Pop-Rock.com



Cathedral : "The guessing game"
Je me suis remis à fumer depuis peu, merci Cathedral.

mercredi 27 octobre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The National : "High violet"
Mademoiselle K : "Jouer dehors"
The Black Dog : "Music for real airports"
Ringo Starr : "Y Not"
Ariel Pink’s Haunted Graffiti : "Before today"
Sufjan Stevens : "The age of ADZ"
The Inspector Cluzo : "The French bastards"
Gorillaz : "Plastic Beach"
Pacific ! : "Narcissus"
Scorpions : "Sting in the tail"


Cathedral n’aide pas des masses sur ce coup-là, nous offrant en guise d’ultime album un amas incompréhensible, perdu dans des vapeurs qui le font voir aussi excitant qu’absurde, aussi grandiloquent que burlesque. A trop vouloir jouer avec de vieilles substances sorties du grenier de papa, ses membres ont carrément passé la frontière les séparant jusque là du stoner hormonal au psychédélique hallucinant. J’aime, je pouffe, je pige rien, en somme, le bad trip...

Et ce ne fut qu’une première impression devant cet énorme jeu de hasard, un grand bazar d’où l’on ressort hagard [1]. Cathedral, c’est l’art d’écraser les bouses avec des tongs. Soit brutaux mais amoureux des vapeurs d’excrément qui font rire bêtement, sortes de hippies très énervés en quelque sorte. Tout au long de leur carrière, les Anglais savaient doser plus ou moins la recette, maniant plus de l’un que de l’autre, jusqu’à la chute la gueule la première dans les petites fleurs, comme ici. On pouvait s’en douter lorsque le groupe avouait son admiration pour la plage à rallonge The garden qui apparaissait sur The garden of unearthly delights, datant tout de même de 2005. The garden était... bizarre, long et si delirant qu’il inquiétait jusqu’aux suivistes intégristes du groupe. Ne vous rassurez point les suivistes, car The guessing game sent un peu pareil. Déjà l’imposition d’un double album pour caser l’entièreté des dernières lubies du groupe pouvait faire espérer de la plage longuette et atmosphérique et comme dirait mon oncle, c’est pas faux.

Parler ici d’ensemble, d’homogénéité, de cohérence serait déplacé, alors je m’en abstiens bien volontiers. Ce serait comme plaquer nuance, subtilité et poésie dans une chro’ de Cannibal Corpse et il est bien entendu que l’on ne souhaite pas vous prendre pour des cons. Cathedral n’a de fait jamais autant senti le patchouli, avouant un gout prononcé pour une relecture du psychédélisme pour les nuls, agrémenté il est vrai d’un sens inné du gros son.
Introduction, de l’orgue Hammond piqué à la descente des Martiens sur la planète Terre, les sourcils se froncent tellement qu’ils déménagent dans ma nuque, c’est quoi ce truc ?

Funeral of dreams nous trompe avec son lancement faussement méchant, alors que la suite vogue entre des chœurs de défoncés à l’Afhgan et quelques énervements bienvenus. Sans oublier les cloches, l’orgue immortel et la basse plus stone tu meurs, je me questionne, je m’y perds jusqu’au bien sauvage solo de guitare en plein milieu que l’on attendait vraiment pas. Complexe pour le moins, et que dire de la déferlante de violons derrière un Lee Dorian complètement aux fraises, la flute enchanteresse sur un lit de pâquerettes, le retour de la grosse batterie... Non décidément, c’est indéfinissable, et un poil long aussi.

Le perplexe auditeur se raccroche aux branches les plus accessibles, Painting in the dark semblait la bonne pioche avec un refrain bien agité, mais l’on finit par s’y casser la gueule, tant Cathedral s’amuse encore à perturber tant l’auditeur que l’environnement lui-même. La formule reste plus compréhensible cependant avec un excellent riff rock’n’roll qui n’en finira pas de teinter les deux galettes de The guessing game. Car le propos se veut résolument antique, hors d’âge et bordélique, mêmes les soli suintent le vieux matos évacué du grenier familial. Rien de tragique en soi, mais clairement troublant, perturbant devrais-je dire.

Death of an anarchist met en avant une très attirante introduction acoustique qui se meurt dans quelques claviers moribonds, puis démarre réellement de par la frappe carrée de Brian Dixon, mais le rythme est lent, l’ambiance est lourde comme jamais. Il est difficile d’admettre que l’on adore dans sa totalité, on se passionne pour quelques détails qui forment un tout complexe.

Le choix de deux disques se justifiait-il ? La maison de disques ne le pensait pas et on serait tenté d’appuyer, pour une fois, leur scepticisme. Cependant, le second album renferme une face plus caractéristique de Cathedral, plombant encore plus ses effets, martyrisant les instruments de façon agréablement sadique, cet album dans l’album se veut plus dramatique et classique dans son approche. Le doom enterre le psychédélique, qui ressurgit parfois, ou se meut en rock déchainé comme sur le vrombissant Ghost galleon.

The running man et sa batterie prise de spasmes, son clavier qui fume un pet’ de la taille du Sahara, Requiem for the voiceless et son petit sample d’entrée suivie de la grosse machine de Cathedral, plus sabbathienne tu meurs, puis ce quasi punk Journeys into Jade, dingue et fumant de partout, munie naturellement de son inintéressante plage cachée.

Je ne saurai pas bien dire si The guessing game est un chef-d’œuvre ou si Cathedral est cette fois allé beaucoup trop loin dans ses délires. On aime franchement le son un peu suranné et quelques trouvailles musicales pas piquées des vers, mais l’ensemble est si peu cohérent que l’écoute en devient parfois pénible, désagréable. Encore un skeud que je vais perdre un an dans une malle et que je redécouvrirai plus tard totally stone, un temps nécessaire pour une bonne digestion d’un plat aussi chargé en hallucinogènes...


[1] Sur Pop-Rock.com, nous protégeons les poètes en devenir, mêmes les plus minables...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 16 contribution(s) au forum.

help with programming homework
(1/14) 9 août 2016, par Andrew
Finance Dissertation Assistance
(2/14) 9 août 2016, par Sean Paul
Cathedral : "The guessing game"
(3/14) 6 août 2016, par EViews Homework Help
Cathedral : "The guessing game"
(4/14) 5 août 2016, par HTML Assignment Help
ColdFusion Homework Help
(5/14) 27 juillet 2016, par Kristofer Kihn
Case Solution
(6/14) 21 avril 2016, par Jacob Martin
Cathedral : "The guessing game"
(7/14) 4 décembre 2012, par Martin
Cathedral : "The guessing game"
(8/14) 8 octobre 2012, par kashif
Cathedral : "The guessing game"
(9/14) 2 octobre 2012, par Yan
Cathedral : "The guessing game"
(10/14) 23 septembre 2012, par kashif
Cathedral : "The guessing game"
(11/14) 15 juillet 2012, par babo
Cathedral : "The guessing game"
(12/14) 15 juillet 2012, par kashif bahi
Cathedral : "The guessing game"
(13/14) 15 juillet 2012, par juliajin
Cathedral : "The guessing game"
(14/14) 27 octobre 2010




help with programming homework

9 août 2016, par Andrew [retour au début des forums]

Thanks a lot for the post. It has helped me get some nice ideas. I hope I will see some really good result soon.
help with programming homework

[Répondre à ce message]

Finance Dissertation Assistance

9 août 2016, par Sean Paul [retour au début des forums]

The leading assignment help UK firm offers state of the art services to its clients with a promise of delivering all the required work well within the deadline.
Finance Dissertation Assistance

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

6 août 2016, par EViews Homework Help [retour au début des forums]

Eviews which is likewise understood as Econometric Views is an extensive Statistical software application bundle of offering options mostly for Estimation, Forecasting, Data Management, Simulation, Decision-making and Graphics.
EViews Homework Help

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

5 août 2016, par HTML Assignment Help [retour au début des forums]

HTML Assignment Help Introduction Hyper Text Markup Language, understood as HTML is markup language for web pages. Assignment Professional proposes…
HTML Assignment Help

[Répondre à ce message]

ColdFusion Homework Help

27 juillet 2016, par Kristofer Kihn [retour au début des forums]

Pleasant line use and great picture this post. this post will be successfully a debt of gratitude is in order for sharing.
ColdFusion Homework Help

[Répondre à ce message]

Case Solution

21 avril 2016, par Jacob Martin [retour au début des forums]

I am certain this post has offered me some assistance with saving numerous hours of perusing other related presents just on find what I was searching for. Much obliged !
Case Solution

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

4 décembre 2012, par Martin [retour au début des forums]

Je ne sais pas quoi dire sauf que j’ai apprécié la lecture. Je vais continuer à visiter ce blog très souvent. Je vais utiliser ces informations pour fournir essai intéressant, follow this link.

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

8 octobre 2012, par kashif [retour au début des forums]

However, the album contains a second face more characteristic Cathedral, more draping effect, torturing instruments so pleasantly sadistic album in the album is more dramatic and classic in its approach. Doom bury the psychedelic, which resurfaces occasionally, or moves in unbridled rock like the whirring Ghost Galleon.
jogos da barbie | jogos de futebol

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

2 octobre 2012, par Yan [retour au début des forums]

encore un groupe que je ne connaissais pas bien

je m’intéresse au mécanisme de la gamification sur mon blog de jeux
merci pour tout le site

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

23 septembre 2012, par kashif [retour au début des forums]

La formule reste plus compréhensible cependant avec un excellent riff rock’n’roll qui n’en finira pas de teinter les deux galettes de The guessing game. games for kids |racing games

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

15 juillet 2012, par babo [retour au début des forums]

car The guessing game sent un peu pareil. Déjà l’imposition d’un double album pour caser l’entièreté des dernières lubies du groupe pouvait faire espérer de la plage longuette et atmosphérique et comme dirait mon oncle, c’est pas faux. jeux de moto // Giochi Per Ragazze // play games online

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

15 juillet 2012, par kashif bahi [retour au début des forums]

The running man et sa batterie prise de spasmes, son clavier qui fume un pet’ de la taille du Sahara, Requiem for the voiceless et son petit sample d’entrée suivie de la grosse machine de Cathedral, plus sabbathienne tu meurs,
jeux de cuisine // jeux de voiture // jeux de mario

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

15 juillet 2012, par juliajin [retour au début des forums]

Cathedral n’a de fait jamais autant senti le patchouli, avouant un gout prononcé pour une relecture du psychédélisme pour les nuls, agrémenté il est vrai d’un sens inné du gros son.
jogos de motos // jogos de carros // jogos de corrida

[Répondre à ce message]

Cathedral : "The guessing game"

27 octobre 2010 [retour au début des forums]

j’ai une théorie sur ce disque : les membres, ayant tous passé la quarantaine, ayant appris leur métier, ont enfin intégré les nombreuses influences musicales ayant illuminé toute leur vie de fan de musique.

Lee Dorrian a beau avoir chanté sur ’scum’ de Napalm Death et Cathedral a beau avoir produit quelques-uns des disques essentiels du doom des années ’90, leurs gouts vont également vers le jazz, le folk et le prog-rock.

L’usage du mellotron et de cuivres (flutes, hautbois,..) sur ce disque, des mélodies fun et swing telles que ’Cats, Incense, candles and wine’ jureraient a priori totalement par rapport aux morceaux plus ’classiques’ présents sur ce disque et par rapport au Cathedral des débuts, mais le propos musical de ce groupe s’en trouve surtout enrichi.

Ces gars ont grandi, ont pris de la bouteille avec l’âge et prennent du plaisir à intégrer explicitement leurs influences sans renier leur identité. Ce ’melting-pot’ n’est pas un n’importe quoi, mais plutôt un kaleidoscope.

Avec ce disque, Cathedral s’est fait plaisir, et offre une oeuvre susceptible de plaire tant à l’amateur éclairé osant aller au-delà du doom, qu’au quidam égaré en quête de bonnes surprises.

Un des disques de l’année 2010.

[Répondre à ce message]