Pop-Rock.com



Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

lundi 31 décembre 2007



Année prolifique, disais-je. Ce qui ne veut pas dire que tout a forcément été formidable, bien loin de là : les daubes se sont également enchaînées à un rythme effréné, abandonnant quelques fans et suggérant sans le vouloir des railleries plus ou moins bien inspirées. Voici donc les disques dispensables et les mythes qui se sont cassés la figure en 2007.

1. James Blunt - All the lost souls

Mis à part sa pochette qui pique les yeux, ce deuxième album du plus ennuyeux des chanteurs soporifiques dépasse toutes les prévisions en matière de ratage. De la véritable soupe, bien au-delà de tout ce qu’on peut imaginer, et de la soupe froide qui plus est. C’est chiant à s’en tirer une balle, ça n’a aucune saveur, et ça n’a même pas le mérite de retenir un centième de mes facultés auditives quand je fais mes courses au supermarché du coin.

2. The Earlies - The enemy chorus

Faire du sous-Arcade Fire ? Si si, c’est possible, je vous le confirme. Malgré plusieurs écoutes et tout ce qu’on a pu me dire dans mon entourage, aucun stratagème n’a pu me persuader : ce disque reste pour moi une boursouflure arty sans fondement ni inspiration. La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf

3. The Arcade Fire - Neon bible

Après le grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, voici le boeuf. Et quel boeuf. Bouffi de certitudes comme l’album d’Arcadia, pédant de sens artistique, le rock des Canadiens n’a plus rien d’intéressant, ni même d’attendrissant. Il va falloir un jour dégonfler cette grosse baudruche agitée fièrement en signe de bon goût ultime. Trop chaud, trop froid, mal isolé, mal éclairé, trop lourd.

4. The View - Hats off to the buskers

Dans le genre "album moyen qui se prend pour un chef-d’oeuvre", Hats off to the buskers a fait l’effet d’un pétard mouillé. Bien vite (re)jeté par le NME après quelques semaines d’amour fou, The View ne sait que faire du très mauvais U2. Voilà ce qui arrive quand on a la folie des grandeurs et qu’on répète une semaine sur quatre dans sa cave.

5. Little Man Tate - About what you know

Il parait que c’est marrant ce truc-là, et que ça peut même être sympa. Pour moi, ça sert juste à rien, au même titre que le chien qui hoche la tête à l’arrière d’une bagnole. Oh c’est sûr, c’est pas méchant, ça casse pas des briques, ça n’a aucune vocation quelconque. Ben voilà. Mais moi, ça m’emmerde profondément alors que ça ne devrait pas. Vous avez été déjà ennuyés par un disque de rock sautillant qui fait tout pour capter votre attention, vous ?

6. Interpol - Our love to admire

Sans faire de mauvais jeu de mots, il n’y a guère plus grand chose à admirer chez Interpol. Plus d’âme, plus d’inspiration, un plan marketing dantesque pour un album qui n’arrive pas à la cheville de ses prédecesseurs. Certes, on m’a bien fait comprendre que cette galette nécessitait plusieurs écoutes. Mission accomplie. Verdict ? Effectivement, il me fallait bien plusieurs écoutes pour confirmer que ce disque est insipide.

7. Erasure - Light at the end of the world

Grosse ringardise de l’année, le nouveau Erasure est une daube stupéfiante et surtout énormément décevante. Moi qui apprécie quelques éléments de leur discographie, j’ai hésité entre éclats de rire ou soupirs de stupeur en m’enfilant les quelques titres de cette vaste blague. Dommage, car on sait que les deux compères peuvent faire largement mieux.

8. Perry Blake - Canyon songs

En voici un autre qui peut faire bien mieux que ça, c’est notre crooner irlandais favori. Un an après le succès de l’époustouflant The crying room, voici que le sieur Blake tombe dans la facilité et la redite pour un album qui aurait pu très bien représenter une collection de B-sides, tant il est médiocre, fort peu inspiré et juché sur des clichés du genre. Extrêmement dommage.

9. Maps - We can create

La nouvelle révélation de Mute Records est une très mauvaise pioche. Une sorte d’électro faussement indie recyclée dans des chansons qui ne font qu’appliquer les canons du genre (un genre éculé depuis dix ans maintenant) sans rien apporter rien de neuf, voilà la seule once de création de cet opus. Aussi dispensable qu’un parapluie un jour d’été.

10. Monta - The brilliant masses

Ce disque piteux et inutile ferme la marche en symbolisant tout ce qu’il faut faire pour être dans un flop : peu ou pas d’idées (qu’on vend comme novatrices), une production inefficace (qu’on estime révolutionnaire) et des morceaux sans âme (qu’on glorifie comme étant artistiquement pertinents). Un superbe cas d’école.

Clarisse de Saint-Ange



Répondre à cet article





Il y a 19 contribution(s) au forum.

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(1/9) 3 juin 2008, par Jefferson
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(2/9) 13 janvier 2008, par Ardéa
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(3/9) 3 janvier 2008, par Kinky
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(4/9) 3 janvier 2008
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(5/9) 31 décembre 2007
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(6/9) 31 décembre 2007, par Oldlynx
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(7/9) 31 décembre 2007, par un lecteur intrigué
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(8/9) 31 décembre 2007, par Jimbo
Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange
(9/9) 31 décembre 2007, par Candide




Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

3 juin 2008, par Jefferson [retour au début des forums]

Aussi dispensable qu’un parapluie un jour d’été.

On ne doit pas habiter dans le même coin... ;-)

James Blunt, Pfffbbbll... The View : hype version soufflé raté : de la daube sans intérêt, terpol, en fan de la première heure très déçu, je ne puis qu’être d’accord : l’âme à quiité ce groupe (temporairement j’espère...)
Arcade Fire, pas tout à fait d’accord, même si l’album est moin bon que le précédent...

Enfin soit...

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

13 janvier 2008, par Ardéa [retour au début des forums]

Je suis tout bonnement sidéré de la démonétisation d’Arcade Fire sur ce site. Car je vous rappelle quand même que "Neon Bible" a été album du mois sur Pop-Rock à sa sortie. Il est vrai que ce n’est pas Clarisse qui l’avait chroniqué (mais qui était-ce donc ? J’avoue l’avoir oublié).
Je pense qu’il serait intéressant de voir quels arguments ledit chroniqueur pourrait "opposer" à ceux de Clarisse. Un débat contradictoire, vous pouvez très certainement rendre ça passionnant et enrichissant.

Sur ce, bonne année 2008 à tous !

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

3 janvier 2008, par Kinky [retour au début des forums]

Ouaip l’album de Little Man Tate est très décevant je trouve aussi
C’est con, " Sexy in Latin" est un tube en pusssance

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

3 janvier 2008 [retour au début des forums]

"le nouveau Erasure est une daube stupéfiante"
Ok ok, mais comment pourrait-il en être autrement ? Quel intérêt cette daube-tout-court en 2007 ?

Rappel (1986) :
1. Black Celebration - Depeche Mode

2. Scoundrel Days - A-Ha

3.Virus Meadow - And Also The Trees

4.Horse Rotorvator - Coil

...
6987.Wonderland - Erasure

Bravo, bien vu pour Erasure ! Bref, aucune info, aucun intérêt, aucun parti pris !

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

31 décembre 2007 [retour au début des forums]

Faudrait quand même m’expliquer en quoi le plan marketing d’Interpol a été dantesque ! Je serais d’accord si la critique était dirigée vers Radiohead ou Justice mais là franchement...Et si on pouvait me dire aussi quelles sont les chansons "pop" de "Our love to admire" ... ?

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

31 décembre 2007, par Oldlynx [retour au début des forums]

Ce qui est dommage, c’est que ce flop se base surtout sur des albums encensés par le NME (the View) ou les INROCKS (Arcade Fire, Interpol) ou encore des premiers albums vaguement hype.

On a ainsi l’impression que le but est plus de désavouer certains confrères et certaines tendances que de réaliser une vraie liste de déceptions, c’est à dire des albums attendus et prometteurs qui s’avèrent finalement décevants.

Exemple : The Earlies. Peux-tu parler de flop pour un groupe que tu ne connaissais apparement que par ce qu’en a dit ton entourage ?

Pour moi, un vrai flop de cette année, c’est Perry Blake, là on est d’accord car on s’attendait à une vraie confirmation du niveau atteint sur le dernier album.

[Répondre à ce message]

    Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

    31 décembre 2007, par Oldlynx [retour au début des forums]


    j’ajoute que Neon bible d’Arcade Fire est pour moi tout sauf un flop, il est peut-être moins direct mais il a le mérite de ne pas tomber dans la redite facile du 1er album tout en étant assez intimiste. Quant à Interpol, même si Our love to admire ne va pas révolutionner le rock et est un peu moins inspiré que les deux premiers, il demeure un album correct que ne renierait sans doute pas bon nombre de groupes. Bref, pas de flop la-dedans pour moi...

    [Répondre à ce message]

      Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

      2 janvier 2008, par Eol [retour au début des forums]


      Idem...Par exemple comment trouver "Mind over time" insipide ?

      Cette chanson est juste...hypnotique. Elle tourne souvent en boucle chez moi !!

      [Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

31 décembre 2007, par un lecteur intrigué [retour au début des forums]

Erasure dans le flop, Recoil dans le top. Vince Clarke out, Alan Wilder in. La galaxie Depeche Mode n’a pas de secrets pour toi, chère Clarisse.

Mais où reste Dave Gahan, dont tu as pourtant chroniqué l’album sorti cette année ? Celui-ci n’était-il tout de même pas plus intéressant que le Wilder ?

[Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

31 décembre 2007, par Jimbo [retour au début des forums]

Pas d’accord pour Interpol. Quant au reste, à part Erasure que je connais moyennement...Vous me faites penser à Cathy Immelen qui a chaque fois qu’elle le peut tire à boulets rouges sur Star Wars et bien à l’instar de cette dernière, vous chère Clarisse, c’est sur Interpol que ça tombe. D’ailleurs pour trouver "Low" meilleur...

[Répondre à ce message]

    Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

    22 janvier 2008, par Cathy Immelen [retour au début des forums]


    Et depuis quand je tire àboulet rouges sur Star Wars ??? Je n’ai jamais eu l’occasion d’en parler àla radio ou àla télé d’ailleurs... Si non, j’adore Interpol ;-)

    [Répondre à ce message]

Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

31 décembre 2007, par Candide [retour au début des forums]

Je connais aucun de ces groupes, à part Erasure parce que j’adore Depechemode (et aussi James Blunt mais j’ai honte de le dire). Où est-ce que vous arrivez à connaître tous ces groupes ? Est-ce que y’a des magazines à lire ou vous les connaissez par internet ? Y’a t’il un trop plein de création artistique ? Y’a t’il une crise du disque ? La pauvreté existe-t-elle vraiment comme on me l’a montré en chine une fois ? J’attends des réponses s’il vous plait

[Répondre à ce message]

    Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

    31 décembre 2007, par LP [retour au début des forums]


    Retrouver The View dans ce flop 10 me procure un plaisir fou...Juste une question : où sont passés les incomparables The Enemy ?Quoique : si ne même pas les avoir cités permet de les oublier encore plus vite, je suis preneur...

    Meilleurs voeux à toute l’ équipe de Pop-Rock, qui m’ aura permis de passer quelques très bons moments depuis la découverte du site, et conforté dans l’ idée qu’ au final, sans la liberté de blâmer, il n’ est point d’ éloge flatteur !

    [Répondre à ce message]

    Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

    31 décembre 2007, par Rémy [retour au début des forums]


    Merci de ne pas mettre dans le même panier Erasure et DM. Clarisse qui a enscencé le dernier Dave Gahan, pour moi le meilleur album de l’année, mais l’oublie dans son top 10, dommage... Le reste : Interpol, Arcade Fire, c’est de la soupe. Marre des "révélations pop de l’année" tous les jours.

    [Répondre à ce message]

      Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

      31 décembre 2007 [retour au début des forums]


      Oui, Dave Gahan est curieusement absent. Pourtant, Clarisse avait été jusqu’à écrire que, je la cite : "Dave Gahan est un excellent songwriter qui n’a de leçon à recevoir de personne (écoutez le sublime Down pour vous en convaincre), et également un producteur qui est capable de grandes prouesses en studio."

      [Répondre à ce message]

      Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

      31 décembre 2007 [retour au début des forums]


      Arcade Fire et Interpol, des révélations pop de l’année ? Tu te sens bien ?

      [Répondre à ce message]

      Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

      31 décembre 2007, par (à lire avec une grosse voix grave) [retour au début des forums]


      Nombreux sont malheureusement les ignares qui viennent de découvrir Interpol avec leur troisième album et pensent que c’est un nouveau groupe.

      J’en connais un spécimen.

      [Répondre à ce message]

        Le flop 10 de l’année de Clarisse de Saint-Ange

        3 janvier 2008, par Dorothée [retour au début des forums]


        Ce qui est "hype", chère Clarisse, c’est de défoncer Arcade Fire comme vous le faites. Comme je me suis amusée, cette année, de voir ces quadras branchouilles cracher sur ce qu’ils avaient encensé deux ans plutôt (juste parce qu’il "fallait" aimer Arcade Fire en 2005 et les détester en 2007, de même qu’il "fallait" s’extasier sur les bouffons d’Artic Monkeys l’an passé et cracher sur Franz Ferdinand, eux mêmes portés au pinacle deux ans plus tôt...), et les voir par ailleurs vanter les mérites des Justin Timberlake et compagnie... la mode, la mode, la mode ! Eh bien justement, Arcade Fire n’est pas à la mode, c’est la force de ce joyeux (enfin, joyeux, on se comprend...) barnum qui ne retient rien, n’a peur de rien, et surtout pas de déplaire. Ils ont dépassé le stade de groupe hype pour entraîner dans leur sillage des milliers d’adeptes ; que leur musique remplisse les salles et les fasse vibrer (j’étais à l’Olympia, quel concert...) me rassure plutôt ; notre époque n’est peut être pas si pourrie que ça...
        Quant à propulser Fields en première position... alors que leur (néanmoins fort sympathique) album n’est qu’un lointain écho du génie et de la folie des Canadiens... allez, je leur accorde tout de même une place dans mon top 10... avec également le superbe album de Robert Gomez, "Brand new towns".
        En revanche, je suis tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne Interpol. Surtout que leur carrière était jusque là un sans-faute... Quel gâchis... et vous m’avez donné envie d’aller écouter le Jon Auer.
        Au plaisir de vous relire
        D.

        [Répondre à ce message]