Pop-Rock.com



Depeche Mode : "Touring the angel - Werchter Festival"
Concert for the masses

samedi 10 novembre 2007, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Nirvana : "Unplugged in New York"
Orchestral Manoeuvres in The Dark : "The OMD Singles"
Pixies : "Minotaur"
Kiss : "Symphony : Alive IV"
The Smiths : "Rank"
The Ark : "Arkeology"
Psychic TV : "Beauty from thee Beast"
A Tribute To The Ramones : "We’re a happy family"
Björk : "Livebox"
Killing Joke : "The Peel Sessions 1979-1981"


Durant la deuxième partie de sa gigantesque dernière tournée mondiale, Depeche Mode proposait aux spectateurs d’acquérir l’enregistrement du concert auquel ils venaient d’assister. Coupant ainsi l’herbe sous le pied aux pirates, le groupe, en collaboration avec Live Here Now, a donc mis en vente sur internet rien de moins que 45 live officiels en édition limitée. Parmi ceux-ci, l’inoubliable concert en tête d’affiche du festival Rock Werchter, le dimanche 2 juillet 2006.

Ce soir-là, six mois après s’être produit au Sportpaleis d’Anvers, Depeche Mode devait nous offrir une nouvelle prestation dix-huit carats. Après une longue tournée en salles, le groupe s’axait essentiellement durant l’été sur des stades et des grands festivals en plein air (Rock Am Ring, les Eurockéennes de Belfort, Benicassim,...). Werchter, où DM ne s’était plus produit depuis 1985, semblait une étape incontournable de ce long périple. Bonne nouvelle, le groupe devait présenter une set-list totalement différente de la première partie de la tournée (celle immortalisée sur le DVD Touring the angel - Live in Milan) !

C’est à la nuit tombée, après des prestations mi-figue mi-raison de Starsailor, Robert Plant, Ben Harper et Hooverphonic que le groupe fait son entrée sur la grande scène, devant une foule en délire. Touring the angel - Werchter Festival, livré dans un pack 2 CD et accompagné d’un livret à nouveau signé Anton Corbijn, resitue bien l’ambiance de cette folle soirée. Dès l’intro, les clameurs du public sont très perceptibles. Le groupe fait ensuite son entrée sur scène et c’est l’hystérie ! Les sirènes de l’intro de A pain that I’m used to marquent le début d’un concert aux allures de grande messe devant un public littéralement déchaîné. N’ayez toutefois pas d’inquiétude, la qualité du mixage est telle que les hurlements de la foule restent au second plan et ne prennent jamais le pas sur la musique (comme c’est généralement le cas sur les bootlegs amateurs). Suivent A question of time, chantée de façon plus sexy que jamais par un Dave Gahan en grande forme, puis deux extraits de Playing the angel : les singles Suffer well et Precious. Ce dernier, joué plus lentement que sur l’album, fait quelque peu retomber l’ambiance... Il semble que Dave Gahan ait du mal à trouver ses marques. Cela nous fait inévitablement penser à I feel loved, un single très efficace que le groupe n’est jamais parvenu à transposer de façon convaincante au live (allant jusqu’à décider de l’enlever de la set-list, durant la tournée de 2001). On plonge ensuite dans le passé avec une pluie de classiques : Walking in my shoes, Stripped, Home ; que du très connu, que du très bon ! Puis vient In your room, que le groupe persiste à jouer dans sa version Zephyr mix (un remix réalisé par le producteur Butch Vig, en 1994). Mais quand se décideront-ils à revenir à la version bien plus poignante de Songs of faith and devotion ? Le premier disque s’achève ensuite avec John the revelator, quatrième et dernier extrait de Playing the angel pour ce soir.

Le disque 2 n’est, lui, qu’une succession de hits : I feel you, Behind the wheel, World in my eyes, Personal Jesus, Enjoy the silence. Qui peut résister à une telle avalanche de singles fédérateurs ? Tous sont repris en chœur par un public aux anges (sans jeu de mot). Suivent les rappels, avec trois titres et non des moindres. Leave in silence, tout d’abord, chanté par Martin Gore seulement accompagné de Peter Gordeno au piano. Photographic, ensuite. Pour rappel, ce titre de 1981, qui n’avait plus été joué depuis au moins vingt ans, fut le tout premier morceau de Depeche Mode à apparaître sur un disque (la compilation Some Bizzare de Stevo). Le concert s’achève ensuite avec un Never let me down again en forme d’apothéose.

En plus de constituer un beau souvenir pour tout spectateur ayant assisté au concert, ce live à Werchter sera un beau complément à la collection de tout fan qui se respecte, mais aussi une porte d’entrée appréciable pour toute personne désireuse de découvrir Depeche Mode. Avec une set-list presque parfaite et nettoyée en profondeur par rapport au DVD Live in Milan (les irritants car trop entendus Just can’t get enough et Everything counts sont laissés de côté, tout comme quelques titres dispensables de Playing the angel et le très mollasson Goodnight lovers), ce double CD fera, à l’instar du mythique live 101, le bonheur du plus grand nombre.

Pour le commander (celui-là ou un autre), consultez sans tarder le site depechemodelive.com.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Depeche Mode : "Touring the angel - Werchter Festival"
(1/1) 13 novembre 2007, par dave




Depeche Mode : "Touring the angel - Werchter Festival"

13 novembre 2007, par dave [retour au début des forums]

Je vois que les chroniqueur(ses) ont toujours aussi bon gout sur ce site
moi qui ai vu les tounees de DM depuis88 je peut dire que cette tournee 2006
fera partie des mes plus belle que j ai vue jusqu ici dans mon classement elle arrive 3èm derriere la fabuleuse devotional tour et en 1er l extraordinaire violation tour
Vivement la prochaine

[Répondre à ce message]