Pop-Rock.com



Du rock Bambi
We are all bourgeois now

mercredi 3 mai 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Les places de concert
Les "MTV Music Awards 2002"
Un rappeur nous a écrit...
Sondage : faut-il virer Yû ?
Cartman & The Cartmen : "I Love Rock and Roll"
Comment tuer le CD ? TVA, Copy Control, SACD... Qui dit mieux ?
Mais comment êtes-vous arrivés ici ?
Kinito : "L’album"
The Osbournes
Rockin’ the Devil


C’est exactement ce que chantait McCarthy avant d’être repris par les Manic Street Preachers. Et si cette chanson avait de quoi faire sourire ou réfléchir, cet état de fait sociologique n’en est pas moins vrai. Et avec toute la nouvelle scène rock qui éclot frénétiquement depuis un an, tels des héliotropes dopés aux beaux jours, on est en droit de se poser une question sur ce qu’est devenu ce rock qu’on cultivait alors à la fin des années 70, mélange de punk, de post-punk, de disco et d’expérimentations, bourré de messages sociaux et de mini-révolutions.

Mais voilà, depuis ce rock-là, le monde a bien changé, et on ne saurait faire fi du contexte dans lequel est produit la musique. Exit le mur de Berlin, la guerre froide et la guerre de Viêt-Nam, finies les années de Margaret Thatcher et Ronald Reagan. Avec les années 80, que nombre de nos confrères voient avec le mépris bien-pensant du mastodonte assis sur son piédestal savant, les valeurs ont explosé et sont parties en lambeau avec le symbole communiste de l’Alexanderplatz. Nous en sommes venus à l’hyperbourse, à l’hypercommunication et à l’hyperculture.

Pourquoi "hyperculture" ? Parce que ce que nous achetons dans les grandes chaînes de magasin prévues à cet effet, ce n’est plus du message ou des pensées. C’est de la culture. Et ce à quoi j’ai assisté l’autre soir dans ce club de Montréal, La Tulipe, j’aurais pu tout aussi bien le voir au Hyde Park d’Osnabrück ou dans n’importe quel club occidental, qu’il soit à Nantes, Bruxelles, Dublin ou Coventry, pourvu qu’on y passe du rock. Ce que j’y ai vu, ce n’est pas des gens qui connaissent London Calling des Clash par amour du message, mais parce qu’il faut les connaître ; on ne cite pas Television pour le message énorme de Marquee Moon, mais pour le fait que ça ressemble à ce qui sort aujourd’hui ; on n’écoute pas les Smiths pour la superbe des paroles et de cette pop révolutionnaire à l’époque, mais parce que Meat is murder, ça sonne quand même pas mal.

C’est dans ce tourbillon hype alimenté par toute une chiée de fils à papa que l’on retrouve des types qui écoutent Gang Of Four ou les Talking Heads non pas par amour du message, mais parce que la musique sonne bien et que ça leur rappelle les Arctic Monkeys, Franz Ferdinand ou Clap Your Hands Say Yeah. Ce rock dansant et sautillant, celui que l’on nous sert depuis plusieurs mois maintenant, celui qui se réclame justement de toute une palanquée de "vieux groupes", ce rock n’est en effet qu’une pâle resucée, mais sans aucun message - et un lecteur nous faisait à juste titre remarquer que l’on pouvait se poser une question : doit-on détester un groupe sous prétexte qu’il ne fait que recracher l’influence de ses pairs alors qu’il le fait bien, et donc aimer un groupe parce qu’il fait quelque chose de novateur, mais mal ?

Il n’y a aucun message prolétaire chez les Infadels ou les Babyshambles, pas plus qu’il n’y a d’origine sociale défavorisée chez les Strokes : on est bien passé de l’ère du rock réflexif (la dernière grande étape ayant été franchie avec le grunge dans les années 90), à l’ère du rock festif, pour reprendre le crédo d’un style musical francophone, un rock qui a pour vocation de faire bouger en soirée et de rappeler que le rock, c’est quand même bien cool et amusant. Un rock Bambi, en quelque sorte : un rock pour vestes à badges, cheveux longs, mèches savamment rabattues dans le visage, polos aux cols négligés, accessoires divers et variés et fripes de marque. Le jean est ringard, être pauvre ne fait plus vendre, et avoir une revendication sociologique devient carrément prise de tête. Ce sont des petits bourgeois qui s’agitent sur les dancefloors de nos clubs, qui collectionnent les derniers singles d’Art Brut ou des Yeah Yeah Yeahs sur internet, et qui en profitent pour télécharger l’intégrale des Ramones, intégrale qu’ils n’écouterons jamais, mis à part un ou deux titres obscurs, histoire de crâner devant leurs potes.

Peu importe alors que ces nouveaux groupes soient bons ou pas, et de savoir qui ils copient ou non ; le public a changé, les amateurs de rock ont changé de classe sociale et de revendication. Philippe Manœuvre n’aime pas le rock pour le message, mais pour la culture qu’il étale. Les Inrocks, Rock&Folk et autres papiers, qu’on les apprécie ou pas, ça n’est ni plus ni moins qu’un produit culturel, et on s’extasie alors sur le premier Sonic Youth comme sur une toile de Macke, la bouche ouverte en forme de zéro, le menton relevé, la main sur le cœur, pour s’extasier sur tel ou tel détail d’une œuvre qui n’a rien d’une branlette collective de culture générale, mais qui partait bel et bien d’un sentiment plus ou moins violent de son auteur.

Voilà ce que la culture de masse a généré : des groupes de rock décérébrés, sans histoires, qui utilisent le moment pour s’amuser, vendre un disque, puis disparaître, copiant mollement les bonnes vieilles recettes de nos grands-pères Joy Division et Blondie, sans les messages, sans le contexte historique, sans les grandes manœuvres idéologiques de leurs aïeuls. Et cela risque fort de durer encore un moment, tant que notre époque ne connaîtra pas de guerre froide ou de mur de Berlin et tant que la musique restera aux mains des milieux autorisés à penser, de grands enfants logeant dans de confortables appartements dans les meilleurs quartiers de nos villes occidentales, de bobos désireux de combler leur temps libre par un peu de savoir emprunté au peuple pour montrer qu’ils font comme eux, des bourgeois qui prennent un malin plaisir à trouver que, décidément, se bourrer la gueuler à la bière en plein centre-ville, c’est punk. Rock’n’roll, ouais, sans doute.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 47 contribution(s) au forum.

Du rock Bambi
(1/20) 25 août 2006, par milos
? ??
(2/20) 22 mai 2006, par ’’
Les contradictions de Binbin
(3/20) 12 mai 2006, par Lorenzo
Du rock Bambi
(4/20) 10 mai 2006, par Iago
Du rock, Binbin ?
(5/20) 9 mai 2006, par Lorenzo
Du rock Bambi
(6/20) 7 mai 2006, par Noni
Du rock Bambi
(7/20) 6 mai 2006, par Sim
Du rock Bambi
(8/20) 5 mai 2006, par Youki Smayas
Du rock Bambi
(9/20) 5 mai 2006, par dude
Du rock "Bambi"
(10/20) 4 mai 2006
Du rock "Bambi"
(11/20) 3 mai 2006, par Guernoull
Du rock "Bambi"
(12/20) 3 mai 2006
Du rock "Bambi"
(13/20) 3 mai 2006, par stephane
Du rock "Binbin"
(14/20) 3 mai 2006
Du rock "Bambi"
(15/20) 3 mai 2006, par Fabrice
Du rock "Bambi"
(16/20) 3 mai 2006, par TIM GANE
Du rock "Bambi"
(17/20) 3 mai 2006, par sayz64
Du rock "Bambi"
(18/20) 3 mai 2006, par Emily Kane
Du rock "Bambi"
(19/20) 3 mai 2006
Du rock "Bambi"
(20/20) 3 mai 2006, par Ainga Noboyo




Du rock Bambi

25 août 2006, par milos [retour au début des forums]

Allez remater des videos de GG Allin pour voir ce que c’était que le vrai Rock’n’roll

[Répondre à ce message]

? ??

22 mai 2006, par ’’ [retour au début des forums]

Certaines choses m’échappent :

1) Pourquoi les petits bourgeois n’auraient-ils pas l’autorisation de Mr Wagener de se dandiner sur les "dancefloors" de ses clubs ? Sont-ce des clubs fermés réservés aux non-bourgeois ? Vous voulez établir des clubs privés en fonction des possibilités financières où on ne rentre pas si on gagne plus que le SMIC ?

2) Pourquoi les vieux groupes feraient-ils office de grands monuments intouchables, que les jeunes groupes copient sans scrupules et à la chaîne ?(puisque c’est exclusivement à but lucratif)

3) Mais que vient faire la classe sociale dans les goûts musicaux ?????? N’étant absolument pas de la-dite bourgeosie, je n’ai pas le droit d’écouter du Classique et je suis obligé d’écouter du Rock plein de messages prolétaires ?

D’autres choses m’ont un peu étonné, mais n’ayant pas le temps de palabrer plus, je concluerai ainsi : j’espère pour vous, Mr Wagener, que ce message n’était réellement qu’une sorte d’attrape-couillons qui réagissent de façon épidermique et que vous ne pensez pas vraiment toutes les bêtises que vous avez débité. La lutte des classes n’est certes pas finie, mais nous ne sommes plus au 19e siècle, et je ne pense pas que la Musique, quelle qu’elle soit, doive être au centre de telles polémiques.

[Répondre à ce message]

Les contradictions de Binbin

12 mai 2006, par Lorenzo [retour au début des forums]

« Bienheureux les simples d’esprit qui nous soumettent à ces drôles de pression, qui invoquent aussitôt jalousie, frustration et incompétence malsaine. A croire que nous ne sommes pas un webzine, mais un organe de propagande politique populiste. Cependant, l’équipe est plus que jamais reserrée autour de son rédacteur en chef, et nous sommes déterminés à exercer librement notre passion, celle d’écrire, sans subir d’influences ou d’intimidations » Albin Wagener (5 avril 2006)
http://www.pop-rock.com/article.php...

« J’ai décidé hier de quitter Pop-Rock.Com. A vrai dire, je comptais attendre la fin de semaine pour maturer ma décision, mais j’ai compris que cela ne servait à rien et que je l’avais déjà prise. Cela ne change rien à l’amitié que je porte à Jérôme Delvaux ainsi qu’aux autres chroniqueurs, mais j’ai besoin de tout mon temps et toute mon énergie pour me refocaliser sur 1) ma thèse et 2) ma musique. Dès hier, j’ai également pris de nouvelles disposition, plus nutritionnelles celles-là. » Albin Wagener (26 avril 2006)
http://eudha.livejournal.com/339538.html

[Répondre à ce message]

    Les contradictions de Binbin

    12 mai 2006 [retour au début des forums]


    c’est une thèse sur quoi ? l’infini de la connerie humaine peut-etre puisqu’il parait en être une somnité mondialement reconnue

    [Répondre à ce message]

      Les contradictions de Binbin

      13 mai 2006, par Noni [retour au début des forums]


      Ouais euh, c’est franchement ridicule ce genre de réaction. Je voudrais quand même dire que ce n’est pas parce-que je ne suis pas d’accord avec la vision musicale de Mr Wagener que je me permettrais de le traiter de con en public. Ca t’apporte quoi de sortir ce genre de connerie ? Pour avoir trainé un peu sur des sites ayant un rapport plus ou moins lointain avec pop-rock, j’ai l’impression que Mr Wagener en prend plein la gueule... et pourquoi ? Parce-qu’il n’a pas la même vision musicale que d’autres. Mais dans quel monde vit-on nom de dieu ?! Vous (et là je m’adresse à tous les auteurs de cet acharnement) n’avez rien d’autre à foutre de votre vie que de vous acharner sur des gens que vous ne connaissez même pas et qui ont pour seul crime de défendre une idée qui ne vous plaît pas ? A ce que je sache il ne défend pas le nazisme ou l’intégrisme islamiste mais une certaine vision (contestable ou non) de la musique. C’est petit, très petit et, très franchement, ça me dépasse.

      [Répondre à ce message]

Du rock Bambi

10 mai 2006, par Iago [retour au début des forums]

C’est juste que la vision du rock que tu as est bien trop étriquée, mon cher Albin. On va essayer de comprendre ton raisonnement

-" on ne saurait faire fi du contexte dans lequel est produit la musique. Exit le mur de Berlin, la guerre froide et la guerre de Viêt-Nam, finies les années de Margaret Thatcher et Ronald Reagan." Et merde. Y’a plus de guerre, plus de tensions, si on va manifester dans la rue c’est que pour des conneries vu que, étrangement, la société se porte mieux qu’avant : mon Dieu quel désastre. Evidemment, tout cela fait qu’on ne peut pas vraiment écouter les clash, parce que bordel, est-ce que tu l’as vécu le chômage en Angleterre dans les années 70-80 ? Bien sûr que non, alors ferme un peu ta gueule, quoi si t’aimes les clash c’est parce que tu n’a jamais écouté de musique aussi intelligente, à la fois punk et pop sans jamais tomber dans le cliché ? Mais arrête enfin, regarde-toi, t’es même pas pauvre, les flics t’ont jamais emmerdé, tu te définis même pas comme un rebelz et après tu vas dire que Guns Of Brixton est la meilleure putain de chanson que t’aie jamais entendue ?
Pffffffff. Je n’ai jamais entendu de discours aussi réducteur que le tien Albin (ne m’en veux pas pour le tutoiement au fait, je l’ai déjà utilisé aussi dans certaines chroniques où j’étais de ton point de vue ces fois-ci). Alors comme ça on ne peut aimer quelque chose que pour le message premier qu’il transmet ? Tu ne t’es jamais demandé si dans les Clash il n’y avait pas quelque chose de plus fort que le soutien aux sandinistes par exemple ? Une vision de l’homme, une réflexion générale, valable quelque soient les époques, et complètement en rapport avec leur musique ? Si j’aime les Clash, ce n’est pas par amour du message. Il est plus qu’idiot de vouloir séparer message et musique. Si j’aime les Clash, c’est pour le tout que constitue leur musique : les notes participent autant que les paroles au message que me transmettent par là les Clash.
Le principe de ne pas vouloir dissocier époque et production artistique est résolument crétin, également. Alors comme ça on ne peut pas aimer Shakespeare parce que sa critique du pouvoir royal n’a rien à voir avec ce que nous vivons aujourd’hui ? C’est absurde.

-"ce que nous achetons dans les grandes chaînes de magasin prévues à cet effet, ce n’est plus du message ou des pensées. C’est de la culture."
Et c’est quoi, la culture, sinon un message, une pensée ? Qu’est-ce que c’est qu’une oeuvre d’art sinon une pensée, un message dans un objet ? Ce message aura bien sûr des significations légèrement différentes selon les époques, on le prendra à différents degrés, mais sa signification profonde ne changera pas. Même si, évidemment, pour reprendre un exemple cité plus bas, Doherty n’a pas l’importance pour moi qu’il aurait pour un lad anglais, ça ne m’empêche pas d’en profiter un tant soit peu. Parce que c’est la définition même de la véritable oeuvre d’art : elle, son message pour parler en termes albiniens, tend vers quelque chose de plus large que son petit cadre géographique et temporel (dans certains cas on pourra même dire que ce quelque chose de plus large c’est l’universel).
Alors tu vas dire que c’est légèrement contradictoire d’écouter les clash et en même temps de dépenser 150E en fringues vintages tous les mois. Là je suis d’accord. Mais il n’empêche qu’au bout du compte, les Clash ils aiment bien ça, et que finalement ils en comprendront bien un bout du message.

-"chiée de fils à papa qui écoutent Gang Of Four ou les Talking Heads non pas par amour du message, mais parce que la musique sonne bien"
Eh ben c’est déjà pas mal. Parce que comme je l’ai déjà expliqué, la musique c’est déjà une partie du message.

-"aucun message prolétaire chez les Infadels ou les Babyshambles, pas plus qu’il n’y a d’origine sociale défavorisée chez les Strokes"
C’est plutôt pas mal pour eux, parce qu’il n’ya pas que des prolétaires sur la Terre. Et je ne vois pas pourquoi le rock serait réservé au prolétaires d’ailleurs. Je suis bourgeois, fier de l’être (lol putain je vais quand même loin pour le plaisir de la provoc) et ça ne m’empêche pas de ressentir le rock aussi bien que toi. Le rock parle de choses plus importantes que "le chômage c’est pas cool" ou "nous les ouvriers qu’est-ce qu’on en a marre" ou encore "bouh les politiciens".

-"Peu importe alors que ces nouveaux groupes soient bons ou pas, et de savoir qui ils copient ou non"
En effet. Que les groupes soient bon ou pas, on retombe dans le débat vieux comme le monde, on ne s’en sortira jamais. Et de savoir qui ils copient, c’est vrai qu’on s’en fout. On ne va pas se refaire toute l’Encyclopédie du Rock et la Discothèque Idéale en 1000 albums avant de pouvoir écouter quoi que ce soit qu’on puisse aller voir en concert ensuite. Je me branle de savoir que mes potes trouvent Arcade Fire inécoutable et de ne pas avoir écouté la moindre chanson de Talking Head dans ma vie, ça ne m’empêche pas de ressentir chaque note et chaque parole à l’intérieur de moi-même. Et Arcade Fire ne me parle pas du tout de ma vie de tous les jours...

Waouh il est quand même long ce post. Merci de m’avoir lu, et j’espère que je pourrai susciter une réaction intéressante de notre bon Albin qui d’habitude ne rechigne pas a venir casser du contestataire.

[Répondre à ce message]

    Du rock Bambi

    12 mai 2006, par Iago [retour au début des forums]


    eh non pas de réponse. En plus il quitte Pop-Rock.com. Snif. Au revoir alors Albin, et merci pour toutes tes critiques engagées qui incitaient au dialogue (enfin ça dépendait des interlocuteurs). Faut pas se vexer des réactions exagérées et insultantes ; si on se braquait à chaque fois qu’un crétin nous offense on irait pas bien loin. Enfin bref bon courage et bonne continuation.

    [Répondre à ce message]

Du rock, Binbin ?

9 mai 2006, par Lorenzo [retour au début des forums]

Albin ne se contente plus d’être la risée du web avec son groupe, sorte de version gothoglam des Musclés, il ridiculise maintenant aussi Pop-Rock avec des articles d’un crétinisme absolu. Quand on voit qu’il parle de Simple Minds, on s’en fout, on ne lit même pas, mais ici il nous attire avec un titre accrocheur et déverse son lot de bétises que seul un type qui n’a jamais rien compris au Rock (notez le R majuscule) peut proférer. Zéro intérêt et zéro crédibilité.

[Répondre à ce message]

Du rock Bambi

7 mai 2006, par Noni [retour au début des forums]

J’ai longuement hésité entre une digne indifférence et une réponse consternée, mais là tout à coup je suis pris d’une envie irrésistible de m’écrouler de rire à la relecture de cet article. J’ai toujours aimé ce site, même si parfois c’est un peu... original, mais là c’est du grand art, bravo, vraiment. Je ne peux pas dire que c’est n’importe quoi car cet article a quand même le mérite d’être un minimum argumenté mais... bwaf, je me contenterai seulement de dire que je suis en général d’accord avec la majorité des commentaires. J’ai toujours écouté la musique pour la musique et les émotions qu’elle fait passer. Pour moi, le reste c’est du bonus : tant mieux s’il y en a, et la musique ne me semble pas moins bonne sans message politique structuré.

N’empêche que je me pose une question, cet article ne serait-il pas simplement une provocation histoire de rigoler un peu ? C’est tellement gros que je n’en serais vraiment pas étonné ^^

[Répondre à ce message]

Du rock Bambi

6 mai 2006, par Sim [retour au début des forums]

Là, je rêve...
Cet article réussit le tour de force d’être à la fois creux, réactionnaire et mal écrit, en plus de mélanger tout un tas d’idées et de pseudo-thèses qui n’ont que vaguement à voir les unes avec les autres.

Pourtant l’idée de départ est intéressante, mais l’article sent vraiment le mépris facile d’un type persuadé que la sainte musique qu’il écoute est la seule qui mérite d’être considérée.

Les commentaires eux-même sont beaucoup plus intéressants que l’article de départ, et quant à moi je crois que j’ai définitivement perdu tout espoir quant à ce site. Seulement, je ne ferais pas comme ceux qui gueulent et reviennent tous les jours... sur ce, au revoir, et bonne route à vous quant même.

[Répondre à ce message]

Du rock Bambi

5 mai 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]

Je dois etre sacrément decalé mais j’ai ecouté du rock depuis le berceau (Kinks, Hendrix) jusqu’a mon age relativement avancé, je n’ai vecu que pour ça, mais ça a toujours été un affaire de notes et de silence entre les notes, et ponctuellement d’attitude ou de bonne gueule. Mais le rock en tant que phenomene socio-culturel m’a toujours paru relever de la pure fumisterie. Surtout apres le "summer of love". Les etats d’ames de mes chanteurs/musiciens preferes m’ont toujours paru à peu pres aussi dignes d’interet que ceux de ma concierge, et leurs analyses de la société sous hero à peu pres aussi pertinentes que celles de Jean Claude Vandamme.

Dans le meilleur des cas, quelques constats d’evidence que ne renierait pas le café du commerce. (La guerre c’est pas bien, la faim ça fait maigrir, Les politiciens sont tous pourris, des sous pour les pauvres (mais pas les mien, faut pas deconner), les flics sont pas gentils, etc...).

Non que je ne m’interesse pas aux problemes de société, au contraire... Et justement, il se trouve qu’il y a des gens sur cette planete qui ont un peu plus approfondi le sujet que Joe Strummer Roger Waters Morrissey ou Patti Smith.

Que le rock soit "relegué" au rang de simple musique est plutot une bonne chose, ça redonnera peut etre à ceux qui veulent reflechir sur un theme complexe le gout de lire. (Et aux autres l’idée de se mettre au rap, faute de mieux)

[Répondre à ce message]

Du rock Bambi

5 mai 2006, par dude [retour au début des forums]

Le rock, appellation qui ne veut d’ailleurs plus rien dire en 2006, ce n’est pas uniquement la forme. Au-delà des blousons en cuir, des jeans serrés, des guitares smashées par terre et de l’attitude de rock star à baffer, il y a le fond. Des types comme Matt Ward, Josh Ritter, Swell ou Built To Spill sont "rock" sans même probablement le savoir car ils s’en tamponnent des étiquettes qu’on colle sans cesse.

L’important c’est la musique, les mélodies et les émotions qu’elle véhicule. Si les paroles contribuent à rapprocher encore l’auditeur de l’auteur, tant mieux. De toute façon, on sent généralement tout de suite si l’artiste est sincère ou s’il pose tout en trempant dans un plan marketing affligeant.

Believe in good music, ya toujours le choix et y aura toujours des surprises

A bon entendeur (de rock),...

[Répondre à ce message]

    Du rock Bambi

    5 mai 2006 [retour au début des forums]


    Au delà de ça, oui, mais le look est une partie importante du rock, depuis toujours. Même les groupes "no look" ont au final lancé des modes vestimentaires sans le vouloir ! Remember les chemises de bucheron grunge et les anoraks oasis. Mais c’est aussi vrais que le look mod, teddy, punk, rasta... Rien n’arrive par hasard, et l’apparence et le grotesque (tout comme le ridicule d’ailleur) font partie de ce courant culturel (et accessoirement musical) qu’est le rock. N’en déplaise a certains moralisateurs coincés. On ne peut pas dire que le point fort d’un t-rex ou d’un sex pistols était l’émotion ! Sont ils des groupes qui n’ont pas eu leur importance pour autant ? Parfois, un bon crachat ou un pantalon moule burne sont plus efficaces qu’un album conceptuel d’un artiste "integre" (ce terme.. !). Un groupe qui allie 50% hype et 50% chansons de 3 minutes imparrables a tout pour être le roi du monde. Alors bien sur que ça va gêner les lecteurs des inrocks (et monsieur wagener), mais c’est pourtant ça le plus exitant. Et c’est ça qui est bien avec les meilleurs groupes récents, babyshambles ou franz ferdinand, strokes ou interpol. Il y a autant de bonnes chansons chez ces jeunes groupes (3 albums maximum pour le moment, ne l’oublions pas) pour remplir une nouvelle compil’ nuggets, qu’on réécoutera dans 10 ans, quand on sera passé a autre chose, comme on écoute aujourd’hui un smiths ou un seeds, en se disant qu’il n’y avait pas que les black eyed peas et radiohead en 2006.

    [Répondre à ce message]

      Du rock Bambi

      7 mai 2006 [retour au début des forums]


      question : je viens de revoir un très vieux clip de Police sur VH1 classic, ils y apparaissent permanentés, brushés et souriant de toutes leurs vrai-fausses dents ultra brite, est-ce du rock ?

      [Répondre à ce message]

      Du rock Bambi

      22 juillet 2012, par YiRnAOBeZNPRIFr [retour au début des forums]


      Sara, you did an amazing job !! Thank you so much !! I can not wait to see her 3 month pircetus !! Thank you thank you thank you !!Little Kylli, you are stunning, so delicate and exquisite my sweet baby girl ! You are beautiful !I love you. I miss you.

      [Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

4 mai 2006 [retour au début des forums]

De tous temps dans le rock, le look et l’apparence ont été au moins 50% aussi importants que la musique. Les punks ou les teddys n’étaient pas moins bambi que les rockers actuels. Et le rock est également une musique fun, dansante, pas forcément prise de tête. Vous etes sacrément coincé du cul. Le rock deviens chiant a la seconde ou il deviens prétentieux, c’est aussi simple que ça. Il n’y a qu’a écouter votre propre groupe monsieur waneger, pour comprendre que vous ne métrisez pas votre sujet. Vous rêvez de grandes choses, mais ne pouvez servir que de "l’électro-pop" fade et repiquée au ancients ! Vous incarnez ce que vous méprisez, vous ne valez pas mieux.

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par Guernoull [retour au début des forums]

toujours du délire, Mr W. Il n’est pas obligatoire qu’un message soit véhiculé pour être du rock.
Les Beatles dans les premières années n’avaient aucun message, si ce n’est "I want to hold your hand" et "Please, Please me". Waouah quel message prolétarien !

[Répondre à ce message]

    Du rock "Bambi"

    4 mai 2006, par Uncle Luke [retour au début des forums]


    Certes, certes, mais avant ça, il y avait "Tutti Frutti", et quel message, mes aïeux, quel message ! (comprenne qui pourra)

    [Répondre à ce message]

      Du rock "Bambi"

      4 mai 2006 [retour au début des forums]


      AWop-bop-a-loo-mop alop-bam-boom
      Tutti Frutti, all over rootie,.....
      Awop-bop-a-loo-mop alop bam boom

      I got a girl, named Sue,
      She knows just what to do. .....
      I’ve been to the east, I’ve been to the west, but
      she’s the girl
      That I love the best.

      Tutti Frutti, all over rootie,....
      Awop-bop-a-loo-mop alop bam boom

      I got a girl, named Daisy,
      She almost drives me crazy ....
      She knows how to love me ,
      Yes indeed
      Boy you don’t know,
      What she’s doing to me

      Tutti Frutti, all over rootie,.....
      Awop-bop-a-loo-mop alop bam boom

      I got a girl, named Daisy...

      [Répondre à ce message]

      Du rock "Bambi"

      4 mai 2006 [retour au début des forums]


      quelle honte, tutti frutti, ca ne peut pas etre du rock, puisqu’il n’y a pas de message prolétarien comme pour les clash ou autres artistes engagés (quel rockeur ce Geldof) mais un simple message de cul (ou alors le cul c’est prolétarien)

      [Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006 [retour au début des forums]

Et le message de blondie et joy division, c’était quoi ? "Baise moi" et le "suicide c’est cool" ? Comme dirait monsieur Pop, pas besoin de politique ou de message dans le rock, l’attitude, les mélodies et le volume sonore s’en chargent ! Vous n’avez donc encore une fois pas compri grand chose, et comme dirai monsieur coosemans plus bas, au vu de vos gouts musicaux mieleux, vous n’etes pas dans une position idéale pour comprendre tout ce dont vous parlez. C’est vrai que les simple minds, wahou, c’était des sacrés rebelles ! Pfffff ! Et ne pas voir que les babyshambles parlent plus aux gamins dans leurs textes que radiohead, ne le fera jamais (ben oui, parler de portes qui s’ouvrent et se ferment, même avec un message "profond", qu’est ce que c’est chiant !), confirme que vous méritez bien les disques surgelés que vous vénérez. Vous vous foutez de la gueule du monde en plus, en tentant d’inverser les rôles, mais c’est vous, le petit bourgeois aux gouts de chiottes, vous qui bandez devant cette variété 80’s en pyjama. Les fans de franz ferdinand, eux, ne se prennent pas autant la tête, ils aiment et sont passionnés, point ! Vous etes aussi rebelle qu’un fan de céline dion qui passe pour un con a la récré.

[Répondre à ce message]

    Du rock "Bambi"

    3 mai 2006 [retour au début des forums]


    Joy Division, c’était nettement plus profond que ça, tu sais...

    [Répondre à ce message]

      Du rock "Bambi"

      4 mai 2006 [retour au début des forums]


      Merci, je sais ! Mais il n’y avais pas de "message", c’était très nombriliste comme groupe, il ne parlaient pas a "une génération" ou je ne sais quoi. Et je doute fort que les journalistes de pop rock aient vu joy division de leur vivant, encore une fois, il est plus facile de vénérer les morts. Et la majorité des gens trouvaient (tout comme le velvet en son temps) joy division ridicule a l’époque ! Mais désormais on préfère les artistes marginaux 6 pieds sous terres que sur une scène. Encore une fois par facilité et petite bourgeoisie. Morrisson et ian curtis, mais surtout pas pete doherty ou katy jane garside. Mais le jour ou ils vont crever, le nombre de retournement de vestes sera spectaculaire, croyez moi. Alors qu’ils vallent déjà largement la peine de s’y intéresser de leur vivant. Dommage.

      [Répondre à ce message]

        Du rock "Bambi"

        4 mai 2006 [retour au début des forums]


        Le jour où les paroles de Doherty ou de Daisy Chainsaw vaudront celles de Ian Curtis, il fera chaud en Antarctique là où les autruches aurant des dents et voleront sur la banquise...

        [Répondre à ce message]

          Du rock "Bambi"

          4 mai 2006 [retour au début des forums]


          Ok, argumentez, citez des textes "profonds" de ian curtis pour etteyer votre argumentation clichesque ! Il n’y a en fait rien de plus que du langage romantico-adolescent chez curtis, certes éxemplaire et bien foutu, mais rien de plus trancendant qu’un trent reznor ou un kurt cobain, voire un lou reed. Le reste n’est que légende et mythologie. Il n’y avait au final que martin hannett qui avait réellement du génie, les musiciens étaient minables (le sont toujours), les structures mélodiques inexistantes. Mais voilà, ils jouaient avec de l’intensité, une énorme intensité, et c’est celà, au delà de tout "message", qui en faisait un grand groupe. Mais je suis désolé, interpol ou the organ ont la même intensité, des paroles pas plus connes, et jouent nettement mieux ! Après, que leur originalité ne soit pas foudroyante, j’en conviens, mais a défaut d’originalité, ils ont de la personnalité, et c’est ça qui fait la différence dans le rock.

          [Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par stephane [retour au début des forums]

Si on s’en réfère à ton article Albin, les jeunes (dont je fais partie, j’ai 17 ans) seraient finalement devant une impasse, puisque d’un côté si on écoute "London Calling des Clash [ce n’est pas] par amour du message, mais parce qu’il faut les connaître" et donc nous, les jeunes, ne serions pas capable d’apprécier cet œuvre (idem pour ceci :"on ne cite pas Television pour le message énorme de Marquee Moon, mais pour le fait que ça ressemble à ce qui sort aujourd’hui").

Et d’un autre côté si on écoute Clap Your Hands, Artic Monkeys et cie c’est en fait "un rock [qui n’est] qu’une pâle resucée, mais sans aucun message".

Alors on doit écouter quoi, M. Wagener, quand on est jeune ?

[Répondre à ce message]

    Du rock "Bambi"

    5 mai 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]


    Ecoutes la musique pour le fun, et si tu veux absolument te poser des questions sur des sujets d’envergure, pose ton cul, bouquine et reflechis (Je sais c’est moins glamour, mais bon, faut savoir ce que l’on veut)

    [Répondre à ce message]

Du rock "Binbin"

3 mai 2006 [retour au début des forums]

Décidément... tu mélanges tout. ça sent le mec aigris à plein nez qui dans un dernier sursaut veut régler ses comptes. Tu as beau empiler les pages perso sur myspace, ta musique est franchement médiocre et n’interesse personne. Et après tu t’étonnes qu’aucun label ne te fasse du pied... Tout cela est bien pathétique. En parlant d’image, on a rarement vu quelqu’un autant afficher sa trogne de beauf sur son site. Comment peux-t-on à ce moment là te prendre au sérieux ?Albin Wagener, t’es tu déjà posé la question : "Et si j’avais tout faux" ?

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par Fabrice [retour au début des forums]

Je partage en partie ton avis, bien que réducteur (mais le format du sujet est davantage une thèse qu’un article de quelques lignes donc je comprends).
Tu semble toutefois faire abstraction de ce que de nombreux très bons groupes dans les 60’s ou 70’s n’avaient basolument rien à dire et jouaient également tout sur l’image...
Pour moi le "rock" n’a rien à voir avec quelque dimension politique ou autre (je préfère lire un bouquin écrit par un véritable auteur que de tenter de donner une note "littéraire" à un musicien).
Un bon morceau doit me donner envie de 1)niquer 2)donner une claque au premier beauf venu 3)me prendre le verre de trop 4)chanter le morceau bourré.

Prends l’exemple de Chumbawamba, un vrai groupe en marge, engagé, anarchiste,...
Qu’en a-t-on à battre de leurs paroles ?????????

Tu cites Art Brut:c’est pourtant un vrai groupe prolétaire. Tout comme The Others ! The Street:idem, scènes de vie du prolétariat anglais. Enfin..."prolétariat"...ce terme ne correspond plus à rien.

[Répondre à ce message]

    Du rock "Bambi"

    3 mai 2006, par Serge Coosemans [retour au début des forums]


    1. Pour commencer, je dirais qu’un fan de Tears For Fears et Black n’est pas le plus qualifié pour juger du sens ou de l’absence de sens de groupes comme Art Brut, Arctic Monkeys et Babyshambles, qui sont déjà -objectivement et à degré divers- des phénomènes sociaux, donc « porteurs » de sens pour un public plus ou moins large se reconnaissant dans leurs attitudes, leur discours éventuel, leur musique... Ce n’est pas une moquerie mais un simple évidence : un thésard proche de la trentaine habitant Angers ne ressent forcément pas Doherty comme un lad anglais avec le chômage pour seul horizon et Pop Idol en boucle sur la télé de ses parents.

    2. Voici un extrait d’une interview publiée dans Voxer de Jon King, le chanteur de Gang Of Four, qui explique ce qui motivait le groupe à ses débuts. On verra qu’on est très loin des fantasmes de révolution politique :

    Jon King : Je me retrouve trop souvent à plus parler de politique que de musique durant les interviews. On attend de moi des positions fermes, dignes d’un politicien, sur tout un tas de sujets pour lesquels je n’ai même parfois aucun intérêt. Je ne fais pas de politique, je ne suis qu’un musicien ayant chanté la vie ordinaire, la précarité quotidienne, tant sociale que sentimentale... Nous n’étions finalement même pas si politisés que ça, le véritable moteur du groupe, c’était de tenter de dépasser les clichés des chansons pop adolescentes... Tout ce trip « je m’emmerde, j’aimerais boire des bières et baiser un coup » ou « je viens de quitter ma petite amie, c’est affreux ». Des bluesmen aux boys bands, tout le monde a chanté cela. Ce sont les sujets dominants de la pop et ça n’a d’intérêt que dans de très rares cas : quand c’est par exemple signé Brian Wilson ou que ça sonne comme Teenage Kicks des Undertones. Il y a des groupes parfaitement brillants qui se cantonnent à chanter des conneries mais nous, nous voulions aller plus loin. Notre but n’était pas tant de déranger le public que de combattre une certaine forme de conservatisme. On était, par exemple, détesté des punks parce que nous affichions clairement notre amour du disco et de la black music. Le punk, c’est très conservateur : du bête rock & roll, du blues électrifié... Les Sex Pistols, c’est Black Sabbath, vraiment très moyen : du hard-rock mal joué. Public Image Limited est à mes yeux bien plus important que les Sex Pistols. John Lydon y prouve l’étendue de son génie, Jah Wobble s’affirme comme un musicien brillant, très ouvert... J’ai dernièrement réécouté les Ramones. C’est finalement beaucoup moins radical que ça ne l’était dans mon esprit. Les paroles sont tordantes mais ce n’est rien de plus qu’un gag, qui se répète à longueur de singles. White Lines de Grandmaster Flash & The Furious Five ! Voilà une chanson incroyable ! Personne n’avait sorti un truc pareil à l’époque, personne n’avait parlé avec autant de réalisme de la vie de tous les jours tout en respectant un format pop. Les punks détestaient le disco et le hip-hop naissant, des genres musicaux pourtant socialement très engagés. Ils voulaient juste des morceaux vantant le vandalisme adolescent. Or, quel intérêt si tout se limite au même vieux message « get drunk/have a fight/get laid » ? De là à nous dépeindre comme une bande d’intellectuels austères... Il faut nous avoir vu en concert : sur scène, nous sommes de véritables rockers !!! (sourire). Il y a quelques années, un sondage de magazine nous a même désigné comme l’un des groupes les plus lourds d’Angleterre. Motorhead, Gang Of 4, The Who... Voilà quel était le tiercé de tête. One of the loudest band in Britain.

    [Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par TIM GANE [retour au début des forums]

Le titre exact de McCarthy, c’est "We Are All Bourgeoisie Now", pas "Bourgeois" (qui est le titre de la cover des Manic Beaufs, cherchez l’erreur). Encore un flagrant délit de citation de choses qu’on n’appréhende pas du tout...

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par sayz64 [retour au début des forums]

Du baratin pour pas grand chose, autres temps autres moeurs, la froideur de Joy Division est passée, après, si les 14-15 n’écoutent pas les Smiths, on va pas en faire une histoire (dommage pour eux). Même si il manque un côté un peu politique à la musique actuelle, ton article est à mon sens assez réactionnaire ! Et puis mettre Arctic Monkeys, Franz Ferdinand et Clap Your Hands dans le même panier, ça n’a pas de sens, Franz Ferdinand est un ton au-dessus de tous les autres pour le moment.

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par Emily Kane [retour au début des forums]

Je ne savais pas que M. Wagener était fan des Gauffs au suc’ et du titre "Helle" en particulier ;-)

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006 [retour au début des forums]

Bah, tant que les radios accessibles dans les campagnes profondes resteront Skyrock, Fun Radio et NRJ, on ne pourra pas faire grand chose.

Je crois qu’on ne se rend pas compte de l’impact énorme de ces radios sur la situation présentée ci-dessus.

Donc, pour sauver le rock, plutôt que de lancer une guère nucléaire ou de construire un mur de Berlin, déstruisons Skyrock !!! (au pire, on se sera fait un p’tit plaisir...)

[Répondre à ce message]

Du rock "Bambi"

3 mai 2006, par Ainga Noboyo [retour au début des forums]

Ah ben que veux-tu,Albin,les groupes de bouseux(et encore,je pèse mes mots)comme les Kyo,les Vegastar ne font plus réfléchir.Enfin si ;mais les ados à problèmes qui se croient le centre du monde.(soupir...)

[Répondre à ce message]

    Du rock "Bambi"

    3 mai 2006, par Mr Jones [retour au début des forums]


    En même temps, le rock’n’roll, c’est quoi ?

    Vouloir à tout prix intellectualiser ou politiser les chansons de groupes jouées par des gamins ou bien prendre son pied sans se prendre la tête ?

    Je comprends le sens de ton propos, malgré tout je trouve dommage que tu n’aies pas l’air d’apprécier à leur juste valeur certains jeunes très prometteurs à cause de leur apparent manque de conscience politique.

    [Répondre à ce message]

      Du rock "Bambi"

      3 mai 2006, par Derby Pinson [retour au début des forums]


      Oui, et puis il faudrait un brin d’humilité aussi : les ados écoutent les Smiths et les Clash "parce qu’il faut les connaître", et alors ? Moi aussi j’ai découvert ces groupes sur le tard parce que j’avais un peu trop lu les inrocks, ça ne m’a pas empêché d’aimer leur musique, tout simplement, ni de comprendre leur "message". J’ai cru percevoir un peu d’aigreur dans tes propos, genre "ils m’ont tout piqué et en plus ils ont rien compris" me trompè-je ? Mais si les droits d’auteur existent, personne par contre ne peut prétendre à l’exclusivité de ses goûts musicaux (ou alors il faut être vachement snob). Et si nous laissions les ados faire ce que nous avons tous fait avant eux : singer nos grands frères.

      [Répondre à ce message]

        Du rock "Bambi"

        3 mai 2006, par Thor [retour au début des forums]


        Plutôt d’accord avec cette dernière phrase. Et puis l’art n’est pas toujours obligé de s’occuper de politique ... il en deviendrait bien trop triste.

        [Répondre à ce message]

          Du rock "Bambi"

          4 mai 2006, par fabrice [retour au début des forums]


          "Et si nous laissions les ados faire ce que nous avons tous fait avant eux : singer nos grands frères."

          Tout à fait très cher !

          Les Beatles et les Stones se sont amusés à singer les rockers/bluesmen ricains, les Stone Roses ne cherchaient dans un premier temps qu’à sonner comme les Byrds, ...

          Et si un nouveau groupe ne va plus loin que copier un vieux groupe d’il y a 20 ans (oui oui...les Smiths, le Baggy, ...) mais que grâce à cela quelques types de 16 ans peuvent découvrir ces groupes, c’est tout bonus !

          Si j’ai écouté le Velvet ou Can, c’est grâce à Spaceman 3-The Byrds, par Ride-The Specials, via Blur-de la northern soul et The Jam, en écoutant Ocean Colour Scene-The Fall, par Elastica-... et la liste est longue...

          Donc cracher sur un groupe qui n’invente rien (mais qui respecte la "tradition"), jamais !

          [Répondre à ce message]

            Du rock "Bambi"

            23 août 2006, par benjitricky [retour au début des forums]


            Là où je ne suis pas d’accord avec Albin,c’est qu’il ne se rend pas compte que la plupart du temps,les ados n’écoutent pas de vieux groupes juste pour faire cool,la grande majorité des jeunes qui adorent Kasabian ne doivent meme pas posséder un album de Primal Scream !!

            cela dit,c’est compréhensible,moi à 15 ans je restais bloqué dans mon trip Cure-DM et je rejetais Nirvana par provoc’.

            tu ne peux forcémént pas demander a un kid qui n’a pas ton recul sur la musique d’en connaitre autant que toi meme s’il est vrai qu’ils peuvent en bouffer 50 fois plus que nous à leur age grace au net...le tout est d’attiser la curiosité sur ce qui en vaut la peine et de faire les bons choix,ce que je déplore juste c’est que souvent la curiosité n’est pas assez poussée chez les jeunes et qu’ils se contentent de choses facilement accessibles.

            j’adore Franz Ferdinand mais commence à rejeter toute cette vague de nouveaux groupes par ras-le-bol,ok mais une fois les phénomènes de mode passés je pendrai peut etre plaisir à ré-écouter Arctic Monkeys tout comme certains se sont mis aux Smiths une fois l’époque des néo-romantiques révolue,ça seul l’avenir nous le dira et meme si je suis d’accord sur le fait que beaucoup sont des groupes "jetables" qui ne dépasseront pas les 2 albums,l’histoire du rock ne manque pas de ce genre de petits groupes devenus indispensables bien après leur séparation.

            [Répondre à ce message]