Pop-Rock.com



The Phenomenal Handclap Band : "The Phenomenal Handclap Band"
Prometteuse ouverture

vendredi 26 mars 2010, par Alexandra Jakob

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Fenech-Soler : "Fenech-Soler"
Tricky : "Mixed race"
PJ Harvey : "Let England shake"
The Inspector Cluzo : "The French bastards"
Philippe Katerine : "Philippe Katerine"
Hermanos Inglesos : "The wander of you"
Massive Attack : "Heligoland"
Scorpions : "Sting in the tail"
Cathedral : "The guessing game"
Cypress Hill : "Rise up"


Les premières parties de concert sont décidément un fourre-tout innommable. Il y a tout d’abord ces groupes timides, qui jouent presque en s’excusant, les yeux rivés au sol, avant de quitter la scène sur un inaudible « Nous sommes les The Shy, et maintenant faites du bruit pour les Strokes. ». D’autres, plus téméraires, osent un « Vous nous connaissez ??? » suicidaire, qui les exposent à un silence aux allures de blizzard. On trouve également des associations pour le moins biscornues, comme les excellents et trop méconnus White Rose Movement ouvrant pour… Indochine, ce qui se passe de commentaires.

Ce week-end là, je me trouvais à Barcelone. Je n’ai jamais trop aimé cette ville, grouillante comme une termitière, aux rues encombrées et braillardes. De plus, décembre oblige, de petits chalets en simili bois, bourrés jusqu’aux volets de bougies qui puent, avaient envahi les rues et drainé une foule compacte, dont l’agitation exaltait mon agoraphobie latente. Mais je n’avais pas le choix. De l’autre côté des Pyrénées, les hordes culpabilisantes du Téléthon avaient envahi les villes.

Et il y avait aussi ce concert de Franz Ferdinand au Pavel Olimpico. Que les fans se rassurent : Alex Kapranos négocie fort bien l’approche de la quarantaine. Il est toujours très élégant, au point de se permettre une reprise d’All my friends de LCD Soundsystem sans avoir à souffrir la comparaison avec l’originale.

Mais je m’égare. Car c’est du groupe avant Franz Ferdinand, de la première partie, dont je voulais parler. The Phenomenal Handclap Band. Comme je suis un peu bouchée à l’émeri – et que c’est quand même un drôle de patronyme – je n’avais, à ma grande déception, pas compris leur nom durant leur très bon concert, aussi dynamique que bien maîtrisé. Heureusement, une brève recherche internet m’orienta vers leur premier album homonyme, qui confirma mes excellents souvenirs du live. Car les cinq garçons et deux filles aux allures de hippies – la tendance MGMT fait des ravages à New York – ont signé un disque d’une évidence réjouissante, où se mêlent optimisme disco (All of the above), longues chevauchées électro-pop (The journey to Serra da Estrella, You’ll disappear) et tubes dotés d’un groove imparable (Give it a rest). L’ensemble, très enjoué, rehaussé notamment par des très belles voix féminines, reste très accessible sans jamais sombrer dans le putassier et connaît même quelques sommets aventureux de toute beauté (Tears, The circle is broken). Si quelques titres se révèlent un peu trop prévisible pour séduire (15 to 20, The martyr), le constat est là : The Phenomenal Handclap Band et sa flamboyance 70’s est l’antidote idéal au minimalisme synthétique qui semble s’être récemment emparé des charts.



Répondre à cet article

Alexandra Jakob





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Tomas
(1/1) 24 janvier 2014




Tomas

24 janvier 2014 [retour au début des forums]

This is a great post ! it was very informative. I look forward in reading more of your work. Also, I made sure to bookmark your website so I can come back later. I enjoyed every moment of reading it.
Hayward Pumps

[Répondre à ce message]