Pop-Rock.com



Viva Las Vegas : "2"
De la brume derrière les Pyrénées

vendredi 15 juillet 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Om : "Pilgrimage"
Showstar : "Dot"
Austin Lace : "Easy to cook"
Nine Horses : "Money for all"
The Horrors : "Strange house"
I Am X : "Kingdom of welcome addiction"
Marillion : "Somewhere else"
Trisomie 21 : "Black label"
The Rolling Stones : "A bigger bang"
Gotye : "Like drawing blood"


Viva Las Vegas est un side-project, monté en 2001 par José Luis García et Frank Rudow, tous deux membres du groupe espagnol Manta Ray. Ce second opus n’a pas la prétention d’inventer ni de révolutionner quoique ce soit, mais juste de nous proposer une musique sobre et sensible, comme on l’aime.

Commencez par évacuer tous les préjugés que vous pourriez entretenir concernant la musique originaire du pays de la paella, qui pourraient encore être entretenus par le nom trompeur de ce groupe. Ici, pas de rythmes ni de guitares hispanisantes, ni de castagnettes et encore moins de « Olé ». La musique proposée par Viva Las Vegas, un « post-blues » (qui est au blues ce que le post-rock est au rock, mais sans les chansons de quinze minutes, si vous voyez ce que je veux dire) atmosphérique et minimaliste, n’est pas de celle qui est composée sur les plages de la Costa Brava par un groupe de bronzés enivrés de sangria. Au contraire, ici, ça sent bon l’Angleterre, son brouillard, sa pluie, ses côtes abruptes et son flegme.

Porté de bout en bout par de délicats accords de guitare, une voix lente et une batterie feutrée, l’album s’écoule et s’écoute d’un trait. Les mélodies oscillent sans jamais prendre vraiment parti entre douceur et tension, entre mélancolie et amertume. C’est ainsi que Mis Tres Dudas ou Cero sont plus qu’apaisantes et charmantes. Mais un titre comme Descanso assombrit l’ambiance avec sa guitare qui s’étire comme un nuage noir et sa voix plaintive. De ce périlleux assemblage de chansons légères mais pas gaies et de chansons tristes mais pas dépressives résulte une ambiance cotonneuse, presque moelleuse. Le groupe semble exprimer une certaine lassitude face au monde qui l’entoure, incapable de se réjouir comme de se révolter. Une voix très calme, posée et qui s’exprime tout en subtilité vient confirmer cette impression.

A propos de cette voix, on se réjouira de voir que le groupe a opté pour un chant en espagnol (à l’exception d’un titre), ce qui donne un cachet très particulier à l’album. Et même si on ne comprend pas un traître mot de ce qui est raconté, la musique est suffisamment explicite pour que notre imagination prenne le relais dans cette lande déserte en attente de pluie.

Parmi les dix titres de cette galette, on retiendra en particulier deux perles. Centro Geográphico, tout d’abord. Une douce mélodie pour ouvrir la chanson, un petit break à la basse, et puis le chant vient se poser sur une ligne de guitare qui ne demande qu’à monter en crescendo, mais que le groupe retient comme pour différer un malheur. Une chanson qui a l’air totalement anodine, qui refuse de décoller, mais qui prend aux tripes. Cometí un error, ensuite. C’est la seule chanson qui s’énervera. Construite, encore une fois, autour d’un crescendo et d’une mélodie tendue comme une corde à linge, la chanson s’abandonne finalement à une rage presque métallique. On n’est pas face à du Slayer, bien sûr (la batterie semble même avoir bien du mal à suivre), mais au milieu d’aussi délicats arpèges, ce morceau est tout de même secouant et interpellant.

Tout en alternant de manière presque métronomique morceaux gentillets et plombés, l’album réussit le pari difficile de maintenir une complète unité, sans se retrouver le cul entre deux chaises. Et même si on aurait préféré que le groupe mette définitivement l’accent sur l’aspect le plus sombre de ses compositions, on ne se fera pas prier pour multiplier les écoutes de cet album atmosphérique qui nous permet une très plaisante évasion. Avis aux amateurs.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 2 contribution(s) au forum.

> Viva Las Vegas : "2"
(1/1) 16 août 2005, par Wedding Present




> Viva Las Vegas : "2"

16 août 2005, par Wedding Present [retour au début des forums]

Cet article m’a donné envie d’en écouter plus ... je supose que le chant est en espagnol, mais il en est fait nul part mention dans l’article. où peux t’on écouter des extraits ? Merci.

[Répondre à ce message]

    > Viva Las Vegas : "2"

    18 août 2005, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Le chant est effectivement en espagnol (c’est dit dans l’article ;-)), et c’est là un de ses principaux avantages (quelle douceur, et quel sens de la mélodie). Je vous le conseille vivement. Plus je l’écoute, et plus je l’apprécie. Je tiens là un de mes musts de l’année.

    Mais désolé, je ne vois pas où vous pourriez en écouter l’un ou l’autre extrait.

    [Répondre à ce message]