Pop-Rock.com



Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

mercredi 2 janvier 2008

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le top 5 de l’année de Jérôme Delvaux
Le top 5 de l’année de Jérôme Prévost
Le top 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
Le bilan 2007 de Marc Lenglet


1. Porcupine Tree - Fear of a blank planet

Il était inévitable. Que ce soit avec Fear of a blank planet, peut-être son meilleur disque (il a d’ailleurs été sacré album de l’année aux Classic Rock Awards), avec Nil Recurring, formidable appendice sous forme d’E.P. ou avec cet excellent concert à l’Ancienne Belgique au mois de novembre, Porcupine Tree aura marqué 2007 de son empreinte. Alliant une technicité sans faille à un concept interpellant traité de manière impeccable, offrant au passage un monument de rock progressif appelé à devenir un classique parmi les classiques (Anesthetize), soutenu par des lignes de chant vibrantes, illustré par un artwork et des clips percutants, Fear of a blank planet est ce genre d’albums qui marquent une année et même un peu plus. On attend 2008 avec impatience puisque Steven Wilson annonce un album solo, un nouvel album de No-Man, le troisième opus de Blackfield, peut-être un live, et toute une série de collaborations diverses à la production (pour Anathema entre autres) et au mixage (pour des grands classiques du rock, selon ses propres dires). A suivre...

2. Antimatter - Leaving Eden

Amis du sourire et des Bisounours, abandonnez tout espoir en insérant ce disque dans votre lecteur. Pour son premier album sans Duncan Patterson à ses côtés, Mick Moss s’est surpassé et nous offre une tranche de rock plombé comme on n’a pas souvent l’occasion d’en entendre. Antimatter frôle ici la perfection, et si le recours à la saturation différencie fortement cet album de ses prédécesseurs, rendant difficile toute mise en perspective, on ne prendra pas de gros risques en affirmant trouver en des Redemption, Another face in a window, The freak show et autres Landlocked certaines des plus belles chansons qu’il nous ait été donné d’entendre cette année.

3. Crippled Black Phoenix - A love of shared disasters

Décidément, le cru 2007 regorge de joyaux de noirceur. Folk et post-rock s’entrecroisent dans ce recueil de chansons à chialer qui constitue peut-être la meilleure surprise de l’année. On aime ce chant las, ces mélodies lancinantes, ces crescendo de cordes et ces interventions déchirantes au violon ou à l’accordéon. S’apparentant à un long périple duquel on ne sort pas indemne, cet album se dégustera de préférence tard le soir, rendant le silence qui suivra encore plus oppressant et impénétrable.

4. Soulsavers - It’s not how far you fall, it’s the way you land

Leur premier album avait un côté un peu fourre-tout pas déplaisant, mais qui nuisait à la cohésion de l’ensemble. Ici, pas de problème : It’s not how far you fall, it’s the way you land est tellement condensé et ramassé sur lui-même qu’il en est étouffant. Bien que sautant allègrement du gospel au trip-hop, ce duo de producteurs soutenu par les vocalises majestueuses de Mark Lanegan parvient à maintenir l’unité de son disque en le centrant sur son propos, à savoir un sentiment désemparé à l’encontre de la religion et une tristesse qui suinte par tous les pores. Et ne venez pas dire que vous n’étiez pas prévenus. Avec des titres comme Kingdom of rain, Jesus of nothing ou Ask the dust, vous ne parviendrez pas à nous vendre que vous vous attendiez à un album à faire écouter à quelqu’un qui a besoin qu’on lui remonte le moral.

5. Apse - Spirit

On aurait encore pu citer, pour cette année, Pain of Salvation et son Scarsick pétaradant, audacieux et foutrement bien écrit (mais qu’on éjecte parce qu’il peut se montrer fatigant sur la longueur). Méritant également les éloges, il y a Artificial animals riding on neverland, lumineux premier album de AaRON (qu’on éjecte parce qu’on n’oserait pas prendre les paris sur sa longévité comme c’est le cas pour les autres). Dream Theater également, pour son Systematic chaos qu’on aime de plus en plus (mais qu’on éjecte parce qu’il demeure indubitablement en-dessous des meilleurs disques des New-yorkais). On repense au Remembert that night - Live at Royal Albert Hall de David Gilmour ou à Hvarf/Heim de Sigur Ròs (qu’on éjecte parce qu’on ne parvient pas à trancher entre les deux et qu’on veut faire plaisir au rédac’chef en éliminant les live et autres best-of). Il y a aussi eu Air, de Agua de Annique, qui a constitué une très jolie surprise (mais qu’on éjecte parce que ce n’est pas aussi abouti que The Gathering). Enfin il y a Rapid eye movement de Riverside, qu’on éjecte parce qu’on ne l’a pas encore écouté (mais vu les deux premiers albums de ces prodiges polonais, on est à peu près certain d’avoir un grand disque à se carrer entre les oreilles). Alors on va rechercher un disque de 2006, Spirit de Apse. Parce que, étant sorti fin 2006 et écouté début 2007, on n’a pas eu l’occasion de lui rendre l’hommage qu’il méritait. Il s’agit encore d’un disque d’une noirceur insondable. Il s’agit encore d’un disque de post-rock. Mais il s’agit surtout encore d’un indispensable à ajouter à votre discothèque.

Geoffroy Bodart



Répondre à cet article





Il y a 9 contribution(s) au forum.

Case Study Solutions
(1/6) 25 avril 2016, par Jacob Martin
Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart
(2/6) 15 janvier 2008
Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart
(3/6) 3 janvier 2008
Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart
(4/6) 3 janvier 2008
Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart
(5/6) 3 janvier 2008
Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart
(6/6) 3 janvier 2008, par Mantaray




Case Study Solutions

25 avril 2016, par Jacob Martin [retour au début des forums]

Your web journal is superb and i genuinely welcome you and seeking after some more accommodating posts.
Case Study Solutions

[Répondre à ce message]

Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

15 janvier 2008 [retour au début des forums]

A propos de Steven Wilson, vous pourriez me rappeler le nom de son projet solo et du groupe ac son pote (israélien ?). Vous aviez fait un truc spécial sur pop-rock ac tt ça mais g oublié et j’aimerais bien creuser. Merci bcp

[Répondre à ce message]

    Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

    16 janvier 2008, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Bonjour,

    Le projet solo de Steven Wilson n’a, à ma connaissance, pas encore de nom. Le groupe avec Aviv Geffen s’appelle Blackfield, et il mène aussi un groupe avec Tim Bowness, No Man.

    En tapant "Steven Wilson" ou "Porcupine Tree" dans notre moteur de recherche, vous devriez retomber sur tout ça sans problème.

    [Répondre à ce message]

Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

3 janvier 2008 [retour au début des forums]

Pour moi juste devant Signify et Deadwing, Fear of a blank planet est aussi le meilleur album de Pocupine Tree, que je place également au-dessus du panier 2007 tous genres confondus -et pas seulement Noirceur & Volupté.

J’observe avec intérêt que vous aimez les choses plutôt denses. J’ai d’ailleurs sur votre recommandation (ce à quoi sert cet exercice du Top machin) découvert Crippled Black Phoenix, reçu ce matin. J’ai pas attendu la nuit pour l’écouter. J’aurai dû vous écouter peut-être car dès le 2ème titre j’ai "dû" me servir un whisky pour faire comme la fatigue... Pour ces noirceurs et voluptés-là je ne vous remercie pas, mais le coeur y est.

PS : Je vous aime. Si vous aviez également cité Tomahawk, Nine Inch Nails et Queens of the Stone Age, ç’aurait été la folie entre nous !

[Répondre à ce message]

Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

3 janvier 2008 [retour au début des forums]

Tout à fait d’accord pour Porcupine Tree. Un vrai bijou que cet album !

[Répondre à ce message]

Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

3 janvier 2008 [retour au début des forums]

rien que des disques que je ne connais pas dans ce top 5... je suis définitivement largué..

Dites, peut-on considérer comme un ’statement ’ le fait que Mr Delvaux n’a pas ouvert son article à la fonction forum ?

Dommage, car il y avait des bonnes choses à dire.

La feinte ’Dylan chante Ferry’ m’a fait rire, par exemple.

Par contre, Mr Delvaux semble oublier que Dylan et sa guitare sêche ne constituent plus un couple exclusif depuis plus de 40 ans.. Je n’y étais pas, bien sûr, mais combien de fois n’a-t’on pas lu quel choc çà été à l’époque lorsque Dylan est apparu sur scène avec The Band pour une série de concerts électriques ? La série de disques sortie à cette époque n’est d’ailleurs pas du tout exclusivement acoustique, bien au contraire. Pour ces raisons, il a été accusé de trahison à l’époque par les puristes folk..

Comme les gouts et les couleurs ne se jugent pas, je ne critiquerai pas plus son commentaire à propos de la voix de Dylan. Je me contenterai de lui proposer d’écouter ’Gates of Eden’ et ’It’s allright Ma, I’m only bleeding’(tous les deux sur ’Bringing it all back Home’ si je ne m’abuse...)

Son chant et sa voix (si si !!) sont tout simplement à rendre jaloux !!

A bientôt !

mathieu

[Répondre à ce message]

Le top 5 de l’année de Geoffroy Bodart

3 janvier 2008, par Mantaray [retour au début des forums]

Pas de "best of", pas de "live", regardez un peu le top 5 de votre redac’chef. En effet 1 "live" que l’on pourrait assimilé à un "best of", une compil. augmenté d’un DJ Set, ainsi qu’un album de "cover" ! Et tout ça dans un top 5...

[Répondre à ce message]