Pop-Rock.com



Within Temptation : "The heart of everything"
A réchauffer 5 minutes après avoir percé le film plastique

lundi 19 mars 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Blue Foundation : "Life of a ghost"
The Datsuns : "Smoke & Mirrors"
Camouflage : "Sensor"
Art Brut : "Bang Bang Rock & Roll"
Arid : "All things come in waves"
Weezer : "Make believe"
Pearl Jam : "Backspacer"
Black Lips : "200 million thousand"
Editors : "The back room"
The Rakes : "Klang"


Par pure paresse, je vous renverrais bien à la chronique de Silent force, l’album précédent de ceux qu’on pourrait ranger parmi les pires vendus qui soient dans le micro-univers des groupes de metal avec chanteuse. Il n’y a en effet pas grand-chose à ajouter sur ce qu’est devenu Within Temptation aujourd’hui. Et si ce nouvel album semble un poil meilleur que le précédent, ce n’est en rien en raison d’une subite éruption de génie mais simplement grâce à une meilleure compréhension des poncifs qui régissent le monde de la musique sombre pour jeunes consomateurs assoiffés de prêt-à-écouter. Si vous aimiez le précédent, vous adorerez celui-ci. Si vous n’aimiez pas, vous aimerez encore moins. Voilà, ça c’était de la chronique concise et rapide. Reste plus qu’à meubler pour le reste...

Mis en parallèle avec l’autre « traître » visible de l’ex tendance Heavenly voices (Lacuna Coil et son Karmacode dont le souvenir m’arrache encore quelques hoquets de dégoût), on peut au moins laisser à Within Temptation l’honnêteté de n’avoir jamais fait mystère de son attrait pour les flonflons symphoniques, les dark-clichés et le succès de masse. De plus, la transformation de Sharon Den Adel (passée, pour des raisons bien compréhensibles, de co-chanteuse à attraction principale au sein de la formation) en Madonna sympho-gothique s’est faite progressivement, et l’évolution semble tout de même moins foncièrement putassière que celle orchestrée par le groupe italien.

Une fois de plus, la plus grande qualité et le plus grand défaut de ce Heart of everything, c’est que chaque tonalité de chant, chaque tintement de piano, chaque nappe de cordes, chaque riff de guitare semble à sa place, totalement à sa place, désespérement à sa place, ce qu’on pourrait traduire par un « syndrome Evanescence galopant ». Les fans de Within Temptation peuvent d’ailleurs sabrer le champagne : quoique suivant une tendance générale un peu différente, le groupe batave a littéralement pulvérisé son challenger américain, que ce soit au niveau de l’impact direct des compositions ou du luxe de l’emballage. Grâce à son chant enlevé et très conformiste (avec d’occasionnelles petites pointes d’agressivité pour faire bonne mesure), à ses synthés pleins de larmes qui dégoulinent sur des ballades trop sucrées, à ses grosses guitares en soutien (et juste en soutien : ça aurait pu être de la viole de gambe ou du xylophone, mais en l’occurence, c’est de la guitare), et à ses clichés gogoth à la brouette, Within Temptation atteint une sorte de perfection dans l’aseptisation. Grossièrement luxueux pour ébahir le néophyte et bassement efficace pour adoucir, fut-ce provisoirement, le fan de metal aux tendances œucuméniques, on ne voit pas vraiment comment on pourrait reprocher au groupe de faire de la soupe, dès lors que cette même soupe se laisse avaler sans faire de difficultés.

Car toutes considérations sur le parcours de Within Temptation mises à part, il serait malhonnête de prétendre que The heart of everything est une bouse ou un de ces albums qui vous passer de l’incrédulité à l’irritation avant de terminer par le mépris pur et simple. Les morceaux - qui se ressemblent tous, faut-il le préciser - ne sont vraiment pas déplaisants (faut dire aussi qu’on peine à les écouter autrement que « distraitement »). Suave et sentimental, avec ses mélodies formatées avec un soin d’orfèvre, l’album ne risque pas de générer la moindre émotion forte tant il reste inoffensif et falôt. Malgré toute l’emphase symphonique déployée, tout y est tellement lisse et tranquillement prévisible qu’on s’emmerde sec face à ce produit surgelé, tout en s’abandonnant paradoxalement avec indifférence à cette sensation d’ennui ouatée sous les violons. Et ce n’est pas la présence d’un intervenant aussi respectable que Keith Caputo (Life Of Agony) sur le single What have you done qui y changera quoi que ce soit.

Ecouter cet album est déjà un piège en soi pour le chroniqueur. C’est comme quand on va au McDo : on a beau jeu de clamer par après que c’est quand même de la saloperie de junk-food vulgaire et anti-gastronomique, alors qu’on a pris un pied coupable à racler le petit morceau de cheddar synthétique collé au fond de l’emballage. On se sent bien un peu morveux après, mais ça ne dure pas longtemps. Cela dit, si quelques écoutes de ce superbe specimen variétoche aident sans doute à la digestion, l’intérêt à long terme ne semble pas avoir été inscrit au cahier de charges. Les minauderies de Sharon font face à d’insurmontables difficultés pour franchir le cap de la première semaine, ce qui s’incrit finalement dans la suite logique des événements. A l’instar d’une nouvelle boisson gazeuses à l’arôme révolutionnaire ou d’un pack de matériel de jardinage à des tarifs défiant toute concurrence, ce n’est qu’après les avoir achetés qu’on se rend compte qu’on n’en éprouvait ni le besoin ni l’envie....



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Within Temptation : "The heart of everything"
(1/4) 29 mai 2016
Within Temptation : "The heart of everything"
(2/4) 7 avril 2007, par Ice Queen
Within Temptation : "The heart of everything"
(3/4) 4 avril 2007, par Fab de l An Mil
Within Temptation : "The heart of everything"
(4/4) 21 mars 2007, par lolo




Within Temptation : "The heart of everything"

29 mai 2016 [retour au début des forums]

Little is known about the album, but there is no question that the album is a big hit. - Bobby Price

[Répondre à ce message]

Within Temptation : "The heart of everything"

7 avril 2007, par Ice Queen [retour au début des forums]

Je viens d’acheter cet album et fanchement je suis un peu déçue. Moi qui ne suis pas une grande experte en heavy symphonique ( contrairement a marc) , il m’a suffit de l’écouter une fois pour me rendre compte que Within temptation n’est plus ce qu’il était. Personnelement, j’ai plutôt bien aimé The Silent Force car c’était le 1er de Within que j’écoutais. J’ai ensuite écouter Mother Earth et l’ai trouvé encore meilleur. Mother Earth a une "âme" je trouve ones vraiment entraîné par ses titres. Dans The Silent Force, c’est vrai, on l’est un peu moins. Mais la... dans ce nouvel album, c’est carément 0. En plus, Sharon semble avoir abandonné sa magnifique voix aigue et puissante contre une voix trop grave ou trop mielleuse. Je ne renie tout de même pas ce groupe qui reste toujours mon préféré mais je suis tout de même un peu dégoûtée d’autant que je vais le voir en concert en octobre...

[Répondre à ce message]

Within Temptation : "The heart of everything"

4 avril 2007, par Fab de l An Mil [retour au début des forums]
Ma chronique de The Heart Of Everything

Bonjour.
Après une première écoute, je suis également plutôt déçu par ce THOE, mais pas tout-à-fait pour les mêmes raisons car, personnellement, j’avais bien aimé The Silent Force (et oui !).

[Répondre à ce message]

Within Temptation : "The heart of everything"

21 mars 2007, par lolo [retour au début des forums]

Il est loin le temps où un album de Heavy nous prenait les tripes mon pauvre Marc. Les années ont passées pour Within Temptation comme pour tout le monde ! Cet album est identique de la première chanson à la dernière et sans réelle surprise ; le groupe s’est donc arrêté à "Mother Earth" en 2001 qui était innocent et brute de fonderie comme son prédecesseur "Enter". Déjà en 2004, il avait inversé la tendance avec un album plus commercial pour faire comme leurs amis d’Evanescence, il avait tout de même le mérite d’exister. Cette fois, chacun son truc...
On arrive donc à la fin du Heavy Symphonique que ce soit avec Evanescence "Open ..." album banal et copie conforme du précèdent donc sans interêt, que ce soit avec Lacuna Coil "Karma... " à éviter de suite etc...
Tout de même, il y a une lueur d’espoir avec le trés bon Lunatica "The edge of infinity", je le conseille et ça serait bien de leur faire un petit article...

[Répondre à ce message]