Pop-Rock.com



Zone Libre : "Faites vibrer la chair"
Disque de zonards

lundi 8 octobre 2007, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kaolin : "De retour dans nos criques"
Liars :"They were wrong so we drowned"
Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
John Frusciante : "The will to death / Automatic writing / DC EP / A sphere in the heart of silence"
Queens Of The Stone Age : "Era vulgaris"
Hot Hot Heat : "Make up the breakdown"
Riverside : "Second life syndrome"
Patti Smith : "Twelve"
Martin L. Gore : "Counterfeit²"
CocoRosie : "The adventures of Ghosthorse & Stillborn"


Après le Deuxième jour d’Interzone, qui le voyait collaborer avec le joueur d’oud Khaled Al Jaramani, Serge Tessot-Gay nous revient avec Zone Libre, nouvelle exploration aux confins des terres connues de la musique rock. Appuyé par le redoutable guitariste Marc Sens et le batteur Cyril Bilbeaud, le gratteur de Noir Désir nous balance une claque comme on n’en reçoit pas tous les jours.

Si Serge Tessot-Gay ne nous avait pas laissé l’impression, au sein de Noir Désir d’un guitariste pépère enchaînant ses accords basiques sans risquer de se fouler le poignet, Marc Sens, quant à lui, nous avait, du moins sur le On Tour de Yann Tiersen, carrément donné l’image d’un guitariste expérimental, bruitiste, toujours en quête de nouvelles sonorités, d’une nouvelle manière de torturer son instrument pour lui faire accoucher d’ambiances inédites. La rencontre de ces deux hommes ayant vendu leur âme à leur instrument avait tout du duel explosif. Le résultat est à la hauteur de nos espérances. Ou de nos craintes, c’est selon.

Comprenons-nous bien. Il ne s’agit pas ici simplement de musique. Il ne s’agit pas simplement de rock. Il s’agit d’art. Ce disque nous invite à oublier tout ce que nous savons ou croyons savoir à propos de la construction d’un morceau ou à propos de concepts aussi obscurs que la « mélodie » ou la « chanson ». Tout au long de ses cinquante minutes, cet album sonne comme une épouvantable improvisation sans queue ni tête, souvent au bord de la cacophonie. Hantés, habités, les musiciens saignent, pleurent, hurlent sur leurs instruments dans un grand mouvement cathartique qui induira soit la consternation et l’effroi, soit une appropriation totale et irrémédiable des ambiances glacées et violentes instaurées sous ce déluge d’électricité.

Décemment, on ne peut pas dire qu’on « aime » cet album. Celui-ci est beaucoup trop agressif, trop rêche, pour que l’on puisse dire qu’on l’aime. Cet album, on le ressent. On l’encaisse comme une baffe qui nous sort de notre torpeur et nous posera devant le choix de fuir ou de rentrer dans la danse. Et même si on accepte cette main tendue, ce ne sera pas dans l’espoir d’y trouver un quelconque réconfort, mais bien pour puiser dans cette violence non seulement matière à introspection, mais aussi ce fuel nécessaire avant de soi-même s’embraser. Car ces larsens, ces sonorités suraigües, cette rythmique sauvage et éreintante qui conduisent des titres comme Avec ça t’auras six bastos ou Chair de naissance et de mort n’ont pas pour objectif de plaire, et même le fan le plus acharné ne pourrait soutenir que ces chansons sont agréables à l’oreille. Mais, et c’est le propre de l’art, l’identification, la fascination ne s’expliquent pas, ils s’imposent et se subissent.

Il subsiste toutefois, perdus dans ce magma traumatisant, quelques morceaux plus « faciles », comme Nous sommes les seuls voyageurs, guidé par un riff qui fait taper du pied et une guitare tranchante comme une serpe, ou d’autres morceaux lents, atmosphériques, évoquant en certaines occasions (Il y a un autre point de vue) les passages les plus obscurs de Sigur Ros.

En fait, on a clairement l’impression que ce disque est avant tout un objet égoïste, un plaisir (un besoin ?) destiné aux seuls musiciens qui y ont participé. L’enregistrement de cette sauvage empoignade, le disque qui en résulte, n’est en rien un « produit », mais doit plutôt être considéré comme une invitation à pénétrer dans l’étrange univers du trio. L’artwork est à ce titre révélateur. En ouvrant la pochette sur trois volets, on voit, sur les pans extérieurs, deux mains tranchées, autonomes, emprunter un labyrinthe, qui constitue le disque, au centre du carnet. Et ce labyrinthe n’a pas d’issue. Il ne s’agit que d’un leurre, une invitation à se perdre, à oublier tout repère pour ne plus se concentrer que sur l’essentiel : la musique, soi-même.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Zone Libre : "Faites vibrer la chair"
(1/1) 12 octobre 2007, par ex prof




Zone Libre : "Faites vibrer la chair"

12 octobre 2007, par ex prof [retour au début des forums]

Zone libre en concert au bota le 10 10.
Un trip expérimental fleurant les années soixante-dix.Bien foutu but they play for themselves.
http://www.musicinbelgium.net/pl/mo...

[Répondre à ce message]