Pop-Rock.com



Le Nickhornbysme Du Week-end : Didier CZ
Cinq disques de l’âge tendre

samedi 7 février 2009, par L’invité du samedi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le Nickhornbysme de la platine
Le Nickhornbysme du Week-End : Maxime Lê Hùng (Matamore)
Le Nickhornbysme Du Week-end : Fred "Sport Doen" Sempels
Le Nickhornbysme Du Week-end : Mike Theis
Le Nickhornbysme du Week-End : Jeremy Plywood
Le Nickhornbysme de l’année 1978
Le Nickhornbysme Du Week-end : Le Baron5
Le Nickhornbysme Du Week-end : Serge Coosemans
Le Nickhornbysme du Week-End : Serge Coosemans
Le Nickhornbysme du Week-End : Albin Wagener


Didier Czepczyk, ou plus simplement CZ, pour les intimes, est le guitariste et compositeur de Texas Trauma, un groupe wallon dont le premier album, Topgun Patsy, sort ce mois-ci via le label indépendant Sleep Walking Records. C’est depuis sa tanière de Courcelles, un terreau décidément fertile en artistes étiquetés « electro/wave » (c’est aussi dans ce patelin du Hainaut que crèche Jean-Marc Mélot de Modern Cubism), qu’il nous parle ce samedi de quelques disques qui ont compté pour lui...

- Trisomie 21 : Chapter IV

"Un album pour les gens qui s’habillent en noir même par 40 degrés à l’ombre". Ainsi se terminait la chronique de cette plaque dans un Télé-Moustique authentifié de 1985. Quand on a 15 ans à l’époque et qu’on a décidé que désormais on serait un niouww wéééffff, un vrai de vrai, ce genre de critique, ça fait mouche, je vous l’assure. Ajoutez à cela qu’il y était également question de grandes influences "à la New Order"... Je ne pouvais donc que courir me commander ce vinyle chez mon disquaire favori de Charleroi : Cadillac Music (quel nom génial, non ? Cherchez plus tovaritch ! C’est devenu un night-shop). A l’écoute, je n’ai point été déçu. Il y avait là tout ce qu’un jeune "néo-dépressif pour du faux" pouvait chercher. Un chant plaintif au possible, des synthés lugubres, une basse au son de banjo électrique dans le plus pur style Peter Hook... Et un hymne aussi, un titre qui depuis est devenu un classique du genre : The Last Song (chanson qui, comme son nom ne l’indique pas, ouvrait le bal). Bref, cet album je l’ai usé sur ma platine pendant des mois. En gros, je l’ai mis de côté plus ou moins au même moment où j’ai arrêté de porter des pantalons "SOS". Aujourd’hui, avec le recul, je dois bien objectivement avouer que ce disque est bourré de défauts. Mais lorsque que j’ai revu les frères Lomprez (Trisomie 21 est un duo de la région de Valenciennes) à Waregem l’année dernière, c’était un peu comme retrouver de vieux potes. Dès l’intro de The Last Song, je me suis surpris à avoir la larme à l’œil. On n’échappe jamais à son adolescence.

- Depeche Mode : Some Great Reward

Chronologiquement, cet opus de Depeche Mode est pour moi le premier 33 tours que j’ai acheté avec mes petits sousous à moi. Enfin, je veux dire par là que je suis allé moi-même tout seul comme un grand au magasin me l’offrir. A cette époque troublée où je ne considérais pas encore Modern Talking comme de la merde, j’avais complètement flashé sur Master And Servant et son clip plein de marteaux piqueurs. J’avais déjà une vague idée de l’œuvre de Depeche Mode, je connaissais les Just Can’t Get Enough, Get The Balance Right, Everything Counts... Mais très naïvement, je croyais que j’allais retrouver tous ces titres sur Some Great Reward ! Marrant, je ne pensais pas qu’ils avaient déjà trois plaques derrière eux. Et là ma vie a changé, je connaissais quasiment toutes les chansons par cœur, avec une préférence pour Blasphemous Rumours. C’est à ce moment précis que j’ai eu envie de faire de la musique. Par la suite mes goûts se sont radicalisés, affinés, tranchés, gogolisés... Et j’ai fini par considérer Depeche Mode comme de la grosse daube commerciale. J’ai revendu tous les disques que je possédais d’eux au même titre que Propaganda, Art Of Noise, Frankie Goes To Hollywood, Pet Shop Boys... Enfin, je trouvais que tous ces disques faisaient tache à côté de mes Joy Division ou autres Front 242. Maintenant, je vous le donne en mille, je fais les disquaires d’occasions pour les retrouver, toutes ces reliques.

- Harry Belafonte : Midnight Special

Le décès de mon père cette semaine m’a appris deux choses : le sens réel du mot chagrin et l’incommensurable nullité de la programmation musicale des funérariums. Sérieusement, j’étais prêt à me rebrancher sur Purée FM, c’est vous dire. Entre Yesterday version orgue d’église et Conte Partiro aux violons dégoulinants de guimauve, je me suis posé la question : mais finalement papa, il aimait quoi comme musique ? Ca peut paraître con, mais on ne parlait pas vraiment de ça. La mienne de musique, il a dût plus la supporter qu’autre chose. Et en silence en plus. Des années et des années de répétitions dans son grenier. Avec des batteurs qui auraient mieux fait de faire bûcherons. Avec les vibrations, la vaisselle sortait toute seule de ses placards ! Jamais il ne m’en a tenu rigueur ou si peu. Mais cela ne répond pas à la question : il aimait quoi à part Shakira (car le fieffé coquin m’avait confié que du haut de ses 64 ans, il l’aurait quand même bien solidement arrangée la Colombienne colombe) ? Et puis je me suis souvenu de cette pochette qui me faisait un peu peur quand j’étais gosse. Cette mince et élégante silhouette noire entourée de ce halo rouge vif. Midnight Special ! Mon père aimait Harry Belafonte. J’ai retrouvé l’album, il me l’avait filé pour que je le copie en CD. J’ai écouté. J’y ai retrouvé tout ce qu’il pouvait apprécier dans les sentiments humains. Quelque chose de tragique. Un rythm and blues qui suinte la colère contenue. L’alcool, la souffrance, la joie, la jouissance du moment présent, la fièvre,... Les esclaves noirs ont quelque chose de slave.

- The Shadows : N’importe quel disque

Ce qu’il y a de bien avec les Shadows, c’est qu’on a l’impression qu’en quarante ans de carrière, ces gars ont assuré avec les mêmes vingt titres. Cherchez bien, voyez le nombre de compiles sorties. Vous aurez toujours droit aux inaltérables FBI, Apache, Sleepwalk, Jet Black (qui a sans doute donné son nom de scène au batteur des Stranglers), Little B(et son solo de batterie de dix minutes, qui dit mieux ?)... Que du bon, rien à jeter. Voyez-vous chers amis mélomanes, pour moi, la guitare électrique, ce sont les Shadows et personne d’autre. Point final. De Jimi Van Halen à Edward Hendrix en passant par Serge Clapton, ils peuvent tous aller se recoucher. Cet avis n’engage que moi mais je le maintiens. Le premier qui me dit que les Shadows, c’est naze, je l’empale vivant (vu que mort, ça a moins de piquant). Et puis de vous à moi, je n’ai peut-être pas le jeu de Hank Marvin, mais j’ai les lunettes.

- The Rolling Stones : (I can’t get no) Satisfaction

Un single pour finir, pas un album. Parce que les Brolling Steeuunes, fondamentalement ils m’ont toujours emmerdé. Jamais pu encadrer la tête de con de Mick Jagger. Encore moins l’autre trépané de Keith Richards. De bon, je retiens juste ce tube universel. Sans doute les premiers mots que j’ai prononcé en anglais sans savoir que ça en était : I Can’t Get No. Et puis c’est prophétique les gars. Faut se rendre à l’évidence : we will never get satisfaction ! Never ! Une fois qu’on sait ça, on est déjà moins con.



Répondre à cet article

L’invité du samedi





Il y a 26 contribution(s) au forum.

Le Nickhornbysme Du Week-end : Didier CZ
(1/6) 19 avril 2009, par volatilewhitelaw
Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ
(2/6) 9 février 2009, par Cz
Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ
(3/6) 8 février 2009, par Fabrice
Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ
(4/6) 7 février 2009, par mathieu
Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ
(5/6) 7 février 2009, par fan de Front
Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ
(6/6) 7 février 2009, par Gilbert Lepère




Le Nickhornbysme Du Week-end : Didier CZ

19 avril 2009, par volatilewhitelaw [retour au début des forums]

qui c’est Nick Hornby ??

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

9 février 2009, par Cz [retour au début des forums]

"Maintenant, si vous me dites que Tommi Iommi est naze, je vous empale vivant, parce que j’ai déjà peine à vous pardonner le crime de lèse-jimi-hendrix (écoutez machine gun du band of gypsies, çà vous fera changer d’avis !).."

Hello Mathieu, ne cherchez pas de pal, en fait j’aime Hendrix et Black Sabbath
aussi. Ca était juste pour rire.

[Répondre à ce message]

    Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

    9 février 2009, par mathieu [retour au début des forums]


    je peux m’imaginer que c’était juste pour rire. Vu ce que vous avez écrit, et vu le choix musical que vous nous avez présenté, on ne pouvait que déduire que vous avez une grande ouverture d’esprit musical :-)

    [Répondre à ce message]

      Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

      1er juin 2010, par zzi cioun coiu  [retour au début des forums]


      "Maintenant, si vous me dites que Tommi Iommi est naze, je vous empale vivant, parce que j’ai déjà peine à vous pardonner le crime de lèse-jimi-hendrix (écoutez machine gun du band of gypsies, çà vous fera changer d’avis !).."

      Hello Mathieu, ne cherchez pas de pal, en fait j’aime Hendrix et Black Sabbath
      aussi. Ca était juste pour rire.

      [Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

8 février 2009, par Fabrice [retour au début des forums]

Très très très sincères condoléances.

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

7 février 2009, par mathieu [retour au début des forums]

1/ ’Maintenant, je vous le donne en mille, je fais les disquaires d’occasions pour les retrouver, toutes ces reliques.’

Merci CZ, là je me sens moins seul...Dieu que je regrette d’avoir viré certains disques pour de basses raisons matérielles et (ou) intégristes !! Dieu que je suis heureux d’en avoir retrouvé certains..(pas tous, snif snif)

2/ Quant aux shadows : vous n’êtes pas le seul fan ! Tommi Iommi, guitariste de Black Sabbath est total-fan aussi !!(moi je ne connais rien, mais je vais explorer..) Maintenant, si vous me dites que Tommi Iommi est naze, je vous empale vivant, parce que j’ai déjà peine à vous pardonner le crime de lèse-jimi-hendrix (écoutez machine gun du band of gypsies, çà vous fera changer d’avis !)..

3/A voir : le duel de percussion entre Harry Belafonte et Monster (le batteur sauvage du muppet show). très facile à trouver sur you tube...

Mathieu

Ps je ne vous connais pas, mais comme vous en parlez, je me permets la chose suivante :
sincères condoléances, et courage !

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

7 février 2009, par fan de Front  [retour au début des forums]

Et le spectacle affligeant de Rixensart, c’était meilleur que les Stones ça, peut-être ? Et quel accent de merde en plus !!

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme du week-end : Didier CZ

7 février 2009, par Gilbert Lepère [retour au début des forums]

Soit ce monsieur craint la pollution, soit il a un look de guignol.

[Répondre à ce message]