Pop-Rock.com



Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
Aussi austères qu’indispensables

lundi 18 juillet 2005, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
AC/DC : "Live"
David Bowie : "Bowie at the Beeb"
The League Unlimited Orchestra : "Love and dancing"
Lou Reed, John Cale & Nico : "Le Bataclan ’72"
Rim’K : "Maghreb United"
Sigur Ròs : "Hvarf/Heim"
A Tribute To The Ramones : "We’re a happy family"
Primal Scream : "Dirty Hits"
Siouxsie & The Banshees : "The best of"
Nirvana : "Best of"


Sans Kraftwerk, ni Depeche Mode, ni Front 242, ni New Order, ni Skinny Puppy, ni Air, ni Prodigy, ni Vitalic, ni les Chemical Brothers, ni des centaines d’autres n’existeraient. Voilà, c’est dit une fois pour toutes. On peut maintenant commencer la chronique de cet éblouissant témoignage sonore de la tournée mondiale 2004 du groupe allemand le plus influent de tous les temps.

Si Kraftwerk est, qu’on le veuille ou non, l’un des groupes les plus importants de l’Histoire de la musique, il reste aussi l’un des plus méconnus. Oh, bien sûr, presque tout le monde connaît le quatuor de Düsseldorf de nom, mais combien de foyers possèdent plusieurs de ses albums ? Combien en possèdent un, tout simplement ? Même les amateurs de musique électronique (de l’electro-pop commerciale à la techno, ou à l’indus la plus underground) rechignent souvent à explorer la riche discographie de Kraftwerk. On peut trouver plusieurs raisons à cela. La plus évidente, c’est que, hormis quelques singles, la musique des Allemands est parfois loin d’être accessible au commun des mortels (lisez aux fans de Depeche Mode de base). Certains albums, comme Autobahn ou Tour de France, sont incroyablement répétitifs et lasseront vite le non-initié. D’autres, et je pense ici tout particulièrement à Radio-Activity, sont tellement sombres et apocalyptiques qu’ils feraient presque passer Suicide pour un duo de joyeux drilles...

C’est un petit condensé de toutes ces périodes que vous propose Minimum-Maximum, au travers de vingt-deux titres comptant tous parmi les plus connus de la carrière de ces pionniers. On a donc droit à un bref aperçu des thèmes qui leur sont chers depuis plus de trois décennies : l’informatique (Computer world, Home computer), la robotique (The Man-Machine,The robots), le nucléaire (Radio-Activity), ou encore le cyclisme professionnel (Tour de France, Chrono, Vitamin, Elektro Kardiogramm,...). Autant de sujets qui furent chacun à la base d’albums concepts entre chefs-d’œuvre immortels et prises de tête absolues.

On passe sans transition de l’interminable Autobahn (un peu moins de neuf minutes sur le même ton, ça parait une éternité - et encore, il s’agit d’une version courte !) à l’imparable The model, qui reste sans doute le single le plus populaire de Kraftwerk. Avec ce morceau, Ralph Hütter et Karl Bartos, préfigurent, en 1978, la new wave et les débuts de l’electro-pop façon Orchestral Manœuvres in The Dark, Gary Numan et Fad Gadget. L’album The Man-Machine dans son ensemble propose des rythmes plus dansants, des sonorités plus minimalistes et des arrangements moins alambiqués. Renié par une partie des fans des débuts, il trouva grâce aux yeux d’un plus large public.

Pour le reste, c’est surtout Tour de France qui est revisité ici, avec pas moins de sept titres aux sonorités presque lounge, souvent hypnotisantes, parfois lassantes. Cet hommage appuyé de Florian Schneider à la grande boucle est le seul petit reproche que nous formulerons à ce live. De fait, on aurait aimé entendre un peu plus de titres extraits de Radio-Activity ou de Trans-Europe Express. De ce dernier, on n’a droit qu’à l’enchaînement Trans-Europe Express / Metal to Metal, sur lequel il est tout simplement impossible de tenir en place. La rythmique martiale et les percussions métalliques samplées sont aussi efficaces en live que sur l’album studio. Et le souvenir me revient de cet ami, natif de Düsseldorf, avec qui j’ai assisté au dernier concert de Kraftwerk à Bruxelles, dans une Ancienne Belgique archi-comble (voir ici). En plein milieu de la déferlantes de vagues de synthés, il me dit « ça, c’est vraiment du Depeche Mode ! » exactement au moment où je m’apprêtais à lui faire la même remarque. Laurent Bianchi (mais oui, c’est lui) faisait allusion à l’univers de l’album Some great rewards, enregistré en 1984 à Berlin avec des techniques de production identiques à celle du Kraftwerk millésime 1977. On pensera encore au célèbre groupe anglais (mais aussi à Nitzer Ebb, Cabaret Voltaire ou même The K.L.F.) à plus d’une reprise par la suite.

S’il ne devrait en principe pas surprendre les fans, ce double-live, enregistré dans onze villes différentes dont Paris, constituera pour eux un beau souvenir de la tournée 2004 des Teutons. Mais c’est surtout un nouveau public de curieux qui devrait se laisser séduire par ces vingt-deux titres. Ne fut-ce que pour remonter aux origines de la musique qu’ils écoutent aujourd’hui... Tant qu’à faire, autant ne pas mourir idiot.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 103 contribution(s) au forum.

B2B marketplace
(1/9) 19 novembre 2012, par shawn07
Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(2/9) 10 septembre 2012, par daisy
Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(3/9) 17 janvier 2011, par spock27
Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(4/9) 17 février 2009, par Nicolas
Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(5/9) 16 février 2009, par Nicolas
> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(6/9) 18 juillet 2005
> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(7/9) 18 juillet 2005
> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(8/9) 18 juillet 2005
> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"
(9/9) 18 juillet 2005




B2B marketplace

19 novembre 2012, par shawn07 [retour au début des forums]

I really loved reading your blog. It was very well authored and easy to understand

B2B marketplace

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

10 septembre 2012, par daisy [retour au début des forums]

entreat est vraiment excellent avec la voix de Smith au sommet de sa beauté ! Mais je trouve que le son fait trop "table de mixage", on ne retrouve pas l’atmosphère lunaire de ce qu’on peut entendre sur les lives pirates...chnlove review

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

17 janvier 2011, par spock27 [retour au début des forums]

Kraftwerk, groupe rock ou pas.

Le sujet vaut-il franchement débat :)

on parle ici de Human League, me semble-t-il et de Duran Duran ; je n’oserais pas sous peine d’être banni, honni et mis à la porte dire que ces groupes ne sont pas rock ; la question mérite d’être posée, toutes les questions le méritent mais, ici, sur ce site, elle est hors-propos.

le rock depuis 1970 brasse large et a incorporé les synthés, notamment grâce à Kraftwerk ; ensuite, les fusions musicales n’ont jamais arrêtées : il y en avait avant (notamment en jazz ; mais je ne suis pas outillé pour en parler)

donc que Kraftwerk ait une éthique totalement anti-rock, cela aurait mérité un début plus intéressant me semble-t-il

je n’ai jamais su si les deux fondateurs du groupe, Ralph und Florian ont vraiment cru et appliqué leurs théories sur leur rôle d’ouvriers du son, travaillant huit heures par jours dans leur studio, Kling Klang Studio et de ne jamais prendre vacances, car cela était ringard ; mais il faut avouer qu’aucune groupe n’a eu une telle influence sur le rock au sens large du terme et les groupes electro en particulier (élargissons même les influences, sur le rap, les groupe hip hop)

et puis, quel look. s’habiller en employés de banque et se voire chroniquer dans les revues rock, ça le fait. ce disque live est tout simplement sublime ; les versions des morceaux sont très soignées mais j’admets que je préfère THE MIX qui avait un groove techno plus agréable et qui était un live... en studio !

- alain_

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

17 février 2009, par Nicolas [retour au début des forums]
Pop-Rock.com, de la pop , du rock et des coms

Très très bon article Jérôme.

[Répondre à ce message]

Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

16 février 2009, par Nicolas [retour au début des forums]
Pop-Rock.com, de la pop, du rock et des coms

Bonjour, je viens récemment de faire l’acquisition du double album de Kraftwerk " Minimum- Maximum" et je le trouve sans conteste sensationnel. Certes, ce genre musical peut paraitre désuet voir inabordable pour les personnes ayant une approche musicale plus à la mode, à savoir l’écoute de tubes passés constamment en boucle , d’artistes tels David Guetta ou tout simplement de techno dans les boites branchées actuelles.

Je pense, pour ma part, que si certaines chansons de Kraftwerk, tantôt apocalyptiques ( Radioactivity), tantôt planantes, tantôt plus rythmiques ( Home computer, Aero dynamik), étaient d’actualité dans les discothèques, sans remix, juste le son et la musique originels du groupe, les "prétendus" jeunes ( génération actuelle) mélomanes qui stagnent dans leur époque musicale et se contentent d’écouter les tubes très en vogue des années 2000, pourront peut-être porter un autre jugement sur la musique des annés 70, à savoir les années de création de Kratwerk. D’aucuns, constateront ou du moins ne pourront pas dénier le génie, l’avant-gardisme ou du moins l’incidence qu’a eus Kraftwerk sur la scène électro et techno quarante ans plus tard.

Ceci n’est pas une critique ni un jugement porté et reste à l’appréciation de chacun mais qu’importe l’inclination musicale de chacun, force est de constater que comme pour d’autres domaines, il y a souvent eu des précurseurs, qui parfois sont relégués au rang d’ancêtres et qui pour certains demeurent non connus.

Mon but était de donner mon avis sur Kraftwerk mais d’autres précurseurs de divers horizons musicaux sont à citer : les Beatles pour la pop, les Pixies ( Nirvana s’est fortement inspiré de ce groupe) Pink Floyd, The Police, Supertramp et j’en passe.

Bref, je pense que certains groupes anciens et la musique en général peuvent être intemporels à l’écoute, ou du moins, certains grands talents précités vieilliront peut-être, difficilement, voire jamais. A l’inverse de groupes qui ne durent qu’un temps.

La musique, c’est la vie et certaines chansons ravivent la flamme de l’existence, immortalisent notre sensibilité acoustique et notre passion musicale.

[Répondre à ce message]

> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

18 juillet 2005 [retour au début des forums]

Loin de moi l’idée de vouloir changer une virgule à l’excellllente chronique de Jérôme, mais je voulais juste écrire ceci :

A l’encontre de milliers de groupes électro sans envergure poussés à la une de l’actualité par des campagnes médiatiques sans aucune mesure avec leur talent réel, ce groupe-ci a fait toute sa carrière plutôt en retrait de tout battage médiatique, et à son propre rythme sans se soucier d’efficacité commerciale - peu d’interviews, intervalles interminables entre deux albums... Kraftwerk est LE groupe électronique le plus important de la planète depuis trente-cinq ans, et son influence dépasse largement la seule musique électro. Ils ont toujours eu - et ont encore toujours - plusieurs longueurs d’avance sur tous les autres. Cet album est une réussité sonore incontestable, et rend fidèlement compte (côté visuel en moins of course) du caractère imparablement intemporel et indémodable de leur oeuvre, de l’incroyable qualité sonore qui a toujours été une de leurs marques de fabrique, et de la pertinence absolue de leur démarche artistique en marge de tout ce qui se fait d’autre dans le genre (ou presque). Respect total. Un album indispensable.

[Répondre à ce message]

    > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

    19 avril 2007, par wondertof [retour au début des forums]


    Excellent article, merci pour eux :)
    Enorme fan de DM depuis 23 ans je suis aussi fan de Kraftwerk (avec la panoplie du fan habituel : j’ai tous les albums, les versions remixées officielles, DVD etc...) depuis euh... 31 ans :) :) :) ils n’ont pas vieilli (en dehors des cheveux et de la bedaine), toujours aussi excités sur scène (ceci est une blague). Pour leur live Minimum Maximum je suis tombé à la renverse en entendant le départ apocalyptique de Radioactivity, vous savez le genre de frissons qui remontent du bas du dos jusqu’à la nuque... pas mal de titres revus avec des sons plus modernes et épurés, c’est jouissif auditivement parlant. Ils ont été précurseurs dans pas mal de domaines... je fais encore référence à leur message anti-nucléaire, un message qui n’a pas été écouté et à ce propos Tchernobyl n’est que la face visible de l’iceberg des catastrophes liées au nucléaire et c’est Kraftwerk qui m’a sensibilisé à ça :)
    Merci à eux et à Kling Klang (donc à eux aussi)

    [Répondre à ce message]

> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

18 juillet 2005 [retour au début des forums]

Je l’ai acheté, il est super !!!

[Répondre à ce message]

> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

18 juillet 2005 [retour au début des forums]

Autant on ne peut pas, en effet, discutter sur l’apport énorme de ce groupe, autant ce disque-ci est plus que dispensable, voire nullissime. Je l’aurai bien vu en flop du mois !

Il se trouve d’ailleurs dans toutes les solderies (par caisses m’a dit un des vendeurs) tellement il est mauvais. 10 euros pour les deux CD, qui dit mieux ?

[Répondre à ce message]

    > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

    18 juillet 2005, par mike [retour au début des forums]


    Pourriez-vous un peu argumenter ? "ll est nullisime", c’est un peu léger comme jugement... et pas très convaincant surtout... J’ai vu le disque sur une borne d’écoute et le peu que j’en ai entendu m’avait l’air de très bon niveau.

    [Répondre à ce message]

    > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

    18 juillet 2005 [retour au début des forums]


    Si tu trouves le live nullissime, tu dois sûrement trouver les albums tout aussi nullissimes, alors !

    [Répondre à ce message]

      > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

      18 juillet 2005 [retour au début des forums]


      exact... en musique électronique, il n’y a pas beaucoup de différence entre un album live et un album studio, à part au niveau du chant bien sûr

      [Répondre à ce message]

        > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

        18 juillet 2005 [retour au début des forums]


        Sauf qu’ici les titres sont servis dans une sauce djeune du plus mauvais effet.

        J’ai tous les albums de Kraftwerk, j’adore ce groupe, mais le live est, je le répète, à mon avis, nullissime. Tentant de le revendre, j’ai appris que je n’étais pas le seul...

        [Répondre à ce message]

> Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

18 juillet 2005 [retour au début des forums]

et vous avez aimé leur prestation à Werchter ?

[Répondre à ce message]

    > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

    18 juillet 2005, par mike [retour au début des forums]


    Je ne crois pas que pop-rock a été à werchter, tu sais... :)

    [Répondre à ce message]

      > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

      18 juillet 2005 [retour au début des forums]


      n’en sois pas si sûr !

      cohérence ? où es-tu ?

      [Répondre à ce message]

      > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

      16 février 2009, par Nicolas [retour au début des forums]
      Pop-Rock.com, de la pop , du rock et des coms


      J’aurais juste une question. Peut-être suis-je à côté de la plaque, mais pourquoi s’attarder sur le groupe Kraftwerk qui est un groupe électronique et qui est normalement non classifiable dans le registre popo-rock ? A mon sens...

      J’ai également laissé un article mais à bien y réfléchir il me parait étrange que Kraftwerk soit repris ici.

      Peut-être qu’en effet, certains sons rappellent des sons pop mais pour le rock je n’ y trouve pas une once d’instrumentation à base de basses, guitares électriques ou batteries caractéristiques de ce genre.

      Merci de me répondre.

      [Répondre à ce message]

        > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

        16 février 2009, par SC [retour au début des forums]


        Te répondre 4 ans après l’article à une question aussi très bête ?
        Et puis quoi encore ?

        [Répondre à ce message]

          > Kraftwerk : "Minimum-Maximum"

          17 février 2009, par Nicolas [retour au début des forums]
          Pop-Rock.com, de la pop , du rock et des coms


          A l’attention de SC.

          Tout d’abord je tiens à préciser que si vous avez trouvé ma question bête, il ne fallait pas y répondre par une réponse qui pour ma part est tout aussi nullissime.

          En effet, je ne savais pas qu’il y avait une date précise pour rédiger un article sur ce site et une date précise pour y répondre puisque ce forum est toujours d’actualité et que Kraftwerk ne prend pas une ride.

          De plus il est bien dommage que mon premier article ne soit pas publié, ou alors je n’ai pas fait attention.

          Une dernière chose, si vous trouvez ma question bête, sachez qu’aucune question n’est bête d’autant plus qu’il s’agit d’une réalité.

          Kraftwek n’a aucun son rock ( ou du moins ne connaissant peut-être pas toutes leurs chansons, il me semble que le rock ne les caractérise pas en priorité) et si vous vous y connaissiez mieux en musique, sans moi prétendre tout connaitre, vous ne me poseriez même pas cette question.

          Il ne faut pas avoir été critique musical pendant 20 ans, pour constater que mes avancements sont fondés ou en partie.

          C’est comme si on plaçait une vache dans la famille des marsupiaux.
          Il y a des choses basiques, d’aucuns voire tout le monde seront d’accord pour ne pas catégoriser Kraftwerk dans le rock pur ni le tango par exemple.

          Par contre prenez la peine de bien écouter, et vous y trouverez du classique, car Florian Shneider et Ralph Hutter ont tout deux fait le conservatoire.

          A bon entendeur salut.

          [Répondre à ce message]