Pop-Rock.com



Le Nickhornbysme du Week-End : Vincent Stefanutti (K-Branding)
5 jalons en terre occulte

samedi 4 avril 2009, par L’invité du samedi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le Nickhornbysme du Week-End : Jérôme Deuson (A Mute)
Le Nickhornbysme Du Week-end : Mike Theis
Le Nickhornbysme de la platine
Le Nickhornbysme du Week-End : Maxime Lê Hùng (Matamore)
Le Nickhornbysme Du Week-end : Le Baron5
Le Nickhornbysme du Week-End : Dominique Van Cappellen
Le Nickhornbysme Du Week-end : DJ Kwak
Le Nickhornbysme de l’année 1978
Le Nickhornbysme du week-end : Le Ouistiti
Le Nickhornbysme du week-end : Jérôme Delvaux


Avec leur premier album, les bruxellois de K-Branding s’amusent à brouiller les pistes pour mieux entraîner l’auditeur dans leur forêt des mystères. (Post) punk, expérimental, indus, ambient, free jazz, ou encore musiques ethniques et cérémonielles se bousculent ainsi dans ce chaudron nommé Facial. Résultat : un album dense et captivant. Tout cela appelait logiquement un Nickhornbysme en bonne et due forme (et en prélude à un plus long entretien qu’on publiera d’ici peu), histoire de défricher quelques unes de ces terres occultes.

Frank Zappa : Hot Rats (1969)

C’est son meilleur album. Pour moi, c’est le numéro un, dans l’absolu. En fait, un des premiers albums de rock fusion, avec beaucoup de teintures de jazz. Zappa, déjà, c’est un très grand musicien et en plus il sait s’entourer. Tout l’album est très expérimental, bourré de solos incroyables, c’est un mélange de pleins de choses. On adore le jazz, ça s’entend dans K-Branding, mais attention, on ne joue pas de jazz ! Ça demande un langage, une technique, des capacités spécifiques qu’on a pas. On écoute beaucoup de free jazz, aussi, qui est un peu différent. Sur une note de pochette d’un album, il y a une phrase qui explique bien cette différence. En gros, ça dit que le free jazz ne demande pas forcément une technique bien précise, contrairement au jazz, mais plutôt et surtout une communion entre les musiciens (en clair, on n’est pas obligé d’être des jazzmen pour faire du free jazz) et c’est un peu ça qu’on essaye d’atteindre quand on commence à jammer à trois : trouver une énergie commune à travers la musique.

Swans : Cop (1984)

Swans, le groupe de Michael Gira, qui a commencé vers 1981. Ce sont des contemporains de Sonic Youth à leurs débuts, sortis de la même scène No Wave, bien qu’ils ne sonnent pas du tout pareil. C’est un groupe très expérimental, très industriel. L’album Cop est très martelé, très lent, très lourd, d’une noirceur et d’une intensité incomparables, surtout pour l’époque. C’est une claque monumentale !

Pink Floyd : Ummagumma (1969)

C’est l’album où il y a un live et un studio. Sur l’album live, il y a une version magnifique de A Saucerful Of Secrets qui est très incantatoire. C’est assez magique et en même temps très sombre. Sur l’album studio, chaque membre expérimente un peu dans son coin et ça donne vraiment de très bonnes choses, même si c’est pas forcément toujours très évident. C’est un album assez ambigu dans leur discographie. C’est très expérimental, improvisé, avant-gardiste, aventureux. Aujourd’hui quand on parle de Pink Floyd, on pense à The Wall, mais on oublie que c’était quand même un groupe vraiment incroyable à leurs débuts, très aventureux.

This Heat : This Heat (1978)

C’est un groupe qui a fait deux albums aux alentours de ’78, ’79, ’80 et c’est un groupe assez inclassable comme on les aime : un peu punk, un peu expérimental, un peu ethnique. C’est vraiment un très grand groupe. Il y a deux albums, le premier c’est This Heat et l’autre Deceit. La connexion est assez évidente avec K-Branding, je crois. On nous dit souvent qu’on sonne comme This Heat.

Popol Vuh

Popol Vuh, c’est un clin d’oeil à notre guitariste... C’est un groupe allemand, classé dans le krautrock, mais qui est plutôt introspectif, avec beaucoup de musiques ethniques, indiennes, dans leur musique. Il y a un côté post rock avant l’heure, mais très calme, très spirituel. Et là, on peut se poser la question : on appelle ça du krautrock, comme Faust, Can, Cluster et même Kraftwerk mais quel rapport entre ces groupes à part le fait qu’ils sont allemands et faisaient de la musique plus ou moins à la même époque ? Ces histoires d’étiquettes, j’ai jamais trop compris...



Répondre à cet article

L’invité du samedi





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Le Nickhornbysme du Week-End : Vincent Stefanutti (K-Branding)
(1/2) 14 novembre 2016
Le Nickhornbysme du Week-End : Vincent Stefanutti (K-Branding)
(2/2) 5 avril 2009, par Humphreat




Le Nickhornbysme du Week-End : Vincent Stefanutti (K-Branding)

14 novembre 2016 [retour au début des forums]

Such interesting reviews of the different albums ! It is great to read something about this favorite band. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du Week-End : Vincent Stefanutti (K-Branding)

5 avril 2009, par Humphreat [retour au début des forums]

Excellent nicro..niks..chimik libillik euh... Que du bon chtarbé. Et This Heat, ici ! si ce n’était déjà fait je me damnerais pour retrouver des ptites saloperies toxiques et « primitives » comme ça (Makeshift Swahili, A New Kind Of Water, 24 Track Loop ...). K-Branding, goûté sur votre espace : j’aime. Pourtant j’aime pas le noise, sauf si assez répétitif, et suffisamment froid. Oui vous sonnez comme This Heat ! Et quand je vois en plus parmi vos amis Tuxedomoon et Killing Joke, ben je sais ce qu’il me reste à faire à la fin du mois -ou de cette crise, hum... Merci.

[Répondre à ce message]