Pop-Rock.com



Tomahawk : "Anonymous"
Danse de la pluie

vendredi 17 août 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
A.R. Rahman : "Music from the motion picture Slumdog Millionaire"
Zeromancer : "Eurotrash"
De/Vision : "Subkutan"
The Bravery : "The Bravery"
Queen Adreena : "The butcher and the butterfly"
Tom Waits : "Real Gone"
Sharko : "Sharko III"
Anathema : "A fine day to exit"
INXS : "Switch"
The Virgins : "The Virgins"


Avis extrêmement important : vous aimez le rock singulier de Mike Patton ? Vous avez adoré la trop courte carrière de Faith No More ? Vous vous êtes délectés des deux premiers albums de Tomahawk et de leurs riffs acérés et leurs expérimentations rock’n’roll ? Surtout, ne vous ruez pas sur ce troisième opus, car il vous décevra, tant il n’a strictement rien à voir avec ce versant de la folie du petit génie américain.

Car si on écoute cet album en pensant Tomahawk, on est rapidement déçu. Si par contre on l’écoute en pensant plutôt à Peeping Tom, Fantômas ou même Kaada / Patton, on risque de laisser une seconde chance à ce disque qui, avouons-le franchement, n’aura pas l’opportunité d’intéresser les amateurs de morceaux bien troussés. On se retrouve ici devant un totem qu’on appréhendera difficilement au bout de plusieurs écoutes tortueuses, avec un Mike Patton qui maugrée quelques chants indiens traditionnels sur une musique qui mélange rock ethnique et expérimentations world. Mais qu’est-il alors arrivé à Tomahawk ? Et bien, mes chers amis, laissez-moi vous conter l’histoire de cet opus à part dans la discographie de ce groupe fort appréciable.

L’idée d’Anonymous a d’abord émergé dans l’esprit chatoyant de Duane Denison, le guitariste et bassiste du groupe. C’est lui qui a voulu rebondir sur le nom même du groupe pour enfin rendre hommage aux tribus indiennes d’Amérique du Nord. Il a ensuite proposé le projet à l’esprit dérangé de qui vous savez, afin que celui-ci soit drapé d’une ambiance toute particulière. On a ainsi très peu de titres composés à la manière couplet/interlude/refrain, mais on se retrouve bien souvent kidnappé par des plages instrumentales déstabilisantes. Pourtant, certaines, comme le contemplatif Ghost dance ou encore l’inexplicable Sun dance (à part son interlude de rock crade, bien sûr), restent très proches de certains morceaux de Dead Can Dance, ce qui pourra permettre à l’auditeur de mieux digérer certains titres.

Mais que l’on se rassure, quelques morceaux s’inscrivent dans un format plus classique (si tant est que ce mot ait encore un sens lorsque l’on parle d’un projet musical de Mike Patton) et permettent de se rattraper aux branches : le tribal Red Fox et ses rythmiques hip-hop, le glauque Cradle song qui tisse une atmosphère particulière mais réellement intrigante, et surtout le magnifique Omaha dance, qui pourrait valoir à lui seul l’achat de ce troisième opus ; dans un autre genre plus rude, Totem n’est pas mal du tout non plus. Il faut simplement être prévenu et je préfère vous le rappeler encore une fois, sans vouloir faire ma maman : ceci ne ressemble pas du tout à un album de Tomahawk, donc ne foncez pas l’acheter en vous disant "chouette, un nouvel album de Tomahawk, le nouveau groupe de rock de Mike Patton". Non. C’est pas comme ça que ça marche. Sinon vous allez encore vous casser les dents et venir pleurer parce que vous avez l’impression d’avoir été trompé sur la marchandise.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Tomahawk : "Anonymous"
(1/1) 21 août 2007, par JSB




Tomahawk : "Anonymous"

21 août 2007, par JSB [retour au début des forums]

C’est marrant, on n’arrive pas à faire le deuil du Mike Patton de Faith No More. Faut dire qu’il prouva à l’époque qu’il était un des meilleurs chanteurs « ever » (enfin je trouve) au service de quelques bombes. A chaque nouvelle œuvre renait l’espoir de retrouver un peu de FNM (on s’est quand même fait plaisir avec Peeping Tom et Tomahawk). Et que ce soit lors d’un concert de Fantomas, Peeping Tom ou John Zorn, on finit toujours par entendre un « Oï, oï, oï » sortir de la foule.

[Répondre à ce message]