Pop-Rock.com



Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood
Les 5 incunables de Lamibois

samedi 7 mars 2009, par Jeremy Plywood

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le Nickhornbysme Du Week-end : Didier CZ
Le Nickhornbysme du week-end : Le Ouistiti
Le Nickhornbysme de la platine
Le Nickhornbysme de l’année 1980
Le Nickhornbysme des Beatles
Nickhornbysme 2 de Boris Ryczek
Le Nickhornbysme de la N.W.O.B.H.M.
Le Nickhornbysme Du Week-end : Mike Theis
Le Nickhornbysme de la fin de semaine : Ouï FM
Le Nickhornbysme des Pixies


Notre collaborateur Jeremy Plywood, de son vrai nom Jean-François Lamibois, 48 ans, est un célèbre théoricien de comptoir pour qui chaque journée est non seulement un émerveillement mais aussi « un petit tiercé, quelques pintes et deux bons disques pendant que je ronfle ». Anglophile convaincu, c’est lui qui est derrière la fameuse alerte à la bombe qui retint Pete Doherty plusieurs heures dans l’Eurostar : il s’était réveillé trop tard après une nuit de bamboche et craignait de manquer le concert. Rentier grâce à la politique sociale wallonne, Jean-François Lamibois achève en ce moment son grand œuvre : refaire toutes les pochettes de Pulp en allumettes colorées. Il en est à la moitié de « Masters of the Universe ».

THE BEATLES : Rain (b-side de Paperback Writer)

Lennon-McCartney ont toujours eu le chic pour composer des chansons parfaites. Ici, on a une face b indispensable. De la pop-psyché effervescente. Ils auraient pu faire du remplissage mais non, on a le sens du travail bien fait à Liverpool. Quant on pense également que Strawberry Fields, composé à l’époque du Sgt. Pepper ne fut qu’un « simple » single ! Par ailleurs, on peut dire que le quatuor a quelques albums indispensables à son palmarès. On peut aisément retenir au minimum, outre Sgt. Pepper : Revolver et Abbey Road. Sans compter les semi-compiles que sont Yellow Submarine et autre Magical Mystery Tour. Un régal !

THE BOO RADLEYS : Spaniard (Everything’s Alright Forever)

Encore en pleine époque shoegaze. Un titre planant et touchant. La voix de Sice et sa mélodie parfaite bien rentrée, comme il se doit à l’époque. Et puis cette trompette qui me fait chavirer. Pour moi, ce fut un vrai choc. Depuis, je me suis procuré tous les disques (albums et eps) produit par le groupe jusqu’à son split. Je n’ai jamais été déçu tant Martin Carr a le chic pour composer des hymnes pop imparables. J’aime tout chez ce groupe. Leur son, leur jeu, leur esprit. Je me souviens les avoir vu une seule fois en concert. C’était au V.K. et c’était imparable. Dans la même famille, vous pouvez également vous brancher sur Super Furry Animals. Des gallois époustouflants !

MY BLOODY VALENTINE : Soon (Loveless)

Quelle chanson ! Un jeu de pistes parfait. Des couches et des couches superposées. La mélodie de voix noyée dans cet écrin de saturation réverbérée. A découvrir également la version « dance » de Andrew Weatherall qui groove méchamment ! Pour le reste, et pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe, je conseille vivement l’achat de l’album. Déjà, ça n’a pas pris une ride. Après, c’est probablement le meilleur album de cette année-là. 1991 est pourtant une année faste en sorties diverses. Epinglons, au hasard : Primal Scream, Sonic Youth, Blur, Morrissey, Pixies, Nirvana et autre Smashing Pumpkins. Notons également que nos amis irlandais se sont reformés en 2008 et que Kevin Shields raconte à qui veut l’entendre qu’un nouvel album est en préparation.

THE STONE ROSES : Fools Gold (ep)

Quelle gifle ! Un groove de cinglé qui repose sur trois fois rien. Une union parfaite basse-batterie. Quelques percussions. Une guitare minimaliste. Un chant halluciné. Rien à dire. La perfection. Ce titre, initialement sorti uniquement en maxi, se retrouve sur le second pressage de leur premier album éponyme. Les Mancuniens sortiront encore un second album avant leur séparation. Second Coming n’est pas un mauvais disque, mais sans le charme et la fraîcheur du premier essai, produit et transformé par John Leckie. Depuis, Gary Mounfield à rejoint Primal Scream à la basse. Ian Brown a sorti quelques albums solo et John Squire a fondé The Seahorses avant de sortir également un album sous son propre nom. Quant à Reni, il aurait fondé, fin des années nonante le groupe The Rub, dans lequel il jouera de la guitare et chantera. Il se murmure qu’il serait en plein travail avec un ex-Black Grape depuis plus d’un an...

OASIS : Whatever (ep)

Sorti peu après leur premier album Definitely Maybe et également emballé dans la version « collector » du même album, voici un titre bluffant. Oasis nous sort le grand jeu. De quoi prendre à rebrousse-poil les fans qui viennent pogoter sur Supersonic et autres Cigarettes and Alcohol. Une chanson impeccable. Des arrangements de cordes époustouflants. Un piano « liverpuldien ». Réussite totale. Liam sait se faire également félin. On le croyait « bêtement rock ». Il se fond parfaitement dans ce qui est une des meilleures chansons composées par son frère. Pour le reste, je ne vais pas vous faire un cours sur le groupe. Je pense que leur exposition est assez suffisante.



Répondre à cet article

Jeremy Plywood





Il y a 3 contribution(s) au forum.

lo siento si using ax58u
(1/3) 19 avril 2009, par Peksraluale
Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood
(2/3) 10 mars 2009, par hammond.org
Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood
(3/3) 9 mars 2009, par Fabrice




lo siento si using ax58u

19 avril 2009, par Peksraluale [retour au début des forums]

Best free girl orgasims mastrubating techniques and mature wearing nipples like free pictures of japanese boobs being squirting singaporean teen pussy and saggy black teen etc. See guys touching boobs with licking mini boob such as hard core lesbien pictures and more.

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood

10 mars 2009, par hammond.org [retour au début des forums]

Je suis bien d’accord, "Spaniaard" est une chanson magnifique. Joli, aussi, d’être aller relever "Whatever" en particulier, très belle chanson malgré un côté un peu trop "inédit des Beatles".

Pour revenir aux Boos, ça reste un des groupes les plus sous-estimés et la réhabilitation tarde un peu trop à mon goût.

Après d’excellents disques sous le nom de Brave Captain, Martin Carr a tenté l’aventure de l’album dans lequel ses amateurs investissent mais il n’a pas atteint les chiffres espérés. Ca me déprime complètement. Je sais qu’il a souvent du mal à joindre les deux bouts.

Sinon, les Boos sont venus plusieurs fois au VK (3 fois si je ne me trompe pas) mais mon meilleur souvenir était le premier, avec les Pale Saints, pour l’album "Everything’s alright forever".

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood

9 mars 2009, par Fabrice [retour au début des forums]

Rien à ajouter ! Que du missile.
Por les Boo !, j’aurais plutôt cité Lazarus, un ep des plus importants. J’y étais également au VK mais je me souviens avoir été quelque peu déçu, le côté "employé du mois" de Sice y étant pour beaucoup.

[Répondre à ce message]