Pop-Rock.com






Vus en live : Albin Wagener & Monotonix
samedi 16 juin 2007

Alors que le slogan "Sauvez Binbin" a terminé de faire le tour du net et s’est éteint comme un feu de camp sur les plages bretonnes, Albin Wagener tente de prendre son destin en mains et de faire mentir le compteur du fameux blog qui cherchait à déterminer le nombre de jours qui allaient s’écouler jusqu’à la prochaine apparition live de l’ex-chroniqueur de Pop-Rock. Et bien, elle est arrivée, cette date, et pas nulle part : à la Flèche d’Or, la fameuse salle parisienne dont tout le monde parle. Albin Wagener a décidé de faire ses premiers pas à Paris lors d’une soirée "indie rock" organisée par la salle le samedi 9 juin, sous la coupe de la tête d’affiche Nick Garrie, nouveau chouchou des Inrockuptibles.

Ne lançons pas la pierre trop vite : remplir la Flèche d’Or un samedi soir n’est pas chose aisée. Chose assez étrange, alors qu’en province il convient de célébrer un samedi soir, à Paris, les concerts se font plutôt en semaine. Il a fallu l’arrivée d’un Nick Garrie et de sa guitare andalouse pour ameuter un public qui semblait être plus passé là par hasard que pour le retour de celui qui a tourné avec Cat Stevens et Leonard Cohen. Albin a donc joué, avec son clavier Gabriel Talent, devant une poignée de personnes curieuses de découvrir un phénomène qui lui était jusque-là inconnu. Les comparaisons ont alors fusé : de Johnny Clegg (!) à Bryan Ferry, rien n’a épargné Albin Wagener qui a tout de même tenu bon, agrémentant sa set-list d’une reprise de Joy Division (interpellant la salle, en leur demandant "vous connaissez Joy Division, quand même ?", Albin n’a pas obtenu de réponse, ce que je laisse à votre libre interprétation). Il fallait une date parisienne, il fallait une salle réputée pour qu’Albin prenne conscience des différentes étapes qui lui restent à parcourir. La réalisation du clip de Smell of winter, confiée à la réalisatrice américaine Nikki Petersen, se fera dans deux semaines, juste avant une autre date parisienne à l’OpA Bastille. On regrette juste l’absence totale de communication et de publicité autour du concert qui aurait pu garantir à Albin un meilleur accueil pour sa prestation. A défaut d’avoir eu le soutien du public, Albin a gagné celui de ses pairs, en rentrant sous la coupe de Nick Garrie.

Alors qu’Albin prenait une vodka au bar, le groupe israëlien Monotonix (la photo) commençait à tergiverser avec le personnel de la Flèche d’Or au sujet du placement scénique : le groupe n’en voulait tout simplement pas. Une batterie ramenée au strict minimum et facilement déplacable a été posée négligemment au milieu de la salle. Alors que le public formait un cercle autour de ces troublions barbus et frisés en provenance directe de 1974, moustaches et pantalons pattes d’eph compris, ils mirent, littéralement, le feu aux cymbales. Note pour plus tard : à Tel-Aviv, on ne rigole pas avec la pyromanie. Après s’être arrosé d’essence, roulé par terre sur le bar, renversé un saladier de mojito et de citron vert sur le sol, le chanteur a craqué une allumette. Le public, mi-amusé mi-paniqué, a reculé de quelques pas, mais malheureusement, à un concert de Monotonix, les chances de finir sur les épaules du chanteur sont assez élevées, aussi élevées que celles de voir le batteur monter sur sa batterie et se faire soulever par l’ensemble du public. Après avoir mis le feu au sol et avoir invoqué les dieux du glam-rock (encore une fois, littéralement), kidnappé deux-trois jeunes filles apeurées et distribué des fûts (en feu), Monotonix quitta les lieux. Le staff de la Flèche d’Or, pâle, affolé, contemplait alors un désastre logistique. Le public, lui, contemplait les vestiges d’un des meilleurs concerts qui eût lieu dans cette auguste salle : jouissif, cathartique et primaire, Monotonix a prouvé qu’il restait encore des dignes héritiers du garage-rock, ayant inspiré trop d’essence et fumé trop d’herbe, n’ayant pas peur de se rouler torse nu dans de l’alcool en feu et déterrant les croyances de l’interaction groupe/public. La séance de prière collective a porté ses fruits : ce soir-là, les Parisiens sauront qu’il faut colporter la bonne parole du rock en dehors des frontières habituelles.

Sarah El Jabri



Répondre à cette brève


LES AUTRES BREVES
DE CETTE RUBRIQUE :

dimanche 3 avril
Le bilan trimestriel du taulier
mercredi 3 novembre
La F.A.Q. de Pop-Rock en vidéo : "Les insultes postées par les lecteurs atteignent-elles les chroniqueurs ?"
mercredi 27 octobre
La F.A.Q. en vidéo : "Les départs d’anciens rédacteurs ont-ils affecté Pop-Rock ?"
mercredi 20 octobre
La F.A.Q. en vidéo : "Pop-Rock a-t-il souffert d’amalgames avec le blog de Delvaux ?"
mercredi 13 octobre
La F.A.Q. de Pop-Rock en vidéo : "Pourquoi avoir nommé rédacteur en chef le plus grand détracteur du site ?"
mercredi 6 octobre
La F.A.Q. de Pop-Rock en vidéo : "Comment les chroniqueurs sont-il payés ?"
mercredi 29 septembre
La F.A.Q. en vidéo : "Pop-Rock est-il un site d’extrême droite ?"
mercredi 22 septembre
La F.A.Q. de Pop-Rock en vidéo : Suite.
mercredi 15 septembre
La F.A.Q. de Pop-Rock en vidéo : Introduction
mercredi 18 août
Incitations au meurtre de policiers : les rappeurs n’ont pas dit leur dernier mot





Vus en live : Albin Wagener & Monotonix
18 juin 2007, par Debbie Pinson
Vus en live : Albin Wagener & Monotonix
18 juin 2007, par françois




Vus en live : Albin Wagener & Monotonix

18 juin 2007, par Debbie Pinson [retour au début des forums]

Je propose, dans le but d’obtenir plus de succès pour ses prestations futures, qu’Albin recrute les artistes de Monotonix et rebaptise cette nouvelle formation : le Albin Circus.

[Répondre à ce message]

Vus en live : Albin Wagener & Monotonix

18 juin 2007, par françois [retour au début des forums]

L’édito sur Justice est pathétique...

[Répondre à ce message]

    Vus en live : Albin Wagener & Monotonix

    18 juin 2007, par SC [retour au début des forums]


    De fait. C’est du très petit portenawak. Mêler tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir entre eux et éviter le principal : parler du disque et de la stratégie commerciale autour du groupe.

    [Répondre à ce message]