Pop-Rock.com



Oh, le gros naze !

novembre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
C’est plein d’épinards !
La culture française, bientôt un détail de la Shoah ?
Lunettes noires pour nuits blanches
Linceuls blancs contre niqabs noirs
Let Love in !
Scoop ! Moins de brèves sur Morrissey en 2010 ?
The point of Hell was to stay underground.
Pourquoi nous sommes les meilleurs, et pas vous.
J’oscille entre dépression suicidaire et colère meurtrière ; je gagne donc ma vie en couchant (avec) mes états d’âme sur le papier.
Make it count !


Il est possible que quelques coincés du tympan se reconnaitront dans les lignes qui vont suivre et ils peuvent y voir un hommage sincère à leurs petites poussées d’acné quotidiennes. Nous constatons depuis moultes lunes un phénomène assez curieux sur Pop-Rock : une absence crasse d’ouverture au monde musical de la part de certains commentateurs (les autres sont tous beaux et intelligents, cela va de soi). Soit le fan de hype déteste le rock, l’adepte de dance hait le métal, etc. Si ces préférences personnelles restaient personnelles, nul grief à porter à ces amoureux transis de leurs beaux disques. Mais les amoureux transis ouvrent leurs gueules.

Et de là naquit une sourde incompréhension au vu de certains commentaires. Comment peut-on se dire ouvert et en bonne santé sans la moindre once d’acceptation de goûts (musicaux) divergents des siens propres ? Il n’est pas question d’interdire au peuple de penser que les Gun’s N’ Roses sont ringards et que The Human League sent la pisse, chacun est parfaitement libre de lancer ses piques comme il l’entend (si tant est qu’il est allé plus loin dans l’exercice que lire la bio du groupe dans Wikipédia). Seulement, lorsque la critique se fait systématique, basique et sans la moindre espèce de nuance, du genre, le métal c’est de la merde, la pop, ça pue, ça en dit long sur la taille du manche à balai que d’aucuns ont coincés dans le fion.

Il est tout aussi étonnant de constater que ces chers gueulards se retrouvent plus dans la sphère "popisante" de notre lectorat que dans la sphère "rockisante". Nous aurions plutôt songé à l’inverse, à savoir le métalleux beauf qui ne va pas aller plus loin dans ses recherches que du martelage de batterie et des refrains à la con, éléments qui remplissent sa vie de joie naïve, ça et son pack de bières caché sous son matelas pour que maman ne lui choure pas. Mais non, il est très rare que des adeptes des clous dans la veste se manifestent dans les forums pour critiquer un texte sur Roxy Music ou sur Coldcut. Il y eut bien l’ère Coosemans pour voir râler un peu les rockeux, mais rien d’aussi haineux ou méprisant. Rien de comparable à ce ségrégationnisme hallucinant qui charrie dans la fosse tout ce qui ne fait pas partie intégrante de leur petit milieu musical.

Vous pourriez arguer que ces abrutis de métalleux sont trop limités et extrémistes pour aller déchiffrer la chronique de certains albums aux contours moins primitifs que leurs skeuds de Manowar et Iron Maiden, et votre argumentation sur ce point est recevable. Il est cependant bien clair que personne ne les oblige à aller voir par là si ça peut leur plaire. Mais alors, pourquoi quelques cerbères de la musique propre sur elle vont aller se perdre en petits commentaires crétins sur des albums de groupes qu’ils n’ont jamais ou rarement écouté ?

Il nous semble que nous, chroniqueurs, sommes capables de pointer un mauvais album, un mauvais chanteur, un mauvais musicien, de reconnaitre que, bien qu’amateur de tel ou tel artiste, il a cette fois-ci fait paraitre un gros étron, référez-vous en ce sens à la brève consacrée à l’album Endgame de Megadeth et à la chronique qui le suivait (ici), les deux viennent de la même plume, l’un exprime une impatience un peu idiote, et l’autre une cruelle déception. Rien de fan beauf là-dedans, juste de la curiosité et ce qui résulte d’écoutes successives. Il n’y a pas de calculs savants ringardise/célébrité, seulement la volonté de faire connaitre aux lecteurs le point de vue d’un amateur sur un disque. Quel qu’il soit, selon l’envie du moment.

Quelques commentaires reflètent les vues limitées de personnes nourries à un univers musical dès le biberon et totalement incapables de s’ouvrir à autre chose, ou tout du moins de respecter une œuvre de musiciens qui ont fait un bon travail, même si dans un registre différent. La musique se nourrit d’influences, de métissage, de cultures. Si l’on suivait la logique de quelques tristes sires, nous aurions aujourd’hui un paysage musical d’une effarante platitude, moi tatapoum, toi dancefloor, l’autre violoncelles et cornemuse, puis le rappeur, puis le fan de folklore celte. Chacun dans sa chapelle, les oreilles bouchées de son propre sectarisme, que rien ne sorte de la pièce d’à coté. Et ça c’est triste, putain, vraiment triste.

Mais toi, le ducon de rédacteur, t’es aussi un sectaire, t’aimes ça et pas ça, tu chies sur eux mais tu glorifies ce gros truc de nazes, comment avoir de tels goûts de merde (traduisez par "comment avoir de tels goûts différents des miens qui sont les meilleurs de fait ?"). Faisons le tour de mon propre sectarisme alors, attention, name-dropping de compét’ à suivre :

Besoin de calme ? Self-portrait de Jay-Jay Johansson, besoin de détente, le Notorious de Duran Duran, ou Two suns de Bat for Lashes, je broie du noir, Closer de Joy Division, un brin de violence, allez, Digimortal de Fear Factory, réception à la maison, Isaac Hayes, Miles Davis, un peu de nostalgie, Uriah Heep ou les Doors, Harvest ou Fork in the road de Neil Young tiens, des envies d’ailleurs, Alan Stivell, Touré Kunda, Los Jaivas, du brutal de chez sanguinaire, Kill de Cannibal Corpse, du bien crétin, Gronibard, de beaux textes, Léo Ferré, Reggiani, du bon rock, Far from the pictures de Kat Onoma, de la bonne zique de plages, Jupiter de Starfucker.

Et tout ces artistes, aussi divers soient-ils constituent une culture musicale, qui varie au gré de vos journées et de vos occupations. On se lasse de l’un, on passe à l’autre, puis l’on y revient, sans heurts, par curiosité, l’appétit vient en mangeant, bouffer de la galette vous donne faim, vous ouvre l’horizon. Catégoriser à tout va est une sale baffe dans la gueule faite à la culture, et renier tout un pan de la musique sous prétexte que c’est pas comme moi j’aime est emmerdant venant de la part d’adultes soit-disant ouverts.

Laissez votre balai au placard.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 30 contribution(s) au forum.

idem pour les rédacteurs...
(1/8) 11 décembre 2009, par Stella
Oh, le gros naze !
(2/8) 24 novembre 2009, par HB
Oh, le gros naze !
(3/8) 24 novembre 2009, par Rico
Oh, le gros naze !
(4/8) 24 novembre 2009
Oh, le gros naze !
(5/8) 24 novembre 2009, par Un ex rédac chef qui aimait bien Heaven 17, en 1983
Oh, le gros naze !
(6/8) 24 novembre 2009, par Jérôme Delvaux
Oh, le gros naze !
(7/8) 24 novembre 2009, par MSK
Oh, le gros naze !
(8/8) 23 novembre 2009, par Weiland




idem pour les rédacteurs...

11 décembre 2009, par Stella  [retour au début des forums]

Nous constatons depuis moultes lunes un phénomène assez curieux sur Pop-Rock : une absence crasse d’ouverture au monde musical de la part de

... certains rédacteurs aussi, qui ne prennent même plus la peine d’analyser, d’argumenter (ou alors les arguments à deux balles).
Ok c’est visible dans certains commentaires, mais moi qui ne commente jamais je l’ai surtout noté dans les articles.
Une remise en question de votre part serait salutaire.

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009, par HB [retour au début des forums]

André Rieu vient de sortir un Very Best Of. Ce serait bien que qqun se dévoue pour une chronique sympa. Nous nous aimerions tous, ce serait bô…

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009, par Rico [retour au début des forums]

A Pop Rock, et c’est tant mieux pour nous, tant pis pour eux, on est victime de l’ouverture démocratique à la critique musicale. De l’acéphale agressif au benêt consensuel en passant par le pervers, souvent fin rhétoricien, ils se prennent des louches d’insultes au gré de commentaires libres. D’autres sites ne s’embarrassent pas de cette pollution en filtrant le graillon sans intérêt. Fan de métal et secretement amoureux de Britney (star déglingo trash par excellence), j’apprécie ce site pour son rôle social de déversoir assumé où dans le fond, la musique est certes mise valeur ou descendue avec talent par ses régisseurs, mais où l’interêt princeps réside en ce que ses détracteurs soient les premiers à s’y exprimer. Continuez, c’est trop bon...

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009 [retour au début des forums]

Bonjour Vincent,

je ne sais pas ce que tu en penses, mais, moi je trouve surprenant de constater que des gens qui sont sensés se détester (parce que pression du peer-group dans ton cas peut-être ?) n’ont finalement pas de valeurs aussi éloignées que çà.

Lis donc dans les archives de ce site l’édito de février 2009 intitulé ’Let Love In’, et apprécie comme Serge et toi avez des opinions en commun.(ne me tue pas serge, please, et compare les éditos :-))

J’ai surfé sur ton blog, j’ai surfé sur les liens attachés à ton blog, je te suis sur pop-rock et je ne peux qu’en conclure qu’une chose : ta vie me semble fort intéressante, et tu sembles aimer sincèrement ce boulot de chroniqueur rédacteur.

Tenter d’expliquer ceci à Jérôme et Yû s’est avéré vain, et je pense qu’il y a vraiment des chances que tu comprennes le message : arrête les guerres et les réglements de compte si tu aimes pop-rock. Investis tes énergies dans des choses qui en valent la peine. Arrête ce nivellement par le bas.

Serge n’est pas l’antéchrist, et Jérôme, à mon humble avis, est désorienté. Il a oublié (ou refoulé) le fait que Serge a, pour la bonne cause, assuré le même boulot que tu fais toi ici et maintenant.

Tu n’es vraiment pas obligé de surenchérir dans cette escalade malsaine.

Sauve Pop-rock !!

Salutations Sincères

Mathieu

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009, par Un ex rédac chef qui aimait bien Heaven 17, en 1983 [retour au début des forums]

Tant de mots pour un message si simple : tu te cherches une légitimité et tu doutes. Point. Barre.

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009, par Jérôme Delvaux [retour au début des forums]

D’accord avec le point de vue qui est défendu.

Au sujet de l’ouverture d’esprit des métaleux, j’ai souvent été étonné de constater qu’ils sont finalement nombreux à avouer écouter de la pop, même la plus commerciale. Ce qui n’est pas le cas des fans d’indie, qu’il s’agisse d’indie-pop ou d’indie-rock.

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

24 novembre 2009, par MSK [retour au début des forums]

Un article de salubrité publique ! Merci pour votre effort d’ouverture culturelle et votre volonté de garder cet état d’esprit sur ce site.

Il est clair que cet effort va à contre-courant du cloisonnage généralisé auquel on assiste de plus en plus ces derniers temps...

Rédacteurs de la presse libre, tenez bons !

[Répondre à ce message]

Oh, le gros naze !

23 novembre 2009, par Weiland [retour au début des forums]

Et quand ces même gens ne passent pas leur temps à pourrir un groupe on a droit au désormais classique " Mon Dieu, Yû est une honte au métier de chroniqueur !! Abattez-le. " Bah merde quoi, je lis pop-rock mais je suis pas un con. Les autres lecteurs pourraient en faire autant, non ? ( et là je me prépare à recevoir un torrent d’insultes, d’objets coupant en tout genre, de menaces de mort etc...)

[Répondre à ce message]