Pop-Rock.com



Depeche Mode : "101"
Les Dieux du stade

samedi 28 janvier 2006, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
David Bowie : "Christiane F., Wir Kinder vom Banhof Zoo"
The Stranglers : "Hits and heroes"
Nada Surf :"Live in Brussels"
We Will Follow : A Tribute to U2
John Foxx : "The Omnidelic Exotour with Louis Gordon"
Soundgarden : "Telephantasm"
Sigur Ròs : "Hvarf/Heim"
Led Zeppelin : "Mothership"
Primal Scream : "Dirty Hits"
Pixies : "Minotaur"


La tournée des stades de U2 a fait couler beaucoup d’encre. Nombreux sont ceux qui semblent l’oublier mais Depeche Mode, qu’on présente parfois - à tort - comme un groupe rival de la bande à Bono, remplissait déjà des arènes gigantesques dans les années quatre-vingt. Le 18 juin 1988, précisément, c’est plus de 80.000 spectateurs qui s’étaient massés dans le Rose Bowl de Passadena, en Californie, pour assister au concert des quatre Anglais les plus branchés et les plus avant-gardistes de la décennie. Les vingt titres joués ce soir-là firent l’objet d’un double-album live historique et absolument indispensable, qu’on soit fan de Depeche Mode ou non.

Cent-et-unième soir d’une tournée entamée en octobre 1987 et qui traversa l’Europe, le Japon et les Etats-Unis, le concert au Rose Bowl est une date charnière de l’histoire du groupe. Non seulement parce que le show fut absolument magistral, mais aussi parce que Depeche Mode pensait ne jamais parvenir à percer aux Etats-Unis. Il fallut en effet attendre le single People are people, tiré de l’album Some great reward, en 1984, pour que le public américain daigne s’intéresser aux compositions des quatre de Basildon. Pouvoir enfin y remplir des stades et des salles mythiques, comme le Madison Square Garden de New York, avait donc tout d’une revanche. S’offrir le luxe de présenter en première partie Orchestral Manœuvres in The Dark et les Pet Shop Boys - jadis beaucoup plus populaire qu’eux - était pour Depeche Mode une belle manière d’affirmer de manière indiscutable sa suprématie sur le monde de la musique électronique et de la pop en général.

Après son entrée sur scène sur le son du piano et des chœurs inquiétants de l’instrumental Pimpf, le quatuor débute les hostilités avec Behind the wheel. Le beat répétitif, joué par Alan Wilder, est absolument enivrant. Martin Gore y greffe ses riffs de guitare lancinants et Dave Gahan entre ensuite dans la danse. Au sens propre comme au figuré. En tout, c’est pas moins de sept morceaux du fraîchement sorti Music for the masses qui seront joués. Cet album est aujourd’hui cité comme référence ultime par presque tout le gratin de la scène electro, mais est aussi reconnu à sa juste valeur par des artistes issus du rock et du goth. Les autres titres sont principalement tirés des deux albums précédent, Black celebration et Some great reward, qui contenaient une véritable moisson de hits : Master and servant, People are people, Blasphemous rumours, A question of time, Stripped, etc.

Aucun morceau de A broken frame ne sera joué et Just can’t enough sera l’unique extrait de la période Vince Clarke. Ce single de 1981, premier véritable succès du groupe, est magnifié en live par un public hystérique qui en chante chaque parole. Et ce sera ainsi presque du début à la fin du show, à part peut-être sur Strangelove, joué dans une version un peu plus molle que sur l’album. Sur Never let me down again, c’est une marée humaine qui bouge les bras de part et d’autre comme un champ de blé balayé par l’orage. Le DVD de la prestation, réalisé en forme de film documentaire par D.A. Pennebaker, rend bien ce moment unique. Dave Gahan, perché sur l’avant de la scène, lève les bras au ciel conscient qu’il est à ce moment le champion du monde de sa catégorie. Le vrai King of Pop, même s’il laissera à d’autres l’audace de s’auto-proclamer de la sorte. L’euphorie ambiante de Never let me down again est aussi parfaitement restituée sur disque. Ce n’est pas un concert, c’est une messe. Son apogée sera Everything counts, le single de 1983. Sous ses airs candides, cette chanson - composée suivant le modèle des hymnes electro de Kraftwerk - est une sévère critique de l’ultra-libéralisme occidentale. Dave Gahan y est soutenu aux chœurs par Fletcher, Wilder, Gore et quelques dizaines de milliers d’Américains survoltés.

Le pari est réussi : Depeche Mode est le premier groupe a imposer la musique électronique alternative dans des stades, ce qui était jusqu’ici le monopole des seuls groupes de rock et de hard-rock. DM entre du même coup dans l’Histoire et sort de la décennie 80 de la meilleure façon qui soit : par la grande porte.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 27 contribution(s) au forum.

Depeche Mode : "101"
(1/10) 10 septembre 2012, par daisy
Depeche Mode : "101"
(2/10) 11 juin 2008
Depeche Mode : "101"
(3/10) 5 février 2006
Depeche Mode : "101"
(4/10) 4 février 2006, par Wuuf the bika
Depeche Mode : "101"
(5/10) 2 février 2006, par Couillu le Caribou
Depeche Mode : "101"
(6/10) 30 janvier 2006
Depeche Mode : "101"
(7/10) 30 janvier 2006, par Bony
ERRATUM
(8/10) 30 janvier 2006, par Debbie Pinson
Depeche Mode : "101"
(9/10) 28 janvier 2006
Depeche Mode : "101"
(10/10) 28 janvier 2006, par Mike




Depeche Mode : "101"

10 septembre 2012, par daisy [retour au début des forums]

Favorite post having such an fantastic and useful informative content. chnlove review

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

11 juin 2008 [retour au début des forums]

Je lis ici des commentaires bien agressifs ("pop putassière" ou "ringarde") à l’égard du seul groupe UK qui n’a fait qu’évoluer (bien que l’album "Exciter" en 2000 était décevant et mou) ; une montée en puissance sur 25 ans (! !) alors que U2 se répète depuis 10 ans et que les Cure se sont réduits à un projet solitaire. Leurs lives sont systématiquement impressionnants (certes trop calés sur les rails de la programmation des backing tapes) et pour tout ceux qui demeurent sceptiques, je les invite à réécouter l’album "Violator" (1990) de loin leur meilleur album et d’une beauté exceptionnelle. Il m’apparaît évident que DM est un groupe majeur de la scène mondiale. (Jack-T)

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

5 février 2006 [retour au début des forums]

C’est assez pitoyable ce qu’on peut lire ici : allez écouter U2 ou autres merdes bien à vous au lieu de vomir sur DM et foutez la paix à DM et à ceux qui les écoutent. DM n’a jamais eu besoin de personne et ce genre de commentaires haineux ne les a pas empecher d’etre là encore 25 ans apres.
Et ils sont aujourd’hui là avec un magnifique album et un concert qui vaut le détour.

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

4 février 2006, par Wuuf the bika [retour au début des forums]
http://Artoisvert.free.Fr

Ce qui est constant ici, c’est de voir le nombre de remarques débiles et sans intéret pas signées.
Très gratifiant de lire un message nul et sans auteur.Vraiment.

Pour ma part, j’étais un peu jeune au debut des années 80, mais j’ai horreur de cette période jusque 101 (101 inclus).Hormis “Black Celebration” et quelques morceaux de “Music for the Masses”, je trouve tout ca très difficile à écouter : beaucoup de coeur , paroles un peu naives (“People are people” est énorme sur ce point) et boite a rythme simplistes sans compter l’image du groupe...

L’album de référence est pour moi "Ultra" ...Au final, il est quand meme difficile d’évoquer le mot ringard quand un groupe s’étire sur une période aussi large, ca perd tout son sens.

Waf, waf,

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

2 février 2006, par Couillu le Caribou [retour au début des forums]

J’excuse Pop-Rock de nous gonfler régulièrement avec ces chiures de Depeche Mode au vu des excellents groupes que j’ai découvert jusqu’à maintenant grâce à eux. Merci les rédacteurs.

[Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    19 décembre 2006, par DAVE59 [retour au début des forums]


    oh la la tu y va un peu fort la et je penses que tu doit etre vraiment intolerant
    je penses pour ma part que dm fait partis de l un des meilleurs groupes actuelle au monde
    et cela a etait largement prouvé en 25 ans

    DAVE59

    [Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

30 janvier 2006 [retour au début des forums]

depeche mode, non seulement ringard oui, mais surtout mauvais. de la pop-pute racoleuse et vulgaire. beurk.

[Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

30 janvier 2006, par Bony [retour au début des forums]

Petite précision, information que l’on retrouve dans la version DVD. Le 101° concert était le seul de la tournée à se jouer dans un stade. Il n’est donc pas tout à fait juste de parler de "tournée des stades". On peut même assister à une conversation dans le film où on y parle de la difficulté à remplir certaines salles lors de la tournée, notamment dans des villes qui ont surtout une culture black music (dans le passage, l’assistante demande de faire avancer la scène pour que la salle ne paraisse pas trop vide).
A noter aussi que lors de la partie européenne de la tournée, "just can’t get enough" ne faisait pas partie du répertoire ; pour avoir assisté à l’une des prestations de cette tournée, je me souviens être sorti frusté de ce manque...

[Répondre à ce message]

ERRATUM

30 janvier 2006, par Debbie Pinson [retour au début des forums]

Certaines erreurs de jugement et autres contradictions se sont glissées subrepticement dans cet article, à l’insu de son auteur :

- "Nombreux sont ceux qui semblent l’oublier mais DM (...) remplissait déjà des arènes gigantesques dans les années 80." Non, je n’ai pas oublié mes camarades de classe capables de débourser 8000 balles pour une place au marché noir, et pour un show en play-back. Sinon, c’est bien connu, il n’y a que les meilleurs qui se produisent dans les stades.

- "Double album live historique, absolument indispensable qu’on soit fan de DM ou non." Ok Ok, on est tous obligés de l’acheter. Et on est obligé de l’écouter aussi ?

- Ce "beat répétitif joué par Alan Wilder." Joué ? Hahahahahahahahahaha

- On l’oublie trop souvent, mais si on fait bien attention aux paroles de "everything counts", on pourrait presque croire que c’est une "critique de l’ultra libéralisme occidental". C’est vrai que c’est étonnant quand on voit ce qui fait vivre le groupe, c’est un peu du crachage dans la soupe, non ?
Dis-moi, toi qui les as déjà vus 4 fois, ils arrivent encore à la chanter sans rire celle-là ?

[Répondre à ce message]

    ERRATUM

    31 janvier 2006, par christian steenweg [retour au début des forums]


    très cher(e),

    il ne faut pas confondre play-back et backing-tapes, le baking-tapes a en effet été utilisé par DM lors de ce fameux concert et on le voit dans le reportage 101 (ce n’est pas un secret), ce procédé permet uniquement d’éviter de jouer à 3*12 doigts sur 6 synthé par 3 claviéristes.

    je n’ai malheureusement pas trouver d’autres arguments aussi pertinents que les vôtres pour la suite... ;)

    bisous

    [Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

28 janvier 2006 [retour au début des forums]

depeche mode, groupe on ne peut plus ringard, à l’instar de duran duran et autres daubes, l’incarnation même de la pire décennie musicale vouée à l’inox et au kitsch. heureusement, il y avait des résistants.
depeche mode... mon dieu. j’ignorais qu’il y avait encore des fanas de ces electro-ploucs, se pâmant devant les mêmes refrains et mélodies à deux balles. et ils poussent le vice jusqu’à faire passer ce groupe pour indispensable, les inconscients.

[Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    28 janvier 2006 [retour au début des forums]


    Tu écoutes quoi, toi ?

    [Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    28 janvier 2006, par mymy59 [retour au début des forums]


    Et il écoute quoi de pas ringard Monsieur ? DM est l’ultime survivant crédible des années 80.

    [Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    30 janvier 2006 [retour au début des forums]


    A mon humble avis, ce lecteur n’a pas connu pas la période des ’80s...........un jeune né vers la période 80-85 qui n’écoute que les parodies actuelles des Joy Division, Pixies, Gang Of Four..........la période actuelle repasse les plats avec une technologie actualisée, mais quant à la créativité.... !

    La synthPop à la particularité d’être assez restée ringarde.....et alors ?

    [Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    30 janvier 2006, par Lennox [retour au début des forums]


    "La pire décennie musicale", j’aime ce genre d’opinion prémachée (oublions le mot "kitsch", un mot très à la mode utilisé chez les jeunes à toutes les sauces et qui ne veut plus rien dire, si ce n’est "c’est nul, c’est pas dans le move").

    Je ne sais pas comment ça se passe en Belgique, mais en France, tout ce qui ce rapporte aux années 80 est considéré comme "ringard", on se sait pas pourquoi, on se sait pas comment, le seul reproche c’est d’être "issu" de cette décennie, point ! C’est vrai que certaines choses ont plus mal vieilli que d’autres, mais ça c’est valable pour toute les époques... ben non, les années 60 ont un charme retro, les 80’s sont has-been, ça ne se discute pas.

    Dans une interview, en commentant les paroles de "DJ Culture", Neil Tennant des Pet Shop Boys avait émis l’idée que les 80’s étaient les dernières années d’innovations aux niveaux politique, scientifique, technologique et artistique ; les années 90 n’ayant plus fait que développer, remixer, parodier, voire plagier, ce qui était déjà mis en place. Je trouve ça personnellement assez juste.

    Les derniers genres musicaux ou cinématographiques sont nés durant les années 80. Certains croient encore naivement aux "révolutions artistiques", ça n’est en réalité qu’un argument publicitaire, je vais paraitre pessimiste, mais on est condamné maintenant à sortir les mêmes disques et les mêmes films indéfiniment, tout a été fait dans toutes les directions depuis belle lurette. Notre musique n’est rien sans les 80’s tout comme celle des 80’s n’a rien été sans celle des 70’s tout comme etc... Mais, je pense que l’explosion créative y a été très importante, c’est parti dans absolument tous les sens et toutes les extremes (n’est-elle pas d’ailleurs la décennie du film d’horreur ?), du très hard au plus minimaliste, du bon au (très) mauvais goût...

    Disons qu’il n’y pas de meilleure ou de pire, chaque période a apporté sa pierre à l’édifice. Chacun a son idée, moi j’aime bien les années 80 pour leur folie et leur (fausse) naiveté.

    Et puis pour en revenir à Depeche Mode, ce live 101 est effectivement excellent, ils font de la bonne pop, ils ont assumés jusqu’au bout leur amour des synthés même sous les sarcasmes de certains rockers purs et durs (ceux pour qui seule la guitare est un instrument), c’est louable. Chacun ses goûts, mais on ne peut objectivement pas affirmer que Depeche Mode est "ringard", l’adjectif n’est pas approprié, ça n’est ni dépassé ni démodé.

    [Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    2 février 2006, par jeannot lapin [retour au début des forums]


    Oui c’est sûr que les années 90 c’était super au niveau musical....
    La décénie où rien n’a été inventée, où le meilleur n’est que la copie des décénie précédentes, même des 80’s.
    90’s La décénie du sampling ... depeche mode avait défriché le sampling avant tous les techneuneus et autres rappés en développant un son propre à eux reconnaissable, et non en copiant les morceaux des autres comme dans les musiques électroniques typiques des 90’s (techno, rap, dance).
    La ringardise c’est aussi une mode, pour certains dans les 90’s c’était les groupes de rock avec des musiciens jouant de la guitare qui étaient ringards.
    D’ailleurs au sujet de depeche mode l’ironie de l’histoire c’est que si ils sont devenus un groupe de synth pop c’est parce que les synthétiseurs c’était moins cher que les guitares électriques. Ils auraient pu être un groupe de guitare de plus, ils sont devenus un monument incontournable de la musique électronique.
    Et oui il y a des mélodies dignes de ce nom et des refrains dans les chansons de depeche mode, on ne peut pas en dire autant de beaucoup chansons des 90’s.

    Les années 90 nous aurons laissé un nouveau style musical quand même qu’on traine encore, le RnB ... chouette

    Non vraiment ça a fait du bien aux oreille d’entendre beaucoup moins de dance muzik, de techo boumboum et de rap au début des années 2000, et c’est là qu’on se dit que les 80’s pas si mal que ça.

    [Répondre à ce message]

    Depeche Mode : "101"

    29 mars 2006 [retour au début des forums]


    quel mélange, tout et n’importe quoi
    il y en a qui évolue et d’autres.....

    [Répondre à ce message]

Depeche Mode : "101"

28 janvier 2006, par Mike [retour au début des forums]

Effectivement l’article resume bien les sensations ressenties lors de l’écoute ou du visionnage de ce concert.

Le champion du monde je n’ai pas d’autre mot.

Quelles sensations doit il ressentir lorsqu’il est, avec ses bras en l’air, devant 80.000 personnes en folie.

Je crois qu’on peut dire qu’il doit jouir ...

A quand un concert au stade Roi Baudouin ???

Tres bel article en tout cas. Merci au redac-chef :-)

[Répondre à ce message]