Pop-Rock.com


Luxembourg, Den Atelier, 13 janvier 2005
I Am X
Monsieur Corner

dimanche 16 janvier 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Einstürzende Neubauten
Jean-Louis Murat
Verone + SvenSson
Maxïmo Park
Sharko + Skweeze Me Pleeze Me
The Cure
Queen Adreena
The Arcade Fire
The Dresden Dolls + Teen Machine


Certes, je n’ai aucun mérite, puisque j’ai eu l’incommensurable honneur de pouvoir faire la première partie d’I Am X avec Overcast ; j’ai toutefois hésité longuement avant d’écrire une chronique sur cette prestation scénique inoubliable. Au plus près de la préparation de ce concert, première date d’une petite tournée au Benelux, je me suis dit qu’il ne serait pas objectif, voire anti-déontologique de pouvoir faire la chronique d’un tel événement. En toute objectivité pourtant, je vais tenter de vous démontrer pourquoi I Am X est bien plus qu’un simple projet solo de Chris Corner.

Etant vivement touché par le travail créatif des Sneaker Pimps, j’avais pourtant acheté l’album d’I Am X non sans circonspection. Etant déjà en partie déçu par les travaux solo d’autres artistes émérites - moyennement convaincu entre autres des albums de Dave Gahan ou de Veljanov -, j’ai fait l’acquisition de Kiss + Swallow en pensant simplement qu’elle permettrait au collectionneur que je suis de remplir sa discographie. Et puis, j’ai compris que ce projet était bien plus qu’un simple caprice d’artiste torturé en mal d’inspiration : une véritable bombe à retardement. I Am X réinvente l’électro et, sur scène, la formation réinvente la façon de jouer de l’électro devant un public.

Petite touche intéressante : la présence d’un écran permettant la projection de vidéos. Chaque chanson est représentée par quelques bidouillages visuels se situant quelque part entre amateurisme génial et culture pop underground. Si Your joy is my low est incarnée à l’écran par un petit lapin rose, You stick it in me bénéficie d’une image héritée d’un porno japonais, à savoir un œil subissant les assauts humides d’une langue affectueuse. Si l’image peut choquer (et elle l’a fait), elle représente parfaitement l’univers de Chris Corner, entre sexualité, torture, toujours à la limite de la douleur, du plaisir et de l’étrange.

Ce sont des professionnels : ils mettent longtemps à se préparer et choisissent avec grand soin leurs tenues ; ce soir-là, Sue Denim (également connue pour ses contributions dans Robots In Disguise) était en tenue rose collante, James apparaissait avec veste grise et cheveux en bataille, et le charismatique Chris resplendissait dans un ensemble blanc moulant. Défilé de mode ? Pas si sûr. Si I Am X soigne le look, c’est pour mieux étoffer le jeu de scène. Chris est un diable d’une extravagante sensualité : bouteille de vin à la main, le voici qui mime des postures sexuelles et présente ses musiciens en les caressant. Sur Mercy, sa prestation est poignante : il s’agenouille, chante et donne tout, comme s’il voulait demander pardon au public. Vous êtes tout pardonné, Monsieur Corner. Sue fustige quelques insultes en français à un auditeur un peu trop vindicatif. Après un « tais-toi » retentissant, elle l’assomme d’un « nique ta mère », suivi d’un « va te faire foutre ». Le ton est donné. De l’électro-pop, oui, mais un concert rock’n’roll, à mi-chemin entre les cultures alternatives berlinoises et un David Bowie qui aurait demandé quelques conseils de folie à Björk, période Homogenic. Chris Corner est ce qu’on peut appeler une diva, et ce n’est pas son apparente androgynie qui contredira le terme. Les titres s’enchaînent et font mouche : la musique vit, existe, et son organe principal est la voix de Chris. Heatwave est transcendée, Chris effectue des mouvements de robot et fond sur son Korg avec la célérité d’un lézard. Sur Kiss + Swallow, le single évident, la foule scande « echo echo ». La messe est dite.

J’étais parti pour écouter quelques titres avant de repartir en backstage, m’attendant à des versions similaires des morceaux figurant sur Kiss + Swallow - avec pour seule variante un bruit de foule. J’ai été surpris et je suis resté jusqu’à la fin. Rarement un concert m’avait autant remué. Malgré une différence très nette de registre, il m’est possible de comparer Chris Corner à Jaz Coleman, pour ce qui est de l’intensité de sa prestation. Je n’écouterai plus jamais l’album d’I Am X de la même manière : dorénavant, il me manquera la scène.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 10 contribution(s) au forum.

I Am X
(1/3) 28 octobre 2005, par tatanka
> I Am X
(2/3) 19 janvier 2005
> I Am X
(3/3) 17 janvier 2005, par cyanure




I Am X

28 octobre 2005, par tatanka [retour au début des forums]

Le ton est donné. De l’électro-pop, oui, mais un concert rock’n’roll, à mi-chemin entre les cultures alternatives berlinoises et un David Bowie qui aurait demandé quelques conseils de folie à Björk,
Mais ou vas tu chercher cela ? quelle chronique désastreuse !
c’est vraiment tellement mauvais comme remarque, des comparaisons vraiment lourdes !

[Répondre à ce message]

> I Am X

19 janvier 2005 [retour au début des forums]

Comme chaque concert d’Iamx, magnifique..Mais attention, ils sont tous aussi géniaux, mais tous aussi différents..Le show à Huy avait des allures mégalo, alors que le show de Silly était bien plus intime..
En tous cas, Sergio s’est très bien arrangé pour faire de son annif une fête inoubliable..J’ai eu la chance de découvrir jéronimo, et de terminer la soirée en beauté dans les loges et bars du backstage..je ne vais pas trop me pleindre.

PS : J’ai aussi rencontré Frédérick le photographe, pas mal du tout son expo !

[Répondre à ce message]

    > I Am X

    6 février 2005 [retour au début des forums]


    Eh bien ! je viens seulement de lire ce message. Mon ego te remercie pour ce compliment ! LOL
    Tu étais backstage ? Mais qui étai-stu parmi cette faune d’alcoolique ? ReLOL

    [Répondre à ce message]

> I Am X

17 janvier 2005, par cyanure [retour au début des forums]

Lorsqu’on écoute l’album, il y a comme un manque. La musique d’I Am X prend une dimension différente en concert, je ne me lasserai jamais de le voir sur scène.

[Répondre à ce message]