Pop-Rock.com



Les albums de l’année d’Albin Wagener

mardi 2 janvier 2007

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Les albums de l’année de Marc Lenglet
Les albums de l’année de Jérôme Delvaux
Les albums de l’année de Marc Durant
Les albums de l’année de Geoffroy Bodart
Les albums de l’année de Jérôme Prévost


1. Blackmail - Aerial view

Cette année 2006 a été étrange au niveau musical. Aucun groupe n’a fondamentalement réussi à impressionner avec brio, n’a réussi à être immédiatement percutant. J’ai eu du mal à élaborer ce Top 5, en fait, tant il y a eu d’albums moyens et dispensables, ou d’albums bien, mais sans plus, juste avec leur petit charme. Un seul album ne m’a que rarement quitté : cet Aerial view rageur et enlevé. Album du mois en janvier, indétrônable tout au long de ces douze derniers mois, Aerial view a réussi à prouver que Blackmail est un groupe indispensable qui gagne à être connu hors de ses frontières habituelles. De Moonpigs à Armory, cet album renferme tout ce qu’un album de rock remarquable doit pouvoir contenir. La recette fait mouche et les titres épidermiques de ce magnifique opus m’ont souvent accompagné pendant les moments marquants de cette année. Plus qu’un album, c’est pour moi le véritable testament de cette année 2006 toute entière. Depuis janvier, personne n’a pour moi réussi à égaler Blackmail.

Voir la chronique de cet album.

- 2. Perry Blake - The crying room

Je ne sais pas si j’aurais mis cet album à la deuxième place de mon Top si je n’avais pas vu Perry en concert au Café de la Danse à Paris : qu’importe, puisqu’il aurait tout de même été présent. Pour notre crooner irlandais, cet album constitue avant tout une sorte de retraite vers des terres musicales plus épurées, plus monastiques aussi. Mais quelle classe dans These young dudes, quelle tristesse contenue sur Forgiveness et sa mémorable mélodie de piano ! Perry joue avec les canons, affine son songwriting et nous sert une mélancolie plus sincère qu’à l’accoutumuée, moins surjouée. D’un bout à l’autre, cet album transporte par sa nostalgie élégante et racée : il parvient à faire germer en vous des souvenirs et des images avec un charme à la fois saturnin et désabusé. The crying room, c’est un peu l’histoire d’une désillusion mêlée au désir de renouveau. Et c’est peut-être tout simplement l’album de la carrière du jeune chanteur irlandais.

Voir la chronique de cet album.

- 3. Blumfeld - Verbotene Früchte

Encore un groupe allemand ? Oui, mais d’un autre genre que Blackmail, cette fois. Ici, c’est d’une pop plus épurée qu’il s’agit, mais également d’une poésie et d’un songwriting tranchant et poignant. L’énigmatique Jochen Distelmeyer a réussi à transformer son projet en un morceau d’histoire de la musique allemande : la moindre des choses pour ce groupe fondateur de toute une scène, qui a permis aux groupes d’outre-Rhin de se décomplexer. Les textes sont toujours aussi désenchantés, les paroles transportent dans des métaphores filées acerbes et dures avec la société actuelle, et on se retrouve devant un album dense, extrêmement travaillé, et qui semble pourtant naturel. Oui, ce Verbotene Früchte passe tout seul et distille ses messages avec une franchise touchante. Une fois de plus, Distelmeyer fait mouche et ne saurait laisser de marbre, malgré les changements que ce groupe a subis, malgré tous les drames de la vie quotidienne, envers et contre tout.

Voir la chronique de cet album.

- 4. Amusement Parks On Fire - Out of the Angeles

Si cet album figure ici, c’est avant tout pour l’espoir qu’il peut susciter pour la carrière du talentueux Michael Feerick que pour lui-même. Etrange, contraire à l’éthique du petit jeu du Top 5 ? Pas tant que ça. Pas tant que ça, parce que je n’avais encore jamais entendu d’album qui pouvait à la fois mêler le shoegazing insolent de My Bloody Valentine et le romantisme lyrique des Smashing Pumpkins. C’est maintenant chose faite, et en écoutant cet album, j’ai repensé aux moments les plus prégnants de mon adolescence, à ces chemins tortueux qu’il nous faut traverser avant de pouvoir se construire, à ces étapes essentielles qui vous font grandir. Planant et dynamique à la fois, Out of the Angeles est fabuleux de bout en bout, même si pour certains, il peut parfois souffrir de quelques longueurs. Pour moi, on tient ici le génie musical de ces prochaines années, s’il continue de s’affirmer et surtout, s’il veut bien persister et signer. Cet album est un véritable transport intérieur, une réussite de rock atmosphérique et onirique.

Voir la chronique de cet album.

- 5. Eskobar - Eskobar

Et non, pas d’album de musique électronique cette année ! Je me surprends moi-même : très franchement, jamais je n’aurais imaginé inclure un jour un album d’Eskobar dans une quelconque rétrospective musicale, annuelle ou pas. Mais là, il faut rendre à César ce qui est à César : oubliées, les facilités radiophoniques, puisque les trois Scandinaves sont retournés à leur source noire et ténébreuse, présentant pour moi l’album folk de cette année, drapé de guitares lunatiques et de textes complètement désabusés. Pour ma défense, je dirais que nous ne sommes pas les seuls chez Pop-Rock à avoir été surpris et séduit par cet album auquel personne ne s’attendait. On se disait "tiens, un nouvel Eskobar, encore la même soupe". Et bien non, visiblement, ceux-ci se sont retirés au coeur de leurs inspirations musicales les plus sincères pour nous servir une folk mélodique à la fois sombre et sobre, bien loin des clichés du genre. Un disque qui invite à redécouvrir cette formation sous un nouveau jour et à leur laisser une chance. Et dire que j’avais failli inclure le dernier album de The Gathering dans mon Top 5...

Voir la chronique de cet album.

Albin Wagener



Répondre à cet article





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Les albums de l’année d’Albin Wagener
(1/2) 4 janvier 2007, par Kevin 2
Les albums de l’année d’Albin Wagener
(2/2) 3 janvier 2007, par Kevin




Les albums de l’année d’Albin Wagener

4 janvier 2007, par Kevin 2 [retour au début des forums]

Ah oui, Amusement Parks on Fire, c’est du tout bon, ça !

[Répondre à ce message]

Les albums de l’année d’Albin Wagener

3 janvier 2007, par Kevin [retour au début des forums]

Pas d’album electro de l’année ? Ben oui, vous en chroniquez peu ici il me semble. En même temps ca s’appelle Pop-rock donc c’est logique ^^.
L’album "The Last Resort" du danois Trentemoller mérite sa place n’importe où. Il n’est jamais trop tard de toute façon, à bon entendeur...

[Répondre à ce message]

    Les albums de l’année d’Albin Wagener

    3 janvier 2007 [retour au début des forums]


    Peu d’albums électro chroniqués ici ? Eh bien, si ça, ça veut pas dire qu’Albin écrit la moitié de ses articles pour rien...

    [Répondre à ce message]