Pop-Rock.com



Troels Abrahamsen : "WHT"
Nothing comes to those who wait

jeudi 6 août 2009, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
A : "Teen dance ordinance"
Aldebert : "Les paradis disponibles"
The Shins : "Chutes to narrow"
Nid & Sancy : "Talk to the Machine"
Dragons : "Here are the roses"
Morrissey : "Ringleader of the tormentors"
Hot Hot Heat : "Make up the breakdown"
Gary Numan : "Pure"
Jon Auer : "Songs from the year of our demise"
John Foxx : "From trash"


Troels Abrahamsen, c’est avant-tout la voix et le songwriting de VETO depuis déjà plusieurs années. Et quand Troels prend quelques vacances et ne fait pas de musique, que fait-il ? De la musique, bien évidemment. Et cette année, alors même que VETO embrase l’Europe avec son Crushing digits, Troels trouve le moyen de sortir un album solo en catimini, tout en douceur et en subtilité, du nom de WHT.

A vrai dire, Troels a déjà sorti quelques albums en dehors de VETO. Mais ces albums ont été sortis sous des noms de projet relativement différents (à savoir I Know That You Know et Mockin’ Bird). En gros, ce cher Abrahamsen n’est pas avare d’avatars pour faire la musique qui lui plait, toujours clairement influencée par des rythmiques électroniques. Cependant, sur ce délicat WHT, c’est bien souvent les pianos et les orgues qui sont à l’honneur, conférant aux morceaux des structures plus simples et plus proches d’un esprit acoustique, qui perdure malgré le choix d’une production résolument numérique.

L’album est vraiment surprenant de bout en bout : qu’il s’agisse de ce petit son trituré et saturé sur le fabuleux The end ou la marche lancinante et saccadée de Worksong, Abrahamsen montre clairement la marche à suivre et semble nous délivrer un véritable tutorial : comment faire de bons morceaux sans forcément en mettre des tonnes ! La pop électro-acoustique de WHT sait parfois être un poil dérangeante, comme sur Collider ou I am not an island, sans jamais desservir la structure même du titre. Du coup, on se retrouve avec un album minimaliste gavé d’excellents morceaux, sans aucun moment de faiblesse véritable.

Véritable petit génie musical danois, Troels Abrahamsen est non seulement prolifique, mais sans jamais perdre de vue la qualité. On peut ici parler d’artisanat électro-acoustique, en y mettant toutes les nuances d’une telle dénomination. En conséquence, cet énigmatique WHT demeure un album qui fourmille de bonnes idées, fonctionnant comme un atelier à idées pour Abrahamsen et ses différents projets. Nothing comes to those who wait chante notre troubadour viking, et il a probablement su appliquer cette maxime à son travail artistique, sans jamais souffrir d’une quelconque débandade qualitative.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Troels Abrahamsen : "WHT"
(1/1) 4 juillet 2013, par saff




Troels Abrahamsen : "WHT"

4 juillet 2013, par saff [retour au début des forums]

The trauma and grief the families of the deceased undergo is one thing and the potential peril the culprit poses to society is another one altogether. http://topdissertations.co.uk/

[Répondre à ce message]