Pop-Rock.com



Les flops de l’année d’Albin Wagener

vendredi 5 janvier 2007

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Les flops de l’année de Geoffroy Bodart
Les flops de l’année de Jérôme Delvaux (spécial Belgique !)
Les flops de l’année de Jérôme Prévost


- 1. Morrissey - Ringleader of the tormentors

Désolé, j’entends d’ici mon rédac’chef fulminer contre ce choix, mais je n’ai pas pu, ne serait-ce que par pure sympathie, adhérer à ce nouvel album de l’ancien chanteur de The Smiths. J’avais vraiment adoré l’élégance de You are the quarry, mais là, pour moi, la sauce n’a absolument pas pris. J’ai trouvé cet album pompeux au possible, décevant de pied en cap, pratiquement indigne de figurer dans la discographie d’un Britannique aussi respecté et respectable que Morrissey. Bien loin de la polémique, mon choix repose avant tout sur une déception profonde et étonnée, tant j’avais mis d’espoirs dans ce nouvel album, et tant ces espoirs ont été largement galvaudés par des morceaux parfois à la limite du pompier. On attendait notre cher Steven au tournant, et il n’est jamais venu.

- 2. Hooverphonic - No more sweet music (*)

La palme du gâchis revient à un groupe belge (une fois n’est pas coutume). Indigeste et fade, cette galette a fait tomber une à une toutes les raisons d’admirer la bande d’Alex Callier et de respecter le travail de l’un des groupes belges les plus populaires à l’étranger. Cet album ne possède pas la moindre once d’inspiration, personne ne semble y être, et on baille d’ennui dès les premières minutes. C’est du déjà vu, du déjà entendu, du déjà ficelé maintes et maintes fois. Les chansons semblent s’étouffer entre les grosses pattes velues d’une production dégoulinante, et on ne croit pas un seul instant aux messages délivrés par les morceaux. C’est de la musique d’ascenseur, de la musique de bar lounge à la limite, mais ça ne ressemble en rien à la démonstration talentueuse d’un Blue wonder power milk. En même temps, sur ce coup-là, tout était déjà dans le titre : on était prévenu.

- 3. De/Vision - Subkutan

Et voici le seul album d’electro-pop dont je parlerai pour cette année, que ce soit bien ou en mal. Bon, là, c’est pas de chance, puisque c’est en mal. On savait les De/Vision en perte de vitesse depuis leur fabuleux Void, mais là, on atteint véritablement la fange de la médiocrité avec cet album dispensable à bien des égards. Une fois n’est pas coutume, il n’y a que la production qui tienne la route, rendez-vous compte ! Rien de plus : l’emballage est miroitant et chatoie de partout, mais mis à part ça, les daubes s’enchaînent. Non pas que cet album sente mauvais, non : il n’a tout simplement aucune saveur, ne provoque aucun sentiment d’inimitié ou de dégoût. Il est juste là, son existence est aussi utile que celle d’une amibe dans votre lavabo, mais il est présenté avec tant d’excès de confiance et de suffisance que Keth et Adam méritent chacun une bonne paire de coups de pied au cul. Arrêtez de sortir un album par an, les gars, et revenez quand vous serez inspirés.

- 4. James Dean Bradfield - The great western

En fait, on dirait que les grands du monde musical se sont donnés le mot pour faire de 2006 une année résolument oubliable sur le plan du rock et de la pop. Comme si la carrière des Manic Street Preachers n’était pas assez discutable, James Dean Bradfield, qui reste néanmoins un excellent guitariste, se lance dans un album qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux récentes productions des Manics : aucune surprise, aucune prise de risque, rien, si ce n’est ce son édulcoré et usé jusqu’à plus soif. On s’attendait à quelque chose de personnel, à de la folk ou des expérimentations pop plus insolentes, que sais-je ! Mais pas à ça, pas à cette avalanche de pop britannique éculée et canonisée, pas à un disque aussi mauvais, tant il brille par son manque d’originalité. Il n’y a rien à retenir de cette escapade en solo, et on ne peut que prodiguer un judicieux conseil à Bradfield : soit il arrête là et s’en tient à la carrière de son groupe, soit il fait un vrai album en solitaire, un truc de son propre cru.

- 5. Sunset Rubdown - Shut up I am dreaming

Bon alors c’est très simple, soyez attentifs : vous voulez faire de la musique ? Vous voulez, vous aussi, monter un groupe et profiter de la vague de succès qui n’en finira plus de vous noyer après votre premier album ? Vous voulez montrer que vous avez digéré vos influences et faire quelque chose d’un tant soit peu original ? Alors voici l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire : un exécrable fourre-tout bourré ras-la-gueule de références déformées et esquintées, une sorte de monstre ridicule et pompeux qui se noie dans ses propres déjections musicales, et un auteur-compositeur qui se prend pour le génie des vingt-cinq prochaines années. Alors prenez garde, jeunes musiciens : n’oubliez pas que la musique, c’est avant tout le plaisir et la sincérité, pas un étalage vaguement intellectuel de cültüre et de grandes envolées bourgeoises. S’il y a un album à détester en 2006, c’est celui-là.

(*) Bien que sorti en Belgique fin 2005, l’album n’est arrivé dans les bacs en France qu’en 2006.

Albin Wagener



Répondre à cet article





Il y a 15 contribution(s) au forum.

ramalan skor bola
(1/5) 3 septembre 2015, par fastinfo99
Les flops de l’année d’Albin Wagener
(2/5) 3 juillet 2015, par tamara
Les flops de l’année d’Albin Wagener
(3/5) 6 janvier 2007
Les flops de l’année d’Albin Wagener
(4/5) 6 janvier 2007
Les flops de l’année d’Albin Wagener
(5/5) 5 janvier 2007, par MC Hammersmith Odeon




ramalan skor bola

3 septembre 2015, par fastinfo99 [retour au début des forums]

please see my article...thanks FASTINFO99

[Répondre à ce message]

Les flops de l’année d’Albin Wagener

3 juillet 2015, par tamara [retour au début des forums]

Je aime l’info précieuse que vous fournissez dans vos articles. Merci mafa

[Répondre à ce message]

Les flops de l’année d’Albin Wagener

6 janvier 2007 [retour au début des forums]

L’album de Sunset Rubdown est loin d’être un flop...À Montréal il est très populaire...

D’ailleurs le vrai Indie Rock se passe au Canada avec les Sunset Rubdown, Wolf Parade, Destroyer et j’en passe...

Il faudrait que M. Wagener fasse ses devoirs et qu’il réécoute ces groupes avec une certaine objectivité...

[Répondre à ce message]

Les flops de l’année d’Albin Wagener

6 janvier 2007 [retour au début des forums]

Je viens de comprendre pkoi tu n’aimes pas Sunset Rubdown...c’est parce que tu es un "péteux" de français qui ne fait preuve d’aucune ouverture d’esprit...

Ce groupe est fort populaire à Montréal...là où se trouve les vrais connaisseurs de musique, les vrais connaisseurs d’Indie Rock...

[Répondre à ce message]

    Les flops de l’année d’Albin Wagener

    6 janvier 2007, par Albin Wagener [retour au début des forums]


    Ah Montréal, LA ville du rock ! Les Beatles, la révolution punk, les Sex Pistols, Kiss, Joy Division... on oublie trop souvent que l’on doit toute l’histoire du rock à cette belle cité québécoise.

    [Répondre à ce message]

      Les flops de l’année d’Albin Wagener

      6 janvier 2007 [retour au début des forums]


      Je ne parle pas de l’histoire du rock et du pop en général...(ce que vous venez de décrire avec les Beatles et cie) (on ne peut dénier tout ça évidemment)...

      Je parle d’Indie Rock en 2006...

      Et oublions Montréal, ça s’élargit au Canada tout entier...Le groupe Broken Social Scene en est un autre bon exemple...

      De toute manière, je ne vois pas pourquoi je vous fait des suggestions, vous risquez de les détruire dans des critiques faciles sans contenues d’ici quelques temps...

      Dommage...les français auraient tout avantage à aimer ce style de musique qui sort de l’ordinaire pour une fois...

      [Répondre à ce message]

        Les flops de l’année d’Albin Wagener

        6 janvier 2007, par Albin Wagener [retour au début des forums]


        Non, mais je taquinais parce que vous sembliez citer Sunset Rubdown comme le fer d’une lance d’une scène internationale centrée sur Montréal, alors que c’est juste une lubie indie de plus que tout le monde aura oubliée d’ici six petits mois (et encore, je compte large).

        Evidemment que Montréal est une cité active musicalemebt. C’est une ville que j’apprécie tout particulièrement pour sa scène musicale, et c’est vrai qu’elle compte beaucoup de groupes innovateurs. Après, cela voudrait-il dire que tout ce qui vient de Montréal est forcément bon ? Bah non. Pour moi, Sunset Rubdown, c’est un peu comme la bouffe dans une très mauvaise cabane à sucre : lourde, opulente et écoeurante.

        [Répondre à ce message]

        Les flops de l’année d’Albin Wagener

        6 janvier 2007, par Phil [retour au début des forums]


        1) les "péteux de Français" t’emmerdent, ô Grand Québecois.

        2) les Français font et écoutent ce qu’ils veulent (tant pis si ça ne te convient pas)

        3) les Français sont 60 millions, Albin représente 1 seule personne. Donc tes "les Français ceci les Français cela" parce qu’Albin a cassé ton CD, merci de te les garder.

        Sans rencune... cousin.

        [Répondre à ce message]

          Les flops de l’année d’Albin Wagener

          6 janvier 2007 [retour au début des forums]


          Mon commentaire n’était nullement dirigé vers les français en général...

          Si ce fut mal dit de ma part je m’en excuse...

          D’ailleurs je vous (français) invite a découvrir ce groupe et tous les autres dont je fais mention dans mes autres interventions...

          [Répondre à ce message]

      Les flops de l’année d’Albin Wagener

      6 janvier 2007 [retour au début des forums]


      Dans la liste des suggestions, j’ai aussi oublié The Arcade Fire (de Montréal également), qui font un malheur partout dans le monde et qui seront "Sold Out" à Londres très bientôt...

      Tu liras d’ailleurs la critique de Nicolas Thieltgen de 2004 à ce sujet..lui au moins il sait reconnaître le potentiel...

      [Répondre à ce message]

    Les flops de l’année d’Albin Wagener

    6 janvier 2007, par Jérôme Delvaux [retour au début des forums]


    N’oublions pas Elvis ! Lui aussi, il avait du sang québécois.

    [Répondre à ce message]

Les flops de l’année d’Albin Wagener

5 janvier 2007, par MC Hammersmith Odeon [retour au début des forums]

L’a pas pris beaucoup de risques, Binbin... Flopper des disques qui n’intéressent personne... Je préfère de loin quand il chicane les Sparks ou Broadcast ;-D

[Répondre à ce message]