Pop-Rock.com



Le Nickhornbysme de l’année 1978

mercredi 12 mai 2010, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le Nickhornbysme Du Week-end : Mike Theis
Le Nickhornbysme de l’année 1980
Le Nickhornbysme du week-end : Jérôme Delvaux
Le Nickhornbysme de Boris Ryczek
Le Nickhornbysme de la N.W.O.B.H.M.
Le Nickhornbysme Du Week-end : DJ Kwak
Le Nickhornbysme de Bauhaus par ses reprises
Le Nickhornbysme du week-end : Le Ouistiti
Le Nickhornbysme Du Week-end : Fred "Sport Doen" Sempels
Le Nickhornbysme Du Week-end : Le Baron5


La musique de l’année de ma naissance au travers de quelques albums indispensables, chansons clés, dates et faits marquants.

« Voici donc le "Cri" et "l’Image", deux albums éminemment anglais. L’un reflète la distance, l’autre l’arrogance, mais tous deux reflètent le même privilège, le plus anglais des privilèges : l’insularité. C’est là le message croisé du "Cri" et de "l‘Image" : il n’est d’issue qu’individuelle et la new wave fut un mirage, bref, la Rédemption Collective n’existe pas. » (Yves Adrien, dans le Rock&Folk n°144)

Après s’être fait remarquer en trainant dans l’entourage des Sex Pistols, notamment lors d’une émission de télévision qui causa un scandale national, Siouxsie Sioux, Steve Severin et leurs deux éphémères compères sortent enfin leur premier album, The scream, sous le nom de Siouxsie & The Banshees. Ce véritable brûlot, furibard et ténébreux, préfigure ce que sera, en Angleterre, le rock dit ‘gothique’ (un genre dont Siouxsie deviendra vite la diva). Sa reprise magistrale de Helter Skelter, le morceau le plus violent et le plus controversé des Beatles, définit à elle seule l’esthétique de ce mouvement.

De son côté, Johnny Rotten, l’ex-chanteur des Sex Pistols, est à la tête d’un nouveau groupe : Public Image Ltd. Avec à ses côtés un ex-guitariste des Clash (Keith Levene), un futur grand nom des musiques expérimentales (Jah Wobble) et un batteur anonyme de passage (Jim Walker), ils multiplient les déclarations tapageuses et annoncent la mort définitive du rock. Leur premier album, un condensé extravagant d’agressivité et de folie furieuse, comprend les plus puissantes et plus lourdes lignes de basse jamais entendues jusque alors.

Anecdote : leur tout premier concert a lieu à Bruxelles, au Théâtre 140 (Square Plasky), le 20 décembre 1978, et se termine en émeute générale.

Un an avant l’incontournable Unknown pleasures de Joy Division, Magazine a déjà défini le son post-punk typique de Manchester. Les atmosphères dépressives, la voix grave, la basse pesante, les synthétiseurs glacés : ils ont absolument tout ce qu’on attribuera à ce mouvement. Sans oublier l’apport d’Howard Devoto, l’ex-leader des Buzzcocks. Ses paroles existentialistes et parfois hautement philosophiques valent à Magazine d’être qualifié de "groupe dans lequel aurait joué Albert Camus s’il avait été musicien". Rien que ça ! Tous ces ingrédients sont rassemblés sur l’album Real life. C’est très efficace mais, malgré une critique presque unanimement conquise, le succès commercial ne sera pas au rendez-vous. Même pas après coup.

Pour la petite histoire, c’est en visionnant le clip de The light pours out of me que Steve Severin aura l’idée géniale de proposer au guitariste de Magazine, John McGeoch, de rejoindre les rangs de Siouxsie & The Banshees. Il enregistrera à leurs côtés les meilleurs albums du groupe.

Patti Smith, l’intello féministe révoltée du CBGB, s’extirpe définitivement de l’underground new-yorkais par la grâce de Because the night, un single écrit par… Bruce Springsteen. L’album Easter n’en demeure pas moins l’un de ses plus réussis après Horses. Il est doté de quelques-uns de ses meilleurs textes (Babelogue/Rock’n’roll nigger) et de moments d’une grâce et d’une beauté simplement bouleversantes.

En parallèle (ha ! ha !), Debbie Harry et son groupe Blondie, autre pilier de la scène alternative new-yorkaise, décrochent enfin la timbale avec leur troisième album, Parallel lines. Le single Heart of glass devient numéro 1 des charts des deux côtés de l’Atlantique et confère à la sulfureuse blonde peroxydée un statut d’icône pop.

Low et Heroes, les deux premiers volets de la ‘trilogie berlinoise’ de David Bowie sortis un an plus tôt, ont reçu à leur sortie un accueil glacial du public. Il en est de même pour Stage, un live qui tente tant bien que mal de reproduire l’ambiance si envoûtante de ces deux albums précurseurs de multiples tendances. N’empêche, rien que pour sa version à rallonge de Station to station, ou ses instrumentaux glacés nés du cerveau tourmenté d’Eno, ce double live occupe une place à part dans le cœur de nombreux admirateurs de Bowie.

Note perso : l’escale belge de la tournée a lieu à Bruxelles le 12 juin 1978, environ deux heures après ma naissance.

Le même soir, à Sheffield, Human League donne le tout premier concert de son histoire…

Rebondissons via cette anecdote sur Kraftwerk, l’une des plus grandes influences avouées de Human League (et de tant d’autres !). Le groupe de Ralph Hütter et Florian Schneider opère cette année-là un virage plus commercial avec The man machine, l’album que la plupart des groupes new wave passeront les années 80 à imiter. Le quatuor de Düsseldorf, pionnier (si pas inventeur) de la musique électronique, opte sur ce disque pour des sonorités pop synthétiques moins obscures, moins expérimentales, mais aussi plus accessibles au commun des mortels (lire : ta mère, ma tata et mon tonton). Leur single The model, extrait de cet LP, reste d’ailleurs leur plus gros succès populaire à ce jour.

Toujours en Allemagne, à Cologne, les Anglais d’Ultravox enregistrent avec Conny Plank Systems of romance, un album résolument tourné vers l’électronique. Celui-ci apparait comme en lien direct avec l’œuvre de Kraftwerk et tranche avec les compositions précédentes du groupe de John Foxx, marquées au fer rouge de l’influence croisée du glam-rock et du punk naissant. Sont-ils en avance sur leur époque ? L’album, bien que joliment ficelé, passe presque inaperçu à sa sortie.

Dans le même temps, à Londres, Gary Numan et son groupe, Tubeway Army, sortent leur premier album porté tant par l’ombre de Kraftwerk que celle de David Bowie période Ziggy Stardust, Roxy Music et le Velvet Underground (dont ils reprennent White light/White heat). Numan est en fait sur le point d’imposer un savant mélange de glam hédoniste et de synth-pop froide : le son des années 80.

Presque simultanément, aux States, les drôles de zigotos de Devo, originaires de l’Ohio, cartonnent dans le circuit alternatif. Ce collectif arty à l’humour décalé et au mauvais goût soigneusement cultivé sort l’étonnant Q : Are we not men ? A : We are Devo !, avec nul autre que Brian Eno à la production. La décomposition iconoclaste et jouette du (I can’t get no) Satisfaction des Stones n’est pas le moindre de leurs faits d’armes.

A New-York, les Talking Heads réalisent leur deuxième album, l’énorme More songs about buildings and food, également avec Eno aux manettes. Il s’agit du premier de trois disques (en trois ans) qui seront successivement enregistrés avec la complicité du sorcier anglais du son. C’est peu dire que l’ex-claviériste de Roxy Music y contribue à façonner l’identité sonore du groupe de David Byrne : un subtil croisement de rock, de pop, de funk, de sonorités électroniques et de rythmes africains.

Brian Eno, décidément hyper occupé, sort également la très influente compilation No New York, qui présente la scène noisy (rock bruitiste) d’avant-garde qualifiée de « no wave ». Les groupes Contortions (avec le chanteur James Chance), Teenage Jesus & The Jerks (avec Lydia Lunch), Mars et DNA s’y font un nom. Les membres de Sonic Youth prennent des notes.

En dehors des cercles d’initiés de la musique alternative, le plus gros carton de l’année, cela reste malgré tout ceci :

Ils sont nés en 1978 : Paul Banks d’Interpol le 3 mai, Carl Bârat des Libertines le 6 juin, Matt Bellamy de Muse le 9 juin, Nikolai Fraiture des Strokes le 13 novembre, Karen O des Yeah Yeah Yeahs le 22 novembre.


Cet article a été dévoilé en primeur sur le blog Jérôme Delvaux 2.0.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 17 contribution(s) au forum.

Le Nickhornbysme de l’année 1978
(1/10) 29 mai 2010, par Pascal Henry
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(2/10) 28 mai 2010, par Pascal Henry
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(3/10) 28 mai 2010, par Luaslapetasss
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(4/10) 28 mai 2010, par Chousinlautisme
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(5/10) 28 mai 2010, par Chousinlegogol
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(6/10) 25 mai 2010, par Carla Blondie
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(7/10) 22 mai 2010, par toto
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(8/10) 17 mai 2010, par mister_oups
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(9/10) 12 mai 2010
Le Nickhornbysme de l’année 1978
(10/10) 12 mai 2010, par Salvatore Canicatti




Le Nickhornbysme de l’année 1978

29 mai 2010, par Pascal Henry  [retour au début des forums]

- David Guilmour - David Guilomour
- Rainbow - Long Live Rock’n’Roll (moins bon que Rising pour moi mais meilleurs que les autres)
- Jethro Tull - Heavy Horses (le dernier je JT pour moi qui a en vaut la peine)
- Funkadelic - One Nation Under A Groove
- Boston - Dont Look Back (2ème chef d’oeuvre du groupe avec le premier)
- Toto - Toto (le premier album de Toto très bon encore loin des influences typique années 80 qui sont démodé actuellement comme dans le IV et ses suivants)

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

28 mai 2010, par Pascal Henry  [retour au début des forums]

Genesis "et la ils étaient plus que 3 ..." j’écris la traduction française parce que la version anglais est tordue à écrire -_-’ je suis nul en anglais.
Peut être pas un grand chef d’oeuvre du groupe mais le premier d’une belle série qui est la Genesis 2.0 (jusque Genesis de 83 parce qu’après c’est plus même ...)

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

28 mai 2010, par Luaslapetasss [retour au début des forums]

Houu le sacrilège de ne pas avoir cité le premier album de Police !!!
Pour ce, je resterai une minute de moins par jour sur le site XD

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

28 mai 2010, par Chousinlautisme  [retour au début des forums]

Equinox de Jean Michel Jarre, 2ème chef d’oeuvre du compositeur de musique élèctronique contemporain à Tangerine Dream et Kraftwerk (même si il n’arrive pas à leur cheville mais ça c’est une autre histoire ....)

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

28 mai 2010, par Chousinlegogol [retour au début des forums]

Est sortit aussi un super album de Rush, tout en puissance et dont le style est le plus représentatif de leur style créé (le métal progressif rien que ça, même si on est loin de Dream Theater vu que le métal n’était pas encore ce qu’il est mainteant) à savoir : Hemispheres.

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

25 mai 2010, par Carla Blondie [retour au début des forums]

Dans les déjà cités "Real Life" de Magazine et le Siouxie, evidemment.

Chain Missing (Wire)
Dub Housing (Pere Ubu)
Adventure (Television)
Crash Landing (Bethnal)
Public Image Ltd (Public Image)
Le premier album des "Cars".
Et dans un autre style, le mésestimé Live de mahogany Rush et "Sanctuary" de J. Geils Band.

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

22 mai 2010, par toto [retour au début des forums]

Mouais les Bee Gees... j’veux bien...
mais saviez-vous qu’à la même époque, quelque part en banlieue parisienne, Bernard Fèvre, seul dans son garage, composait sur ses 4 synthés le Dancefloor le plus démoniaque, le plus underground et le plus visionnaire (sa sortie fut un flop total) alors que, alors que... p’tain 30 ans plus tard ça fait même mouiller les copines hype du fils Fèvre, lui qui croyait mordicus que son père rangé du synthé était rien moins qu’un nazebroc d’la zic... que nenni !

Pour les plus curieux d’entre-vous,
j’vous laisse
(re)découvrir
l’ovni

78 ? ça me dit vaguement quelque chose...

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

17 mai 2010, par mister_oups [retour au début des forums]

Rendons à Hornby ce qui lui appartient :

Quel est l’auteur de cet article ?

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

12 mai 2010 [retour au début des forums]

et dans un tout autre genre.... paru aussi en 1978, l’excellent premier album de U.K. (avec Eddie Jobson, John Wetton, Allan Holdsworth et Bill Bruford).

[Répondre à ce message]

Le Nickhornbysme de l’année 1978

12 mai 2010, par Salvatore Canicatti [retour au début des forums]

Sans oublier le premier Dire Straits, The Jam avec l’excellent "All Mod Cons", Kate Bush, le premier Police, le "Live And Dangerous" de Thin Lizzy ou encore "City To City" de Gerry Rafferty ;-)

[Répondre à ce message]