Pop-Rock.com



Arno : "Brussld"
Un Arno pour les rassembler tous...

mercredi 30 mars 2011, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Clara Morgane : "Nuits blanches"
Scorpions : "Sting in the tail"
Puggy : "Something you might like"
Fenech-Soler : "Fenech-Soler"
Peter, Bjorn & John : "Gimme some"
The Phenomenal Handclap Band : "The Phenomenal Handclap Band"
Grand Island : "Songs from Östra Knoll 1,22"
Prince : "20Ten"
Deine Lakaien : "Indicator"
Pacific ! : "Narcissus"


Ca se définit comment, Arno... Moi y’en a pas savoir, comme je ne saurais bien comment définir Bruxelles et la Belgique, et tout cet imbroglio politico-culturel dont je préfère ne pas me mêler de peur d’assommer de fatigue nos estimés lecteurs... Ceci dit, la merde aux Belges et Sarkozy aux Français me semble un égal partage des taches (et non des tâches).

Mais Arno alors, il est Belge, ou Flamand, ou Wallon, ou Bruxellois ? S’intéresser à la complexité d’Arno (noble cause, mon colon), c’est rapidement se focaliser sur la complexité de son origine terrestre. Du point de vue d’un non-Belge, il n’y a pas de différences entre les spécificités arniennes et les spécificités de son environnement, une sorte d’alchimie qui aurait extrait de ce point géographique il y a soixante et quelques années une cellule, un parfait exemplaire à son image.
D’Arno, je vois la gueule et le cheveu ébourrifé, j’entends un phrasé et des paroles confuses sur des sujets qu’il maîtrise autant que moi je maîtrise la natation synchronisée. Il y a une allure paumée mais il y a une accroche, qui se fait ancre sur le rivage de mon intérêt (pour toi, maman...). Il y a qu’on aime le mec, bien qu’on hésiterait à le présenter à ses parents ou à son caniche nain au pelage si délicat et récemment opéré d’une hémorroide.

De là nait un conflit, vous estimez la voix mais rechignez à apprécier ce mec. Parce qu’il est un peu crade, un peu lunaire, un peu détaché du sol. C’est curieux aussi de se focaliser sur ces textes aussi énigmatiques qu’essentiels : “Les mecs, ils pleurent lorsqu’ils sont malheureux, les femmes, elles pleurent lorsqu’elles sont heureuses, c’est dur, c’est dur d’être un chien, c’est dur d’être... un être humain”.

Vous n’avez pas compris ? Faites un effort, parce que vous avez devant vos mines hallucinées la quintessence de la poésie arnienne, celle qui par quelques mots et un timbre unique vous fait remonter toute une foule d’idées saugrenues et fantasques. Arno décape son texte, le message s’en voit dépouillé, nu, mais étrangement fort.
Lorsqu’il chante, on a l’impression que chaque syllabe émise lui fêle une côte sous l’effort, que ses chuintements hurlés lui vaudront l’instant d’après une réanimation d’urgence. C’est cela le pépère, un sensible complexé qui inspire par son élan et désespère par sa mélancolie, une bouée qui ne secoure personne mais qui rassure.
Si lui va bien quand tout va mal, alors la démocratie est sauve et les flamingants de Jacques Brel arrêteront de faire chier leur entourage.

Pour ce dix-huitième album, Arno plaque encore du tube, quelques-uns du moins, avec la parfaite mélasse de rock dans des contrées cablées et rudes. Le savoir-faire hein, mais rien de redondant non plus, que du neuf ou peu s’en faut dans le répertoire déjà bien garni. Arno touche toujours plus lorsqu’il baisse le ton et sort le tire-larmes, lorsque le tragique l’emporte sur la bouffonnade. Que Quelqu’un touche à sa femme, qu’Elle pense quand elle danse et je dois fissa regarnir la boite de kleenex. Ma mienne de femme, insensible, en retourne à ses relevés bancaires alors que je chiale sur l’Ipod en l’étreignant comme un nounours, C’est bien cela, bonjour tristesse.

Qu’il repasse par les ambiances de taverne et de pisse (Le lundi on reste au lit), qu’il reprenne totalement à son compte Bob Marley (Get up, stand up), Arno reste lui-même, paradoxal. Cet imbroglio vivant qui fait qu’on aime le mec à défaut de le comprendre, comme l’on aime une ville, un pays, sans en capter toutes les bizarreries ni pourquoi ses habitants s’insultent dans des langues différentes et qu’ils aient comme symbole de leur toute puissance un gniard qui pisse dans une fontaine. Ah, Belgique...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 112 contribution(s) au forum.

Case Study Solutions
(1/9) 21 avril 2016, par Jacob Martin
N&J Decorators
(2/9) 2 février 2014, par Tiling Services London
Arno : "Brussld"
(3/9) 10 novembre 2013, par Couseed81
Arno : "Brussld"
(4/9) 2 juillet 2013, par Landscape Architecture
Arno : "Brussld"
(5/9) 18 novembre 2012, par Tesla NVIDIA
Arno : "Brussld"
(6/9) 18 novembre 2012, par Janitorial Services
Arno : "Brussld"
(7/9) 16 juin 2012, par juliajin
Arno : "Brussld"
(8/9) 30 mars 2011, par HB
Arno : "Brussld"
(9/9) 30 mars 2011




Case Study Solutions

21 avril 2016, par Jacob Martin [retour au début des forums]

Extraordinary Post !! Extremely intriguing theme will bookmark your for visit again..nice post.......
Case Study Solutions

[Répondre à ce message]

N&J Decorators

2 février 2014, par Tiling Services London [retour au début des forums]

Very interesting. Keep Writing. Tiling services London

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

10 novembre 2013, par Couseed81 [retour au début des forums]

"Guys, they cry when they are unhappy, women cry when they are happy, it’s hard, it’s hard to be a dog, it’s hard to be ... a human being "
I find this phrase entertainig and his observation be quite perfect.

Alaska Hunting Guides

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

2 juillet 2013, par Landscape Architecture [retour au début des forums]

inspiring and I prefer to read quality content so I happy to find many good point here in the post, writing is simply great, thank you :) Landscape Architecture

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

18 novembre 2012, par Tesla NVIDIA [retour au début des forums]

i already subscribe to your video... you sing very well. Tesla NVIDIA

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

18 novembre 2012, par Janitorial Services [retour au début des forums]

I watched the video and it is good. I like the singer. Janitorial Services

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

16 juin 2012, par juliajin [retour au début des forums]

Pour ce dix-huitième album, Arno plaque encore du tube, quelques-uns du moins, avec la parfaite mélasse de rock dans des contrées cablées et rudes. Le savoir-faire hein, mais rien de redondant non plus, que du neuf ou peu s’en faut dans le répertoire déjà bien garni.
jeux de mario / jeux de moto

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

30 mars 2011, par HB [retour au début des forums]

J’attendais ça depuis un moment, un texte beau, tout simplement, sur Arno !
Merci l’Artiste (Vincent) !
Suffisait d’être non-Belge peut être...

[Répondre à ce message]

Arno : "Brussld"

30 mars 2011 [retour au début des forums]

Pour répondre à la question, Arno est un Flamand, Bruxellois d’adoption et qui se sent Belge (et Européen, putain, putain !).

Mais Wallon, ça, non, il n’est pas... ;)

[Répondre à ce message]