Pop-Rock.com



Make it count !

vendredi 1er octobre 2010, par Yû Voskoboinikov

DANS LA MEME RUBRIQUE :
C’est plein d’épinards !
Un-dead, un-dead, un-dead
POP-ROCK 2009
Scoop ! Moins de brèves sur Morrissey en 2010 ?
Lève ta jambe, mon poisson est mort.
Oulala, ça balaye, ça fouette !!!
"Yû, je n’ai pas ton adresse ?"
Maison Delvaux, pour vous servir.
Et si l’iPad ne remplaçait jamais le papier ?
Pop-Rock Wars. La saga.


Parmi les nombreuses théories me permettant de bien gagner ma vie, comme celle de l’éclairage optimal de la peau tendue d’un foutoir hors-norme, il en est une que je nomme assez platement Pourquoi faire simple lorsqu’il est possible de faire compliqué  ? Non pas que j’aime particulièrement « me prendre la tête » — les pieds étant plus indiqués pour cela —, mais il me semble important de garder à l’esprit que la simplicité se mérite, et que pour s’en montrer digne, il faut d’abord maîtriser la difficulté. Plus prosaïquement : avant de laisser Ockham nous raser, il faut sa barbe laisser pousser.

Cela peut s’illustrer au travers de mon parcours de monteur de disques, qui s’est fondamentalement déroulé en trois étapes.

La première fois, j’étais dans la cave d’un bar métal parisien, à l’époque où il n’était pas encore envahi par les bobos, et où il y avait deux patrons. Ce soir-là, le second était d’ailleurs complètement fait, au point de m’attraper par le col pour me planter devant un iMac à tube cathodique afin que j’assure l’ambiance musicale. N’ayant jamais fait cela de ma vie, je lui ai dit en toute sincérité : « Pas de problème ! »

Et j’ai donc attaqué un mix punk en utilisant iTunes et une souris à un bouton, découvrant progressivement tout ce que l’ordinateur contenait de musique barbare. De fait, et hormis un raté mémorable, je pense m’en être plutôt bien sorti, respectant même la tradition locale voulant que l’on diffuse un Morricone en guise de conclusion. Enfin, au départ, j’avais mis Space Oddity de David Bowie (ex-Dieu), mais il s’avère que, de toute la soirée, c’est le titre qui a le plus rempli la piste de danse, sous les regards authentiquement horrifiés des serveurs désireux de rentrer chez eux au plus vite.

(Et je maintiens que si le second patron a été remercié quelques jours plus tard, cela n’a rien à voir avec moi.)

J’ai déjà longuement parlé de ma deuxième expérience lors d’un éditorial précédent. C’était à Brixton, Angleterre, dans un bar branché au sens souterrain du terme — aucun Londonien bobo ne descend en dessous de la Tamise, c’est bien connu — et j’ai cette fois-ci utilisé mon iPhone agrémenté des disques compacts présents sur place. Indéniablement, je progressais vers un professionnalisme confondant.

La troisième — et probablement dernière — fois fut à Bruxelles-Village, Belgique, le 11 septembre dernier. Là, j’avais décidé de sortir le grand jeu : mon MacBook agrémenté d’un logiciel dédié, et aucune préparation. Oh, j’ai bien commencé à lire le mode d’emploi durant le concert de Texas Trauma, mais cela m’a rapidement ennuyé, et j’ai abandonné vers le troisième mot. Mais d’après tous les échos qui me sont parvenus, tout le monde était content. Comme quoi, personne n’a vu que j’apprenais à utiliser l’application en même temps que je m’en servais.

(Au passage, une mention spéciale à cette dame ayant passé la majeure partie de son temps assise au comptoir à compulser des magazines. Comme quoi, je pensais être sinistre, mais je ne suis en fait qu’un petit joueur.)

Et après ?

Et bien, j’ai appris à monter efficacement des disques, et je me sais maintenant capable de mettre le feu à Tôkyô, donc partout dans le monde. Du coup, lorsqu’il m’a été demandé d’animer une soirée dans ce club parisien dont le nom m’échappe continuellement, j’ai refusé. Car le concept de rasoir a ceci de génial qu’il sert aussi à s’arrêter à temps, c’est-à-dire avant de se prendre les pieds dans le tapis. En bon drogué aux endorphines, je ne dis pas que je ne recommencerai jamais. Seulement, et c’est bien là la seule chose qui m’a fait accepter de venir à Bruxelles-Village ce jour-là, j’avais envie de me confronter au public dans la position la plus vulnérable possible — soit : aux platines —, et de voir qui aurait le courage de venir me juger en face à face.

Dommage pour ceux qui ne sont pas venus, car il n’y a pas que la bière qui a coulé à flots.

(Parait-il.)



Répondre à cet article

Yû Voskoboinikov





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Make it count !
(1/3) 2 octobre 2010
Make it count !
(2/3) 1er octobre 2010, par Pic de la Farandole
Make it count !
(3/3) 1er octobre 2010




Make it count !

2 octobre 2010 [retour au début des forums]

CHIANT ET INUTILE ! comme tous les torchons que Yû pond sur pop-rock

[Répondre à ce message]

    Make it count !

    3 juin 2016, par kit quarteto [retour au début des forums]


    Kit Quarteto mágico Dr Lair Ribeiro Compre o Kit completo com Óleo De Coco e Ômega 3, Carthamo Health e Magnésio Dimalato você ganha também dois ótimos livros que serão enviados para o seu email que vai ajudar você ter uma vida saudável e em harmonia de impressos, e vem sendo procurou uma das palavras utilizado desde aparência similar a de um texto legível predefinidos conforme necessário, fazendo deste o primeiro no http://www.nutralimentosaude.com.br/ Kit Quarteto mágico Dr Lair Ribeiro conheça o óleo de coco original do kit.

    [Répondre à ce message]

Make it count !

1er octobre 2010, par Pic de la Farandole [retour au début des forums]

Références banales, idiotes, grotesques alors que tu escomptes qu’elles épatent le quidam.

Tu as le niveau d’un ado qui commence à lire, en dehors du programme imposé, des oeuvrettes uniquement pour l’effet qu’elles sont censées lui conférer alors que les gens un brin cultivés s’en sont détournées depuis longtemps.

En plus de cela, tu écris mal et de manière indigeste.

Au fond, sous un vernis de provocation de fond de bus scolaire, tu es un minable inculte.

Je me disais également que porter une caméra de prisu pour permettre à la plèbe de constater à quel point JDelvaux a une sale tronche, une sale bouche et est incapable de s’exprimer après une canette de bière pils, cela révélait le nadir de ta pensée.

[Répondre à ce message]

Make it count !

1er octobre 2010 [retour au début des forums]

Argh ! L’illustration ne laisse pas indifférent. D’où vient-elle ?

[Répondre à ce message]