Pop-Rock.com



Rasputina : "Sister Kinderhook"
Le boudoir et la nymphe

mercredi 22 septembre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Sufjan Stevens : "The age of ADZ"
Antony & The Johnsons : "Swanlights"
Arid : "Under the cold street lights"
The Strokes : "Angles"
The National : "High violet"
David Byrne & Fatboy Slim : "Here lies love"
Gorillaz : "Plastic Beach"
Linkin Park : "A thousand suns"
Ariel Pink’s Haunted Graffiti : "Before today"
Mièle : "Le jour et la nuit"


Une femme aux atours victoriens dans une petite salle à la décoration aussi chaotique que délicieuse. Quelques violoncelles qui grincent, les choeurs, et la porte du boudoir s’ouvre sur un défilé de dentelles éparses, un patchwork coloré. Les sofas sont moelleux malgré l’age avancé des ressorts et confortablement épanché, vous vous plaisez à admirer ce petit théâtre, tant le décor si charmant que la principale actrice, nommée Melora Creager.

Rasputina est Melora Creager, personnage d’un baroque assumé qui entre autres prouesses peut s’enorgueillir d’avoir mis du violoncelle dans le grunge, c’était avec Nirvana sur la partie européenne de la tournée In utero, en 1992.
Melora, du Missouri de naissance et du Kansas par obligations familiales, construisit avec le temps son personnage d’une hippie baroque, assimilant tant la musique de chambre que le rock pesant, le minimalisme que la grandiloquence orchestrale.

Ce qui unit la toile de notre nymphe, c’est le violoncelle, dont la voix sourde est le guide fidèle de la déjà conséquente carrière de sa formation. Melora est une créatrice, c’est-à-dire qu’elle pense ses albums comme autant d’œuvres d’art, autant de peintures avec chacune sa thématique, ses définitions à tiroirs, ses erreurs assumées, et surtout cette touche propre à l’artiste qui fait toute sa distinction.

Elle eut ses mécènes envoutés, Marilyn Manson le premier qui s’en ira revisiter Transylvanian concubine puis laissera la belle reprendre à son compte son Tourniquet d’Antichrist superstar sur The lost & found quelques années plus tard. Il y eut aussi les œuvres rasputiniennes qui interpellèrent plus que d’autres, Cabin Fever ! évidemment mais aussi Frustation plantation qui pouvait se prévaloir du magistral coup de pinceau Saline the Salt Lake Queen. Une discographie différente qui jamais n’appelle l’indifférence en retour, en somme.

Il serait bien réducteur de définir Rasputina comme un groupe de metal à violoncelles. En réalité, on en est même très loin. L’œuvre de Melora aspire à d’autres lubies que celle de la catégorisation. Ses lubies personnelles nimbées d’une douce antiquité et de la plus totale perdition des sens, une liberté si affichée qu’elle en est contagieuse, Rasputina ne me laisse jamais la définir comme je l’entends. L’androgyne glacé(e) de Sopor Aeternus pourrait aisément se faire passer pour sa macabre marraine. Mais la personnalité de la demoiselle se veut plus enjouée, prompte aux sourires plutôt qu’à la douleur.

Rasputina emprunte sa musique si délicate à un monde lointain. L’usage de nobles instruments, pincés à l’ancienne, nous rendent cependant ces abords plus proches qu’ils ne le sont, laissant à Melora le pupitre du chef d’orchestre, sorte de prêtresse païenne évadée d’un salon de thé décadent.
Sister Kinderhook n’invite pas à des réflexions distinctes en comparaison d’avec ses œuvres ainées. On y perçoit cette touche de mélancolie appuyée par les cordes épaisses, l’atmosphère surannée qui se revêt de velours et de poussière, et Melora qui brode avec ses aiguilles, de légères cordes vocales et la maitrise fragile de son instrument.
L’ouvrage surprend, tant par son caractère distinct que ses atours si particuliers. Sweet sister Temperance m’évoque par exemple la légèreté dramatique d’un Portishead en corset. Holocaust of giants nous trompe avec sa courte introduction plombée suivie d’un étonnant chant guilleret, et Olde dance donc, petite merveille, alimentée de parfums orientaux lui rendant tout son joyeux mysticisme, nous faisant voyager le derrière engoncé dans le sofa, envoutés par les rythmes tribaux de Calico Indians et ses violoncelles répondant aux chœurs tourmentés.

L’incongruité faite musique, à l’instar de cette petite chanson à boire qu’est Snow-Hen Austerlitz, au refrain si intense qu’il se mure en votre âme sans coup férir. Quelques mouvement d’archet, si difficiles à définir face au parterre attentif. Il en est ainsi de certains artistes, si complexes et sensibles qu’ils rendent caduque n’importe quelle critique objective et froide. Rasputina est un amour de musique et envisager la mort dans un si envoûtant boudoir serait alors un honneur, et une joie. Melora Creager, je vous aime.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Rasputina : "Sister Kinderhook"
(1/1) 8 mai 2014, par Craig Higginbotham




Rasputina : "Sister Kinderhook"

8 mai 2014, par Craig Higginbotham [retour au début des forums]

Reading up how to get out of credit card debt guides on the net is tiring. I was really pleased to get refreshed in looking over this blog.

[Répondre à ce message]