Pop-Rock.com



New Order : "511"
Live @ Finsbury Park, 09/06/2002

samedi 17 mai 2003, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Vincent Delerm : "Un soir boulevard Voltaire"
Male or Female : "Primitive reflections twisted from mind"
Camouflage : "Live in Dresden"
U2 : "PopMart"
Nick Cave & The Bad Seeds : "The abattoir blues tour"
Jeanne Cherhal : "à la Cigale"
Morrissey : "Who put the M in Manchester ?"
David Gilmour : "Remember that night - Live at the Royal Albert Hall"
Incubus : "Alive at Red Rocks"
Jean-Louis Aubert : "Ideal tour"


Véritable phénomène de société en Angleterre depuis deux décennies, New Order ne jouit pas de la même notoriété en Belgique ou en France. Dommage, le groupe des ex-Joy Division a navigué, selon les albums, entre The Cure ou Human League. Sans toutefois jamais s’encombrer d’un décorum ou de mises en scène superflues.

On est surpris, limite déçus, de les voir arriver sur scène en casual, t-shirt, jeans et baskets. Ces gars-là sont authentiques et n’ont pas besoin, ni envie, de théâtraliser leurs prestations. En tant que membres fondateurs de Joy Division, le groupe le plus mythique de l’histoire du rock (avec The Doors et Velvet), comment ne pas se sentir indestructible ? De Joy Division, il en sera beaucoup question durant ce concert en plein air, devant cinquante mille personnes. Ils en joueront pas moins de cinq chansons (pour onze de New Order, d’où le titre 511), et ce pour la première fois depuis près de vingt-cinq ans.

Autour du toujours fringuant Bernard Sumner au chant et à la guitare, on retrouve bien sûr Peter Hook à la bass, Stephen Morris à la batterie. Phil Cunningham fait de son mieux pour remplacer Gillian Gilbert, toujours indisponible, au clavier ou à la guitare, selon les morceaux. Il s’en sort plutôt bien, mais le héros de la soirée est, comme souvent, Hooky, sans doute le meilleur bassiste au monde. Il saute d’un côté à l’autre de la scène, crie, chante, rigole avec ses roadies, dédicace Ceremony à Dee Dee Ramone, décédé un peu plus tôt. Il rappelle surtout, lors de titres comme She’s lost control ou Transmission, qu’il fut le bassiste le plus original et le plus puissant de la décennie 80.

Le public est aux anges et on le comprend. Le quatuor, rejoint par une choriste pour certains morceaux, enchaîne des titres du dernier album Get ready (Crystal, 60 MPH, Close range), des tubes de New Order, toutes périodes confondues (Bizarre love triangle, True faith, Blue monday,...) et de Joy Division (Love will tear us apart, Atmosphere, Digital,...) L’interprétation de ces dernières par Sumner, en lieu et place de Curtis, ne choque pas car il est très fidèle à la version originale et fait son possible pour que son timbre de voix en soit le plus proche possible. Il faut y voir un hommage plus qu’autre chose. Dans les bonus du DVD, Bernard confie quel bonheur c’est pour lui de réinterpréter ces titres et de souligner l’incroyable talent de songwriter de celui qui mis fin à ses jours en 1980.

Pour le public, en super forme malgré la pluie, des morceaux comme Love will tear us apart tournent à la célébration du mythe. Les passages constants du rock à l’électro ne semblent pas les déstabiliser. Les membres du groupe, bien que très concentrés, sont là pour s’amuser. Ils font mine d’abandonner Sumner au moment d’entamer Temptation. Peter, puis Bernard, essaient en vain de déconcentrer Phil Cunningham, absorbé par ses parties de claviers. Sur Bizarre love triangle, débarrassé de sa guitare, Sumner danse comme un clubber éméché d’Ibiza. Pour Digital en rappel, il invite l’acteur anglais John Simm, une superstar de l’autre côté de la Manche, à venir chanter le refrain « day in, day out... » avec lui. Bref, ces quadragénaires s’amusent comme des petits fous et démontrent que la jeunesse est un état d’esprit.

Sur un bonus, des fans racontent comment ils consacrent toute leur vie au groupe, pour les suivre en tournée, le plus longtemps et le plus loin possible. Après avoir vu ce concert d’une heure et demi, il n’est pas difficile de comprendre ce qui les pousse à agir de la sorte. New Order respecte son public, comme peu de formations actuelles. En panne d’inspiration de 1994 en 2001, ils ont préféré ne pas sortir d’albums et se produire chacun de leurs côtés. Leur retour au premier plan ne s’explique pas des impératifs financiers, mais par le désir d’encore prendre du plaisir et en donner aux millions d’adeptes de l’Ordre nouveau. Si vous n’en faites pas encore partie, ce DVD risque bien d’achever de vous convertir.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 2 contribution(s) au forum.

New Order : "511"
(1/2) 1er août 2016
> New Order : "511"
(2/2) 5 mars 2004, par Martine




New Order : "511"

1er août 2016 [retour au début des forums]

I agree of this review. Any fan could never miss this album. - Gary McClure

[Répondre à ce message]

> New Order : "511"

5 mars 2004, par Martine [retour au début des forums]

Je suis tout à fait d’accord sur New Order. Par contre, ce DVD m’a plus que déçue, et ne m’a donné aucune envie de les voir en concert. Bernard y crie plus qu’il ne chante, et pour un grouoe de ce gabarit, il est étonnant qu’ils ne soient pas plus professionels que ça...

Donc vive New order, mais en studio !

[Répondre à ce message]