le perturber. A fuir. Par contre, éplucher la tenace partoche de "Tornado of soul"... Cher signataire, je ne peux que m’y reconnaitre.

[Répondre à ce message]

    Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"

    14 juillet 2010, par Vincent Ouslati [retour au début des forums]


    Aaaah, Tornado of soul, quelle guitare, quel riff... Vous me donnez envie de discutailler sur Peace sells... tiens (oui je sais que Tornado est sur Rust in peace, mais l’ami Lenglet l’ayant déjà brillamment commenté, il faut aller chercher d’autres perles).

    [Répondre à ce message]

      Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"

      15 juillet 2010, par Rico [retour au début des forums]


      Une autre perle, assurément... Le monumental "Wake up dead" en guise d’introduction et son break dantesque ! Un "peace sells" dont seul le titre parvient déjà à nous interpeller.. Pas grand chose à jeter. Un devil’s island, certes un poil poussif dans sa première moitié, mais bon, rien de rédhibitoire. Quelques prémices punkoïde vers l’album suivant, curieuse transition entre ces deux chefs d’oeuvres que sont "peace sells" et "rust in peace". Un début de carrière flamboyant. Peut-être Dave devrait-il reprendre aujourd’hui un peu de substance illicite mais o combien dopante ?) ;)

      [Répondre à ce message]

Lacuna Coil : "Manifesto of Lacuna Coil"

13 juillet 2010, par Eric Woerth [retour au début des forums]

C’est marrant que Pop-Rock.com, LA REFERENCE, soit en fait le blog perso de Vincent depuis quelques semaines :-D

[Répondre à ce message]