Pop-Rock.com



Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
Emeute musicale

vendredi 11 novembre 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
David Bowie : "Bowie at the Beeb"
Nirvana : "Best of"
David Bowie : "David Live"
Elvis Presley : "Elvis in person"
The Bollock Brothers : "Live performances (Official bootleg)"
Le Nouveau Rock’n’Roll français
Primal Scream : "Dirty Hits"
The Stranglers : "Hits and heroes"
Nirvana : "Unplugged in New York"
The Smiths : "Rank"


Ceux qui ont eu déjà l’occasion de voir Killing Joke en concert peuvent comprendre ce que je vais formuler. Les autres ne pourront que tenter d’imaginer la folie furieuse de Jaz Coleman, la furie destructrice d’une foule prise dans une espèce de transe violente et tribale, et l’ambiance de fin du monde qui règne alors, lorsque la guitare de Geordie et la basse de Raven se mettent à matraquer les fans d’un son fatal et inimitable. Killing Joke, c’est avant tout une expérience très intense et pratiquement inénarrable. Un étonnant mélange de bestialité électrique et de pulsions mystiques.

La première fois que j’ai vu Killing Joke, c’était à l’Elysée Montmartre il y a deux ans, pour la tournée de leur dernier album éponyme. Je m’en souviendrai toujours, car j’étais tout juste au pied de la scène, coincé entre deux énormes Anglais avec des blousons en cuir clouté, et avec derrière moi une foule déchaînée. Je devais m’accrocher désespérément aux barrières pour ne pas me faire emporter dans un grand mouvement où les traditionnels et gentillets pogos avaient carrément laissé place à des séances de bastonnade absolument dantesques. Tout cela sous la bénédiction bienveillante de Jaz Coleman, en prêcheur des Enfers, avec sur le visage cet effroyable rictus caractéristique. Alors que Raven buvait de temps en temps un coup de rouge bien senti, Geordie Walker, toujours aussi imperturbable et taciturne, sorte de pendant métal de Will Sergeant, matraquait avec une apparente sérénité des mélopées acérées et agressives.

Ce XXV Gathering : Let us prey vient à point nommé pour les fans, puisqu’il célèbre le vingt-cinquième anniversaire de la formation britannique, grâce à une apparition enregistrée au Shepherd’s Bush Empire de Londres. De plus, jusqu’à présent, aucun live officiel n’était sorti, mis à la part la réédition du célèbre Ha ! de 1982, qui ne contient malheureusement que quelques titres. Ici, c’est à un concert entier que nous avons affaire, un concert qui commence sur l’ésotérique et violent Communion, avant d’égrener tout un chapelet de titres très appréciables. On a ainsi le droit à Are you receiving ?, premier morceau jamais écrit par le groupe, mais également à Primitive ou Bloodsport, deux titres du premier album. Les grands classiques sont également au rendez-vous : le sanguin Wardance (toujours introduit par une vocifération tonitruante de Jaz), le nerveux Sun goes down, l’hymne new wave Love like blood (interprété ici avec bien plus de verve, évidemment), mais également le bondissant Pssyche ou encore Requiem, que les Foo Fighters avaient jadis repris.

Mais les morceaux plus récents prouvent également que les Killing Joke n’ont plus rien à prouver à qui que ce soit, et qu’ils ont su influencer toute une bonne partie de la scène rock des années 90 et 2000, de KoRn à Nirvana en passant par System Of A Down ou les Deftones. C’est avec une précision quasi-chirurgicale que les quatre affreux présentent quelques dernières moutures, comme le cinglant Total invasion ou le pénétrant et explosif Asteroid, pendant lequel la foule est d’ailleurs très présente. Ah, la foule ! C’est sans doute le principal atout de cet album : on sent que le public est éminemment présent (les « gatherers », comme les surnomme affectueusement Jaz) et que le concert constitue une véritable communion entre le groupe et les fans, avec Jaz comme maître de cérémonie indéboulonnable. Tel un gourou cataclysmique, sa voix et son jeu de scène ont un effet absolument incommensurable sur la foule. Me souvenant de ce fameux soir de l’Elysée Montmartre, je peux affirmer sans trop douter que s’il nous avait alors demandé de sortir et de massacrer des innocents dans la rue, nous l’aurions fait.

Bref, un véritable spectacle en somme, et une belle façon de se rendre compte de toute l’énergie dégagée en concert par cette mythique formation, véritable berceau de tous les feux de l’Enfer. Et pour ceux qui en veulent vraiment pour leur argent, sachez que le pendant DVD de cet événement magistral est également disponible.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
(1/5) 10 septembre 2012, par daisy
Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
(2/5) 16 avril 2006, par Youki Smayas
Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
(3/5) 13 mars 2006, par Alesk
Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
(4/5) 15 janvier 2006, par LOOSE CANNON
Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"
(5/5) 11 novembre 2005




Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

10 septembre 2012, par daisy [retour au début des forums]

It was an excellent effort made by you through your nice piece of writing, holding the quality and knowledge together for the readers. chnlove review

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

16 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]

C’est un hoax, cet album n’existe pas.
(Introuvable depuis sa sortie pésumée, en tout cas)

 ;)

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

13 mars 2006, par Alesk [retour au début des forums]

pourquoi, mais pourquoi foutre de dieu je n’arrive pas à trouver une date exacte pour la sorti du nouvel album de killing joke. Tous les disquaires de Toulouse ont du me prendre pour un malade en me voyant chialer et affirmer qu’il était déjà sorti. C’est leur faute et je les hais, c’est une conspiration contre moi, j’en suis certains, qu’ils aillent au diable mais qu’ils me procurent ce putain d’album avant de trépasser, si possible dans d’atroces souffrances. C’est leur boulot de nous refiler de bonnes galettes, ils ont qu’à se démerder

[Répondre à ce message]

Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

15 janvier 2006, par LOOSE CANNON [retour au début des forums]
KILLING JOKE : WWW.KILLING-JOKE.NET

Salut !
Si vous appréciez KILLING JOKE, allez vite découvrir WWW.KILLING-JOKE.NET , le tout 1er (& LE SEUL) fansite sur KJ comportant une section en langue française !!
Le nouvel album, intitulé "HOSANNAS FROM THE BASEMENTS OF HELL", sortira très bientôt, donc réveillez-vous, venez maintenant, INSCRIVEZ-VOUS SUR LE FORUM, IMPLIQUEZ VOUS, et rejoignez notre communauté alternative de discussion sur le groupe et tout ce qui s’y rapporte de près ou de loin ! Ne manquez pas cette invitation, vous ne le regretterez pas ! Merci de votre attention et à bientôt ! ;-)

[Répondre à ce message]

    Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

    7 juillet 2012 [retour au début des forums]


    Ce XXV Gathering : Let us prey vient à point nommé pour les fans, puisqu’il célèbre le vingt-cinquième anniversaire de la formation britannique, grâce à une apparition enregistrée au Shepherd’s Bush Empire de Londres. De plus, jusqu’à présent, aucun livethank you quotes
    officiel n’était sorti, mis à la part la réédition du célèbre Ha ! de 1982, qui ne contient malheureusement que quelques titres. Ici, c’est à un concert entier que nous avons affaire, un concert qui commence sur l’ésotérique et violent Communion, avant d’égrener tout un chapelet de titres très appréciables. On a ainsi le droit à Are you receiving

    [Répondre à ce message]

Killing Joke : "XXV Gathering : Let us prey"

11 novembre 2005 [retour au début des forums]

Merci.

C’est un lointain souvenir, dans une campagne belge perdue dans un hiver quelconque au milieu des années 80. Les pieds dans la paille sous un chapiteau improbable à l’acoustique déplorable. 1, 2, 3 groupes avant ? J’ai payé l’entrée ? La bière sûrement et le billet de train qui nous avait sorti de Bruxelles pour nous jeter dans cette gare du bout de rien.
En y repensant c’est à ce demander si ce n’était le choix délibéré de Jazz Coleman de toute façon ici aussi étaient les fans, Michel, Jacob et moi.
C’était électrique, puissant, hargneux et hypnotique c’était 20 ans de moins pour nous et nous n’avions pas encore oublié que nous aimions tant le bruit de notre temps. Merci tout de même Jazz ta scène et celle de beaucoup d’autre nous maintient alerte dans cet Empire Song.

Denis.

[Répondre à ce message]