Pop-Rock.com



KMFDM : "Beat by beat by beat" + "Sturm & drang Tour"
Coup double

lundi 26 janvier 2004, par Jérôme Prévost

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Jeanne Cherhal : "à la Cigale"
Mathieu Boogaerts : "2002 en concert solo"
Iron Maiden : "Live after death"
The Human League : "Live at the Dome"
Camouflage : "Live in Dresden"
Morrissey : "Who put the M in Manchester ?"
Male or Female : "Primitive reflections twisted from mind"
Ministry : "Sphinctour"
Thierry Ardisson : "La boîte noire de l’homme en noir"
Morrissey : "Live in Dallas"


Double chronique pour ces deux DVD du mythique groupe aggro-industriel. L’un cible le passé du groupe, l’autre son présent... A vous de voir !

BEAT BY BEAT BY BEAT

Ce DVD reprend tout d’abord l’intégralité de la VHS Beat by Beat, sortie en 1997 peu avant la fermeture du site KMFDM et la séparation du groupe, Sascha Konietzko partant pour l’aventure MDFDK... Cette vidéo permettait de retrouver les clips du groupe, ainsi que des images du groupe en tournée. Cette première partie dure 62 minutes.

- Somewhere in America : arrivée du road crew dans une salle de concert, sortie du matériel, montage de la sono, puis arrivée du groupe sur scène, qui nous joue Disobedience.
- A Drug Against War : ce clip permet de retrouver les dessins de Brute, le designer officiel des pochettes des disques de KMFDM, ici animées de manière simple mais efficace. Ce clip fut le seul diffusé en France, à une époque où la seule chaîne soi-disant musicale osait passer des vidéos dites "underground" en pleine nuit.
- Money : court-métrage sympathique, où l’on voit Sascha jouer un dealer de drogue roulant en décapotable, croulant sous les dollars et buvant du Champagne, avant d’être arrêté par la police et mis en prison. Mineur mais distrayant.
- More & Faster : tout d’abord joué en live, après une interview d’un ingénieur du son du groupe. Le clip qui suit n’a que pour seul intérêt le fait de pouvoir voir En Esch avec des cheveux, image toujours surprenante. Pour le reste, on voit le groupe se promener sur un port pour une séance photo, pendant que défilent des dessins animés façon Terry Gilliam pour les Monty Python.
- Son of a Gun : encore un clip basé sur les images de Brute, mais cette fois incluses dans des décors en 3D qui auraient mérité un peu plus de travail. Le résultat n’est pas à la hauteur de la chanson, tout simplement excellente.
- On enchaîne avec une interview de Sascha et d’un autre ingénieur du son, celui-ci nous disant : "31 concerts en 32 jours : si cela ne fait pas de vous un homme, rien ne le fera". Entendre des gens décrivant une tournée comme du travail, cela change du discours habituel mentionnant drogues et femmes nues...
- Vogue : excellent clip où l’on voit Sascha chantant sur un bateau dans la baie de New York, pendant que En Esch, simplement vêtu d’un string et de collants, erre le regard halluciné dans les rues de la ville. Ca na l’air de rien, me direz-vous, mais En Esch à moitié nu et filmé en noir et blanc, ça vaut largement Bruno Kramm de Das Ich ou Mortiis !
- Juke-Joint Jezebel : plutôt que de reprendre les images du film Mortal Kombat où figurait la chanson, le groupe a décidé de mixer des images de concert avec des extraits de l’anime japonais Patlabor I (du réalisateur de Ghost in the Shell, Mamoru Oshii). On ne voit pas trop le rapport, mais le résultat est très efficace. Reste à se demander comment les japonais ont pu accepter de céder les droits de cet anime à un groupe pareil !
- De nouveau une interview d’un ingénieur du son, puis un live de Godlike.
- Naive : vous filmez des plans sans intérêt au caméscope, vous passez le tout derrière des filtres colorés ridicules, et vous mettez en fond musical le dernier single de votre groupe. Le résultat ? Une vidéo réalisée par En Esch. Il aurait peut-être dû rester couché ce jour-là.

Pour la suite de ce DVD, le groupe nous propose des bootleg videos...

$$ Tour Palo Alto 1992 (28 mn) : pour une vidéo pirate, le résultat est convaincant : deux caméras bien placées et un son très correct. Vous ne verrez là aucun jeu de lumières, aucun décor, aucune projection derrière la scène : le groupe semble jouer dans un club très exigu et se concentre sur la musique. L’exécution des chansons est parfaite et permet de retrouver des titres rarement joués aujourd’hui. Rien (à part la chemise de Günter Schultz qui pourrait le faire passer pour l’un des membres de Scorpions) ne laisse penser que ce concert a été filmé au début de l’ère moderne de l’électro-indus. Quelques excellents moments dans cette courte demi-heure, notamment quand une spectatrice court vêtue monte sur scène, désireuse visiblement de faire du stagediving : En Esch la retient par la ceinture de son short, chante collé à elle, puis la pousse brutalement dans le public sans lui demander son avis. Jouissif.

$$ Tour Chicago 1992 (50 mn) : si Ministry avait eu suffisamment d’argent pour filmer dans cette même ville leur vidéo live In Case You Didn’t Feel Like Showing Up en 1989, les finances du label Wax Trax n’allaient pas assez bien en 1992 pour donner les mêmes moyens à KMFDM. On se contentera donc de cette vidéo pirate, qui a malheureusement plus une valeur documentaire qu’autre chose. La scène est plongée dans la pénombre et les éclairages sont rares : autant dire qu’on ne voit presque rien. Qui plus est, la VHS d’origine n’ayant pas permis un transfert optimal, le noir tire sur le vert... Le résultat est particulièrement frustrant.

Live in Dallas 1990 (65 mn) : après une interview de 15 minutes du groupe, assis à table en train de manger, nous avons droit à des images volées de ce concert de 1990. Une seule caméra, placée sur la droite de la salle - les images sont meilleures qu’à Chicago mais le son un peu plus faible. Là encore, des chansons aujourd’hui assez rares, très bien jouées.

Music Videos : on trouve là les clips déjà vus dans la section Beat by Beat, mais sans les interviews. En bonus, le clip du single Megalomaniac, qui avait été diffusé sur MTV sans autorisation du groupe. Un excellent clip, où l’on voit Sascha chanter face à la caméra, tel le leader d’un groupe terroriste. (On y voit aussi une jeune femme en tenue légère torturer un homme, ainsi qu’une infirmière qui embrasse l’écran, mais c’est une autre histoire).


STURM & DRANG TOUR 2002

Atmosphère bien différente pour le KMFDM version 2002 : tout d’abord, Lucia Cifarelli, rescapée du projet MDFMK, impose sa présence sur scène comme aucune des choristes précédentes du groupe ne l’a jamais fait. Une présence vocale, tout d’abord, et surtout une présence à l’écriture, car elle compose - chose inédite. Pour une fois, la femme chez KMFDM n’est pas qu’un gadget. Ensuite, les musiciens : pour assister Sascha et Raymond Watts (Pig), on peut trouver William Rieflin : batteur de génie vu chez Ministry et les RevCo, mais ici à la basse ! Autour d’eux, trois anglais issus du line-up récent de Pig. Voilà le groupe sous domination anglaise... et on ne s’en plaindra pas, vu l’énergie déployée. Si l’on retrouve plusieurs titres tirés de l’album Attak, on y entend quelques titres plus anciens, remixés efficacement à la sauce actuelle... On notera surtout de grandes versions de Wrath et Godlike, et un Chris Connelly invité à chanter sur Rules comme en 1996...

Pour éviter de sortir un bête DVD live, Sascha se retrouve avec la même idée que Ministry pour son Sphinctour : compiler plusieurs concerts à l’image. Mais si Ministry avait monté les 60 concerts de leur tournée, KMFDM n’en montre que 4 sur les 31 du Sturm & Drang Tour. Si cela donne moins mal à la tête, c’est aussi moins visible : parfois, seule la tenue de Lucia peut indiquer qu’on vient de passer d’un lieu à un autre. Sinon, le principe reste le même : un plan provient d’un concert, le plan suivant d’un autre, tandis que le son reste synchronisé. Entre chaque titre, on peut voir le groupe discuter dans le bus, donner des interviews, acheter à manger dans les stations-service, s’amuser comme des gosses... Si le groupe a toujours aimé partager son temps avec les fans, il leur ouvre ici les portes de son intimité. Et il ne s’agit pas juste de quelques minutes volées : si vous laissez tourner le DVD après le générique de fin, vous aurez droit à 25 minutes supplémentaires de ce "reportage". En bonus, le clip de Attak/Reload, avec invasions de robots à foison...

Côté image : rien à dire : les couleurs claquent à l’écran sans défauts visibles. Le son, bien qu’en simple stéréo, est très bien mixé et fait son effet. Seul problème : un menu hideux où le choix des titres se fait de manière particulièrement laborieuse...

Bilan : si le premier DVD s’adresse principalement aux fans et aux curieux, le second permet de se familiariser avec le répertoire moderne du groupe et de se faire une idée de ce qui se passerait lors d’une éventuelle tournée européenne... N’est-ce pas, Sascha ?

Beat By Beat By Beat : DVD All Zone (NTSC) sorti en 2001 chez Wax Trax / TVT. Durée totale : 4 heures. Tracklisting de Palo Alto : Liebeslied / Virus / Money / UAIOE / Don’t Blow Your Top / Split. Tracklisting de Chicago : Money / Sex on the Flag / Naïve / Vogue / Friede / En Esch / Sucks / Go to Hell / Godlike / Blitzkrieg / Achtung. Tracklisting de Dallas : En Esch / Don’t Blow Your Top / UAIOE / Rip the System / More & Faster / Friede / Virus / Murderer / Disgust / Crazy Horses / Godlike.

Sturm & Drang Tour 2002 : DVD All Zone (NTSC) sorti en 2003 chez Metropolis. Durée du concert : 80 minutes. Durée des bonus : 30 minutes. Tracklisting : DIY / Attack/Reload / Dirty / Ultra / Boots / Yohoho / Rules / End it, Fuck it, Forget it / Sturm & Drang / Megalomaniac / Flesh / Wrath / Godlike / Spit Sperm.



Répondre à cet article

Jérôme Prévost