Pop-Rock.com



Washington : "A new order rising"
Washington, capitale de la Norvège

dimanche 5 février 2006, par Marc Durant

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Babyshambles : "Down in Albion"
The Subways : "Young for eternity"
John Cale : "Hobo sapiens"
Dot Allison : "We are science"
Kettcar : "Von Spatzen und Tauben, Dächern und Händen"
The White Stripes : "Elephant"
Lisa Gerrard & Patrick Cassidy : "Immortal memory"
Arrested Development : "Among the trees"
Next Exit To Nowhere : "Ego to echoes"
Tomte : "Buchstaben über der Stadt"


Tout album un temps soit peu profond se mérite et demande une lente et progressive immersion de peur de connaître le rejet, la noyade, le foulement du pied et les insultes en tout genre. Washington revisite un classique, presque jazzy, une ambiance cabaret à la stylistique passionnante où se laisse plus que deviner un talent en attente qui pourrait faire date, du moins auprès d’une certaine élite, car les Norvégiens du groupe Washington n’auront sans doute jamais les honneurs des radios grand public au risque de faire monter la mélancolie adolescente à des sommets jamais atteints.

Si le groupe se forme en 1999, alors sous un autre nom, c’est en 2003 que sort leur premier CD, un EP 4 titre au nom de Black Wine, dont on remarquera au passage le superbe et aérien Dead men’s choir préfigurant les qualités groupe.

Il faudra attendre 2005 pour la sortie internationale de leur tant attendu album, A new Order Rising, qui par sa créativité certaine va doucement s’infiltrer ça et là pour connaître un succès critique qu’on aurait presque envie de dire fulgurant et unanime. Le groupe a de quoi convaincre, il ne faudra pas longtemps à Rune Simonsen, voix du groupe, pour être comparé à Jeff Buckley ou même à Morten Harket du groupe A-Ha, dont il semble s’inspirer sur certains titres. Pour ce qui est de l’instrumentation, à base de slide et de piano, on pensera vite à Logh ou à certains Morning Jacket.

Il ne faut pas longtemps pour être frappé aux tripes par cette onde de choc calme, empreinte d’une élégance nocturne qui s’enivre de ses propres relents de nostalgie. On pourrait craindre de le voir s’embourber dans le tourbillon qu’il développe, mais ici, tout se rattrape en plein vol, acrobatie en suspension où une voix bouscule les émotions pour faire remonter la pulpe et nous laisser nous extasier comme il se doit. L’insondable Blue bird, l’enivrant Black wine, Hymn en balade plaintive mais essentielle, le spleenesque Velvet room...

Tout fait que cet album mérite l’excellence et les plus belles éloges. Et pour un premier essai, c’est un coup de maître, où il est difficile de revenir tant reste figée en nous la nonchalance lumineuse et bouleversante d’un chant émotionnel et habité. Washingtonest un groupe de l’ombre qui promet la lumière à celui qui s’y abandonne.



Répondre à cet article

Marc Durant





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Washington : "A new order rising"
(1/2) 21 novembre 2016
Washington : "A new order rising"
(2/2) 20 février 2006, par R.T.




Washington : "A new order rising"

21 novembre 2016 [retour au début des forums]

It is such a nice album. It’s worth listening. - Mark Zokle

[Répondre à ce message]

Washington : "A new order rising"

20 février 2006, par R.T. [retour au début des forums]

Absolument magnifique ! Aucune originalité, certes, mais d’une très grande beauté mélodique. Quand à la voix, c’est peu de dire qu’elle s’approche de celle de Jeff Buckley. Premier "grand" disque de l’année pour moi. Que de frissons !

[Répondre à ce message]