Pop-Rock.com



Hurts : "Happiness"
Modern Angels

mercredi 8 décembre 2010, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Jenifer : "Appelle-moi Jen"
Philippe Katerine : "Philippe Katerine"
Deftones : "Diamond eyes"
Skunk Anansie : "Wonderlustre"
Vampire Weekend : "Contra"
Vismets : "Gürü Voodoo"
Röyksopp : "Senior"
Peter Gabriel : "Scratch my back"
Serj Tankian : "Imperfect harmonies"
Peter, Bjorn & John : "Gimme some"


Ils sont la sensation pop de l’année pour certains médias, une grosse farce 80’s revival de plus pour d’autres… Et chez Pop-Rock, qu’est-ce qu’on en pense ? Cela commence plutôt mal avec la pochette : jamais un nouveau groupe anglais n’a autant ressemblé à une pub pour Dior ou Armani. Et pourtant, à défaut d’être particulièrement original ou novateur, ce duo de poseurs de Manchester a tout simplement sorti l’un des albums les plus efficaces de ces derniers mois.

Est-il encore possible, en 2010, de produire un disque de musique électronique qui soit vraiment neuf et original ? Et d’ailleurs, quels albums d’électro sortis depuis dix ans étaient originaux ? Il y a eu Kid A en 2000, certes. Et après ? LCD Soundsystem ? Crystal Castles ? Allons, restons sérieux… Cela fait bien longtemps que l’électro - et plus encore l’électro-pop - est devenu un style où, comme en rock, l’on se contente bien souvent de refaire à l’infini ce qui a déjà été fait dans le passé (souvent en mieux). Ce n’est toutefois pas vraiment un problème lorsque c’est bien fait. Prenons l’exemple de Camouflage, un trio allemand auquel on pense assez souvent en écoutant la joie selon Hurts. Camouflage n’a jamais été vu, chez nous, que comme une pâle copie de Depeche Mode. En Allemagne, par contre, on le considère simplement comme « un groupe qui fait de l’électro-pop », avec tout ce que cela implique de facto comme clichés et réminiscence new wave. Les comparaisons avec DM sont donc aussi logiques et inévitables que des références aux Beatles le sont dans le cas d’un groupe britpop évoquant les sixties ; elles ne sont pas dégradantes, loin de là.

Avec son concept de duo chanteur charismatique/claviériste discret, Hurts est disqualifié d’entrée par les tenants de la pensée unique moderniste. Pensez donc, un gars au micro, un autre aux synthés, c’est aussi la formule de Soft Cell et des Pet Shop Boys, des groupes frappés depuis longtemps du sceau de la ringardise la plus infamante. Si vous ajoutez à cela deux vraies gueules d’anges, un look classieux hyper soigné, un air de se prendre très au sérieux et des poses outrageusement hautaines (même en interview), vous comprendrez aisément que les lecteurs des Inrocks en pull à peluches auront du mal à adhérer… Et c’est dommage, en un sens, car les deux bellâtres de la pochette ne font pas que paraître, ils proposent sur ce disque des chansons intéressantes et très bien réalisées. Loin de se contenter des sonorités datées d’un synthétiseur vintage, comme on aurait pu le craindre, ils se sont entourés en studio d’une armée de producteurs et de musiciens de sessions dont un vrai batteur, un guitariste, mais aussi un saxo, une clarinette et des violons. Hurts réussit en vérité sur ce premier opus un mariage harmonieux des instruments organiques avec les sonorités électroniques. Le résultat est une musique qui, certes, n’invente rien, ne révolutionne rien, mais offre un bon moment de plaisir à l’auditeur (même si plusieurs écoutes nous ont été nécessaires pour pleinement rentrer dedans...). L’on pense bien sûr souvent à Depeche Mode, à Camouflage période Sensor, à Mesh, et même, parfois, ne riez pas, au meilleur de George Michael, mais cela n’enlève rien à l’efficacité du duo : les chansons sont bonnes, et c’est bien là l’essentiel.

Les seuls reproches que l’on pourrait faire à Hurts sont, à ce stade, au nombre de deux (ou trois si on voit Devotion, le duo avec Kylie Minogue, comme une faute de goût, ce qu’il n’est pas). Premièrement, il manque encore un peu à ce groupe un univers, une identité propre. L’impression qui se dégage parfois à l’écoute d’Happiness est celle d’entendre un best-of balayant plusieurs périodes distinctes ; tous les titres sont de bonne facture (ce qui est plutôt rare sur un premier album), quelques-uns sont même tout simplement imparables (Wonderful life, Silver lining, Illuminated), mais Hurts part dans tellement de directions que l’ensemble manque un peu de cohésion lorsque écouté d’une seule traite.
Ensuite, la production est vraiment très, très propre, certains morceaux auraient peut-être gagné à sonner moins clean, plus crades, plus rêches. La musique est en fait parfaitement en phase avec l’image l’illustrant : élégante, propre sur elle, sans aspérités. On aime ou on n’aime pas ce style un peu pédant, mais dans le genre, la succession de hit-singles potentiels alignés sur Happiness est tout simplement redoutable. D’ailleurs, si on parle d’électro connotée eighties en 2010, Hurts est nettement plus recommandable que, au hasard, le History of modern concrétisant le sinistre come-back d’OMD.

Et si c’est un boys-band alors c’est officiel, j’aime les boys-bands.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Hurts : "Happiness"
(1/6) 25 mars 2014
Hurts : "Happiness"
(2/6) 5 mars 2013, par jack
Hurts : "Happiness"
(3/6) 28 février 2013, par nike
Hurts : "Happiness"
(4/6) 9 décembre 2010
Hurts : "Happiness"
(5/6) 8 décembre 2010, par MarcD
Hurts : "Happiness"
(6/6) 8 décembre 2010, par 2kate2 ;-)))




Hurts : "Happiness"

25 mars 2014 [retour au début des forums]

Pediatrics analysis to review Clearomizers it, thank A brother
Stocks oversold bounce, focused look at the e cigarette wholesale daily, Kraft shares rose steadily sideways and 120 sub-indicators focusing on short-term vision in order to effectively grasp the stocks spatial sense ;

[Répondre à ce message]

Hurts : "Happiness"

5 mars 2013, par jack [retour au début des forums]

Agents and Realtors have a thorough knowledge of the real estate market in their communities. They london letting agents know which neighborhoods will best accommodate the needs and budgets of their clients. They are familiar with local areas and tax laws and know where to obtain financing for the purchase of a property.

[Répondre à ce message]

Hurts : "Happiness"

28 février 2013, par nike [retour au début des forums]

With the cuts, the various charges and institutions is touching them get rid of their beloved official cars. This occurs New bmw for sale in municipalities, autonomous regions and central government. Usually media hypes, but not easy to buy one of these cars or, at least, one of the best. Again the "cronyism" is New Audi A3 Cabriolet felt : one goes to the first hour on the first day of sale, direct to the car of your interest and say they are "awarded".

[Répondre à ce message]

Hurts : "Happiness"

9 décembre 2010 [retour au début des forums]

Tu t’y connais en electro, toi ? Allons, restons sérieux ... ;-)

[Répondre à ce message]

Hurts : "Happiness"

8 décembre 2010, par MarcD [retour au début des forums]

bien écrit, bien présenté et même si l’argumentation est séduisante ça n’est pas encore assez pour me faire retourner à cet album que j’ai trouvé sans saveur, au mieux pas désagréable en écoute distraite au pire assez décevant pour ceux qui fondaient des espoirs en un retour crédible de l’electro des années 80.

[Répondre à ce message]

    Hurts : "Happiness"

    8 décembre 2010, par MSK [retour au début des forums]


    Je partage totalement ce point de vue. Avec Hurts, on est quand même plus proche d’un George Michael que d’un Camouflage...
    De l’electro-pop sympa à la prod’ léchée que ce premier album. Quelques bons titres mais d’autres nettement moins inspirés.

    [Répondre à ce message]

Hurts : "Happiness"

8 décembre 2010, par 2kate2 ;-))) [retour au début des forums]

"Modern Angels " ... même si c’est un "joli" clin d’oeil ... j’ai des difficultés à l’associer à cet album "Happiness" ... ;-)

Sinon, très bon article, comme TOUJOURS !

[Répondre à ce message]